081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05.01.2016

MES COMPAGNONS

4 (6).JPG025.JPG027.JPG

19:54 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

nouvelle année

BONNE  ANNÉE 

 2016

BONNE SANTE

POUR TOUS

19:41 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

29.12.2014

Le Pôle des Etoiles à Nançay - Cher

 

thumb-x480-1419598184.jpeg

 

 

La NASA a mis en ligne une vidéo très impressionnante d’une éruption solaire qui s’est déroulée le 19 décembre et a atteint la Terre.

Après les superbes images de la planète Terre prise depuis la Station Spatiale Internationale dévoilées par l’ESA, c’est maintenant au tour de la NASA de nous offrir des images du spectacle de l’espace en ce lendemain de Noël. L’Agence spatiale américaine a en effet filmé le magnifique spectacle d’une éruption solaire filmée le 19 décembre dernier. Des images que l’on croirait sorties des meilleurs trucages des films de science-fiction.

Vidéo de l’éruption solaire

C’est grâce au télescope à rayon X nuSTAR du Solar Dynamic Observatory de la NASA que le pic de l’éruption solaire du 19 décembre 2014 a pu être filmé de manière très nette. On y voit les geysers de plasma qui se forment pour jaillir hors de la surface de l’astre solaire.

 

Une tempête solaire intense se dirige vers la Terre par Gentside Découverte

 Malgré un budget colossal de plusieurs millions d'euros, la NASA ne remplira pas ses objectifs d'identification d'astéroïdes ou de comètes potentiellement dangereux la Terre. L'agence spatiale estimait qu'elle pourrait trouver 90% des objets qui traversent l'orbite terrienne d'ici 2020.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/ast%e9roide/la-nasa-peine-a-traquer-les-asteroides-potentiellement-dangereux-pour-la-terre_art33496.html
Copyright © Gentside Découverte

Seulement 10%. C'est le pourcentage d'objets proches de la Terre (NEO) qui a été identifié par la NASA pour le moment. Or, l'agence s'était plutôt engagée pour 90% d'ici 2020. En 2005, le Congrès américain a demandé à la NASA de détecter et d'identifier les astéroïdes et autres comètes de plus de 140 mètres de diamètre. Objectif ? Pouvoir limiter ou même prévenir les conséquences désastreuses de l'éventuel impact d'un tel objet sur la Terre.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/ast%e9roide/la-nasa-peine-a-traquer-les-asteroides-potentiellement-dangereux-pour-la-terre_art33496.html

Copyright © Gentside Découverte  

 

 

 

Après une année de travaux le nouveau Pôle des Étoiles de Nançay ouvre ses portes au public le 19 mai 2010. Accessible à tous, ce nouveau site emmène les visiteurs à la découverte de l’Univers, toujours porteur d’interrogations, d’espoir et de fascination.

Situé au cœur de la Sologne, cet espace est dédié à l’astronomie. De la découverte des constellations, à la compréhension des phénomènes des saisons en passant par des expériences sur les ondes radio, le Pôle des étoiles propose au public de découvrir de manière ludique et vulgarisée la recherche scientifique.

LES NOUVEAUTÉS DU « POLE DES ÉTOILES DE NANCAY »

Au fil de la visite, vous pourrez découvrir l’exposition permanente avec sa nouvelle scénographie, les spectacles du planétarium et l’espace de l’exposition temporaire.

JPEG - 119.5 ko

JPEG - 151.2 ko

IMG_0872.jpg

4eme plus grand radiotélescope du monde

300m de long

constitué de grillage avec de petits réflecteurs

IMG_0877.jpg

En face il y a le récepteur mouvant en rotation pour suivre les étoiles et le soleil

IMG_0879.jpg

entre les deux, il y a un récepteur naviguant très doucement sur des rails de droite à gauche

 Découvrez comment les scientifiques étudient les ondes radio naturellement émises par les astrl'Univers. Cette balade vous permettra de découvrir deux instruments scientifiques exceptionnels  

le radiotélescope décimétrique et le radiohéliographe.

L'activité L'activité solaire aujourd'huisLe Soleil vu par SOHOolaire ourd'hui


 Voici le Soleil tel qu'il est visible en ce moment. L'image ci-contre est celle du satellite SOHO (Solar and Heliospheric Observatory, exploité conjointement par l'ESA et la NASA). Avec (en principe) une nouvelle photo chaque jour, elle nous montre presque en direct les taches solaires, autour de la longueur d'onde 677 nm (donc dans le visible). Leur nombre est fonction de l'activité du Soleil car celle-ci n'est pas constante.

Les taches solaires sont la résultante d'une intense activité magnétique au sein de la zone de convection, si puissante qu'elle freine la convection et limite l'apport thermique à la surface du Soleil. Elles sont ainsi moins chaudes de 1 500 à 2 000 degrés que les régions voisines, ce qui suffit à expliquer pourquoi elles nous apparaissent, en contraste, bien plus sombres que le reste de l’étoile. Elle sont pourtant à une température proche de 3000 K. Si on pouvait les observer seules, on les verrait plus lumineuses que sur la photo

Ces taches solaires ont une taille qui peut atteindre plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. Leur durée de vie n'excède pas le temps mis par le Soleil pour effectuer une à deux rotations sur lui-même (il tourne sur lui-même en 27 jours). En suivant leur évolution pendant plusieurs jours sur la photo ci-contre, on les verra se déplacer de la gauche vers la droite. pleine Lune. On remarque que les taches les plus grosses sont constituées d'une zone foncée au centre et d'une autre grise tout autour, la pénombre. La remontée à la surface du Soleil de plasma chaud est visible sous forme de granules d'environ 1.000 kilomètres de diamètre. Ce phénomène de convection peut être comparé à ce qu'on observe dans une casserole d'eau portée à ébullition.

 

 
 
LE SOELILLlCurrent Sunspots
Les tempêtes solaires 

27.12.2014

Chateau d'Amboise


Cette photo de Château d'Amboise est fournie gracieusement par TripAdvisor

18:12 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

26.12.2014

LA CHARTREUSE PONTIFICALE DU VAL DE BÉNÉDICTION (2 ha)-Villeneuve les Avignon

 
 
 
 
 
 
Armoiries du pape Innocent VI.

En 1353, le pape Innocent VI fait venir des religieux de la Grande Chartreuse pour étudier un projet d’édification d’une Chartreuse à Villeneuve-lès-Avignon sir le site de sa livrée personnelle. Le 2 juin 1356, une bulle papale porte fondation d’une chartreuse contre les murs de son palais à Villeneuve-lès-Avignon avec l’installation d’une communauté religieuse d’une quarantaine de personnes. Débute la construction de l’église Sainte-Marie, du grand cloître et du petit cloître. Le 19 août 1358, messe de dédicace de l’église Sainte-Marie de la Chartreuse par le cardinal Guy de Boulogne. Ayant échappé à la peste qui frappa la ville d’Avignon en1361, le pape Innocent VI, par une bulle du mois d’août 1362, décide de nommer la chartreuse, Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction. Il meurt le mois suivant. Le 22 novembre 1362, le roi de France, Jean II le Bon, assiste à l’inhumation du pape Innocent VI, dans la chapelle de la Trinité de la Chartreuse. L’année suivante seront édifiées deux autres chapelles, celles de Saint-Bruno et Saint-Michel. La même année, un incendie ravage en partie le palais d’Innocent VI. Sur les ruines de ce bâtiment, le petit-neveu d’Innocent VI, Étienne Aubert, fait construire le cloître Saint-Jean.

 

Vue intérieur de la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon.

En 1453, la chartreuse commande le tableau «Couronnement de la Vierge» au peintre Enguerrand Quarton (exposé au musée Pierre de Luxembourg à Villeneuve-lès-Avignon).

En 1649, un projet de portail monumental envisagé quatre ans plus tôt pour la Chartreuse, est finalement réalisé, par l’architecte François de Royers de la Valfenière. En 1660, Louis XIV, le franchira en grand cérémonial lorsqu’il viendra en visite à la Chartreuse accompagné d’une nombreuse suite dont

le cardinal Mazarin. Le 3 novembre 1691 les chartreux commandent au menuisier-sculpteur avignonnais Charles Boisselin 38 stalles pour le choeur de leur église.

Au XVIIIsiècle, l’architecte Jean-Baptiste Franque rénove, restaure et aménage les bâtiments de la chartreuse. 

 

 

Porte-chartreuse-Villeneuve.JPG

Porte-chartreuse - Villeneuve

 

Saint_Jean-Baptiste-Giovannetti.jpg

 Saint_Jean-Baptiste-Giovannetti

 

 

Villeneuve_avignon_chartreuse_eglise.jpg

Villeneuve_avignon_chartreuse_eglise

Villeneuve_avignon_chartreuse_gd_cloitre_2.jpg

Villeneuve_avignon_chartreuse_gd_cloitre_2

 

Villeneuve_avignon_chartreuse_tombeau

 

Villeneuve_les_avignon_chartreuse_bugade.jpg

 Villeneuve_les_avignon_chartreuse_bugade

800px-Nicolas_Mignard,_Sainte_Anne,_la_Vierge_et_un_chartreux.jpg

Nicolas_Mignard,_Sainte_Anne,_la_Vierge_et_un_chartreux

 

 

 

Villeneuve_les_avignon_chartreuse_entréeVilleneuve_les_avignon_chartreuse_entree.JPG

 

 

18:15 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

25.12.2014

lA MACHINE - NIEVRE - ANCIENNE MINE DE CHARBON --

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Machine est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne.

Ses habitants sont les Machinois et les Machinoises



Carte de la Nièvre.

La Machine se situe au nord de Decize, dans la partie sud du département de la Nièvre.

 

Communes limitrophes

Histoire

La commune tient son nom d'un lourd manège à chevaux appelé "la machine", qui permettait la remontée des mineurs, mais aussi la circulation du matériel et du minerai.

Elle fut populaire pour ses mines de charbon, qui lui permirent jusqu'aux années 1970 d'être une commune très prometteuse en termes d'emplois. Elle fut un moteur économique pour la région. De 1869 à 1946, la houillère de La Machine, sous le contrôle de la Compagnie Schneider, jouit d'une grande prospérité et le développement de la ville s'accélère. Au moment de la nationalisation, la ville compte plus de 6 000 habitants dont un quart est employé dans la mine. La plupart est logée dans des cités ouvrières construites par la Compagnie à proximité des puits :

  1. Cité Sainte-Marie (1856-1857)
  2. Cité Sainte-Eudoxie (1878)
  3. Cité des Zagots (1917-1918)
  4. Cité des Minimes (1922-1938

Visite de la mine, avec le casque et la lanterne 

Affiche de réouverture du Musée pour la saison 2014

Vue d'une galerie au puits de Glénons - Sources : Musée de la Mine

18:16 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Le canal de Briare - les 7 écluses .

Rogny les sept écluses est le seul village de l'Yonne à être traversé par le canal de Briare. Il établit, avec le canal du Loing, la relation entre les bassins de la Loire et de la Seine.

 

Il mesure 54,135 km et comporte 32 écluses. Il commence à Briare et se termine à Chalette sur Loing (écluse de Buges).

 

A Briare, il se raccorde au canal latéral à la Loire.

 

La partie comprise entre l'écluse du Baraban et la jonction du canal latéral à la Loire, dite ancien canal, est considérée comme un embranchement. Depuis la construction du pont canal de Briare, l'ancien canal de Briare est abandonné à la navigation.

 

Le canal de Briare est le premier canal à point de partage construit en Europe. Commencé en 1604, sous le règne d 'Henri IV, il fut terminé en 1642.

 

Site officiel des voies navigables de France : www.vnf.fr

 

Vous pourrez consulter sur ce site les horaires de navigation Voies du centre, la carte du tourisme fluvial en France, effectuer un calcul d'itinéraire fluvial, ...

  

 

Découvrez toute la richesse du Canton de Bléneau ...

18:15 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

11.09.2014

Les BRESCOUDOS - photos de Martial GENTON - de très belles motos

 

 

 

P8310038.JPG

P8310037.jpg

 

P8310039.jpg

P8310040.jpg

P8310041.jpg

P8310042.jpg

P8310043.jpg

P8310044.jpg

P8310046.jpg

 

P8310047.jpg

P8310048.jpg

 

P8310067.jpg

 

22.08.2014

moulin Maupertuis à Donzy dans la Nièvre

 

L'ancien moulin à farine de Maupertuis date du 15ème siècle. Il se situe au coeur du vieux Donzy. Devenu Ecomusée il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Aujourd'hui encore la grande roue à augets tourne et les machines fonctionnent. Elles nous invitent à découvrir par la pratique les gestes des meuniers d'antan du grain de blé à la farine. Des expositions thématiques sur le rôle du pain et de la meunerie accompagnent ce parcours ludique qui saura vous étonner. Salle de projection.

Détail de l'offre : L’Association Culturelle du Donziais , avec l’aide d’autres partenaires associatifs ( Fédération des Œuvres Laïques de la Nièvre, la Caisse des Monuments et Sites de la Nièvre et l’office du Tourisme de Donzy) , le soutien du Ministère de la Culture et de la Fondation « Pays de France » du Crédit Agricole, l’achètera en 1989 pour le sauvegarder et le transformer en écomusée (Tous ces partenaires sont réunis au sein de l’Association pour la Promotion du Site du Moulin de Maupertuis, l’A.P.S.M.M). Pratiquement tout le matériel du moulin est d’origine avec entre autre des broyeurs à cylindres et des tamis datant de la dernière décennie du 19e siècle. Depuis 1990 il accueille des touristes, mais aussi de nombreuses classes attirées par la qualité et la diversité des animations et ateliers qui leurs sont proposés. Nous présentons régulièrement nos nouveautés aux conseillers pédagogiques de l’Education Nationale du secteur, afin de recueillir leurs remarques et suggestions. Accueil de groupes de 10 à 30 personnes sur réservation. Possibilité de visite guidée.

IMG_1336.JPG

IMG_1339.JPG

IMG_1343.JPG

IMG_1344.JPG

IMG_1346.JPG

IMG_1349.JPG

IMG_1355.JPG

IMG_1356.JPG

IMG_1357.JPG

IMG_1358.JPG

IMG_1363.JPG

IMG_1364.JPG

UN TRÈS BEAU ECOMUSEE A VISITER

19:36 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

20.08.2014

chanson

16:48 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

15.08.2014

fête de la rétromoisson - Saint Loup des Bois - 58200 - 15 aout 2014

 

Capture-d’écran-2014-08-11-à-14.18.02.jpg

 

Au programme de cet étonnant voyage dans le temps:

• Une brocante vide-greniers au cœur du village dès 7 H 00
• Temps fort : dès 10 H 00, une trentaine d’ateliers pour le travail du sol, avec bœufs, chevaux, tracteurs, 
chenillards, motoculteurs 
• A 11 heures, inauguration officielle
• Temps fort : à 14 H 30, la plus grande Moisson à l’Ancienne avec 70 moissonneuses-batteuses de 1928 à
1966
• Exposition de motoculteurs anciens (plus de 100), de moteurs, de modèles réduits, de tronçonneuses
• Moissons avec lieuses et battages à l’ancienne
• Démonstration de vieux métiers, danses folkloriques
• Espaces ludiques et de découverte pour les enfants et les ados (initiation à la conduite d’un vieux tracteur,
tracto ski, balades en charrette …)
• 60 stands de produits du terroir et d’artisanat d’art, de documentation agricole, de pièces détachées…
• Temps fort : à 17 H 00, la parade de plus de 300 tracteurs d’antan.

Repas traditionnel sur réservation le matin du 15 août ou
restauration rapide.
Manifestation organisée en partenariat avec la revue « Tracteurs, passion et collection »
Entrée payante (10 € adulte – 4 € enfant 10 à 15 ans – gratuit en dessous de 10 ans)

Parkings gratuits – Espace camping-cars. 

 

 

 

18:15 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

lécluse à aiguilles à biches (site de Fleury)- sur le canal du nivernais - près de Nevers - 58

 

 cliquer sur la barre rouge

 

.IMG_2526.JPG

.

IMG_2522.JPG

                                Code postal : 58110, Commune : Biches,

Le Nivernais, Département : Nièvre (58)Région : Bourgogne

Barrage à aiguilles : Le Canal, régulé par l'étang de Baye était également alimenté par l'Aron (Coeuillon, Fleury, Panneçot). À Fleury, un barrage à aiguille fut établi sur le cours de la rivière (1836-1860). Ce barrage fut rebâti à la fin du 20ème siècle. Un pavillon du 19ème siècle abrite les commandes des vannes. Ce Site fut réhabilité en 1987, grâce à l'association créée à cet effet qui depuis en assume le fonctionnement. Circuit pédestre de 8 km autour du Site.                                 

IMG_2527.JPG

                               

IMG_2528.JPG

          ete_1.jpg     

IMG_2531.JPG

    les aiguilles  du barrage 

IMG_2536.JPG

     

IMG_2540.JPG

 Sanitaire pour les bateliers, et les autres

 

IMG_2524.JPG

 

04.08.2014

Un photographe hors norme à Sauvian - MIDI LIBRE -Vincent Oria -

Un photographe hors norme à Sauvian

pour les Sauviannais qui fréquentent les associations ou les manifestations organisées au village et même au dehors, Gilles Blanc n'est pas un inconnu,  pour les autres ils le connaissent sans le  savoir au travers de ses reportages photographiques qu'il met à la disposition de tout un chacun sur le net.

Sauviannais depuis une dizaine d'années il a su parfaitement s'intégrer par sa disponibilité et sa gentillesse : «  J'ai 54 ans, natif de Grasse 06, ma vie a été chamboulée, pour ne pas dire brisée, par un accident, comme il en arrive hélas tant, j'ai été fauché par un automobiliste qui avait perdu le contrôle de sa voiture en 1999. Étant depuis  handicapé, je me suis fixé des buts et des objectifs, comme l'informatique et la photo qui sont devenues des passions et une joie de vivre ».

Trop modeste pour avouer qu'il est souvent sollicité par les municipalités de Sauvian, Sérignan et Béziers lors de manifestations, il suit lors des déplacements toutes les associations auxquelles il est affilié pour en faire des reportages souvenir. Gilles est quelqu'un d'attachant qui gagne à être connu.

IMG_1205.jpg

Copie de IMG_7005.JPG

SIGNE - Vincent Oria

  • Email : vincent.oria@wanadoo.fr
  • Tél : 06 33 73 89 49
  • Agence : Béziers (midi-libre)

Le CONCORDIA avant ...........

 

costa%20concordia.jpg

 

 

10:53 Écrit par petitefleur-06 dans Blog, Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

LLIVIA - ENCLAVE ESPAGNOLE DANS LES PYRENEES ORIENTALES

llivia3[1].jpg Llívia (prononcer "Libia" en accentuant le 1er "i") est une enclave espagnole en France. Elle est située dans la partie française de la Cerdagne, à l'ouest des Pyrénées-Orientales, entre Saillagouse, Bourg-Madame et Latour-de-Carol, et à 1 km du reste de l'Espagne. Les voies principales françaises (N.20, N.116, D.618 et train jaune) l'évitent soigneusement et l'entourent. Seule une petite route la traverse, qui la relie à l'Espagne (Puigcerdà) d'un côté, et Estavar ou Saillagouse (Rô) de l'autre. C'est un gros village, avec de nombreux hôtels, restaurants, commerces, résidences secondaires, caserne de la Guardia Civil, sieste l'après-midi. On est bien en Espagne, il n'y a pas à s'y tromper.

Llivia[1].jpg

Histoire emblème llivia.JPG D’après les armoiries de Llívia, le héros mythologique Hercule aurait là forcé Pyrène. Le nom de la ville serait lié à l’impératrice romaine Livie, épouse d’Auguste et mère par un mariage précédent de Tibère. Llívia a été dans l’empire romain la capitale de la Ceretania (la Cerdagne). Devenue municipe, ses habitants reçurent les droits civils de citoyens romains. Au VIIIe siècle, la région est conquise par les musulmans. Llívia est baptisé « Medinat-el-bab », la ville de la porte, elle permettait en effet l’entrée dans la Francie Occidentale dont les troupes musulmanes tentèrent la conquête. Pendant cette période musulmane, en 730, c’est à Llívia que Mounouz, gouverneur berbère des Pyrénées épouse Lampégie, fille du duc de Gascogne. Leur fin fut tragique : Mounouz fut tué par ses coreligionnaires car ils se méfiaient de ses négociations avec les chrétiens, et Lampégie finit dans le harem du calife. Leur histoire inspira l’auteur catalan du XIXe siècle Victor Balaguer i Cirera et le musicien Déodat de Séverac. Au Moyen Âge, le Roi de France Louis XI acheta la ville et en détruisit la forteresse pour garder ouverte l’entrée vers les royaumes espagnols en cas de guerre. En 1659, lors de la négociation de la paix des Pyrénées entre les royaumes de France et d'Espagne, Louis XIV devait recevoir le Roussillon et trente-trois villages cerdans. Les habitants de Llívia rappelèrent leur antique statut de vila, donc de ville. Le traité de Llívia rattacha le territoire au royaume espagnol. Sur le terrain, une « route neutre » (sans contrôle douanier) de 4 km relie Llívia au territoire espagnol et à la ville de Puigcerdà. Les traités de 1659 et 1660 ne furent jamais remis en cause malgré les conflits entre les deux pays. Les problèmes de contrebande ont disparu avec l’unification du marché intérieur au sein de l’Union européenne. Géographie

llivia7[1].jpg

llivia9[1].jpg Situé sur une plaine d'altitude du versant nord du massif montagneux des Pyrénées, l’altitude du territoire varie d'environ 1200 m au bord du Sègre à 1578 m au nord en direction du pic des Mauroux. Le territoire de Llívia prend la forme d'un « L » épais, sur une superficie de 12,83 km² ; il rassemblait 1252 habitants en 2005 répartis en trois agglomérations : la ville principale de Llívia au centre de l’enclave au bord du Sègre et en face de la commune française d’Estavar, le hameau de Cereja au nord, et le hameau de Gorguja au sud-est, baigné par un petit affluent du Sègre.

llivia6[1].jpg
LLIVIA CARTE.jpg
image_preview[1].jpg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ll%C3%ADvia - SITE DE WIKIPEDIA OU VOUS POUVEZ VOIR LA SUITE DE L'ARTICLE http://eric.hurtebis.chez-alice.fr/llivia.htm - SITE DES PHOTOS

10:49 Écrit par petitefleur-06 dans Loisirs/Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

LES PUB D'AUTREFOIS

J'aime beaucoup les PUB d'autrefois, elles sont anciennes mais ne font pas démodées, j'ai trouvé un site qui collectionne ces PUB et je vous en fait profiter de quelques unes

2100-0472~Caffe-Espresso-Affiches[1].jpg
BAL.JPG
Copie (3) de IMG_9882.JPG
Copie (4) de IMG_9892.JPG
Copie (12) de IMG_9892.JPG
Copie de IMG_9890.JPG
IMG_9884.JPG
IMG_9882.JPG

j'ai copié ces photos pour le plaisir et pour vous en faire profiter

10:40 Écrit par petitefleur-06 dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

L'État de la Cité du Vatican

-Emblem_VATICAN.JPG L'État de la Cité du Vatican est un État indépendant situé à Rome en Italie. C'est un État reconnu mais non membre de l'ONU où il a le statut d'observateur. Il compte 824 habitants (2008) sur une superficie de 0,44 km², ce qui fait de la Città del Vaticano le plus petit État au monde. Il a été créé le 11 février 1929 comme représentation temporelle du Saint-Siège (ensemble des institutions de l'Église catholique romaine), aux termes des accords du Latran signés par celui-ci, représenté par le cardinal Gasparri et l'Italie, représentée par Mussolini. La langue véhiculaire est l'italien, et non le latin, qui est langue de l'Église catholique romaine. Toutefois, le latin est la langue juridique de l'État : le texte de référence des publications officielles est en général rédigé en latin, puis traduit dans diverses autres langues. Le français en est la langue diplomatique : le Vatican se fait enregistrer comme État francophone auprès des organismes internationaux. L'« armée pontificale » (c'est-à-dire la Garde suisse) utilise la langue allemande.

250px-Vatican_280[1].jpg

Histoire La Cité du Vatican est le reliquat des anciens États pontificaux. Elle situe sur ce que l'on appelait dans l'antiquité l'ager Vaticanus qui se compose d'une petite plaine (la Plaine vaticane) aux bords du Tibre, se relevant à quelque distance en une colline d'une faible élévation, les Monts Vaticani (colline Vaticane).

120px-Vatican_4[1].jpg
250px-Vt-map[1].jpg

Selon les étymologistes anciens, ce nom de Vaticanus tirerait son origine du mot « Vaticinium » ("oracle"), parce que beaucoup de devins auraient résidé de ce côté. D'autres parlent d'une ville étrusque nommée Vaticum, qui aurait jadis existé à cet endroit. Dès avant la naissance du Christ, furent construites quelques villas, baties autour de "jardins impériaux" qui furent propriété d'Agrippine. Le fils de cette dernière, l’empereur Caligula (37-41 ap. JC) y fit réaliser un cirque privé, le Circus Vaticanus, dont l'actuel Obélisque du Vatican constitue un de ses seuls vestiges. C’est là, ainsi que dans les jardins adjacents qu’eut lieu le martyre de bien des chrétiens de Rome à l’époque de Néron (54-68). Saint Pierre fut enterré au nord de ce cirque, dans une nécropole qui longeait une route secondaire, la via Cornelia. Sur le lieu de sa sépulture, l’empereur Constantin fit édifier entre 326 et 333 une basilique grandiose qui occupait le site de l'ancien cirque romain qui fut alors démolit. L'édifice fut substitué par la basilique actuelle au cours des XVIe au XVIIe siècles. Puis au Ve, le pape Symmaque y fit construire une résidence dans laquelle quelques personnages illustres vînrent séjourner, tel Charlemagne lors de son couronnement (800). Au XIIe siècle, Célestin II, puis Innocent III la firent rénover. La construction du Palais du Vatican ne débuta que le pontificat de Nicolas V durant la première moitié du XVe. Le 20 septembre 1870, après l'évacuation des troupes françaises, Rome est conquise par les troupes piémontaises et rattachée au Royaume d'Italie. Le Pape Pie IX qui résidait au palais du Quirinal (devenu depuis, la résidence officielle des rois d'Italie, puis du président de la République italienne), refusa de reconnaitre la perte de son pouvoir temporel et se réfugia au Palais du Vatican, entrant en conflit avec l'État italien (c'est le début de la « question romaine »). Cette controverse politique durera jusqu'aux accords du Latran en 1929.

250px-Piazza_di_San_Pietro[1].jpg

Politique Articles détaillés : Politique du Vatican et Saint-Siège. C'est un État théocratique. Le pape dispose du pouvoir absolu (exécutif, législatif et judiciaire). Le pouvoir exécutif est délégué à un gouverneur nommé qui est également chargé de la représentation diplomatique. Une commission composée de cinq à sept cardinaux exerce par délégation le pouvoir législatif. Les institutions du Vatican sont réglées par une constitution, dont la première mouture a été rédigée par Pie XI au moment des accords du Latran. Actuellement, le Vatican est régi par la loi fondamentale du 22 février 2001. Ses lois sont consignées dans les Acta Apostolicæ Sedis. C'est une monarchie élective, c'est-à-dire que le chef de l'État est élu et règne à vie. La citoyenneté vaticane n'est pas l'expression d'une appartenance nationale. Elle est liée à l'exercice de fonctions au sein du Vatican ou du Saint-Siège. Par conséquent, cette citoyenneté vient toujours s'ajouter à une nationalité d'origine. Dès que ces fonctions cessent, la citoyenneté cesse. Ainsi, un prélat de la Curie prenant des fonctions pastorales perd sa citoyenneté. Celle-ci est attribuée également au conjoint et à la famille (ascendants, descendants et collatéraux directs) des fonctionnaires du Vatican. Les garçons en perdent les bénéfices à l'âge de 25 ans et les filles, au moment de leur mariage. C'est le Saint-Siège, ensemble des institutions de l'Église catholique romaine, et non l'État de la Cité du Vatican qui fait l'objet d'une représentation internationale. Il dispose d'un siège d'État non membre observateur à l'ONU. Le Vatican a exprimé un désir de rejoindre la zone Schengen. http://fr.wikipedia.org/wiki/Vatican - site de WIKIPEDIA ou vous pourrez lire la suite de l'article

10:30 Écrit par petitefleur-06 dans Loisirs/Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

L'ANCIENNE PRINCIPAUTE DE SEBORGA

L e Bourg de Seborga est située au pied des monts de la Ligurie occidentale, au cour de la fameuse Riviera des Fleurs Italienne, à quelques minutes de l'autoroute Nice/Gênes. De ce qu'elle était depuis le X° siècle - quand les zones de Bordhigera, Vallebona, Vallecrosia et plus encore, faisaient partie de la Principauté, le territoire actuel de la Principauté couvre 14 km² de douces collines couvertes de fleurs et de ver dure. < img src="http://lavieenphotos.midiblogs.com/media/01/02/1529651994.JPG" id="media-87374" title="" alt="Seborga_blason].JPG" style="border-width: 0; float: left; margin: 0.2em 1.4em 0.7em 0;" /> La " Capitale " SEBORGA, qui s'étend sur 4 km², et qui abrite 362 habitants outre les 2000 occupants de diverses nationalités de l'ancienne Principauté, est administrée par le Centre Communal , son Maire (" Sindaco ") et son conseil municipal. townviewclosesm2[1].jpg La capitale s'élève à 522 m au dessus du niveau de la mer, bénéficie d'un climat exceptionnellement doux, où les brumes matinales de la Méditerranée toute proche (3km à vol d'oiseau) guide les visiteurs dans leur découverte de l'enceinte et des murs du Vieux Château aux quatre tours. (Castrum Sepulcri) townviewsm[1].jpg La vue est à vous couper le souffle, découvrant la Riviera de Bordighera à la proche Principauté de Monaco, et toute la Côte d'Azur française. Les citées méditerranéennes comme Bordighera, Vallecrosia et Camporosso sont une partie vivante de ce qu'était la Principauté et leur centre Touristique est en plein essor avec une pléthore de belles boutiques et de bons restaurants. L e Bourg de Seborga est à la Principauté de Monaco ce que Andorre est à le France, un lieu hors du commun, rempli d'Histoire, proche de la nature avec une atmosphère particulière chère aux grands peintres, dont Monnet fut le plus célèbre. HISTOIRE DE LA PRINCIPAUTE L’ancien nom de « Castrum Sepulcri » plus tard changé en « Sepulcri Bugurm », puis en « Seporca » devient le nom contemporain de SEBORGA. Seborga était un ancien fief des Comtes de Vintimille. En 954 le Comte Guido fait don de ce Château , de l’église Saint Michel de Vintimille et d’un immense morceau de ses terres aux abbés de Lérins. En 1079, SEBORGA devient une Principauté du Saint Empire Romain avec l’investiture par le Pape Grégoire VII .de son premier Prince-Abbé En 1118, le Prince –Abbé Edouard ordonne le premiers neuf Templiers (ou Chevaliers de Saint Bernard) et la Principauté de SEBORGA devient le premier et unique Etat souverain Cistercien dans l’Histoire. En 1127 les neuf Templiers rentre de Jérusalem à SEBORGA. Saint Bernard (de Clairvaux) les y attend et ordonne Hugues de Paynes comme étant le premier Grand Maître des Chevaliers de Saint Bernard. SEBORGA restera un Etat Cistercien jusqu’en Janvier 1729, quand le Principauté est vendue à Victor Amedeo II, Prince de Savoie, du Piémont , Roi de Sardaigne. Mais cette transaction n’a jamais été enregistrée ni payée entre le Royaume de Sardaigne et la Maison de Savoie. Plus tard en 1748, (Traité d’Aix le Chapelle) la Principauté de SEBORGA ne fût pas intégrée à la république de Gênes, pas plus qu’elle ne fût mentionnée lors du Congrès de Vienne en 1815 comme faisant partie du Royaume de Sardaigne ; aucune mention n’est faite de la Principauté dans l’Acte d’Unification de l’Italie en 1861. Enfin et non le moindre, la Principauté de SEBORGA n’a jamais été considérée comme faisant partie de la République Italienne formée en 1946. SOUS LE SIGNE BLANC DES CHEVALIERS DE SAINT- BERNARD. Saint Bernard de Clairvaux, de petite taille, cheveux roux et frisés, blême et mal portant, mais d’un caractère ferme et obstiné, fit son entrée à Seborga en Février 1117, où il rejoint ses confrères Gondemar et Rossal , qui y avaient été envoyés en 1113 avec ordre de protéger « le Grand Secret ». Le Prince –Abbé Edouard qui régnait à l’époque, était né près de Toulon, homme de haute stature et très bon. En septembre 1118 il consacra les neuf premiers Chevaliers Templiers qui formèrent la fameuse « Pauvre Armée du Christ ». En faisait partie Les Abbés Gondemar et Rossal, André de Montbar, le Comte Hugues Ier de Champagne, Hugues de Payens, Payen de MontDidier, Geoffroy de Saint-Omer, Archambaud de Saint Amand et Geoffroy Bisol. En Novembre 1118 ils partirent à huit à Jérusalem où ils arrivèrent le matin du 14 mai 1119, ils y furent rejoint six ans après par Hugues de Champagne le même jour à la même heure. Détails de la carte dressée par Genovese Panfilo Vinzoni en Mars 1752 pour le Diocèse de Vintimille (où est conservé le document). Les frontières de Seborga avec la route de la mer sur le pont de Lisia est clairement visible. La Principauté de Seborga est située entre les terres du Royaume de Sardaigne au nord-ouest et la République de Gênes au sud –est .

7demieL-avers[1].jpg
7demieL-revers[1].jpg

Les neufs Templiers furent de retour à Seborga en 1127 pour le premier Dimanche de l’Avent, à l’occasion du Concile de Troyes. Saint Bernard les y attendait pour se rendre ensemble à la rencontre du Frère Gérard de Martigues qui en 1112 avait formé l ’Ordre Hospitalier des Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem aujourd’hui Ordre de Malte. C’est ce jour qu’à Seborga en présence de toute la population, de 23 Chevaliers et plus de 100 miliciens, Saint Bernard désigne Hugues de Paynes comme le premier Grand Maître des Chevaliers de St Bernard. Il fut consacré par l’épée du Prince-Abbé Edouard. Le même jour, près de l ’olivier des âmes, un serment de silence fût prononcé entre les Chevaliers de St-Bernard et le Grand Prêtre des Cathares pour garder et défendre le « Grand Secret ». . Quinze des Chevaliers Templiers furent aussi Princes pro-temporae de la Principauté cistercienne de Seborga, l’un d’eux, Guillaume de Chartres, mourut à Seborga en 1219 de la suite de ses blessures reçues en Terre Sainte. Le dernier Chapitre Général secret connu eu lieu en Principauté en 1611 en présence du Prince absolu de Seborga , le père Césario de San Paulo qui fût aussi Grand Maître. Pour célébrer ce jour on posa sur chaque toit de la Principauté 13 tuiles portant la date 1611, les lettres C.S. et la Croix du Temple.

SEBORGAmapFR[1].gif
image002.jpg

http://seborga.net/history/indexFR.html - site ou vous pourrez voir tout sur SEBORGA

10:19 Écrit par petitefleur-06 dans Loisirs/Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

INFO SUR LA PALESTINE

 

« Palestine » (latinPalaestina, dérivé du grec ancien ΠαλεστίναPalestínaarabeفلسطين /FilastīnhébreuפלשתינהPalestina) est un nom fréquemment utilisé depuis l'ère romaine pour désigner la région du Proche-Orient située entre la mer Méditerranée et le désert à l'est du Jourdain1. Elle inclut traditionnellement les régions antiques de la Galilée (autour du lac de Tibériade et jusqu'auMont Liban), la Phénicie et la Samarie au nord, de la Judée, la Philistie et l'Idumée au sud, régions auxquelles ont pu s'ajouter selon les époques la Pérée au nord-est de la mer Morte, la Batanée et laDécapole au-delà du Jourdain. Dans le sens géographique large, elle correspond aujourd'hui à un territoire incluant l'État d'Israël, les Territoires palestiniens et une partie du Royaume de Jordanie, duLiban et de la Syrie1,2. Au sens restreint, elle se limite, depuis 1921 et la création de l'émirat deTransjordanie au cours du mandat britannique sur la Palestine, aux territoires situés strictement à l'ouest du Jourdain.

Au sens géopolitique du terme et dans le contexte du conflit israélo-palestinien, l'usage du terme « Palestine » peut être source de controverses3. C'est le nom de l'État auto-proclamé depuis Algerpar l'OLP en 1988, et le terme est utilisé par l'Autorité Palestinienne pour désigner l'État palestinienrevendiqué par les Palestiniens. Le pouvoir de cette Autorité s'exerce, de façon continue depuis l'application en 1994 des Accords d'Oslo, sur une partie restreinte des Territoires palestiniens de Cisjordanie, tandis que la bande de Gaza est désormais administrée par le Hamas depuis les élections libres de 2006, d'abord dans le cadre de l'Autorité palestinienne puis depuis juin 2007, après une guerre civile meurtrière, en rupture avec cette dernière. 94 États reconnaissent un « État de Palestine », et 11 pays ne le reconnaissent pas officiellement comme un État mais accordent un statut diplomatique particulier à une représentation palestinienne[réf. nécessaire].

Partage_palestine_49.jpgpalestine_ygWgs_3868.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acceptions actuelles

  • Pour le peuple juif, ce territoire est nommé Eretz Israel. Certains juifs (notamment Haredim) le considèrent comme un héritage biblique. D'autres (dits sionistes) le revendiquent (en tout ou en partie) pour y constituer leur État.
  • Le sens politique du terme est apparu avec la proclamation d'un « État de Palestine » par l'OLP à Alger en 1988 ; seuls certains États l'ont reconnu. Mais ce nom est repris pour désigner l'État toujours revendiqué par les Palestiniens aujourd'hui. Pour certains d'entre eux, il s'agira d'un État qui s'étendra sur les « territoires palestiniens occupés » par Israël (Gaza et Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est). Pour d'autres, le but de cet État serait de couvrir l'ensemble de la « Palestine » géographique. Cet État est prévu par l'Organisation des Nations unies et devait voir le jour en plusieurs étapes à l'issue de négociations et de concessions des deux parties, qui ont été définies par la « Feuille de route pour la paix ». La plupart des israéliens refusent une nouvelle partition de Jérusalem et le retrait d'Israël de la totalité de ce qu'ils considèrent comme étant la Judée-Samarie antique. Certains courants palestiniens, tel le mouvement Hamas refusent également le partage de cette région, car ils ne reconnaissent aucune légitimité à l'État d'Israël. Les « territoires autonomes palestiniens » et l'« Autorité palestinienne » qui les administre constitueraient le point de départ pour la formation de ce futur État. Pris dans ce sens récent, le terme a reçu une reconnaissance officielle à l'Organisation des Nations unies puisqu'un siège d'observateur a été attribué sous la dénomination de « Palestine » à l'Organisation de libération de la Palestine en tant qu'organisation représentant le peuple palestinien.
  • Dans un contexte religieux, ce même territoire est aussi appelé « Terre Sainte » par les chrétiens ou « Erets Israel » par les Juifs et recouvre l'ensemble des territoires décrits par la Bible. Ce territoire est aussi connu dans le Coran et par les musulmans sous le nom de « Terre sacrée », car l'une des mosquées les plus saintes de l'islam, la mosquée al-Aqsa, y est située.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Palestine POUR PLUS D'INFO

10:07 Écrit par petitefleur-06 dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

principauté de Liechtenstein

-Liechtenstein_.JPG Le Liechtenstein, appelé principauté de Liechtenstein dans les usages officiels est un petit pays d'Europe de l'Ouest sans accès à la mer situé dans les Alpes, entre la Suisse et l'Autriche. Avec une superficie de seulement 160,5 km², c'est le quatrième plus petit État indépendant d'Europe après le Vatican, Monaco et Saint-Marin. Le Liechtenstein n'entretient aucune relation diplomatique avec la République Tchèque et la Slovaquie, États qu'il ne reconnaît pas suite à un différend concernant la confiscation de biens de la famille princière en Tchécoslovaquie après la Seconde Guerre mondiale (cf. Décrets Beneš). Liechtenstein-map-fr[1].jpg Histoire Article détaillé : Histoire du Liechtenstein. Le territoire actuel du Liechtenstein constituait autrefois une petite partie de la province romaine de Rhétie. Pendant des siècles, cette terre resta géographiquement éloignée des intérêts stratégiques européens. Avant l’avènement de la dynastie actuelle, la région était inféodée à une branche de la famille des Habsbourg. La dynastie de Liechtenstein tire son nom du château de Liechtenstein, un édifice situé plus loin en Autriche et ayant appartenu à la famille de l’an 1140 au XIIIe siècle, avant de lui revenir définitivement en 1807. Au cours des siècles, les Liechtenstein entrèrent en possession de vastes domaines, notamment en Moravie, en Basse-Autriche et en Styrie, sans toutefois échapper à la tutelle de seigneurs supérieurs, pour la plupart des Habsbourg et auxquels les princes de Liechtenstein offraient leurs services de conseillers. Ainsi, sans aucun territoire détenu directement sous l’égide de l’Empereur, la dynastie de Liechtenstein ne put remplir les conditions requises pour siéger à la Diète. La famille, désireuse d’accroître son pouvoir par l’obtention d’un siège, mit tout en œuvre pour acquérir des terres dites immédiates (unmittelbar), c’est-à-dire n’ayant d’autre suzerain que l’empereur lui-même. Les Liechtenstein, après de longues négociations, furent autorisés à acheter les deux minuscules comtés de Schellenberg et Vaduz aux Habsbourg, respectivement en 1699 et 1712. Ces deux petites parcelles répondant aux critères requis, l’empereur Charles VI les unifia et les éleva le 23 janvier 1719 au rang de principauté, laquelle fut baptisée Liechtenstein en l’honneur de son nouveau prince, Antoine-Florian de Liechtenstein. C’est à cette date que le Liechtenstein devint un État souverain dans le cadre du Saint Empire. La transaction ayant été purement politique, les princes de Liechtenstein ne se rendraient pas sur leur nouvelle terre avant plusieurs décennies. En 1806, le Saint Empire fut envahi par la France. Cet événement eut d’importantes conséquences pour le Liechtenstein : les anciennes structures politiques et administratives se délitèrent rapidement suite à l’abdication de l’empereur, et l’empire lui-même fut dissout par Napoléon. De ce fait, le Liechtenstein fut délié de toute obligation d’obéissance à une puissance extérieure et devint véritablement indépendant. Dès lors, il aligna ses intérêts sur ceux de l’Autriche. Liechtenstein est l'une des deux principautés relevant du Saint Empire romain germanique (avec le Grand-Duché de Luxembourg) à subsister encore aujourd'hui. Reconversion : en 1917, les Allemands avaient projeté de faire du Liechtenstein un État pontifical, le pape abandonnant le Vatican ; le plan échoua. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le Liechtenstein resta neutre et les biens familiaux se situant dans les zones de combat furent rapatriés dans la principauté ou à Londres, pour être conservés en lieu sûr. À la fin du conflit, la Pologne annexa des territoires allemands et la Tchécoslovaquie expulsa ses habitants allemands (Allemands des Sudètes), ce qui eut pour conséquence d’exproprier les Liechtenstein de la totalité de leurs possessions héréditaires en Bohême, en Moravie (principalement à Lednice et Valtice dont les parcs et château sont inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO) et en Silésie (les princes de la famille ont vécu à Vienne jusqu’en 1938). Les expropriations portaient sur mille six cents kilomètres carrés de terres forestières et agricoles, ainsi que sur plusieurs châteaux et palais familiaux, et font encore aujourd’hui l’objet de négociations à la Cour internationale de justice. La tension à ce sujet était telle au cours de la guerre froide que les autorités tchécoslovaques interdirent l’entrée du territoire aux citoyens du Liechtenstein. 250px-Schlossvaduz[1].jpg Les difficultés financières rencontrées par la famille après la guerre la contraignirent à se défaire de plusieurs trésors artistiques, notamment du Ginevra de' Benci de Léonard de Vinci, acheté par le gouvernement des États-Unis. La dévastation économique infligée par le conflit mondial força par ailleurs le petit pays à se rapprocher de la Suisse, pour conclure avec elle une union monétaire et douanière. Ces efforts furent récompensés, et le pays se développa dès lors avec une grande rapidité. Au cours des décennies suivantes, la principauté entra dans une ère de prospérité et de modernisation économique, grâce notamment à l’instauration de conditions fiscales avantageuses qui attirèrent de nombreuses entreprises. Le prince de Liechtenstein compte aujourd’hui parmi les chefs d’États les plus riches du monde, avec une fortune estimée à 3 milliards d'euros. La population du pays bénéficie également d’un des niveaux de vie les plus élevés de la planète Politique Article détaillé : Politique du Liechtenstein. Le Liechtenstein est une démocratie parlementaire dirigée actuellement par le prince (Fürst) Hans-Adam II, qui est monté sur le trône à la mort de son père en 1989. Le Landtag, le parlement du Liechtenstein, est composé de 25 députés élus par les citoyens. Un gouvernement de cinq ministres assure la gestion des affaires courantes. Lors d’un référendum organisé le 1er juillet 1984 et activement soutenu par le prince, les électeurs (jusque-là exclusivement masculins) se prononcèrent en faveur du droit de vote pour les femmes, mais uniquement pour les scrutins nationaux (et non locaux). Contrairement à beaucoup d’autres monarchies constitutionnelles, la constitution du Liechtenstein accorde au prince plusieurs pouvoirs d’une réelle importance, ce qui suscite régulièrement des polémiques. Les critiques ont néanmoins perdu beaucoup de leur légitimité depuis qu’un référendum tenu en mars 2003 a confirmé la forte adhésion populaire aux modalités actuelles du régime. « Forte adhésion » il est vrai obtenue par le prince Hans-Adam au terme de ce que certains ont qualifié de « chantage », lui et sa famille s’étant dits prêts à partir pour Vienne si leur pouvoir était contesté, faisant ainsi planer la menace d'une déstabilisation de ce pays prospère. Les élections parlementaires des 11 et 13 mars 2005 firent perdre au gouvernement de Otmar Hasler une part de sa majorité au Landtag. 180px-Vaduz_centre[1].jpg Le Liechtenstein est situé dans les Alpes, le long de la vallée du Rhin. Le fleuve délimite la totalité de la frontière ouest du pays avec la Suisse. À l’est, les montagnes atteignent de hautes altitudes : le sommet le plus élevé est le mont Grauspitz, qui culmine à 2599 mètres. Les vents prédominants en provenance du sud, cependant, ont tendance à adoucir le climat de la principauté. Le Liechtenstein est traversé du sud au nord par la Samina, un affluent de l'Ill. En saison froide, les pentes neigeuses des montagnes sont très prisées par les adeptes des sports d'hiver. Le Liechtenstein, en plus de n’avoir aucun accès à la mer, est entouré de pays n’y ayant eux-mêmes aucun accès, à savoir la Suisse et l’Autriche. Cela en fait, avec l'Ouzbékistan, un des deux seuls États au monde à être doublement enclavé, c'est-à-dire qu'il faut traverser au moins deux autres États pour avoir un accès à l'Océan mondial. Les frontières de la principauté sont longues de 77,9 km, dont 41 km avec la Suisse et 35 km avec l'Autriche. 180px-Unaxis_Balzers[1].JPG Économie Une entreprise de haute-technologie à Balzers. Articles détaillés : Économie du Liechtenstein et Liste d'entreprises liechtensteinoises. Malgré sa petite taille et ses ressources naturelles limitées, le Liechtenstein bénéficie d’une économie prospère, fondée sur le marché libre et un haut niveau d’industrialisation (biens d'équipements industriels, outillages, etc.). Le secteur financier de la principauté, tout comme le niveau de vie de sa population, peuvent tout à fait se comparer aux régions urbaines les plus riches de ses grands voisins européens. Un impôt sur les sociétés très avantageux (le taux maximum est de 18 %, la moyenne européenne s’élevant environ à 30 %) et diverses autres facilités ont incité près de 74 000 multinationales à s’implanter au Liechtenstein, le plus souvent sous la forme d’une simple boîte postale. La principauté en tire 30 % de ses revenus, et reste, avec Monaco et Andorre, l'un des trois derniers paradis fiscaux sur la liste noire de l'OCDE.[2] Le Liechtenstein, contraint d’importer plus de 90 % de ses besoins énergétiques, participe à une union douanière et monétaire avec la Suisse, et utilise donc le franc suisse comme monnaie nationale. La principauté est par ailleurs membre de l’Espace économique européen (EEE) depuis mai 1995, et le gouvernement cherche à harmoniser sa politique économique avec celle de l’Union européenne. Le chômage, bien qu’ayant doublé depuis l’an 2000, ne s’élève qu’à 2,2 % au troisième trimestre de 2004, ce qui constitue le taux le plus bas de tout l’EEE. Culture 180px-Kunstmuseum_Liechtenstein%2C_Vaduz[1].jpg 180px-Innenhof_von_Burg_Gutenberg_in_Balzers[1].JPG La petite principauté offre une large gamme d’activités ou d’associations culturelles et artistiques. L’étroite proximité de traditions rurales vivantes et d’échanges internationaux intenses qui caractérise le Liechtenstein constitue le socle de la vie culturelle. Les concerts, le théâtre, la danse et le cabaret ainsi que les musées, les galeries et les ateliers forme un pôle d’attraction pour les amis de la culture de toute la région. Le Kunstmuseum Liechtenstein (Musée des Beaux-arts du Liechtenstein) construit par les architectes suisses Morger, Degelo et Kerez et inauguré en 2000 est un véritable emblème architectonique. La façade, un béton teinté coulé sans joint et essentiellement constitué de pierre noire de basalte et de gravier de rivière coloré, a été traitée de manière à ce que sa surface réfléchissante produise des effets de matière et de lumière. En tant que musée d’art moderne et contemporain, il abrite la collection nationale d’art et offre régulièrement des expositions temporaires. Il y a aussi un musée national (Landesmuseum), inauguré en novembre 2003, un musée du ski (Skimuseum), la musée de la poste (Postmuseum) ou encore celui de la machine à calculer avec notamment la Curta. La culture populaire, notamment, est portée par une jeune génération ayant donné naissance à plusieurs groupes de rock ou de pop dont la renommée dépasse parfois les frontières locales. L’unique théâtre de la principauté, le Théâtre de la Place de l’Église (Theater am Kirchplatz), se trouve à Schaan. Mais depuis octobre 2003, Vaduz abrite également le Kleintheater Schlösslekeller[3], qui propose des concerts, des numéros d'humoristes ou des représentations de petites pièces. La principauté compte plusieurs artistes locaux reconnus dans leur domaine, comme le sculpteur Georg Malin et les peintres Bruno Kaufmann et Martin Frommelt. http://fr.wikipedia.org/wiki/Principaut%C3%A9_de_Liechtenstein - article de WIKIPEDIA ou vous pourrez lire la suite de l'article

10:00 Écrit par petitefleur-06 dans Loisirs/Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |