081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14.01.2013

Notre-Dame de Fátima - PORTUGAL

250px-VNO-fatima[1].png

Notre Dame de Fátima (pron. API ['fa.ti.mɐ]) est le vocable sous lequel est invoqué la Vierge Marie telle qu'elle serait apparue à trois enfants à Fátima, petit village du centre du Portugal, à six reprises au cours de l'année 1917. Ces apparitions, dont le message porte sur la prière et les fins dernières, ont d'abord été l'objet de méfiances, aussi bien de la part des autorités civiles que des autorités religieuses. Puis, dès 1930, le succès populaire de ce qui devient un grand centre de pèlerinage est accompagné de la reconnaissance de ces apparitions par l'Église catholique.

Contexte

La situation au Portugal

Le Portugal est un pays très anciennement catholique et qui a été reconquis de haute lutte sur les musulmans entre le Xe siècle et le XIIIe siècle. L'évangélisation a été très profonde, la mentalité catholique est fortement ancrée et est encore, au début du XXe siècle, une part intrinsèque de la vie au Portugal. Malgré cela, en 1908, le roi de Portugal Charles Ier est assassiné avec son fils aîné par deux carbonari. En 1910, Manuel II doit quitter le pays, et une république libérale et laïque est proclamée le 5 octobre. Le 24 mai 1911, par son encyclique « Jamdudum in Lusitania », le Pape Pie X rejette vigoureusement les lois de laïcisation mises en place par le nouveau gouvernement. La nouvelle constitution, votée en 1911, s'inspire largement des constitutions françaises et brésiliennes : le Portugal est officiellement un pays laïc et anticlérical[1].

La première Guerre Mondiale

Depuis août 1914, l'Europe est en guerre : le conflit meurtrier a déjà causé la mort de six millions de soldats. Engagé dans la guerre au coté des alliés à partir de mai 1916, le Portugal a environ 50 000 soldats positionnés en France[2].

carte portugal.JPG

La vie difficile dans la campagne portugaise

Situation géographiqueFátima est, en 1917, une paroisse rurale de 2500 habitants, située à 130 km au nord de Lisbonne. La paroisse est très dispersée, en une quarantaine de hameaux. Les habitants sont paysans, travaillant constamment un sol ingrat. Tout le monde est mis à contribution pour le travail quotidien. Les enfants sont généralement chargé de la garde des troupeaux. Cette pauvreté est doublée d'un profond analphabétisme, puisque seules 10 % des femmes savent écrire[3]. Dans le hameau d'Aljustrel, habitent les familles Dos Santos et Marto.

Voyants

Lúcia de Jesus dos Santos est née le 22 mars 1907 à Fátima, elle a donc dix ans. Son cousin, Francisco Marto né le 11 juin 1908 a neuf ans. Et Jacinta, sœur de François, née le 11 mars 1910, en a juste sept. Pour aider leur parents, ils participent à l'activité familiale en gardant les troupeaux de moutons dans les alentours du hameau, et en particulier dans le lieu dit « Cova de iria ».

Apparitions

L'ange du Portugal

Au cours de l'année 1915, Lucie et deux des ses amies font la rencontre de « quelque chose ». De retour au village, racontant leur aventures, les fillettes sont réprimandées.

Au printemps 1916, Lucie, François et Jacinthe font la rencontre de « l'ange de la Paix », qui va leur enseigner une prière d'adoration, puis une nouvelle rencontre à lieu à l'été, l'ange leur enseignant une prière de pénitence :

Première apparition:

13 mai 1917 Le 13 mai 1917, vers midi, une « dame habillée de blanc » apparait aux trois petits bergers et, s'adressant à Lucie, leur demande de venir le mois suivant, à cette même heure. Elle ajoute ensuite « Récitez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre ».

Jacinthe, oubliant sa promesse de discrétion, en parle à ses parents. La nouvelle se répand comme une trainée de poudre au sein du village mais la réaction est plutôt à la méfiance. Le curé interroge Lucie, et n'est pas du tout convaincu. Dans son rapport à l'évêque de Leiria il écrit : « il faut se tenir résolument à l'écart de cela ».

Deuxième apparition : 13 juin 1917

Le mois suivant, les enfants, accompagnés de quelques dizaines de personnes venues « pour voir », sont au rendez-vous. Le groupe récite le chapelet lorsque l'apparition se présente à nouveau, et, dans sa conversation avec Lucie, insiste sur l'importance de la prière, recommande la dévotion au « cœur immaculée de Marie » et annonçe la mort prochaine de ses cousins à Lucie : « J'emmènerai bientôt Francisco et Jacinta au ciel, mais toi tu resteras encore ici quelque temps, Jésus veut se servir de toi pour me faire connaître et aimer ». Elle demande aussi à la jeune Lucie d'apprendre à lire et écrire afin de mieux rapporter sa parole auprès des hommes.

Seuls les trois enfants voient l'apparition : les témoins ne voient ni lumière, ni la Vierge, ni ne l'entendent. Mais ils témoignèrent avoir vu le petit arbre, sur lequel se tenait l'apparition, ployé comme s'il portait un poids, brutalement allégé lors du départ de la Vierge. Ils témoignèrent aussi avoir entendu un son et vu un sillage lors du départ de l'apparition

450px-Virgen_de_F%C3%A1tima[1].jpg

Troisième apparition : 13 juillet 1917

La statue de Notre-Dame de FátimaLe vendredi 13 juillet, la « dame en blanc » apparait devant Lucia et ses cousins comme les autres fois, environ 4 000 personnes assistent à l'événement, bien que ne voyant rien eux-mêmes : Lucie, Jacinte et François sont toujours les seuls à percevoir la Dame en blanc , les fidèles ne constatent que des faits inhabituels, tel des éclairs, halo de lumière ou vent soudain.

Elle s'adresse, comme à chaque apparition à Lucie : « Je veux que vous continuiez à dire le chapelet tous les jours en l'honneur de Notre-Dame du Rosaire, pour obtenir la fin de la guerre et la paix du monde ».

C'est au cours de cette manifestation que l'apparition confie un secret aux enfants. Cette partie du message de Fátima ne sera dévoilée qu'en 1942, pour les deux premières partie et c'est en 2000 que le Vatican divulguera la troisième partie du secret.

ect.......

Les voyants et la reconnaissance ecclésiale

250px-Newspaper_fatima[1].jpg

François et Jacinthe Marto, atteints de la grippe espagnole, meurent très tôt, respectivement en 1919 et 1920. Ils ont été déclarés vénérables par le Pape Jean-Paul II le 13 mai 1989 et béatifiés le 13 mai 2000.

Lucie Dos Santos entre au noviciat des sœurs Dorothée le 24 octobre 1925 à Tuy, elle y prononce ses vœux en 1928. Elle a de nouvelles apparitions en 1925 et 1929. En octobre 1934, Lucie prononce ses vœux perpétuels et prend comme nom de religieuse sœur Marie des Douleurs.

L'évêque de Leiria, Mgr da Silva, par une lettre pastorale publiée le 13 octobre 1930, reconnaît les apparitions comme « digne de foi » et approuve le culte à « Notre Dame de Fátima ». Sur ordre de la hiérarchie ecclésiastique, Lucie rédige ses mémoires, dont il y a quatre versions (une en 1935, une en 1937, une en 1941 et une début 1942).

En 1946, le troisième centenaire de la consécration du Portugal à la Vierge Marie est l'occasion du couronnement solennel de la statue de Notre Dame de Fátima par le Cardinal Masella, Légat pontifical, devant 600 000 pèlerins. La couronne est offerte par les femmes portugaises en remerciement de la préservation du Portugal pendant la Seconde Guerre mondiale.

A partir de 1948, Lucie entre au couvent des Carmélites de Coimbra (Portugal). Elle y prend le nom de sœur Lucie du Cœur Immaculé.

Elle meurt le 14 février 2005 à l'âge de 97 ans.


Le sanctuaire Notre-Dame-de-Fátima


800px-Fatima_church[1].jpg

Santuário de Fátima
L'intérieur de la basiliqueC'est le 28 avril 1919 qu'est construite la première chapelle sur le site des apparitions, par des pèlerins, le curé de Fátima ayant reçu la consigne de se tenir à l'écart de ces manifestations de dévotions. C'est une petite chapelle faite de pierres et de chaux, couverte de tuiles et mesurant 3,30 m de longueur, 2,80 m de largeur et 2,85 m de hauteur.

En 1921, le nouvel évêque de Leiria autorise la dévotion à Marie sur le site de Fátima. Après sept ans d'enquête, en 1930, il reconnaît officiellement les apparitions. Les constructions peuvent alors commencer.

800px-Santu%C3%A1rio_de_F%C3%A1tima[1].jpg

Dès 1928 est commencée la construction de l'église de Fátima. Terminée en 1931, la Basilique néoclassique mesure 70,50 m de longueur et 37 m de largeur. Les quinze autels qu’elle comporte sont dédiés aux quinze mystères du Rosaire. Dans la chapelle du côté gauche se trouve les tombeaux de Jacinthe et de Lucie et dans celle de droite celui de François.

Le sanctuaire, si l’on inclut l’ensemble des édifices et son immense enceinte, a une surface de 86 400 m², et peut contenir environ 300 000 personnes.

Fátima est aujourd'hui un centre mondial de pèlerinages très connu. La ville compte 10 000 habitants, et chaque année 4 millions de pèlerins et touristes se rendent à Fátima[4], ce qui en fait le quatrième lieu de pèlerinage catholique du monde (après Notre-Dame de Guadalupe au Mexique, le Vatican et Lourdes)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Notre-Dame_de_F%C3%A1tima - pour lire l'article en entier

IMG_4630.JPG



IMG_4628.JPG



IMG_4631.JPG



IMG_4633.JPG



IMG_4634.JPG



IMG_4673.JPG



IMG_4635.JPG



nouvelle basilique contenant 8000 places

IMG_4656.JPG



IMG_4617.JPG



la maison de Lúcia de Jesus dos Santos

IMG_4626.JPG



IMG_4620.JPG



IMG_4625.JPG



IMG_4621.JPG



photos de gilles blanc et de genevieve riciotti


15:32 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

Commentaires

l'Article me passionne et fera présentement figure de référence !

Écrit par : site de pari sportif | 27.05.2014

Les commentaires sont fermés.