081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17.01.2010

LORO PARQUE - Puerto de la Cruz -TENERIFE

Puerto de la Cruz est une commune située dans le nord de l'île de Ténérife dans l'archipel des Canaries (Espagne). Puerto de la Cruz est le grand centre touristique du nord de Ténérife. La ville forme avec les communes de La Orotava, Los Realejos et d'autres encore une agglomération de 140.000 habitants.

Histoire

A l'origine Puerto de la Cruz était le port de la ville La Orotava qui se situe à l'arrière-pays. Lorsqu'en 1706 la ville de Garachico fut en partie ensevelie par la lave après une éruption volcanique, Puerto de la Cruz prit le relais et devint le port le plus important de la côte nord de l'île.

A la fin du XIXe s. les premiers touristes anglais découvrirent Puerto de la Cruz et à partir de 1950 la ville devint un important centre touristique.

Parc ornithologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

800px-Orcas_at_Loro_Parque_08_(C)_Piotrus.jpg
Grues couronnées au Parc des Perroquets à Ténérife.

Un parc ornithologique est un établissement (ou espace) zoologique ouvert au public et spécialisé dans la présentation et l’élevage d’oiseaux.

Les endroits où le public peut voir des oiseaux vivant en captivité comprennent, outre les parcs ornithologiques ainsi que des collections spécialisées consacrées à certains groupes particuliers d’espèces aviennes (notamment d’anatidés, de perroquets ou de rapaces), la plupart des zoos et des autres parcs animaliers.

 

Conception

Les enclos servant à contenir les oiseaux résidant dans un parc ornithologique peuvent prendre une diversité de formes.

Maisons pour oiseaux

Lory_Loft_3,_Jurong_Bird_Park,_Oct_05.JPG

Serre tropicale au Parc ornithologique de Walsrode.
Manchots au Parc des Perroquets à Ténérife.

En premier lieu, il peut s'agir d’une série de petites volières d’élevage, contenant chacune un couple ou un petit groupe d’oiseaux d’une même espèce, à l’intérieur et à l’extérieur d’un bâtiment dénommé oisellerie ou « maison pour oiseaux ». Cette maison peut aussi contenir de plus larges volières destinées à exposer une association de plusieurs espèces qui peuvent être apparentées ou provenir d’un même habitat naturel abritant, par exemple, des oiseaux de la forêt tropicale, de marais ou des rivages marins.

Des méthodes variées de présentation existent pour garder les oiseaux à l’intérieur des volières et pour les exposer au public. Le grillage est le moyen le plus traditionnel utilisé à cet effet. Une barrière moins visible, pour les visiteurs, consiste à tendre des fils métalliques verticaux à des intervalles de 1 cm à 2 cm de distance. Le verre est aussi utilisé comme matériau de séparation, mais il doit être positionné avec soin pour qu’il ne produise pas de réflexions qui empêchent le public de voir les oiseaux. Toutefois, ce matériau doit demeurer visible pour les oiseaux qui pourraient se blesser en ne percevant pas cette barrière ou se tuer en la percutant.

A l’intérieur d’une oisellerie, les oiseaux peuvent être confinés dans des volières simplement encloses par des techniques d’éclairage : le territoire réservé aux oiseaux est éclairé brillamment avec des lampes à forte intensité lumineuse pour recréer la lumière naturelle,

tandis que les aires réservées au public sont plongées dans la pénombre. Avec son système élaboré en 1948, le Zoo d'Anvers fut l’initiateur de telles techniques en Europe. [1]

Les parcs ornithologiques sont souvent dotés d’installations spécialisées pour la conservation d’espèces exotiques qui ne sont pas adaptées à un climat local. Ainsi, des serres chauffées peuvent être spécifiquement destinées à la présentation et à l’élevage d’oiseaux tropicaux ou exotiques. Ces serres à oiseaux sont ouvertes au public qui doit y circuler dans des chemins qui lui sont réservés. Les oiseaux y volent en totale liberté dans un décor évoquant la forêt tropicale. Une double porte d’entrée est généralement utilisée pour s’assurer qu’aucune fuite d’oiseau n’est possible. Ces serres permettent de reconstituer des écosystèmes naturels et de présenter des communautés d'espèces aviennes dans la végétation appropriée sous le climat adapté en température et en humidité. Les oiseaux ne jouent pas un rôle dominant pour le visiteur mais s'intègrent dans leur environnement naturel.

Des parcs ornithologiques ont créé des aménagements adaptés à des conditions spéciales pour les oiseaux vivant dans des environnements extrêmes, tels les oiseaux polaires. Les installations polaires sont réfrigérées toute l'année, de sorte que les oiseaux y trouvent la température de leur milieu naturel ; une basse température de l'air et de l'eau y est entretenue artificiellement pour produire de la glace réelle afin de simuler la banquise. Des vitres permettent aux visiteurs de voir les oiseaux semi-aquatiques évoluer sur terre et nager en surface aussi bien que sous l'eau.

Présentations en semi-liberté

Des parcs ornithologiques, avec principalement des oiseaux vivant en semi-liberté, peuvent être visités. Leur originalité de conception est d'éviter les barrières artificielles (grillage, barreaux) et de laisser vivre les oiseaux dans un environnement aussi naturel que possible.

  • Ceux qui s'attachent à présenter l'avifaune exotique le font plutôt dans un cadre naturaliste agrémenté de pièces d'eau, paysagé et planté d'espèce végétales exogènes. En France, le Parc de Clères, fondé en 1919 par l'ornithologue Jean Delacour et ouvert au public en 1930, en est un bon exemple.
  • Ceux qui s'attachent à présenter l'avifaune locale le font souvent dans un cadre qui se distingue par le caractère naturel de son paysage et de sa végétation. L'accent est alors mis sur les ressemblances avec une réserve naturelle : la conception est proche d'un parc de vision. C'est le cas en Grande-Bretagne des sites du Wildfowl and Wetlands Trust sur le modèle fondé en 1946 à Slimbridge par l'ornithologue Peter Scott.
canarie 3 283-1.jpg
canarie 3 283-1 (1).jpg
canarie 3 283-1 (2).jpg
canarie 3 283-1 (3).jpg
canarie 3 283-1 (4).jpg

canarie 3 283-1 (5).jpg

canarie 3 283-1 (6).jpg
canarie 3 283-1 (7).jpg
canarie 3 283-1 (8).jpg
canarie 3 283-1 (9).jpg
canarie 3 283-1 (10).jpg
canarie 3 283-1 (11).jpg
canarie 3 283-1 (12).jpg
canarie 3 283-1 (13).jpg
canarie 3 283-1 (14).jpg
canarie 3 283-1 (15).jpg
canarie 3 283-1 (16).jpg
canarie 3 283-1 (17).jpg
canarie 3 283-1 (18).jpg
canarie 3 283-1 (19).jpg
canarie 3 283-1 (20).jpg
canarie 3 283-1 (21).jpg
canarie 3 283-1 (22).jpg
canarie 3 283-1 (23).jpg
canarie 3 283-1 (24).jpg
canarie 3 283-1 (25).jpg
canarie 3 283-1 (26).jpg
canarie 3 283-1 (27).jpg
canarie 3 283-1 (28).jpg
canarie 3 283-1 (30).jpg
canarie 3 283-1 (31).jpg
canarie 3 283-1 (32).jpg
canarie 3 283-1 (33).jpg
canarie 3 283-1 (34).jpg
canarie 3 283-1 (35).jpg
canarie 3 283-1 (36).jpg
canarie 3 283-1 (37).jpg
canarie 3 283-1 (38).jpg
canarie 3 283-1 (39).jpg
canarie 3 283-1 (40).jpg
canarie 3 283-1 (41).jpg
canarie 3 283-1 (42).jpg
canarie 3 283-1 (43).jpg
canarie 3 283-1 (44).jpg
Le petit garçon dans la barque tirée par un dauphin et suivi par les 5 autres se demandait bien ce qu'il lui arrivait

canarie 3 283-1 (45).jpg
canarie 3 283-1 (46).jpg
canarie 3 283-1 (47).jpg
canarie 3 283-1 (49).jpg
canarie 3 283-1 (50).jpg


IMG_5870.JPG
IMG_5889.JPG
IMG_5905.JPG
IMG_5908.JPG
IMG_5925.JPG

canarie 3 283-1 (51).jpg
canarie 3 283-1 (52).jpg
canarie 3 283-1 (53).jpg
canarie 3 283-1 (54).jpg
canarie 3 283-1 (55).jpg
canarie 3 283-1 (56).jpg
canarie 3 283-1 (57).jpg
canarie 3 283-1 (58).jpg
canarie 3 283-1 (59).jpg
canarie 3 283-1 (60).jpg

21:12 Écrit par petitefleur-06 dans ANIMAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.