081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01.07.2010

LA CROATIE - LA COTE DE HAUT EN BAS

 

Carte_de_Croatie.png

POREC

 

Poreč (en italien: Parenzo) est une ville et une municipalité située en Istrie, dans le comitat d'Istrie, en Croatie. Au recensement de 2001, la municipalité comptait 17 460 habitants, dont 75,40 % de Croates[2] et la ville seule comptait 10 448 habitants [3]. C'est une commune bilingue croate/italien[

 

Poreč013.jpg

La Maison du lion à Poreč

 

 

porec 6.jpg
porec01.jpg
7porec.jpg
8porec.jpg

porec-croatia-.jpg
porec-croatie-.jpg

IMG_0130.JPG


Histoire

Le lieu de Poreč (Parenzo en italien) est habité depuis les temps préhistoriques. Au cours du IIe siècle avant J.-C., un camp romain est construit sur une petite péninsule de 400 m par 200 m, où se situe le centre-ville actuel. Pendant le règne de l'empereur Auguste au Ier siècle, Poreč devient officiellement une ville et fait partie de la colonie romaine de Colonia Iulia Parentium. Au IIIe siècle, la ville devient une communauté chrétienne avec un des premiers bâtiments chrétiens sacrés. La première basilique, dédiée à Saint Maurus des Parentium, remonte à la seconde moitié du IVe siècle. Le sol en mosaïque de l'oratoire, à l'origine une partie d'une grande maison romaine, est encore présent dans le jardin de la basilique euphrasienne.

Avec la chute de l'empire romain en 476, plusieurs pouvoirs se sont succédé. Tout d'abord, les Ostrogoths contrôlèrent Poreč puis après 539 elle fit partie de l'empire byzantin. À partir de 748, les Francs prirent le pouvoir. Au XIIe siècle suivit une courte période d'indépendance, avant de faire partie du Patriarquat d'Aquilée. En 1267, Poreč devint la première ville d'Istrie à être choisie pour faire partie de la république de Venise qui la dirigera pendant plus de cinq siècles.

street.jpg

PULA

Pula (en italien Pola, en slovène Pulj) est une ville et une municipalité située en Istrie, dans le Comitat d'Istrie, en Croatie. Au recensement de 2001, la municipalité comptait 58 594 habitants[2], dont 71,65 % de Croates, 5,83 % de Serbes et 4,82 % d'Italiens (8,28 % n'ayant pas indiqué d'affiliation ethnique)[3]. C'est une commune bilingue croate/italien[4].

Pula est la seule localité de la municipalité.

Pula-avion.JPG

Histoire

L'histoire de la ville de Pula remonte à près de 3 000 ans. Un des plus importants édifices de la ville est l'amphithéâtre romain de Pula, arena en latin. On trouve également dans les restes romains de la ville un temple d'Auguste, l'ancien capitole du forum (transformé en palais communal), un arc de triomphe, un mur d'enceinte en ruines et les restes (dont la façade) de deux théâtres antiques.

Des fouilles récentes ont permis de mettre au jour les fondations de différents quartiers romains, les travaux sont encore en cours (2006).

Du XIVe siècle, la ville appartint à Venise qui la fit fortifier par l’ingénieur militaire français Antoine de Ville.

Beaucoup plus tard, Pula fut une ville importante d'Autriche-Hongrie. Profitant de sa situation idéale sur la mer Adriatique, elle fut base navale militaire de la marine austro-hongroise, station d'observation céleste et siège du ministère de l'hydrographie. La ville est multiculturelle : il y a une majorité d'italiens ainsi qu'une forte présence de slaves et d'autres nationalités dans la ville et ses environs.

À l'issue de la Première Guerre mondiale, les troupes italiennes occupèrent Pula, qui devint italienne comme le reste de l'Istrie.

Après la Seconde Guerre mondiale, en mai 1945, la ville fut prise par les troupes yougoslaves, et fut intégrée à la Croatie, comme le reste de la péninsule istrienne. La situation fut entérinée par le traité de paix de 1947, suite auquel plus de la moitié de la population (dont la majorité de la forte co

799px-Pula-kastel.JPG

Forteresse de Pula

Monastère_franciscain.jpg
Monastère franciscain du XIIè siècle

Pula1.jpg
Pula-amfiteatar.JPG
Amphithéâtre

IMG_0160.JPG
IMG_0165.JPG
IMG_0169.JPG
IMG_0179.JPG


Pula_seen_from_citadel.jpg


Pula vue de sa citadelle

IMG_0193.JPG
IMG_0195.JPG
IMG_0196.JPG


IMG_0889.jpg
IMG_0891.jpg
IMG_0893.jpg
IMG_0894.jpg
IMG_0895.jpg

IMG_0201.JPG
IMG_0205.JPG
IMG_0218.JPG
IMG_0232.JPG
IMG_0237.JPG
IMG_0899.jpg





Rovinj

Rovinj (en italien, Rovigno) est une ville et une municipalité située en Istrie, dans le Comitat d'Istrie, en Croatie. Au recensement de 2001, la municipalité comptait 14 234 habitants, dont 65,94 % de Croates, 11 44 % d'italien (11 47 % ne déclarant pas de nationalité)[2] et la ville seule comptait 13 467 habitants [3]. C'est une commune bilingue croate/italien[4].

croatie 071.jpg
croatie 072.jpg

Antiquité

Une légende raconte que Rovinj fut fondée par les habitants d'une ville engloutie du nom de Cissa. Une exploration sous-marine en 1890 aurait même confirmé cette légende[réf. nécessaire]. Rovinj fut fondée au IVe siècle de notre ère et fut colonisée par les Slaves au VIIe siècle. Elle est citée au Ve siècle par un habitant de Ravenne sous le nom de "castrum Rubini". C'est à cette époque qu'elle entretient des liens étroits avec Raguse afin de protéger son commerce déjà florissant.

Moyen-Âge

Après la domination romaine, Rovinj est successivement prise par les Huns, les Ostrogoths et en 539, par les byzantins. Elle compte alors près de 100 habitants. C'est en 800 que serait parvenu jusqu'aux côtes le sarcophage de Sainte-Euphémie dont les reliques reposent toujours dans son sanctuaire, au sommet de la ville. La piraterie toujours plus présente dans l'Adriatique contraint Rovinj à rapprocher de la protection de Venise en 1283. Ce fut une des premières cités d'Istrie à reconnaître



croatie 074.jpg
croatie 076.jpg
croatie 077.jpg
croatie 080.jpg
IMG_0834.jpg
IMG_0841.jpg

Lieux et Monuments

Basilica_Saint_Euphemia_in_Rovinj_2006-08-28.JPG



La cathédrale Sainte-Euphémie
  • La cathédrale Sainte-Euphémie du VIIIe siècle remaniée en 1736 dans le style baroque se trouve au sommet de la ville. Édifiée sur les ruines d'une église romane, elle est pourvue d'un campanile de 63 mètres, construit selon le même modèle que le campanile de la place Saint-Marc à Venise. Ce campanile, (le plus haut d'Istrie), a demandé 26 ans de chantier. À son sommet culmine une statue-girouette de Sainte-Euphémie tenant une palme et une roue, symbole de son martyr. À l'intérieur de l'église, un autel en marbre, une statue de Saint-Georges au dragon, des tableaux de Giovanni Contarini. Les reliques de sainte Euphémie reposent dans un sarcophage en marbre.

 

A SUIVRE

19:07 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.