081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21.07.2012

DAMAS, CAPITALE DE LA SYRIE

Damas est la capitale de la Syrie. En arabe la ville s'appelle Dimashq ach-Cham ou simplement Dimashq[1]. La ville même compte plus de 5 550 000 habitants et son territoire correspond au muhafazat (gouvernorat) de Damas-Ville. Damas est la plus ancienne ville encore habitée au monde.

 

Damsacus_infobox.jpg
 

Étymologie

En arabe, la cité s'appelle دمشق الشام (Dimashq al-Shām), bien que ceci soit souvent abrégé Dimashq ou al-Shām par les habitants de Damas, de Syrie et des pays arabes voisins. L'étymologie du mot ancien "Damascus" est incertaine, mais elle est souvent considérée comme étant présémitique. On retrouve les termes 'Dimašqa en akkadien, T-ms-ḳw en égyptien ancien, Dammaśq en araméen et Dammeśeq (דמשק) en hébreu biblique.

Géographie

 

Syrie.gif

 

Damas se trouve à environ 80 km de la mer Méditerranée, à l'abri de l'Anti-Liban. Elle se situe sur un plateau à 680 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La vieille ville se trouve sur la rive sud de la rivière Barada, qui est presque à sec (3 cm à gauche). A l'intérieur des remparts se trouvent plusieurs monuments comme la mosquée des Omeyyades,

La grande mosquée des Omeyyades de Damas (706-715) est un édifice religieux musulman édifié par le calife omeyyade Al Walid Ier.

damas 001 (63).jpg
damas 001 (64).jpg
damas 001 (65).jpg
damas 001 (67).jpg
damas 001 (69).jpg
damas 001 (70).jpg
damas 001 (72).jpg
damas 001 (74).jpg
IMG_1335.JPG
IMG_1340.JPG
IMG_1341.JPG
IMG_1343.JPG

Histoire

 

Le minaret de Jésus

 
Le minbar de la mosquée


Le mihrab principal

Emplacement

 

 


Cette grande mosquée fut édifiée dans la vieille ville romaine de Damas devenue capitale de l'empire omeyyade, près des deux axes principaux de la ville : le cardo et le decumanus. Elle se situe à l'emplacement de l'ancienne église Saint Jean le Baptiste (IVe siècle), qui elle-même avait été construite sur un ancien téménos romain dédié à Jupiter. On peut donc dire qu'elle a été bâtie sur l'endroit considéré comme le plus saint de la ville par ses habitants.

Le temple romain est encore présent dans la mosquée sous la forme de certains murs, des propylées à l'est et des tours aux angles utilisées comme minarets. Par contre, la basilique Saint-Jean-Baptiste, édifice de petite taille, fut détruite pour acquérir de la place. Cette suppression a eu lieu qu'après que l'église eut été rachetée par le pouvoir musulman vers 664.

Un palais de la période omeyyade a été découvert lors de fouilles archéologiques à proximité de la mosquée.

IMG_1347.JPG
 
A 100 m de la mosquée des Omeyyades, le palais Azem, d'époque ottomane (1749), abrite le musée des arts et traditions populaires (collections ethnographiques, présentées à travers de scènes de la vie quotidienne reconstituées avec des mannequins
de cire, d'instruments de musique, de meubles anciens, etc.). Construit par le gouverneur de la ville, As'sad Pacha el-Azem, il a été racheté par les autorités mandataires françaises en 1922 (abritant l'institut français d'archéologie de Damas de 1930 à l'indépendance), puis en 1952 par l'État syrien.
damas 001 (92).jpg

damas 001 (94).jpg

damas 001 (95).jpg

damas 001 (96).jpg


damas 001 (91).jpg
 
 
damas 001 (97).jpg
 
damas 001 (100).jpg
IMG_1361.JPG

 

le Palais Azem ou encore le caravansérail Khan Assad Basha. Rues ou ruelles couvertes et bordées de boutiques, les souks (souk Al-Hamidiyya, souk Medhatt Basha, souk Bzouriye) pénètrent la vieille cité, principalement à l'ouest de la mosquée des Omeyyades. Par le tracé de l'ancienne Via Recta on gagne la partie Est où se situent les quartiers chrétiens. Ces derniers abritent plusieurs églises orthodoxes.

Pour le sud-est, nord et nord-est, elle est entourée de banlieues, dont l'histoire remonte au Moyen Âge: Midan, dans le sud-ouest, Sarouja et Imara dans le nord et le nord-ouest. Ces districts se construisent d'abord sur les routes de la ville, près des tombes des personnalités religieuses. Au XIXe siècle, les villages se développent sur les pentes du Jabal Qassioun, surplombant la ville. C'est à cette époque qu'apparaît le site du quartier d'As Salihiye autour de l'important sanctuaire de cheikh Muhi al-Din Ibn Arabi. Ces nouveaux quartiers ont été d'abord colonisés par des soldats kurdes et des réfugiés musulmans des régions européennes de l'Empire ottoman, qui avaient été reconquises par les chrétiens. Aussi prirent-ils les noms d'al-Akrad (les Kurdes) et d'al-Muhajirin (les migrants). Ces quartiers se situent à environ deux ou trois kilomètres au nord-ouest de la vieille ville.

 

 

Damascus_roman_archs.JPG

Fronton restant du temple de Zeus à Damas, qui fait maintenant partie des murs du souq al-Hamidiyyah

 

 

damas 001 (46).jpg
IMG_1324.JPG

De la fin du XIXe siècle, un centre administratif et commercial moderne a commencé à voir le jour à l'ouest de la vieille ville, autour du Barada, centré sur la zone connue sous le nom de al-Marjah ou la Prairie. Al-Marjah est rapidement devenu le nom de ce qui était initialement la place centrale du Damas moderne, autrement connue sous le nom de place des Martyrs, où a d'ailleurs été édifié l'hôtel de ville. Le palais de justice, le bureau principal de la poste et la gare se trouvaient sur un terrain légèrement plus élevé et plus au sud qui correspond à l'actuelle avenue An Nasr. Bientôt européanisé ce quartier s'est étendu sur la route entre Al-Marjah et As Salihiye. Le centre commercial et administratif de la nouvelle ville s'est progressivement déplacé légèrement vers le nord-ouest en direction de ce domaine. Par la suite, vers le nord, d'autres quartiers se sont développés autour de l'actuelle place Sabe' Bahrat sur laquelle a été édifiée la Banque Centrale de Syrie. A proximité se trouve le ministère de l'Economie.

Au XXe siècle, de nouvelles banlieues se sont développées au nord du Barada, et dans une certaine mesure, au sud, envahissant l'oasis de la Ghouta (de l'arabe {{lang[rtl|ar|الغوطة}} al-Guta qui signifie oasis). Depuis 1955, le nouveau quartier de Yarmouk est devenu une deuxième patrie pour des milliers de réfugiés palestiniens. Les urbanistes ont préféré préserver la Ghouta autant que possible, et à la fin du XXe siècle, quelques-uns des principaux axes de développement ont été percés au nord, dans l'ouest du district Mezze et, plus récemment, le long de la vallée du Barada, à Dumar dans le nord-ouest ainsi que sur les pentes de la montagne à Berze dans le nord-est. Les zones les plus pauvres, souvent construites sans autorisation officielle, se sont surtout développées au sud de la ville principale.

Damas est entourée d'une oasis, la Ghouta, arrosée par le Barada. La petite ville d'Aïn-el-Fijeh avec ses abondantes cascades, située à l'ouest de la vallée du Barada, alimente la capitale en eau potable. La Ghouta de Damas a diminué en taille avec l'expansion rapide de l'habitat et de l'industrie dans la ville et elle est presque à sec. Elle est aussi devenue polluée en raison de la circulation, de l'industrie et des eaux usées.

 

Damascus-Hejaz_station.jpg

La gare Al-Hijaz

Histoire

C'est la capitale la plus ancienne au monde elle est aussi la ville la plus peuplée de la grande Syrie (Assyrie) (des traces archéologiques remontent au IVe millénaire av. J.-C.). Elle est citée dans la Bible, dans le livre de la Genèse[4], et plusieurs fois dans les Livres des Rois[5] et des Prophètes[6].

« La ville de Damas surpasse toutes les autres en beauté et en perfection ; et toute description, si longue qu’elle soit, est toujours trop courte pour ses belles qualités[7]. »

Damas connut l'influence de nombreuses civilisations dont celles des Assyriens, Perses, Grecs, Séleucides, Romains et Arabes.

Elle fut l'un des berceaux du christianisme et vit Saint-Paul prononcer ses premières prédications, notamment dans l'église d'Ananie, la plus vieille de Syrie (aujourd'hui dans le quartier chrétien de Bab Touma).

En 635, Damas se soumit aux musulmans et devint la capitale de la dynastie des Omeyyades de 661 à 750. Avec l'adoption de la langue arabe, elle devint le centre culturel et administratif de l'empire musulman durant près d'un siècle. Par la suite, elle resta une place culturelle majeure et un pôle économique de premier plan profitant de sa situation géographique privilégiée, à la croisée des chemins de La Mecque, l'Afrique, l'Anatolie, la mer Méditerranée et l'Asie (route de la soie en direction de la Chine et commerce des épices avec l'Inde).

 

Ananias_house.jpg

la maison d'Ananie” (Église souterraine).

damas 001 (117).jpg
damas 001 (118).jpg
damas 001 (119).jpg

 

Fichier:Résidence du Général Sarrail.jpg

Vue panoramique de la cour de la résidence du Général Sar

 

EGLISE ARMENIENNE A DAMAS

damas 001 (107).jpg
damas 001 (109).jpg
damas 001 (111).jpg
damas 001 (112).jpg
damas 001 (113).jpg
damas 001 (115).jpg
damas 001 (116).jpg
IMG_1377.JPG
IMG_1381.JPG

Le Musée national de Damas est le principal musée archéologique de Damas et l'un des plus importants de Syrie. Situé dans les quartiers ouest de la ville, entre l'Université de Damas et la Mosquée de Tekkiye, il fut construit en 1936 pour abriter les collections archéologiques nationales, rassemblées à partir de 1919. Le bâtiment fut rénové et agrandi en 1956 et 1975.

Le clou des collections est la reconstitution de la salle d'assemblée de la synagogue de Doura Europos, avec son ensemble unique de fresques narratives. Le musée abrite également une partie du matériel découvert à Palmyre (reconstitution d'un hypogée).

 

Damascus-National-Museum.JPG
 
damas 001 (2).jpg
damas 001 (3).jpg
damas 001 (5).jpg
damas 001 (7).jpg
damas 001 (8).jpg
damas 001 (9).jpg
damas 001 (11).jpg
damas 001 (14).jpg
damas 001 (15).jpg
damas 001 (18).jpg
IMG_1287.JPG
IMG_1288.JPG
IMG_1289.JPG
PAS POSSIBLE DE PHOTOGRAFIER L'INTERIEUR DU MUSEE
 
 
SOUK DES ARTISANTS
 
damas 001 (37).jpg
damas 001 (39).jpg
damas 001 (40).jpg
damas 001 (41).jpg
damas 001 (43).jpg
IMG_1318.JPG
IMG_1319.JPG
IMG_1320.JPG
IMG_1321.JPG
IMG_1373.JPG
IMG_1376.JPG
UNE PETITE PROMENADE DANS LE VIEUX DAMAS
 
damas 001 (23).jpg
damas 001 (24).jpg
damas 001 (25).jpg
damas 001 (26).jpg
damas 001 (34).jpg
damas 001 (36).jpg
damas 001 (44).jpg
damas 001 (45).jpg
damas 001 (47).jpg
damas 001 (48).jpg
damas 001 (49).jpg
damas 001 (54).jpg
damas 001 (88).jpg
damas 001 (102).jpg
damas 001 (103).jpg
damas 001 (104).jpg
damas 001 (105).jpg
damas 001 (106).jpg
IMG_1306.JPG
IMG_1308.JPG
IMG_1316.JPG
IMG_1323.JPG
IMG_1360.JPG
IMG_1370.JPG
IMG_1371.JPG
IMG_1382.JPG
IMG_1384.JPG
ET POUR FINIR UN PEU DE RUINES DU PASSE
 
damas 001 (27).jpg
damas 001 (28).jpg
damas 001 (29).jpg
damas 001 (30).jpg
damas 001 (52).jpg
damas 001 (53).jpg
damas 001 (55).jpg
damas 001 (56).jpg
damas 001 (57).jpg
IMG_1309.JPG
IMG_1311.JPG
IMG_1329.JPG
IMG_1330.JPG
IMG_1331.JPG
 
FIN DE LA VISITE DE DAMAS

12:02 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.