081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21.07.2012

CITADELLE DU KRAK DES CHEVALIERS - SYRIE

 

 

krak.jpg

 

 

 

Krak des chevaliers 1

 

Le Krak des Chevaliers ou Krak de l'Hospital, le terme « krak » dérive du syriaque karak signifiant « forteresse », Qal`at al-Hosn[1] (La forteresse imprenable) ou Hisn al-Akrād[2] (forteresse des Kurdes) est un château fort datant de l'époque des croisades. Il est situé dans l'ouest de la Syrie, sur les derniers contreforts du jabal Ansariya.

Les chevaliers de l'Hôpital (ou Hospitaliers) gérèrent le fort de 1142 à 1271, date de sa conquête par Az-Zâhir Rukn ad-Dîn Baybars al-Bunduqdari (Baybars Ier), sultan des Mamelouks. Cette conquête mit fin à 129 ans d'invincibilité du fort.

Thomas Edward Lawrence, en le découvrant en 1909 le jour de son 21e anniversaire, le qualifia de « plus beau des châteaux du monde, certainement le plus pittoresque que j’ai vu, une véritable merveille. »[3]

Depuis 2006, le krak des chevaliers est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

Situation géographique et chronologie

 

300px-Krak_des_chevaliers_-_artist_rendering.jpg

 

 

Le Krak des Chevaliers (reconstitution)

Dominant d'environ 500 mètres la plaine d'El-Bukeia, le Krak des Chevaliers fait partie d'un réseau défensif qui parcourt les frontières des anciens États latins d'Orient et contrôle la trouée d'Homs, point stratégique au carrefour des routes reliant Homs, à l'est, à la ville côtière de Tortose, à l'ouest, et Antioche, au nord, à Tripoli puis Beyrouth, au sud. C'est l'un des châteaux croisés les plus prestigieux et les mieux conservés.

Antiquité

Le Moyen-Orient fut toujours un point de rencontre des civilisations. S'y croisèrent Babyloniens, Égyptiens, Hittites, Hébreux, Romains, Perses, Byzantins, Arabes, Kurdes, Turcs seldjoukides puis ottomans et Francs, autant de cultures militaires différentes qui créèrent là une nouvelle architecture dont la quintessence reste de nos jours incarnée par le Krak des Chevaliers.

La bataille de Qadesh opposant Ramsès II aux Hittites en 1214 av. J.-C. a probablement eu lieu sur le Tell Nébi Mend à cinquante km au sud-est du Krak et est relatée sur les bas-reliefs du temple de Louxor. On y voit une forteresse hérissée de hautes tours et de créneaux. Qadesh va ensuite décliner au profit de la cité antique d'Émèse, mieux située. Les Romains dans un premier temps, puis les Byzantins après le Grand Schisme d'Orient dresseront dans la région de l'actuelle Syrie de nombreuses forteresses de tradition hellénique pour résister à la pression persane qui seront autant de modèles pour les fortifications construites par les armées arabo-musulmanes après qu'elles eurent conquis cette région de 634 à 639.

Conquête arabo-musulmane

 

750px-Krak_des_Chevaliers_22.jpg

 

 

Cours supérieure et intérieure

 

D'abord sous la domination omeyyade, la construction reprend de plus belle, mais des fortifications byzantines sont aussi remaniées et transformées en véritables palais, les bâtisseurs profitant de la présence d'antiques infrastructures (barrage sur l'Oronte et son aqueduc) pour faire fleurir des jardins au milieu du désert. Ces constructions continuèrent après la prise du pouvoir par les Abbassides en 750, et déclinèrent au fur et à mesure que l'armée, composée essentiellement de Turcs d'une tradition militaire moins basée sur les fortifications, s'emparait du pouvoir. De 945 à 1055, des Persans établiront même la dynastie des Bouyides.

Durant la même période, arrivent deux évènements majeurs engageant l'avenir de la région. D'abord, en 909, les fatimides chiites s'opposent au pouvoir abbasside de Bagdad et fondent une dynastie qui règnera sur tout le Maghreb et s'étendra au début du XIe siècle jusqu'en Palestine. Al Hakim, le « calife fou », lance alors une répression à l'encontre des chrétiens d'orient et des pèlerins chrétiens, traditionnellement bien tolérés. Il détruit les édifices chrétiens de Jérusalem. Cette fermeture soudaine des lieux et routes de pèlerinage sera l'un des événements qui conduisirent au déclenchement des croisades. En second lieu, les Seldjoukides, turcophones islamisés (sunnites) originaires de steppes à l'est de la mer d'Aral se lancent à la conquête du Moyen-Orient. Ils s'emparent de Bagdad en 1055, et prennent l'Anatolie aux Byzantins lors de la bataille de Mantzikert en 1071, et leur sultanat s'étend alors sur la Perse, l'Anatolie, la Syrie et la Palestine jusqu'aux frontières de l'Égypte fatimide. Le Krak est alors reconstruit sur le site d'une petite forteresse, sans doute occupée depuis l'antiquité, en 1031 par les Abbassides qui y installent une garnison kurde pour résister à la pression seldjoukide. La forteresse devint connue sous le nom de Hisn al-Akrād[2] la « forteresse des Kurdes ».

Architecture

Le krak des Chevaliers est devenu en un siècle de construction l'un des exemples d'architecture militaire défensive les plus aboutis de son époque et même du Moyen Âge. Une utilisation intelligente de la topographie et d'éléments d'architecture empruntés aux cultures européenne, byzantine et arabe ont rendu cette place imprenable pour peu qu'elle soit défendue par une garnison suffisante (Baybars utilisa la ruse plutôt que la force car il savait cette stratégie vouée à l'échec alors que le krak n'était plus défendu que par 300 hommes). Son système d'entrée était révolutionnaire: il consistait en un long corridor, entrecoupé de "sas", et percé dans son toit de nombreuses meurtrières servant à bombarder les assaillants à coups de pierre, et possédant de lourdes portes en bois à l'entrée et à la sortie, munies d'un système de poulies, et servant à bloquer le passage des attaquants qui auraient réussi à survivre assez longtemps pour parvenir jusque-là... Ce corridor débouchait dans la salle d'arme de l'enceinte extérieure.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Krak_des_Chevaliers

 

IMG_2622-1.JPG
IMG_2622-1 (1).JPG
IMG_2622-1 (2).JPG
IMG_2622-1 (3).JPG
IMG_2622-1 (4).JPG
IMG_2622-1 (7).JPG
IMG_2622-1 (8).JPG
IMG_2622-1 (11).JPG
IMG_2622-1 (13).JPG
IMG_2622-1 (15).JPG
IMG_2622-1 (17).JPG
IMG_2622-1 (18).JPG
IMG_2622-1 (19).JPG
IMG_2622-1 (20).JPG

 

IMG_2622-1 (23).JPG
IMG_2622-1 (26).JPG
 

 

 

 

IMG_2622-1 (28).JPG

 

IMG_2622-1 (29).JPG
IMG_2622-1 (30).JPG
IMG_2622-1 (31).JPG

 

IMG_2622-1 (32).JPG
IMG_2622-1 (34).JPG
IMG_2622-1 (35).JPG
IMG_2622-1 (36).JPG
IMG_2622-1 (37).JPG
IMG_2622-1 (38).JPG
IMG_2622-1 (39).JPG
IMG_2622-1 (40).JPG
IMG_2622-1 (41).JPG
 

 

IMG_2622-1 (42).JPG
IMG_2622-1 (43).JPG
IMG_2622-1 (44).JPG

 

 

 

IMG_2622-1 (47).JPG
IMG_2622-1 (48).JPG
IMG_2622-1 (49).JPG
IMG_2622-1 (50).JPG

 

IMG_2622-1 (51).JPG
IMG_2622-1 (52).JPG
IMG_2622-1 (53).JPG
IMG_2622-1 (54).JPG
IMG_2622-1 (55).JPG
IMG_2622-1 (56).JPG
IMG_2622-1 (57).JPG
IMG_2622-1 (58).JPG
IMG_2622-1 (59).jpg

 

 

AQUEDUC  ENCORE  EN  BON  ETAT

 

VOIR L'ALBUM PHOTOS SUR LA GAUCHE DU BLOG

 

 

 

16:05 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.