081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29.11.2010

SUITE DE MADABA A PETRA EN PASSANT PAR LE CHATEAU DE KARAC - JORDANIE

 

CHATEAU  d'Al-Karak

Al-Karak écrit aussi Karak ou Kerak1 est une ville de Jordanie sur le territoire de laquelle a été édifié un célèbre château fort croisé. Il s'agit de la capitale du gouvernorat de Karak.

 

800px-Kerak_BW_1.JPG

 

Géographie

La ville Al-Karak, comprise autrefois au sein du Royaume de Jérusalem, se situe dans le sud d'Amman sur l'ancienne Route du Roi. La ville est construite sur un plateau triangulaire à environ 1 000 mètres d'altitude avec l'ancienne place forte des Croisés dans sa pointe sud. Du plateau, Al-Karak jouit d'une vue dégagée sur la Mer Morte. Autour du château fort s'est édifiée une ville d'environ 20 000 habitants dans laquelle se trouvent aujourd'hui de nombreux bâtiments du xixe siècle ottoman restaurés.

Histoire

Le site d'Al-Karak est habité depuis l'âge de fer, et devient une ville importante à l'époque des Moabites qui appellent l'endroit Qir of Moab. Dans la Bible il est appeléQer Harreseth et semble avoir été soumis à l'empire assyrien. Le lieu tombe sous la coupe des Nabatéens, puis l'empire romain le conquiert en 105.

Au cours de la période hellénistique tardive, Al-Karak devient une ville importante dénommée Kharkha.

Sous l'Empire byzantin la ville devient un archevêché avec sa très vénérée « église de Nazareth » et reste à dominante chrétienne sous le joug arabe.

La ville devient un centre urbain important au moment des Croisades et de la dynastie ayyoubide auxquelles on doit les plus importants vestiges architecturaux.

Le Al-Ghassasneh (Ghassanides) tribu est considérée comme la première tribu à habiter la ville de Karak et le plus grand en termes de nombre. La tribu se compose de la famille: Suheimat, Dmour, Mbaydeen, Adaileh, Soub, Karakiyeen.

 

Le krak des Moabites

La construction de cette forteresse croisée commence autour de 1140, sous la direction de Payen le Bouteiller, le majordome de Foulque V d'Anjou. Les Croisés l'ont appelé le krak des Moabites ou Kerak de Moab2, comme cela se retrouve dans les livres d'histoire (voir krak des Chevaliers, autre forteresse avec laquelle il est souvent confondu). Le château fort se situe au sud du plateau. C'est un bel exemple d'architecture des croisades, un mélange de style européen, byzantin et arabe.

Payen était aussi à la tête de la Seigneurie d'Outre-Jourdain en transjordanie, et Karak était devenu son fief, en remplacement de celui deMontréal moins bien protégé plus au sud.

Le krak de Moab est connu pour avoir abrité Renaud de Châtillon. Ce krak est le plus proche de Jérusalem des trois connus (krak des chevaliers, krak de Moab, krak de Montréal). Il fut construit en 1142 sur une montagne rocheuse et comportait des douves allant jusqu’à 20 m de haut. Comme chaque krak, il était prêt à résister à de longs sièges, autant en besoins qu’en force. Il est encore debout.

De là, Renaud de Châtillon ordonna d’attaquer des caravanes sarrasines escortées, dont des marchands se déplaçant du Caire à Damas et des pèlerins allant à La Mecque, emprisonnant les marchands dans Kérak, ce qui déclencha un siège du krak par Saladin en 1183, lors de la2e croisade. Mais Renaud alluma un grand brasier du haut du donjon de la citadelle, visible de plusieurs kilomètres, afin d’alerter l’ost royal de Jérusalem, alors encore commandé par le roi lépreux Baudouin IV, qui vint alors au secours de Kérak. Saladin décida donc de lever le siège. Mais cela eut effet de rompre la trêve entre Saladin et Raymond III de Tripoli et déclencha la guerre sainte, la bataille de Hattin et la prise de Jérusalem par Saladin, dernier échec qui amena en partie la 3e croisade.

Après la bataille de Hattin en 1187, Saladin fait à nouveau le siège de Karak et finit par le prendre en 1189. La légende raconte qu'au cours du siège les assiégés ont dû vendre femmes et enfants pour acheter de la nourriture.

En 1263, le mamelouk Baybars agrandit et construit une tour au coin nord-ouest du château.

En 1840Ibrahim Pacha prend possession de la place et détruit la quasi totalité de ses fortifications.

Le musée archéologique de Karak est situé dans la cour basse du château. Il a été entièrement rénové et a rouvert ses portes en 2004. Il présente l'histoire locale et l'archéologie de la région depuis la période préhistorique jusqu'à l'ère islamique. Il se concentre particulièrement sur l'histoire des croisés au sein de leur forteresse d'Al-Karak.

 

IMG_3906.JPG
IMG_3907.JPG
IMG_3902.JPG
IMG_3903.JPG
IMG_3911.JPG
IMG_3910.JPG
IMG_3912.JPG
IMG_3916.JPG
IMG_3917.JPG
IMG_3918.JPG
IMG_3921.JPG
IMG_3922.JPG
IMG_3924.JPG

 

IMG_3925.JPG
IMG_3926.JPG
IMG_3927.JPG
IMG_3928.JPG
IMG_3931.JPG
IMG_3932.JPG
IMG_3933.JPG
IMG_3934.JPG
IMG_3935.JPG
IMG_3936.JPG
IMG_3939.JPG
IMG_3940.JPG

 

IMG_3943.JPG
IMG_3944.JPG
IMG_3947.JPG
IMG_3945.JPG
IMG_3951.JPG
IMG_3952.JPG
IMG_3954.JPG
IMG_3957.JPG
IMG_7837.JPG
IMG_7838.JPG
IMG_7842.JPG
IMG_7843.JPG

AU FOND ON DISTINGUE LA MER MORTE

IMG_7844.JPG
IMG_7846.JPG
IMG_7847.JPG
IMG_7849.JPG
IMG_7850.JPG
IMG_7851.JPG
IMG_7852.JPG
IMG_7853.JPG
AÉRATION VUE DE DESSOUS ET VUE DE DESSUS
IMG_7854.JPG

 

IMG_7858.JPG
IMG_7865.JPG
IMG_7866.JPG
IMG_7868.JPG

 

IMG_7869.JPG
IMG_7871.JPG
IMG_7873.JPG
IMG_7874.png
IMG_7876.JPG
IMG_7878.JPG
IMG_7879.JPG
IMG_7880.JPG
IMG_7882.JPG
IMG_7883.JPG
IMG_7890.JPG
Projet2.jpg
Projet3.jpg
REPRENONS  LA  ROUTE  JUSQU'A   PETRA

 

IMG_7891.JPG
IMG_7892.JPG
IMG_7893.JPG
IMG_7896.JPG
IMG_7897.JPG
IMG_7900.JPG
IMG_7901.JPG
IMG_7903.JPG
IMG_7905.JPG
IMG_7907.JPG
IMG_7912.JPG
DE L'ELEVAGE
IMG_7913.JPG
IMG_7916.JPG
IL  Y A  L’ÉLECTRICITÉ  .....
IMG_7920.JPG

BONSOIR

RENDEZ-VOUS A PETRA

 

17:28 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

SUITE DE MADABA A PETRA - JORDANIE

LE  MONT  NEBO  EST  A  817m  d'ALTITUDE  POUR  REDESCENDRE  A  LA  MER  MORTE  QUI  SE  TROUVE  A  -420m  AU  DESSOUS  DU  NIVEAU  DE  LA  MER,  CE QUI  FAIT  1237m  DE  DESCENTE

CONTINUATION  VERS  LE  SUD  PAR  LA  ROUTE  DES  ROIS ,  EN  DIRECTION  DE  KERAK  OU  SE  TROUVE  LES  VESTIGES  D'UN  CHATEAU

QUI  FUT  CONSTRUIT  EN  1132  PAR  LES  CROISES

EN PASSANT PAR  ARCHÉOLOGIQUE  PARK

 

Umm al Rasas

 

Umm ar-Rasas (the SBF excavations)

Bibliographie Umm al Rasas

Umm al-Rasas, Mayfa'ah I : Gli scavi del complesso di Santo Stefano / Piccirillo Michele ; Alliata Eugenio . – Jerusalem Jerusalem : Franciscan Printing Press : Studium Biblicum Franciscanum, 1994 . – 376 p.

Les églises géminées d'Umm er-Rasas: Fouilles de la mission archéologique suisse (Fondation Max van Berchem) / Bujard Jacques ; Piccirillo Michele ; Poiatti-Haldimann Myriam . In : Annual of the Department of Antiquities of Jordan. – (1992) vol.36 19920101, p.291-306

L'identificazione storica delle rovine di Umm er-Rasas – "Kastron Mefaa" in Giordania / Piccirillo Michele . – In : Biblica, ISSN 0006-0887. – (1990) vol.71, p.527-541

 

IMG_3821.JPG
IMG_3822-9h12.JPG
IMG_3812.JPG
IMG_3813.JPG
IMG_3814.JPG
IMG_3815.JPG

IMG_3816.JPG

IMG_3817.JPG

 

IMG_3823 -9h16.JPG
IMG_7557.JPG
IMG_7560.JPG
IMG_7562.JPG

TENTE  DE  BEDOUINS

 

IMG_3828 - 10h16.JPG
L'ARTISANAT
FABRICATION  ET   MAGASIN  DE  VENTE  DE  CÉRAMIQUES

 

IMG_7565 -10h29.JPG
IMG_7566.JPG
IMG_7567.JPG
IMG_7568.JPG
IMG_7569.JPG
IMG_7570.JPG

 

IMG_7571.JPG
IMG_7572.JPG
IMG_7573.JPG
IMG_7574.JPG
IMG_7575.JPG
IMG_7576.JPG
IMG_7577-10h26.JPG
CONTINUATION VERS LE MONT NEBO

 

1IMG_3831- 10h59.JPG

 

 

1IMG_3831- 10h59 (1).JPG
1IMG_3831- 10h59 (6).JPG
1IMG_3831- 10h59 (8).JPG

 

1IMG_3831- 10h59 (9).JPG
1IMG_3831- 10h59 (10).JPG
1IMG_3831- 10h59 (11).JPG
1IMG_3831- 10h59 (12).JPG
1IMG_3831- 10h59 (13).JPG
1IMG_3831- 10h59 (14).JPG
1IMG_3831- 10h59 (15).JPG
1IMG_3831- 10h59 (16).JPG
1IMG_3831- 10h59 (23).JPG
1IMG_3831- 10h59 (24).JPG
1IMG_3831- 10h59 (25).JPG
1IMG_3831- 10h59 (31).JPG
1IMG_3831- 10h59 (32).JPG
Le mont Nébo (en hébreu: הר נבו; en arabe : جبل نيبو) est un sommet de 817 mètres situé dans l'Ouest de la Jordanie actuelle.
1IMG_3831- 10h59 (33).JPG
1IMG_3831- 10h59 (34).JPG
1IMG_3831- 10h59 (37).JPG
1IMG_3831- 10h59 (40).JPG
1IMG_3831- 10h59 (41).JPG
1IMG_3831- 10h59 (42).JPG
1IMG_3831- 10h59 (53).JPG
1IMG_3831- 10h59 (52).JPG
1IMG_3831- 10h59 (44).JPG
1IMG_3831- 10h59 (50).JPG
1IMG_3831- 10h59 (21).JPG
LA  MER  MORTE  AVEC  SON  BARRAGE
1IMG_3831- 10h59 (22).JPG

 

IMG_7702.JPG

 

IMG_7705.JPG
IMG_7714.JPG
IMG_7736.JPG
IMG_7737.JPG
IMG_7752.JPG
IMG_7781.JPG
IMG_7786.JPG
IMG_7796.JPG
IMG_7803.JPG
IMG_7804.JPG

 

IMG_7806.JPG

 

 

CONSTRUCTION D'UNE AUTOROUTE

 

IMG_7808.JPG
IMG_7820.JPG
IMG_7821.JPG
IMG_7824.JPG
IMG_7826.JPG
IMG_7827.JPG

 

A  SUIVRE

 

16:28 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

28.11.2010

ROUTE DE MADABA A PETRA - JORDANIE

Madaba1, chef-lieu de la subdivision de Madaba, est une petite ville de 60 000 habitants en Jordanie à 30 km au sud d’Amman au bord de la route des Rois qui mène à Kerak et à Pétra.

Histoire de Madaba

Le site est cité dans la Bible. La route romaine et les vestiges de l’architecture urbaine sont toujours présents dans le centre de la ville moderne. Madaba est réputée pour ses mosaïques2 byzantines et umayyades. La plupart des mosaïques se trouvent au nord de la ville. Pendant l’époque byzantine – Umayyade, dans la partie du nord – traversée par une route romaine bordée de colonnes – furent construits l’église de la Carte de la Palestine, la salle Hippolyte, l’église de la Vierge, l’église du prophète Elias avec une crypte, l’église des Saints-Martyrs ( Al – Khadir) le Palais Brûlé et l’église de la famille Szunna.

L’église des Apôtres date de l’époque de l’archevêque Sergius, en 578. Une médaille centrale représente la mer (« thalassa » ) figurée par une femme qui porte dans sa main gauche un drapeau ressemblant à du caoutchouc et son bras droit est orné de bracelets.

L’église de la Vierge date de la fin du vie siècle, sur une route romaine en utilisant des vestiges d’un monument romain. Les mosaïques de l’église ont été restaurées pendant l’époque umayyade.

 

280px-Jordan_location_map.svg (1).png

 

 

 

IMG_3786.JPG

 

Jordanie Madaba 01.jpg
Jordanie Madaba 01 (1).jpg
Jordanie Madaba 01 (2).JPG
Jordanie Madaba 01 (3).JPG
Jordanie Madaba 01 (5).JPG
Jordanie Madaba 01 (6).JPG
Jordanie Madaba 01 (7).JPG
Jordanie Madaba 01 (4).JPG
Jordanie Madaba 01 (8).JPG
Jordanie Madaba 01 (9).JPG
Jordanie Madaba 01 (10).JPG
Jordanie Madaba 01 (11).JPG

 

Jordanie Madaba 01 (12).JPG
Jordanie Madaba 01 (13).JPG
Jordanie Madaba 01 (14).JPG
Jordanie Madaba 01 (15).JPG
Jordanie Madaba 01 (16).JPG
Jordanie Madaba 01 (22).JPG

 

 

 

Jordanie Madaba 01 (24).JPG
Jordanie Madaba 01 (21).JPG
Jordanie Madaba 01 (23).JPG
Jordanie Madaba 01 (20).JPG
Jordanie Madaba 01 (19).JPG
Jordanie Madaba 01 (18).JPG
Jordanie Madaba 01 (17).JPG
IMG_3790.JPG
IMG_3791.JPG
IMG_3792.JPG
IMG_3797.JPG
IMG_3799.JPG
Le mont Nébo (en hébreu: הר נבו; en arabe : جبل نيبو) est un sommet de 817 mètres situé dans l'Ouest de la Jordanie actuelle.

Récit biblique

Le récit biblique du dernier chapitre deutéronome (34:1) relate comment Moïse, interdit d'entrer sur la Terre promise vers laquelle il a conduit les Hébreux sortis d'Égypte, observe le pays de Canaan du haut de cette montagne avant d'y mourir.

Le lieu biblique du mont Nébo n'est pas connu précisément : si pour certains, le lieu décrit dans la Bible est le mont Sinaï, il se trouve pour d'autres dans les monts Abarimà l'est de l'embouchure du Jourdain dans la mer Morte. Ces hauteurs dans l'ouest de la Jordanie permettent d'observer le cours du Jourdain, et les terres de l'autre rive jusqu'àJéricho, voire Jérusalem par temps dégagé.

Histoire

IVe – IXe siècles : période byzantine, le sanctuaire du mémorial de Moïse

Au ive siècle, un sanctuaire chrétien primitif est construit sur les hauteurs du mont Nébo, réputé abriter le mausolée de Moïse. Le sanctuaire est modifié et restructuré à la fin du vie siècle et au début du viie siècle.

XXe et XXIe siècles : fouilles archéologiques par les Franciscains

En 1933, la Custodie franciscaine de Terre sainte achète aux Bédouins qui l’occupaient le sommet de la colline de Siyagha. Des fouilles sont entreprises sous la direction d’archéologues du Studium Biblicum Franciscanum deJérusalem. Les recherches se sont étendues à d’autres sites chrétiens proches et ont permis de mettre en évidence l’existence d’une école de mosaïque aux VIe et VIIe siècles dans la région de l’ancien diocèse de Madaba : église des Saints-Lot-et-Procope à Khirbet al-Mukhayyat, mosaïques de la Carte de la Palestine dans l’église Saint-Georges et mosaïque de l’église des Saints-Apôtres à Madaba.

Le 9 mars 2000, le pape Jean-Paul II visite le mont Nébo, au cours de son pèlerinage en Terre sainte. Le 9 mai 2009, le pape Benoît XVIvisite le site, au cours de son voyage apostolique en Terre sainte.

Centre d'interprétation du mont Nébo

Borne de la voie romaine reliant Esbous à Livias (Centre d'interprétation du mont Nébo)

Le centre d'interprétation créé par les Franciscains à proximité de la basilique abrite plusieurs mosaïques et divers objets archéologiques, dont la sixième borne de la voie romaine qui reliait Esbous à Livias, par où les pélerins accédaient au sanctuaire de Moïse.

IMG_3800.JPG
IMG_3801.JPG
IMG_3803 - 8.39.JPG

 

A  SUIVRE

 

20:00 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

24.11.2010

DE JERUSALEM A MADABA EN JORDANIE

IMG_7470.JPG
IMG_3752.JPG
IMG_3757.JPG
IMG_7387.JPG
IMG_7388.JPG
IMG_7406.JPG
IMG_7407.JPG
IMG_7416.JPG
IMG_7409.JPG
IMG_7417.JPG
IMG_7425.JPG
IMG_7427.JPG
IMG_7433.JPG
IMG_7434.JPG
IMG_7435.JPG
IMG_7440.JPG
IMG_7441.JPG
IMG_7461.JPG
IMG_7463.JPG
IMG_7479.JPG
IMG_7481.JPG


Madaba1, chef-lieu de la subdivision de Madaba, est une petite ville de 60 000 habitants en Jordanie à 30 km au sud d’Amman au bord de la route des Rois qui mène à Kerak et à Pétra.

 

 

800px-Madaba_Jerusalem_Mosaic.jpg

Carte de Madaba, mosaïque du vie siècle avecJérusalem (où ne figure pas le Mont du Temple).

La carte de Madaba fait partie d'une mosaïque du sol de l'église de Saint-Georges à Madaba, en Jordanie. C'est la plus ancienne représentation cartographique d'origine de la Terre sainte et en particulier de Jérusalem. Elle date du VIe siècle.

Histoire de Madaba

Le site est cité dans la Bible. La route romaine et les vestiges de l’architecture urbaine sont toujours présents dans le centre de la ville moderne. Madaba est réputée pour ses mosaïques2 byzantines etumayyades. La plupart des mosaïques se trouvent au nord de la ville. Pendant l’époque byzantine – Umayyade, dans la partie du nord – traversée par une route romaine bordée de colonnes – furent construits l’église de la Carte de la Palestine, la salle Hippolyte, l’église de la Vierge, l’église du prophète Elias avec une crypte, l’église des Saints-Martyrs ( Al – Khadir) le Palais Brûlé et l’église de la famille Szunna.

L’église des Apôtres date de l’époque de l’archevêque Sergius, en 578. Une médaille centrale représente la mer (« thalassa » ) figurée par une femme qui porte dans sa main gauche un drapeau ressemblant à du caoutchouc et son bras droit est orné de bracelets.

L’église de la Vierge date de la fin du vie siècle, sur une route romaine en utilisant des vestiges d’un monument romain. Les mosaïques de l’église ont été restaurées pendant l’époque umayyade.

 

800px-Madaba_BW_5.JPG

Sol mosaïqué présentant un lion attaquant un bovidé

Musée

Le Musée Archéologique a été créé en 1962. Il abrite notamment la mosaïque Satyros et celle d’une danseuse, la mosaïque du Paradis et l’église de Suwaytha.

 

 

IMG_3766.JPG

IMG_3780.JPG

Eglise Saint Georges de Madaba (Jordanie)

 

vue de face.jpg
église st georges à madabe.jpg

église st georges à l'intérieur.jpg
st georges.jpg


IMG_7544.JPG
IMG_7543.JPG
IMG_7541.JPG
IMG_7540.JPG
IMG_7542.JPG
IMG_7545.JPG

mosaique.jpg

 



IMG_3767.JPG

 

IMG_3773.JPG

 

IMG_3772.JPG
IMG_3776.JPG

IMG_3783.JPG
IMG_3781.JPG

20:10 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

21.11.2010

LES VIEILLES RUES DE JERUSALEM

 

 

LES  SOUKS DE JERUSALEM

IMG_3737.JPG

Avant de quitter la vielle ville et de partir direction la ville moderne pour la visite des musées, n'oubliez pas de faire un petit tour par les souks.

Vous y passerez obligatoirement si vous vous rendez au Saint Sépulcre, mais prenez quand même un peu de temps pour y flâner. Les souks se ressemblent tous me direz vous,  mais non, vous êtes dans celui de Jérusalem et forcément ça prend une autre dimension.

 

IMG_3738.JPG
IMG_3742.JPG
IMG_7337.JPG
IMG_7381.JPG
IMG_7384.JPG

 

IMG_7350.JPG
IMG_7351.JPG

A  SAVOIR  --  JE  N'AI  PRIS  QUE  LES  PHOTOS  DE  T-SHIRTS ..............

 

 

 

 

Le Souk (1).jpg

ET  MAINTENANT LES  VEILLES RUES DE JÉRUSALEM

 

IMG_9909.JPG

 

 

PASSAGE OBLIGATOIRE DE JÉRUSALEM AU QUARTIER JUIF  -  UNE  DOUANE INTERNE

 

 

IMG_3722.JPG

 

IMG_3749.JPG
IMG_3672.JPG

 


IMG_3674.JPG
IMG_3673.JPG
IMG_3685.JPG

 

IMG_3689.JPG
IMG_3691.JPG
IMG_3692.JPG

 

IMG_3694.JPG
IMG_3695.JPG
IMG_3696.JPG

 

 

 

IMG_3697.JPG
IMG_3701.JPG
IMG_3720.JPG
IMG_3721.JPG
IMG_7347.JPG
IMG_7348.JPG
IMG_7373.JPG
IMG_9949.JPG
IMG_3614.JPG
A L’EXTÉRIEUR DE JÉRUSALEM ON A UN DÉCOR CARACTERISTISUE
IMG_3748.JPG

 

IMG_3646.JPG
IMG_3666.JPG

 

 

IMG_7355.JPG
IMG_9928.JPG

 

 

 

 

 

 

18:22 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Quartier juif de la vieille ville de Jérusalem

Quartier juif - vieille ville

Le Quartier juif est l'un des quatre quartiers traditionnels de lavieille ville de Jérusalem. Il est dans la partie sud-est des murailles de la ville et s'étend depuis la Porte de Sion au sud puis longe lequartier arménien à l'ouest jusqu'au Cardo au nord et jusqu'au mur Occidental et au mont du Temple à l'est.

Le quartier a eu une histoire riche d'une présence juive continue depuis l'époque romaine. En 1948, sa population de 2 000 Juifs fut assiégée et contrainte au départ en masse. Le quartier est alors resté sous domination transjordanienne jusqu'à sa conquête par les parachutistes israéliens au cours de la Guerre des Six Joursen 1967. Le quartier fut découvert saccagé et d'anciennessynagogues y avaient été détruites. Le quartier fut restauré. Sa population est aujourd'hui de plus de 5 000 personnes et des institutions destinées à l'Éducation s'y sont notamment installées.

 

 

780px-Jerusalem_Jewish_Quarter_map.jpg

On accéde au quartier par la Porte de Sion ou par la Porte des Immondices, ou encore par la Porte de Jaffa, en coupant à travers le quartier arménien.

Lorsqu'on parcourt l'enchevêtrement de ruelles du quartier, la première impression, par rapport à l'agitation du souk dans le quartier arabe, est celle d'un endroit calme et presque désert, mis à part des groupes de scolaires et de militaires en visite organisée. Du vendredi après-midi au samedi soir, c'est une ville morte. Absolument tout est fermé, même les toilettes publiques.

La plupart des ruelles sont en fait des escaliers ou sont en pente très raide, car le quartier est à flan de coteau, s'étageant sur le versant ouest de la vallée du Tyropoeon, avec un dénivelé de plusieurs dizaines de mètres entre la ville haute (alt. 770 m) et la ville basse (alt. 710 m au niveau de l'esplanade du Kotel).

SYNAGOGUE  HOURVA

 

La synagogue Hourva (en hébreu : בית הכנסת החורבה soit entranslittérationBeit ha-Knesset ha-Hourva), aussi connue sous le nom de Hourvat Rabbi Yehouda he-Hassid (« Ruine de Rabbi Juda le Pieux »), située dans le quartier juif de la vieille ville de Jérusalem, était le site de la principale synagogue ashkénaze jusqu'en 1948.

En 1864, la communauté des Peroushim, disciples du Gaon de Vilna, y érige une synagogue officiellement consacrée synagogue Beis Yaakov. C'est cette dernière qui a été détruite pendant la guerre israélo-arabe de 1948-1949. Après la prise de la vieille ville en 1967, de nombreux plans sont soumis pour la reconstruction d'une synagogue. Après des années de délibération, une archecommémorative est édifiée en 1977 sur le site, devenant ainsi un symbole important du Quartier juif1. Les plans pour la reconstruction à l'original de la synagogue sont approuvés par le gouvernement israélien en 2000. L'inauguration de la synagogue reconstruite a lieu les 14 et 15 mars 2010.

 

 

 

On pénètre dans la salle de prière de la synagogue par une entrée avec trois portes en fer. La salle fait environ 15,5 mètres de long sur 14 mètres de large. Les galeries construites sur trois des côtés de la salle, à l'exception du mur est, sont réservées aux femmes. On y accède par des escaliers situés dans les tours d'angle21.

L'Arche sainte avec ses portes ornementales provient de la synagogue Nikolaijewsky située à Kherson en Russie. La synagogue Nikolaijewsky a été utilisée par descantonistes (conscrits juifs russes, forcés de passer vingt-cinq ans dans l'armée tsariste). L'Arche comprend quatre colonnes corinthiennes et est décorée de ciselures baroques16. L'Arche elle-même possède deux niveaux, recouverts par un rideau, et contient les 50 rouleaux de Torah. L'alcôve où se trouve l'Arche est décorée avec de splendides gravures sur bois de fleurs et d'oiseaux. Au-dessus de l'Arche on aperçoit une fenêtre triangulaire dont les angles ont été arrondis, et devant à droite de l'Arche est situé le pupitre du chantre, conçu comme une version miniature de l'Arche à deux niveau

 

Au centre de la synagogue était située initialement une haute bimah en bois, qui fut remplacée ultérieurement par une tribune plane recouverte de plaques de marbre.

De nombreux chandeliers en cristal pendent du dôme. Le dôme lui-même est peint en bleu ciel et parsemé d'étoiles en or22. Des fresques avec des motifs religieux, tels que des étoiles de David, des menorot, le Mont Sinaï et les Dix Commandements décorent chacun des murs. Aux quatre coins, les peintures de quatre animaux conformément au texte du Pirke Avot (Maximes des pères): « Soit fort comme le léopard et rapide comme l'aigle, léger comme le daim et brave comme le lion pour obéir à la volonté de votre Père qui est au Cieux » .21.

Une des donations les plus généreuses vient de Pinchas Rosenberg, le tailleur de la cour impériale de Saint-Pétersbourg. L'émissaire envoyé de Jérusalem pour collecter des fonds pour la synagogue, rabbi Hayim ha-Levy, raconte dans son journal intime que Rosenberg a spécifié en détail l'utilisation exacte de son argent. Parmi les pièces achetées avec son argent, figurent deux grands candélabres en bronze, un chandelier de Hanoucca en argent, qui fut livré « miraculeusement » le 1er Tébeth [1866], précisément à temps pour allumer la dernière des huit bougies de Hanoucca, et une porte en fer, fermant le dessous de l'Arche afin de mettre en lieu sûr le chandelier. En plus, son argent a servi à la construction « d'une belle grille en fer forgé autour du toit, en dessous des fenêtres supérieures, de façon à faire une véranda, pour que nos frères qui feront le pèlerinage aperçoivent notre Temple abandonné, ainsi que d'une cloison pour les femmes pour la fête des Tabernacles et de Sim'hat Torah »16.

 

Hurvah_pre-1948.jpg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Synagogue_Hourva

 

Hurva_Syn_Jeru2.jpg

 

 

 

 

 

IMG_3702.JPG

 

IMG_3703.JPG
IMG_3704.JPG
IMG_3705.JPG
IMG_3707.JPG
IMG_3708.JPG
IMG_3710.JPG

 

le Cardo maximus dont il subsiste une colonnade

 

IMG_3723.JPG
IMG_3727.JPG
IMG_3728.JPG
IMG_3732.JPG
IMG_3735.JPG

IMG_3730.JPG

 

IMG_7368.JPG

 

 

IMG_7385.JPG
IMG_7386.JPG

MAGASIN  DES  ARTISANS  -  VENTE  DE  LEURS OEUVRES

 

IMG_3750.JPG
IMG_3751.JPG
IMG_7389.JPG
IMG_7390.JPG
IMG_7392.JPG
IMG_7393.JPG
IMG_7394.JPG
IMG_7396.JPG
IMG_7397.JPG
IMG_7398.JPG

 

IMG_7359.JPG

La Vieille Ville de Jérusalem

Il y a à Jérusalem quelque chose de magique que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Peut- être cela vient–il de l’histoire glorieuse de ses hautes murailles de pierre et des anciennes constructions- ou bien de l’atmosphère sacrée qui entoure les lieux saints des trois religions , judaïsme, Christianisme et Islam. L’enchantement de Jérusalem pourrait aussi venir de ses marchés colorés , de ses ruelles étroites – ou de l’histoire même de la ville, toujours en mouvement- une histoire tissée par la guerre et la paix, l’amour et la haine, la destruction et la résurrection. La Vielle ville de Jérusalem fut à l’origine bâtie par le Roi David,  en l’an 1004 avant notre ère, elle a toujours été considérée comme le centre du monde. D’anciennes cartes montrent les trois continents connus à cette époque, l’Europe, l’Asie et l’Afrique, situés dans un cercle dont le centre était Jérusalem. Depuis lors, Jérusalem a été glorifiée et adorée par les rois et les chefs, des conquérants qui tentèrent d’abattre ses murailles , et vénérée par les gens ordinaires qui en ont fait le pivot de leur foi. Ici les Juifs édifièrent leur Temple, Jésus fut crucifié, et Mahomet s’éleva vers le ciel.  Les pèlerins, les mendiants, les marchands, les disciples des grands érudits, les guerriers et leurs esclaves ont parcouru ses rues, tous ont chanté les louanges et vénéré Jérusalem.

Au cours des années , la Vieille Ville a connu de multiples changements, c’est l’une des cités les plus intéressantes du monde – et un point d’attraction primordial pour le tourisme en Israël.

Installée sur les collines de la ville de David des origines, Jérusalem est divisée en quatre quartiers résidentiels, elle est  entourée d’un rempart de quatre kilomètres de long, percé de sept portes , ponctué de 34 tours et une citadelle (la Citadelle de David)

http://www.goisrael.com/Tourism_Fra/Articles/Attractions/...

IMG_3675.JPG

 

 

IMG_7364.JPG

 

 

 

IMG_7374.JPG

 

IMG_7371.JPG
IMG_7370.JPG
IMG_7366.JPG

 

IMG_7360.JPG
IMG_7349.JPG
IMG_7339.JPG
IMG_3693.JPG

 

IMG_3711.JPG
IMG_3716.JPG
IMG_3719.JPG

le saint sépulcre

IMG_9926.JPG

église orthodoxe   vue du haut de la vieille ville

 

 

IMG_3712.JPG

 

 

l'intérieur de plusieurs églises

 

IMG_3714.JPG

 

 

 

IMG_7343.JPG

 

 

 

IMG_7342.JPG

 

 

 

IMG_7344.JPG

 

 

 

IMG_7346.JPG

 

 

 

 

16:26 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

20.11.2010

LE DOME DU ROCHER A JERUSALEM

 

 

 

Dôme du Rocher

 

800px-Jerusalem_Dome_of_the_rock_BW_1.JPG

 

Le dôme du Rocher ou la coupole du Rocher (en arabe :قبة الصخرةQubbat As-Sakhrah; en hébreu : כיפת הסלע, Kippat ha-Sel‘a), appelé parfois mosquée d'Omar à tort 1, « premier monument qui se voulut une création esthétique majeure de l'Islam »2, est un sanctuaire érigé sur ordre du calife Abd al-Malik ben Marwan3 à Jérusalem, sur l'Esplanade des mosquées (Haram al-Sharif), troisième lieu saint de l'islam4, où s'élève aussi la mosquée al-Aqsa.
Achevé en 72/691-692 ou dans la seconde partie de l'année 6925 il est actuellement associé au miraj.

Histoire

Comme cela est noté dans l'une des inscriptions en arabe qui courent dans le bâtiment, le dôme du Rocher est construit en l'an 72 de l'hégire, c’est-à-dire 691, ou plutôt 692 de l'ère chrétienne, sous le règne d'Abd al-Malik6. Il s'élève sur le haram al-Sharif, l'esplanade de l'ancien temple de Jérusalem, dont une première version aurait été édifiée par le roi biblique Salomon, et une seconde, au vie siècleav. J.-C., agrandie au ier siècle av. J.-C. par Hérode Ier le Grand. Après une nouvelle destruction en 70 sur ordre de Titus, l'esplanade était restée inoccupée, jalonnée seulement de quelques ruines7. La construction du dôme marque le début d'un programme de constructions sur le haram al-Sharif, qui compte notamment la mosquée al-Aqsa ou encore la coupole de la chaîne (qubbat al-Shakhra).

Élément central et majestueux de cet ensemble, le dôme fut restauré à de nombreuses reprises. Dès le début du ixe siècle, le califeabbasside Al-Mamun faisait ainsi effacer le nom d'Abd al-Malik pour le remplacer par le sien sur l'inscription8. Ensuite, chaque dynastie maîtresse de Jérusalem depuis les Fatimides jusqu'aux Ottomans a cherché à poser sa marque sur l'édifice, tout en conservant sans doute le plan et les proportions originales9.

Durant les Croisades du xiie siècle, l'édifice est transformé en église sous le nom de « Templum Domini » qui sera à l'origine de l'Ordre du Temple, tandis que la Mosquée al-Aqsa toute proche est transformée en palais par Baudouin de Boulogne. Les deux monuments sont tous deux rendus au culte musulman en 1187 après la prise de Jérusalem par Saladin10.

Néanmoins, de nombreux éléments ont été remplacés, dans les mosaïques intérieures, où l'on note en particulier des restaurations mamlukes maladroites, dans la coupole, de nombreuses fois reconstruite, ou encore dans les plafonds peints, dont les motifs peuvent être datés du xiiie siècle. Cependant, c'est sans doute le décor extérieur qui est le plus marqué par ces restaurations : au milieu duxvie siècle (deux dates sont inscrites, équivalent à 1545 et 1551/52), sur ordre de Soliman le Magnifique, il a été complètement remplacé par un revêtement de carreaux de céramique ottomans 11. Entre le xviiie siècle et le début du xxe siècle, le monument a fait l'objet d'au moins quatre campagnes de restauration : en 1720-21 à la demande du sultan Ahmed III ; en 1817 pour Mahmud II ; dans le troisième quart du xixe siècle (1853-1874), à l'initiative d'Abdülmecid, mais terminée par Abdülaziz ; entre 1918 et 1928 par l'architecte anglais C.R. Ashbee12.

Monument majeur de l'art islamique, le dôme du Rocher a très tôt fait l'objet d'études. Dès 1900, l'archéologue suisse Max Van Berchem a relevé les inscriptions13, et Marguerite Van Berchem publie une étude sur les mosaïques en 1932 dans l'ouvrage de KAC Creswell, Early muslim architecture14, qui lui-même propose une analyse approfondie du monument. Mais le scientifique qui s'est le plus penché sur le monument est sans contestes Oleg Grabar, qui publie ses premières hypothèses sur sa signification en 1959. Ses articles constituent le plus important corpus sur ce sujet, sur lequel de nombreux scientifiques ont planché.

Architecture

Plan

plan du dôme du Rocher

Le dôme du Rocher est situé sur une plate forme artificielle rectangulaire ouverte par huit escaliers, deux sur les côtés sud et ouest, un sur les flancs nord et est. Situé un peu à côté du centre de cette estrade, il suit un plan centré autour du point focal qu'est le rocher, voir photo), en réalité un affleurement du mont Moriah. Ce plan se décompose en un premier anneau au centre constitué par une première colonnade autour du Rocher, supportant la coupole, cernée d'une seconde, octogonale. Ces deux arcades définissent un premier déambulatoire, tandis qu’un second se situe entre la seconde colonnade et les murs extérieurs, eux aussi à huit pans. L'édifice est ouvert par quatre portes, donnant en direction des quatre points cardinaux, l'une -celle qui regarde vers la mosquée Al-Aqsa, et donc vers la qibla- étant magnifiée par un portique plus important que ceux des trois autres ouvertures.

Ce plan n'est pas nouveau : il s'inspire visiblement de ceux des martyiria chrétiens, notamment le Saint-Sépulcre, situé lui-même à Jérusalem, et qui, à la fin du viie siècle, était essentiellement constitué d'une rotonde autour d'un tombeau du Christ, comme l'indique le pèlerin Arculfe.

Sous le Rocher se trouve une grotte, qui possède deux mihrabs et dont la forme originelle est impossible à définir étant donné les nombreuses restaurations.

La grotte

Le Rocher abrite une grotte, à laquelle on accède par un escalier. Attestée comme mosquée en 902-903, elle est pourvue d'un mihrab dont la datation fait débat : K.A.C. Creswell, suivi par Klaus Brisch et Géza Féhévari estime qu'il est contemporain du dôme, mais Eva Baer, sur des critères stylistiques, a remis en cause cette datation, estimant que l'œuvre ne peut dater d'avant le ixe siècle, et qu'elle aurait été commandée par un membre de la famille Ikhshidide ou Fatimide37 .

En 1911, le capitaine Montague Parker, jeune officier britannique animée par la recherche du « trésor de Salomon », entreprit de creuser clandestinement dans cette grotte après avoir tenté durant deux ans d'atteindre le dôme par un système de souterrains ; mais rapidement découvert, il dut s'enfuir. Cet incident donna lieu à une véritable crise diplomatique38‌, et plus tard, à de nombreuses interprétations « New Age ».

 

IMG_3644.JPG
IMG_3652.JPG
IMG_3658.JPG
IMG_3661.JPG
IMG_3662.JPG
IMG_3667.JPG
IMG_7313.JPG
IMG_9921.JPG
IMG_9925.JPG
IMG_9929.JPG
IMG_3640.JPG
IMG_3649.JPG
IMG_7309.JPG
IMG_7311.JPG
IMG_7299.JPG
IMG_3659.JPG

 

IMG_3641.JPG

 

 

 

19:52 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

19.11.2010

LA CISJORDANIE - A SAVOIR

La Cisjordanie est une région du Proche-Orient, entre Israël et la Jordanie, dont le statut est sujet à discussions entre Israël et l'Autorité palestinienne. Elle est considérée comme n'étant sous aucune souveraineté de jure. Le territoire cisjordanien s'étend sur 5 879 km2, incluant une large partie des régions connues jusqu'à l'époque du mandat britannique sur la Palestine sous les noms de Samarieet de Judée. Les limites de ce territoire sont très découpées et constituent un enjeu très sensible dans les négociations entre Israéliens et Palestiniens.

276px-West_Bank-CIA_WFB_Map (1).png

Dénominations

Étymologiquement, "Cisjordanie" désigne la région « du même côté » (du mot latin cis), par rapport au Jourdain, par opposition à « l'autre côté », l'autre rive du fleuve, appelée Trans--jordanie. Ce terme est habituellement employé pour la rive ouest du Jourdain et est apparu entre 1948 et 1967 en rapport à la période d'annexion par le royaume que l'on appelait encore à l'époque la Transjordanie. Ce royaume hachémite avait été créé artificiellement dans les années 1920 sur la rive orientale du fleuve et avait été transformé par la Société des Nations en mandat britannique en même temps que la Palestine sur l'autre rive.

Les anglophones utilisent plus souvent, pour cette même région, l'expression « West Bank » — littéralement « rive ouest » — dénomination également géographique et qui a l'avantage d'être plus neutre vis-à-vis de l'autre rive du Jourdain, mais cette expression est aussi plus imprécise par rapport à d'éventuelles frontières avec l'État d'Israël, qui fut créé en 1948 du même côté de cette rive.

En Israël, le gouvernement et une grande partie des Israéliens adoptent, depuis 1967 et plus résolument depuis l'avènement du premier gouvernement de Menahem Begin en 19771, la dénomination de "Yehuda véShomron" "יהודה ושומרון" (littéralement "Judée et Samarie"), en référence aux territoires bibliques et historiques des deux royaumes hébreux issus du schisme entre la Judée (capitale: Jérusalem) et Israël(capitale: Samarie). D'autres utilisent en hébreu l'expression "haGada haMa'aravit" "הגדה המערבית". Enfin, en arabe (seconde langue officielle de l'État d'Israël), on retrouve parfois pour la désignation de cette région le terme de « Al dhifa al gharbia » الضفة الغربية qui signifie « rive ouest ».

Un certain nombre de personnes de sensibilité pro-israélienne préfèrent utiliser, en français ou en anglais, les termes de Judée-Samarie ou de Judea and Samaria, adaptés de l'expression gouvernementale israélienne pour rappeler le lien historique entre l'identité juive et ce territoire.

L'ONU elle-même a également utilisé les termes de Judea et de Samaria dans le texte de la résolution 181 de novembre 1947 pour désigner précisément dans sa partie 2, les frontières des deux États, arabe et juif, à créer par le partage de la Palestine mandataire. Dans ce document officiel, l'ONU utilise comme des références les frontières connues de la Judée et de la Samarie en tant que régions, en même temps qu'elle parle de la Galilée, du Néguev, du District d'Haïfa ou du district de Gaza, ou encore des sous-districts administratifs de l'époque.

Des personnalités publiques comme Hugh Fitzgerald 2, vice-président du Jihad Watch Board, remettent en question l'utilisation du terme "West Bank" en expliquant que l'expression est imprécise et que potentiellement la totalité de l'État d'Israël (à l'exception peut-être duNéguev) est à l'ouest du Jourdain. Selon eux, il faut préférer utiliser une expression comme "Judée-Samarie" qui est plusieurs fois millénaire, plutôt que "Cisjordanie" qui ne date que de l'occupation jordanienne. Pour d'autres, comme le professeur de linguistique Lewis Glinert le regrette3, « la bataille des mots est perdue pour les Israéliens » sur l'utilisation du terme "West Bank" car « Jordaniens, Britanniques et potentiellement le monde entier » utilisent déjà ce terme.

Histoire

L'histoire de la Cisjordanie ne se distingue en rien de celle de l'ensemble de la région jusqu'en 1948. La Cisjordanie couvre les provinces historiques de Samarie et de Judée. La chute successive de ces deux royaumes place ces territoires dans les domaines des empires babylonien, puis perse et enfin grec. La royauté hasmonéenne restaure provisoirement une souveraineté juive sur des frontières de plus en plus grande avant de s'incliner face à l'empire romain. Les dernières révoltes juives sont écrasées au iie siècle. Le christianisme s'impose à l'empire romain puis byzantin.

Comme pour le reste du Proche-Orient, un large pan de la population de ces provinces se convertit à l'islam dès le viie siècle, mais il subsistera continuellement des minorités significatives de Chrétiens, de Juifs, de Samaritains et de Druzes. Jérusalem devient au xvie siècle une province de l'Empire ottoman, avant de subir, au xixe siècle, l'influence croissante de la Grande-Bretagne4.

Après le démembrement de l'Empire ottoman, la Société des Nations confie au Royaume uni un mandat sur la Palestine en 1920. Dès 1917, la déclaration Balfour se donnait la charge d'y constituer un « foyer national juif », tout en souhaitant veiller à la préservation des droits civils et religieux de la population arabe.

Devant la croissance de l'immigration juive depuis la fin du xixe siècle, la population arabe organise à plusieurs reprises des troubles (notamment les émeutes de Jérusalem de 1920, le massacre d'Hébron de 1929), et même un véritable soulèvement entre la fin de 1935 et 1939.

Le plan de partage de la Palestine de novembre 1947 prévoit l'intégralité des monts de Judée et de Samarie dans les frontières de l'État arabe dont il planifie la création (exception de Jérusalem avec un statut séparé). L'année 1947 voit s'affronter violemment les populations juive et arabe de Palestine. Au lendemain du départ des Britanniques, l'État d'Israël proclame son indépendance le 14 mai 1948 sur les territoires qui lui sont attribués par la résolution 181. Les armées des pays arabes voisins fondent immédiatement sur le nouvel État. La Transjordanie, qui a l'armée arabe la plus puissante de la région (la Légion arabe), a le projet d'annexer la plus grande partie possible de la Palestine en arrivant par l'Est. Les Israéliens résistent puis repoussent leurs adversaires jusque dans la ville de Jérusalem. L'armistice obtenu fige les lignes de front et la ligne verte entoure la région toujours occupée par la légion arabe à l'issue du conflit.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cisjordanie

Barrière de séparation israélienne

La barrière de séparation israélienne est une construction en Cisjordanie en cours d'édification par Israël depuis l'été 2002, sous les noms officiels de « גדר ההפרדה - Geder HaHafrada » en hébreu (littéralement : grillage de séparation), ou de « clôture de sécurité » (« security fence »). L'objectif déclaré de cette mesure est de protéger la population israélienne en empêchant physiquement toute « intrusion de terroristes palestiniens » sur le territoire israélien1.

L'existence et le tracé de cette construction, longue de plus de 700 km et incluant plusieurs grands blocs de colonies israéliennes en Cisjordanie, sont contestés sur des aspects politiques, humanitaires et légaux.

 

316px-Westbank_barrier.png

 

Dénominations

Les partisans de la construction reprennent le nom officiel de « barrière », ou parlent de « clôture de sécurité israélienne », de « zone de couture », de « barrière anti-terroriste » ou encore de « muraille de protection ». Le Ministère des Affaires étrangères de l'État d'Israël a publié en octobre 2004 une brochure officielle en langue française intitulée La clôture antiterroriste d'Israël, document disponible auprès des missions diplomatiques d'Israël ou sur l'internet1.

Les opposants à la barrière, y compris dans les rangs des mouvements israéliens de gauche, surnomment la construction « mur de la honte » (par analogie avec le Mur de Berlin) ou « mur d'annexion ». Certains d'entre eux s'y réfèrent également en tant que « mur de l'Apartheid »23, par analogie avec le régime de ségrégation aboli en juin 1991 en Afrique du Sud. Le Professeur Gerald M. Steinberg, politologue et chercheur israélien, conteste ce vocabulaire employé par les détracteurs de la barrière qui relève selon lui d'une stratégie de diabolisation4. D'autres opposants réduisent l'expression à « le mur » (en anglais, « the wall »)[réf. nécessaire] ou, dans les médias, reprennent simultanément la motivation israélienne en parlant de mur de « sécurité »5. Des Palestiniens (dont les médias de l'Autorité palestinienne) se réfèrent fréquemment à cette barrière en langue arabe par la définition politique suivante de « mur de séparation raciale » (jidar al-fasl al-'unsuri).

Le gouvernement israélien qualifie ces comparaisons de « propagande » voire de « manipulation de l'histoire et de la réalité ». Il réfute aussi le terme de « mur » qui ne représenterait pas la réalité de la construction sur au moins 95% de son tracé1

 

Structure de la barrière

La plus grande partie de la barrière (sur 95% de sa longueur totale) consiste en un système de protection multi-couches de 50 m de large, c'est-à-dire qu'il comprend sur des tracés parallèles7:

  • une pile pyramidale de 6 bobines de fils barbelés et un fossé du côté cisjordanien,
  • un grillage central muni de détecteurs électroniques,
  • des fils barbelés du côté israélien,
  • des routes pour les patrouilles militaires de chaque côté du grillage central;
  • un chemin de sable doit permettre d'identifier les traces d'éventuelles incursions.

Pour la Haute Cour de Justice israélienne, la largeur totale du système multi-couches pourra atteindre au maximum 100 m à certains endroits où les concepteurs jugeront que la topographie le requiert8.

Dans un premier temps, la barrière n'est construite en dur que dans une minorité de lieux représentant 8 km soit 4% du parcours. Un tel édifice en béton minimise la surface occupée au sol par l'ouvrage à ces endroits. L'objectif en ces lieux est d'empêcher d'éventuels tirs detireurs embusqués vers les autoroutes israéliennes voisines (principalement le long de l'autoroute trans-israélienne) ou dans les zones densément peuplées à Jérusalem. Dans ces cas, les murs en béton sont semblables en apparence aux isolations phoniques utilisées communément aux abords des autoroutes7.

Au terme de la construction, les sections en béton doivent s'étendre sur 30 km, soit 6% de la longueur de la barrière.

Enfin, des postes d'observation tenus électroniquement ou par des soldats sont disposés du côté israélien tout le long du tracé. En certains points de passage, les portiques sont contrôlés par Tsahal.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Barri%C3%A8re_de_s%C3%A9para....

IMG_3432.JPG
IMG_3438.JPG
IMG_3443.JPG
IMG_3449.JPG
IMG_7168.JPG
IMG_3460.JPG

PASSAGE   ENTRE  LA  CISJORDANIE  ET  ISRAEL

 

 

IMG_3444.JPG

CE MUR EST LE BONHEUR DES TAGUEURS

 

17:46 Écrit par petitefleur-06 dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

JERUSALEM - ISRAEL

Jérusalem

Jérusalem (ʒe.ry.za.lɛm) (ou Salem, également nommée Hiérosolyme ou Solyme en ancien français ; יְרוּשָׁלַיִם Yerushaláyim en hébreu [dénomination israélienne officielle] ; arabe : القدس al Quds ou اورشليم Ûrshalîm [dénomination israélienne officielle en arabe]) est une ville du Proche-Orient qui tient une place prépondérante dans les religions juive, chrétienne et musulmane, et dans le sentiment national palestinien et israélien. L’État d’Israël a proclamé Jérusalem comme étant sa « capitale éternelle » dès 1949, désignation qui n’est reconnue par aucun membre de la communauté internationale. L'Autorité palestinienne souhaite quant à elle faire de Jérusalem-Est (considérée par l'ONU comme un territoire occupé) la capitale d'un futur Etat palestinien.

Jérusalem est située sur les monts de Judée (dont le mont Sion), à 745 m d’altitude moyenne, avec de fortes variations entre monts et vallées (de 700 à 800 m environ). Le mont Scopus culmine à 826 m et la vallée du Cédron descend sous les 600 m. Le point le plus élevé est le mont Herzl avec 834 m [note 1]. La ville s’étend, début 2005, sur 200 km2 pour une population de 760 800 habitants[1]. La ville, chef-lieu du District de Jérusalem, est très hétérogène : s’y mêlent de nombreuses religions, peuples, groupes socio-économiques. La partie nommée « vieille ville », entourée de remparts, est constituée de deux quartiers à dominante arabe, dits quartier chrétien et quartier musulman, ainsi que d’un quartier à dominante arménienne et d’un quartier à dominante juive.

IMG_3478.JPG

Étymologie

Jérusalem est mentionnée pour la première fois dans les textes égyptiens dits « d'exécration[2],[3] » (XXe et XIXe siècles av. J.-C., à la période où l'Égypte a vassalisé Canaan) sous le nom de Rushalimu. La prononciation exacte du nom égyptien ne ressort pas clairement des hiéroglyphes (on trouve aussi Urushalimu ou d'autres variantes [4],[2]). On peut supposer que le nom de la ville reflète le culte du dieu Shalem (en) ou Shalimu car il était courant alors d'appeler les cités du nom du dieu local[4],[2]. Le nom de Jérusalem se réfère donc au culte du dieu Shalem des Cananéens. Shalem est un dieu populaire dans le panthéon ouest sémitique. Il était le dieu de la création, de l'exhaustivité, et du soleil couchant. Comme la première syllabe de Jérusalem vient de uru, qui signifie « fondation » ou « ville fondée par », le sens du nom primitif est donc « fondée par Shalem », ou « sous la protection de Shalem ».

Une étymologie détaillée est donnée par Sander et Trenel. Le nom de « Shalem » provient de deux racines chaldéennes : YeRu (« ville », « demeure »[note 2]) et ShLM, qui a donné les mots salaam en arabe et shalom en hébreu. Cette racine ShLM signifie aujourd'hui « paix », mais le sens initial est celui de la complétude, de l'achèvement[5], d'où dérive ultérieurement la notion de paix[2].

La ville dite « trois fois sainte »


Le mur des Lamentations à Jérusalem

 

IMG_7243.JPG

IMG_7241.JPG

 

CETTE CLOISON  EN PRINCIPE EST FAITE POUR SEPARER LES HOMMES  DES  FEMMES  MAIS  LES  CURIEUX  S'EN DONNENT A  COEUR

 

IMG_3566.JPG

IMG_9873.JPG

IMG_7246.JPG







L'entrée (de Christ) à Jérusalem
(icône ukrainienne vers 1570)


Vue générale du dôme du Rocher. troisième lieu saint pour les musulmans

 

IMG_3509.JPG


Le mont des Oliviers

Le mont des Oliviers est une colline d’environ 800 mètres d’altitude située juste à côté de Jérusalem, à l’est de la ville, et séparée d’elle par la vallée du Cédron. Dans l’Antiquité, la région était riche en oliveraies, et le mont des Oliviers doit sans doute son nom aux plantations extensives qui devaient s’y trouver. Cette colline n’est mentionnée qu’à quelques endroits dans l’Ancien Testament, habituellement désignée comme « la montagne en face de Jérusalem ». C’est le mont des Oliviers que le roi David gravit en pleurant, pieds nus et la tête voilée, lorsqu’il fuit son fils Absalom qui s’était révolté contre lui (2 S 15,30). C’est là aussi que le roi Salomon fit ériger des autels en l’honneur de dieux étrangers (1 R 11,7), sanctuaires que le roi Josias fera détruire lors de sa réforme (2 R 23,13).





IMG_7190.JPG

 

IMG_9828.JPG

IMG_7206.JPG

IMG_3513.JPG

IMG_7209.JPG

IMG_3488.JPG

La ville de Jérusalem est considérée comme « trois fois sainte » car elle contient les lieux les plus sacrés des religions juive et chrétienne et le troisième lieu saint de l'islam :

Jérusalem est un site privilégié :

  • pour les Juifs depuis plus de 2500 ans car Jérusalem est considérée à la fois comme un lieu important des pérégrinations bibliques des patriarches hébreux ; la capitale du roi David et plus tard du royaume juif hasmonéen. Après les deux destructions du temple de Jérusalem et des dispersions du peuple juif qui ont suivi, le judaïsme a toujours évoqué un retour à Jérusalem, ancienne capitale du Royaume d'Israël de David. Le premier exil babylonien avait déjà entraîné un premier retour des Juifs sur la Terre promise pour reconstruire le Temple. L'identité juive est restée liée à Jérusalem à travers l'héritage biblique et historique qui a continué à être transmis et enseigné de générations en générations depuis le second exil dit « de Rome » du Peuple juif. C'est la ville où le culte religieux était rendu à l'époque des deux Temples et où demeure le Mur des Lamentations, vestige du Temple et lieu de prière. C'est un lieu de pèlerinage religieux au cours des trois fêtes de pèlerinage: ainsi, tous les ans durant la fête de Pessa'h (pâque juive), les mots « L’an prochain à Jérusalem » viennent clôturer les cérémonies. La prière quotidienne traditionnelle (toujours adressée en se tournant vers la ville) bénit la construction de Jérusalem et appelle au retour des exilés.
  • par les chrétiens depuis le Ier siècle et les récits de la vie de Jésus de Nazareth telle que décrite dans les Évangiles, depuis sa montée au Temple de Jérusalem jusqu'à sa crucifixion et sa résurrection, selon le dogme chrétien ; consécutivement, on y trouve et on y vénère aussi des souvenirs de Marie de Nazareth, de saints Étienne et Jacques qui y furent martyrisés, etc. Sainte Hélène, mère de Constantin, et les empereurs byzantins y érigèrent des sanctuaires somptueux sur les lieux saints. Ce lien entre les chrétiens et Jérusalem a également été entretenu par les Croisades successives en Terre Sainte au Moyen Âge. Jérusalem fut la capitale du Royaume latin de Jérusalem de 1099 à 1187. Elle est l'un des patriarcats historiques (avec Rome, Antioche, Alexandrie, Constantinople) ;
  • par les musulmans depuis le VIIe siècle, s'inspirant de toutes les raisons précédemment citées et également parce que la tradition fait de Jérusalem le lieu d'où le prophète de l'islam Mahomet aurait effectué son voyage nocturne, selon la sourate XVII du Coran. De plus les premiers musulmans priaient en direction de Jérusalem, la direction de La Mecque ayant été établie par Mahomet plus tard. Si le Coran ne mentionne pas explicitement le nom de la ville, mais décrit comment Mahomet, étant arrivé à la Mosquée la plus lointaine, monte au Ciel (al Mi`raj: l'ascension) accompagné par l'ange Gabriel, le nom de Jérusalem comme lieu du voyage nocturne est par contre parfaitement explicite dans le récit d'Ibn Ishaq transmis selon Mahomet[15]. L'islam a déclaré Jérusalem comme sa troisième ville sainte pour des raisons religieuses et politiques : c'est là que les musulmans se réuniront le jour du Jugement Dernier. Ce fut un lieu de pèlerinage, notamment lorsque de grands projets architecturaux furent réalisés par les Omeyyades et plus tard par les Mamelouks. La mosquée de Jérusalem s'appelle Al-Aqsa, ce qui veut dire « le plus éloigné ». De 638 à 1917, Jérusalem fut plusieurs fois dominée par des dynasties islamiques sans qu'aucune ne la prenne pour capitale

http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9rusalem

 

IMG_3472.JPG

Benno Elkan

Courte biographie
Benno Elkan, c.1954 Born in Dortmund, Germany. Né à Dortmund, en Allemagne. After studying art in Munich and Karlsruhe, he settled in Paris, 1905-11, where he taught himself sculpture, then returned to Germany as a sculptor of medals, busts and monuments. Après des études d'art à Munich et Karlsruhe, il s'installe à Paris, 1905-1911, où il a lui-même enseigné la sculpture, puis retourna en Allemagne en tant que sculpteur de médailles, des bustes et des monuments.

Amongst the latter are several gravestones and public monuments featuring bronze figures. Parmi ceux-ci sont des pierres tombales et monuments publics de plusieurs statues de bronze. These include the Freedom Monument , Mainz (dest. 1940s) and the Victims of War Monument , Frankfurt, which was removed by the Nazis and restored after World War II. Il s'agit notamment du Monument de la Liberté, Mayence (1940 dest.) et les victimes de la guerre Monument, Francfort, qui a été enlevé par les nazis et restauré après la Seconde Guerre mondiale.

His work also includes medals of King Edward VII (c. 1902), Gustav Mahler (1911) and Carl Flesch (1944), the bronze Jesus Christ's Head with the Crown of Thorns for the Feuerbaum Family Monument in the Protestant Church of St Mary, Dortmund (1905), as well as a Hanukah Lamp (1927), the lamps for Westminster Abbey, and busts of Winston Churchill , Walter Rathenau , and Keynes for Kings College, Cambridge (1949). Son travail comprend aussi des médailles du roi Edward VII (c. 1902), Gustav Mahler (1911) et Carl Flesch (1944), la médaille de bronze du Christ la tête de Jésus avec la couronne d'épines pour la famille Monument Feuerbaum dans l'Eglise protestante de St Mary, Dortmund (1905), ainsi qu'une lampe de Hanoukka (1927), les lampes pour l'abbaye de Westminster, et des bustes de Winston Churchill, Walter Rathenau, et Keynes de Kings College, Cambridge (1949).

He also produced the Candlesticks and Abbot Anscar Vonier Memorial Plaque , for Buckfast Abbey, and an elaborate Menorah for presentation to Israel's Knesset, commissioned by the British parliament in celebration of the state's 8th Independence Day (1956). Il a également produit les chandeliers et l'abbé Anscar Vonier plaque commémorative, pour l'abbaye de Buckfast, et un savant Menorah pour présentation à la Knesset d'Israël, commandée par le parlement britannique en célébration de l'état de la 8e Fête de l'indépendance (1956).

In 1933, Elkan joined the exodus of Jewish artists from Nazi Germany and settled in Oxford and London, during which time he received two interesting commissions for works in lead of animal subjects: Jungle Family , a female Orang Utan with her baby, his only recorded work for Glasgow, which wascommissioned by the London lead casters, Stovers & Saunders Ltd, as their exhibit in the grounds of the 1938 Empire Exhibition at Bellahouston Park, and the Jungle Book Relief Panel , on the south wall of the Rudyard Kipling Building, (former) Imperial Services College, Windsor (1939). En 1933, Elkan rejoint l'exode des artistes juifs de l'Allemagne nazie et s'installe à Oxford et à Londres, au cours de laquelle il a reçu deux commissions intéressantes pour les travaux à mener à des animaux: Jungle famille, une femelle orang outan avec son bébé, son seul enregistrés travail pour Glasgow, qui wascommissioned par les roulettes de plomb Londres, tiges & Saunders Ltd, que leur exposition dans les motifs de l'Empire Exhibition 1938 à Bellahouston Park, et le Livre de la Jungle de secours Panneau de configuration, sur le mur sud de la Kipling Rudyard bâtiment, ( ex) Services Imperial College, Windsor (1939).

Jungle Family was intended by Glasgow Corporation to be a permanent attraction in Bellahhouston Park but, in December 1939, Stovers & Saunders informed the city that they wished to exhibit the group in Edinburgh, where it now resides in Edinburgh Zoo. Jungle de la famille a été voulue par Glasgow Corporation sera une attraction permanente Bellahhouston Park, mais, en Décembre 1939, tiges & Saunders a informé la ville qu'ils souhaitent présenter le groupe à Edimbourg, où il réside maintenant dans le zoo d'Édimbourg. A number of superb photographs of the group in Bellahouston Park are available on the Virtual Mitchell website: www.mitchelllibrary.org.uk : VM C1041, C1991, C1925. Un certain nombre de superbes photos du groupe en Bellahouston parc sont disponibles sur le site Internet de Virtual Mitchell: www.mitchelllibrary.org.uk : VM c1041, C1991, C1925. A photograph of the Jungle Book relief is on the thamesweb Imperial College page ( windsorhistory/isc.html ). Une photo du livre de secours Jungle est sur la page thamesweb Imperial College ( windsorhistory / isc.html ).

Elkan's work is well represented in collections around the world. Elkan travail est bien représenté dans les collections du monde entier. After his death, in London, his ashes were scattered in Israel, and his biography published by Fritz Hofmann: Benno Elkan: Ein jüdischer Künstler aus Dortmund , in 1997. Après sa mort, à Londres, ses cendres ont été dispersées en Israël, et sa biographie publiée par Fritz Hofmann: Benno Elkan: Ein Künstler aus Jüdischer Dortmund, en 1997.


traduction en français

Courte biographie Né à Dortmund, l'Allemagne. Né à Dortmund, en l'Allemagne. Après l'étude de l'art à Munich et Karlsruhe, il s'est installé à Paris, 1905-11, où il s'est appris la sculpture, a ensuite retourné en Allemagne comme un sculpteur de médailles, des bustes et des monuments. Après des études d'art à Munich et Karlsruhe, il s'installe à Paris, 1905-1911, où il un lui-même enseigné sculpteur la sculpture, puis retourna en Allemagne en tant que sculpteur de médailles, des bustes et des monuments.

Parmi le dernier sont plusieurs pierres tombales et des monuments publics représentant (disposant de) des figures (chiffres) de bronze. Parmi ceux-ci sont des jetées(piliers) tombales et public de monuments de plusieurs statues de bronze. Ceux-ci incluent le Monument de Liberté, Mainz (dest. les années 1940) et les Victimes de Monument de Guerre, Francfort, qui a été enlevé par les Nazis et reconstitué (rétabli) après la Deuxième Guerre mondiale. Il s'agit notamment du Monument Liberté de la, Mayence (1940 dest.) et victimes les Monument guerre de la, Francfort, qui un été enlevé pair les Nazis et restauré après Seconde la Guerre mondiale.

Son travail inclut aussi les médailles de Roi Edward VII (c. 1902), Gustav Mahler (1911) et Carl Flesch (1944), le bronze la Tête(le Responsable) de Jésus Christ avec la Couronne d'Épines pour le Monument Familial Feuerbaum dans l'Église Protestante de st. Mary, Dortmund (1905), aussi bien qu'une Lampe Hanukah (1927), les lampes pour Abbaye de Westminster et les bustes de Winston Churchill, Walter Rathenau et Keynes pour Rois Collège(Université), Cambridge (1949). Douleurs de fils comprend aussi des médailles du roi Edward VII (c. 1902), Gustav Mahler (1911) et Carl Flesch (1944), médaille la de bronze du Christ tête la de Jésus avec couronne la d'épines verse le Monument famille la Feuerbaum dans l'Eglise protestante de st. Mary, Dortmund (1905), ainsi qu'une lampe de Hanoukka (1927), les des lampes verse l'abbaye de Westminster et des bustes de de Winston Churchill, Walter Rathenau et Keynes de Rois le Collège(l'Université), Cambridge (1949).

Il a aussi produit les Chandeliers et la Plaque de Mémorial d'Abbé Anscar Vonier, pour l'Abbaye Buckfast et Menorah complexe pour la présentation à Knesset d'Israël, donné pouvoir par le Parlement britannique dans la célébration de la 8ème Fête de l'Indépendance de l'état (1956). Il un également produit les des lustres et l'abbé Anscar Vonier la plaque commémorative, versez l'abbaye de Buckfast et l'érudit de l'ONU Menorah verse présentation à Knesset la d'Israël, commandée le pair parlement britannique en célébration de l'état de la 8e Fête de l'indépendance (1956).

 


IMG_3470.JPG
IMG_3471.JPG
IMG_7277.JPG

SANCTUER  CATHARINAE VIRGINI ET MARTIRI DICATVM



IMG_7278.JPG




IMG_7283.JPG
IMG_7285.JPG
IMG_7286.JPG

Dormition de Jérusalem

L'abbaye de la Dormition est une abbaye bénédictine à Jérusalem.

La Dormition s'est appelée entre 1998 et 2006 Hagia Maria Sion (Sainte-Marie de Sion), pour rappeler l'église hiérosolymitaine byzantine Hagia Sion (la sainte Sion) construite à cet endroit en 415. La communauté est revenue au nom de la Dormition pour son centenaire en 2006. Elle est hors congrégation monasterium monachorum extra congregationes, c'est-à-dire qu'elle dépend directement de la confédération bénédictine.

Histoire de la construction

C'est l'empereur Guillaume II lui-même qui acheta au sultan Abdul-Hamid pour 120 000 marks-or un terrain sur le mont Sion pour le compte de l'Association allemande de la Terre Sainte (Deutscher Verein vom Heiligen Lande) en 1898, pendant un pèlerinage officiel à l'occasion de l'inauguration de l'église luthérienne du Rédempteur de Jérusalem. D'après la tradition locale, c'est ici, au voisinage du Cénacle, que Marie, la mère de Dieu, se serait endormie. De là le nom du monastère ; l'église elle-même porte le nom de basilique de l'Assomption (ou de la Dormition).

L'architecte du diocèse de Cologne, Heinrich Renard, (1868-1928) se rendit à Jérusalem l'année suivante. Il commença par fouiller le terrain et découvrit des vestiges de la Hagia Sion byzantine ainsi que d'autres églises. La maîtrise d'œuvre fut prise en charge par l'architecte Theodor Sandel qui habitait sur place et faisait partie de l'Ordo Supremus Militaris Templi Hierosolymitani ou Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem (Ordo Supremus Militaris Templi Hierosolymitani Militiae Christi Oecumenis). La première pierre de l'abbaye et de la basilique fut posée le 7 octobre 1900. En dix ans seulement, la construction de la basilique et de l'abbaye était achevée. La basilique fut consacrée par le patriarche latin le 10 avril 1910.

L'architecte Heinrich Renard, s'est inspiré de la cathédrale carolingienne d'Aix-la-Chapelle.

779px-HagiaMariaSionAbbey052209.JPG
400px-Jerusalem_Dormitio_Church_BW_5.JPG
394px-Dormition_Church_Hungarian_Chapel.jpg
450px-Church_of_Dormition_2.JPG
IMG_9836.JPG

Extensions urbaines et problèmes

Depuis 1967, les gouvernements israéliens successifs, quel que soit le parti au pouvoir, s'évertuent à transformer la physionomie de Jérusalem. Il existe une volonté politique de modifier l'écart démographique à l’Est, peuplé essentiellement par les Palestiniens (55 000 environ en 1967). L'État d'Israël a toujours refusé catégoriquement toute politique d’expulsion des Arabes. Outre des raisons juridiques humanistes, il s'agit toujours de mettre en avant une quête de reconnaissance internationale. À la place de cette politique primaire, Israël a établi un projet d’agrandissement de la ville par la construction de quartiers juifs. Le politologue Frédéric Encel le comprend comme une façon de « détruire l’influence palestinienne en modifiant l’équilibre géographique de la ville ».

 

800px-Mur_separation_jerusalem_est.jpg
Mur de séparation à Jérusalem est, vu depuis la Vieille Ville. Haut de huit mètres, il isole Jérusalem de la Cisjordanie.

L'ambition consiste à encercler les quartiers arabes par une politique d’expropriation des terrains entourant les limites municipales de 1967. Jérusalem-Est faisait 38 km2 en 1967. Et par l'effet de cette politique, 108 km2 par la construction de quartiers juifs. Cet état de fait est accentué par le tracé du projet de barrière de séparation[8] qui devrait entourer les colonies de peuplement d'Adounim à 11 km à l'est de Jérusalem et destiné, selon Israël, à diminuer le nombre d'attentats terroristes palestiniens. De plus, selon la Commission internationale de juristes et son affiliée palestinienne LAW dans un rapport publié en 1999, « Israël continue à appliquer des mesures arbitraires et incompatibles avec le droit international pour chasser les Palestiniens de Jérusalem et les remplacer par des colons juifs, de façon à cimenter son autorité sur la ville. Cette politique revêt des formes diverses : confiscation des cartes d'identité, retrait des permis de résidence, système fiscal injuste, refus du permis de construire, destruction d'habitations »[9].

Cette politique de construction se traduit dans le plan qui a été proposé par Benjamin Netanyahou et approuvé le 21 juin 1998 par la Knesset sous le nom de « Grand Jérusalem », bien que le 13 juillet 1998, les Nations unies ont demandé à Israël de renoncer à ce plan.

Il faut ajouter à cela la mise en place d'une ceinture de blocs de colonies de peuplement juif autour de la ville au nord (Giv'at Zeev), au sud (Goush Etzion) et à l’est (Ma'ale Adoumim) qui augmente la taille de Jérusalem à 440 km2. La superficie totale de la métropole de Jérusalem en comptant Jérusalem-Est, Jérusalem-Ouest et la ceinture de colonies de peuplement est donc égale à environ 900 km2, c'est « le Très Grand Jérusalem » qui est relié administrativement et par structure de conurbation des infrastructures (transports, autoroutes). Mais la population arabe est désormais enclavée. Ainsi, l'extension de Jérusalem a eu pour effet d'édifier une ceinture urbaine disjoignant les quartiers arabes de Jérusalem-Est du reste de la Cisjordanie. Le « Grand Jérusalem » ne repose pas totalement sur des territoires accordés par le droit international à l’État d’Israël et la construction de la barrière de séparation impose de fait des frontières non reconnues à l’est de Jérusalem.

 

IMG_3531.JPG

Le Parc archéologique de Jérusalem

Dans le parc archéologique de Jérusalem, les portes en verre du Centre Davidson, proche du Mur occidental, les derniers vestiges du Temple sacré, s'ouvrent silencieusement pour vous accueillir. Lorsqu'elles se referment derrière vous, vous entrez dans un autre monde. C'est le monde du passé glorieux de Jérusalem, exposé à travers le prisme d'une technologie de visualisation avancée.

Le centre a été construit dans le sous-sol d'un bâtiment du huitième siècle, en veillant à le préserver soigneusement. Vous descendez le long de la rampe et des fouilles et des illustrations archéologiques vous ramènent dans le temps et vous vous retrouvez des personnalités de Jérusalem, hautes en couleur, des temps anciens.

Un clip vidéo haute définition de 10 minutes met ingénieusement en parallèle l'expérience des pèlerins du Second temple avec celles des visiteurs de l'époque actuelle.

Le fait que les trésors historiques et spirituels représentés, le Mont du temple, le Mur occidental et le Mur méridional, soient encore en place à seulement quelques pas, ajoute à la puissance de la présentation. Le point fort du Centre est la reconstruction virtuelle en trois dimensions du Temple, basée sur des textes anciens et les fouilles et créée par une équipe du département de simulation urbaine de l'université UCLA. Les images générées à chaque 41 millionièmes de seconde donnent aux participant le sentiment étrange d'être réellement dans la cage d'escaliers du Temple et de se promener à travers les rangées de colonnes immenses, devant la grandeur du Saint des saints.

Le Centre possèdent des heures de visite régulières pour les groupes et les particuliers, et il fermé le samedi. La session de reconstruction virtuelle fait partie d'une visite guidée, à réserver auprès du Centre Davidson.

IMG_3532.JPG
IMG_3533.JPG
IMG_7221.JPG
IMG_7225.JPG

Église de Toutes-les-Nations

L’église de Toutes-les-Nations (également appelée basilique de l’Agonie) est une église catholique située au pied du mont des oliviers à Jérusalem, au lieu-dit « Gethsémani ». Construite de 1922 à 1924, elle renferme le rocher au pied duquel, selon la tradition, Jésus pria durant son agonie, avant son arrestation (Luc 22 :41)

Histoire

L’église actuelle est édifiée sur les fondations successives de deux autres. Une basilique byzantine du IVe siècle est détruite par un tremblement de terre en 746. Une robuste chapelle des croisés (XIIe siècle) est abandonnée en 1345.

En 1920 des travaux préliminaires de fondation (deux mètres sous la chapelle des croisés) mettent à jour une colonne et de magnifiques mosaïques de l’ancienne basilique byzantine. Les travaux sont interrompus pour permettre des fouilles approfondies et étendues. Les plans de l’église moderne sont modifiés pour y intégrer les mosaïques byzantines. Les travaux durent deux ans : l’église est consacrée et dédiée à toutes les nations, en juin 1924.





IMG_3528.JPG
IMG_3529.JPG
IMG_3526.JPG
IMG_3515.JPG
IMG_3517.JPG
IMG_3520.JPG
IMG_3522.JPG
Church_of_All_Nations2.jpg


Les murailles et les portes de Jérusalem

Soliman le Magnifique (1520-1566) a fait construire le présent rempart.

Une légende sur Jérusalem nous rapporte l’histoire suivante : avant que Jérusalem ne soit entourée d’une muraille, le sultan ottoman, Soliman le Magnifique, avait fait un rêve dans lequel il voyait de puissants lions sur le point de le déchiqueter pour le punir de ne pas protéger comme il se doit la Ville sainte.

Le sultan a compris que c’était un signe de dieu, par lequel il lui ordonnait de construire la muraille qui encercle, à ce jour, la vieille Ville. Il a également prescrit que des illustrations des lions qu’il avait vus dans son rêve décorent la façade de la porte Est (la porte du Lion).

En 1537, il commence par la façade Nord et continue par les façades Est et Ouest. La muraille Sud a été achevée en 1540, probablement à cause du conflit qui entourait l’éventuelle inclusion du mont Sion. Les autorités ont refusé en raison des dépenses impliquées dans l’extension du mur pour un seul bâtiment, le Cénacle, et ont tout tenté pour que les franciscains prennent les frais à leur charge. Les prêtres, qui n’avaient pas les moyens, ont alors été mis à l’écart. La colère de Soliman – il aurait fait tuer l’architecte – a démontré qu’il prévoyait que ce mur honore et protège tous les lieux cultuels populaires.


La porte de Jaffa (Sha'ar Yafo or Bab al Khalil) est l’entrée principale occidentale de la vieille Ville. La porte de Jaffa a été restaurée grâce à des fonds collectés par des Juifs d’Afrique du Sud après la Guerre des Six Jours. En 1917, le Général Allenby est entré à Jérusalem par cette porte après avoir vaincu les Turcs dans sa marche à travers la Palestine. 


La porte de Sion est une des portes d’origine de la muraille ottomane mais elle était bien moins importante que la porte de Jaffa et a servi de point de départ assez secondaire, principalement pour ceux qui visitaient les cimetières et les lieux saints sur le mont Sion.

La porte de Sion a été gravement endommagée en 1949 lorsque le Palmach a forcé cette porte pour rejoindre la communauté juive de la vieille Ville assiégée. La porte a été partiellement réparée après la Guerre des Six Jours. Quelques traces de la guerre ont délibérément été exposées en souvenir de l’histoire de la ville.


La porte des Immondices est la plus basse de toutes dans la muraille. Elle fait face au village de Silwan, d’où elle tire son nom arabe, Bab Silwan, qui a été utilisé depuis le Moyen Age.

Aux périodes mamelouke et ottomane, la porte était appelée Bab Almaghraba, en raison du quartier Moghrabi (maure) qui se trouvait là où se trouve aujourd’hui la place du mur des Lamentations. Depuis le IIe siècle après J.-C., les détritus de la ville passaient par cette porte pour être jetés à l’extérieur ; d’où la porte tire son nom.

La porte des Immondices est le nom d’une porte dans la muraille qui se trouvait près de la piscine de Siloé à l’époque du second Temple. Le nom a été attribué à cette porte au XIXe siècle.

A l’origine, la porte était un petit poterne rectangulaire dans la tour de la muraille. Au-dessus de lui, dans la muraille, il y avait un arc construit avec des « oreillers » de pierres, et par dessus une rosette. Il y avait une étoile de David au centre de la rangée de pierres entre le linteau du poterne et l’arc. Ce motif décoratif était commun aux périodes mamelouke et ottomane.


Golden Gate La porte Dorée (Sha'ar Hazahav or Bab El-Rahmeh). La porte a été utilisée par les Turcs pendant la période musulmane au VIIe siècle. Deux chemins mènent à cette porte : l’un appelé « La porte du Repentir », le second « la porte de la Miséricorde ». D’après les chrétiens, Jésus serait entré à Jérusalem par cette porte et c’est pourquoi on l’appelle la porte Dorée. Selon la tradition juive, le Messie viendra par cette porte. C’est pourquoi, on a construit un cimetière musulman devant la porte, parce qu’un grand prêtre ne peut pas passer par un cimetière. Les chrétiens pensent que l’empereur byzantin, Héraclius, est entré par cette porte après la défaite des musulmans.

Les croisés ont ouvert les portes uniquement à des fins religieuses. A la fin des croisés, les musulmans sont revenus pour régner sur Jérusalem et, à ce jour, la porte Dorée est murée. Il y existe un grand temple et une salle d’étude islamique. La seule entrée se fait par le mont du Temple.


La porte du Lion. C’est par cette porte que les parachutistes israéliens ont envahi la vieille Ville pendant la Guerre des Six Jours de 1967.

C’est la seule porte ouverte dans la muraille Est et l’une des portes d’origine de la muraille du VIe siècle qui entoure la vieille Ville. Elle a porté plusieurs noms par le passé : porte des Tribus, Bad Sitt Maryam (la porte de Mère Marie) par les arabes, la porte de Jehoshaphat, et porte de Saint Stéphane (par l’Eglise byzantine). Elle tire son nom de Saint Stéphane qui, croit-on, aurait été martyrisé non loin de là.

A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les Juifs l’ont nommée la porte du Lion en raison des deux lions sculptés encadrés (en fait, des léopards) sur sa façade – symboles du sultan mamelouk Baybars, qui conquit Israël en 1260.

Certaines autorités prétendent que ces léopards en pierre ont été pris d’un autre monument construit par Baybars et, placés sur cette porte ils n’ont qu’un usage secondaire. Une légende de Jérusalem donne une autre explication à la présence, à cet endroit, des lions/léopards.


La porte de Hérode. Cette porte était connue sous le nom de porte des Fleurs en raison des motifs floraux gravés sur sa façade. La porte d’origine était connue sous le nom de Bab-a-Sahairad et faisait référence au lieu de sépulture musulman qui faisait face à la porte. A-sahairad signifie « ceux qui ne dorment jamais la nuit » et fait allusion à la future résurrection de ceux qui y sont enterrés. Toutefois, le nom a probablement été changé en A-zahar qui signifie, en arabe, la porte des Fleurs.

Cette porte est également connue sous le nom de porte de Hérode, parce qu’elle mène à la maison de Hérode Antipas, où Ponce Pilate envoya Jésus Christ.
Elle est également appelée la porte des Moutons en raison du marché aux moutons hebdomadaire qui se tenait sur la place de l’autre côté de la porte. 


La porte de Damas. C’est la porte la plus décorée. Elle a été construite à l’époque de Soliman le Magnifique entre 1538 et 1541. Cette porte se trouve sur les vestiges de deux anciennes entrées qui conduisaient à la vieille Ville. La première est un monument hérodien, la seconde date de 135 après J.-C., lorsque les Romains ont une nouvelle fois conquis Jérusalem et l’ont nommée Aelia Capitolina. Son nom en arabe, Bab El Amud, est un rappel, puisqu’à l’intérieur de la porte se trouvait, à l’époque des Romains et des Byzantins, un grand pilier, que l’on peut voir sur la mosaïque de Madaba. A partir de ce pilier, on mesurait la distance jusqu’à Jérusalem avec les bornes kilométriques qui étaient placées le long du chemin.



00:41 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

17.11.2010

VILLE ROMAINE DE CESAREE EN ISRAEL

 

 

Césarée- de la ville romaine au fort des croises

La ville de Césarée, en Israël, est située sur la côte méditerranéenne à 20 km au sud de la ville de Dor.

Son nom vient du grec ancien : paralios Kaisareia ( παράλιος Καισάρεια ) signifiant Césarée maritime ; en latin le nom devint Caesarea Maritima signifiant également Césarée maritime ou encore Caesarea Palestinae c'est-à-dire Césarée de Palestine ; en arabe c'est qaysārya (قيسارية) ; enfin, en hébreu c'est qeysarya (קיסריה).

La ville a été construite sur l'emplacement d'un port connu sous le nom de Tour de Straton ou en grec : Stratono  pyrgon (Στράτωνος πύργον) ou en latin : Turris Stratonis.

Histoire

Le village fut établi pendant la période perse (entre 586 av. J.-C. et 332 av. J.-C.).

Le village s'agrandit durant la période grecque (entre 332 av. J.-C. et 37 av. J.-C.).

En l'an 30 av. J.-C., le village fut donné en récompense à Hérode. Il fit bâtir une large ville portuaire qu'il nomma Césarée en souvenir de Octave Auguste César.

La ville est un ancien évêché, ainsi qu'une seigneurie.

Personnages de l'Antiquité chrétienne [modifier]

Martyrs

C'est dans cette ville qu'est né l'historien grec de l'Église, Eusèbe de Césarée. Son livre Des martyrs de Palestine parle de plusieurs martyrs à Césarée sous Dioclétien, précisant même la date qui passera dans de nombreux calendriers liturgiques. Voici les principaux martyrs de Césarée, avec les dates habituelles de leurs fêtes (autres détails sur la page Eusèbe de Césarée) :

Monuments

  • Théâtre bâti à l'époque d'Hérode. Il pouvait contenir 4 000 spectateurs.
  • Cirque bâti à l'époque d'Hérode, avec un obélisque sur la spina. Il mesurait 250 m de long et 50 m de large. Il avait 12 rangées de sièges et pouvait contenir 10 000 personnes.
  • Bains publics
  • Port antique
  • Ruines d'une synagogue byzantine
  • Ruines de l'aqueduc de Césarée
Caesarea_maritima_BW_4.JPG
Caesarea-13-Aqueducts.jpg
Caesarea_maritima_BW_3.JPG
IMG_3381-1.JPG
IMG_3381-1 (1).JPG
IMG_3381-1 (2).JPG
IMG_3381-1 (3).JPG
IMG_3381-1 (4).JPG
IMG_3381-1 (5).JPG

IMG_3381-1 (6).JPG
IMG_3381-1 (7).JPG
IMG_3381-1 (9).JPGIMG_3381-1 (8).JPG

IMG_3381-1 (10).JPG

IMG_3381-1 (11).JPG
IMG_3381-1 (12).JPG
IMG_3381-1 (13).JPG
IMG_3381-1 (14).JPG
IMG_3381-1 (15).JPG


IMG_3381-1 (16).JPG

IMG_3381-1 (17).JPG
IMG_3381-1 (18).JPG
IMG_3381-1 (19).JPG
IMG_3381-1 (20).JPG
IMG_3381-1 (21).JPG




18:29 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |