081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02.12.2010

SITE DE WADI RUM ou la VALLÉE DE LA LUNE - JORDANIE

 

 

LE WADI RUM : PERLE ROUGE DU DÉSERT - SUR LES TRACES DE LAWRENCE

D'ARABIE

Après Petra, le désert rouge du Wadi Rum est, avec Jerash, la deuxième destination touristique en Jordanie. Avec ses paysages fantastiques et grandioses, rendus célèbres par le film Lawrence d’Arabie et décrits dans le livre Les Sept Piliers de la Sagesse, le Wadi Rum est unique, majestueux, époustouflant. A 3 heures et demi d’Amman, ses vastes étendues de sable, d’où émergent des roches aux formes et aux couleurs spectaculaires, offrent des possibilités de parcours en véhicule tout terrain dans les dunes ou à dos de chameau pour passer une nuit sous la tente et escalader pics et arches rocheuses.

 

wadirum-pano2.jpg


L’origine du Wadi Rum
Il y a 30 millions d’années, en même temps que se formait, à moins 400 mètres, la dépression de la Mer Morte, surgissait, à plus de 1700 mètres, le Djebel Rum, avec, à ses pieds, le désert du Wadi Rum. Situé dans une zone géologique semblable à celle des parois rocheuses de Petra, le Wadi Rum est une large vallée posée sur un socle de granit, bordée de falaises de grés rouge et qui s’étend sur 70 km environ. Mais à Petra c’est l’homme qui a crée cette extraordinaire beauté, alors que dans le Wadi Rum c’est l’action millénaire de l’érosion du vent, conjuguée au sable, qui a créé ces paysages naturels où les roches ont pris des formes étranges.
.


Une beauté minérale et sauvage
Situé à une centaine de kilomètres au sud de Petra, le Wadi Rum est le plus grand et le plus majestueux des déserts jordaniens. C’est un ensemble de vallées qui offre des paysages fantastiques avec des dunes de sable et des parois de roches aux formes étranges et aux couleurs changeantes. En effet, ce sont ces larges vallées sablonneuses, variant du jaune d’or au rouge foncé, bordées de montagnes déchiquetées, présentant elles aussi une large palette de couleurs, du jaune au noir avec une prédominance des rouges, qui engendrent une telle fascination pour le désert du Wadi Rum. La teinte rouge sombre des montagnes et du sable est due à la présence d’oxyde de fer (comme la bauxite en Provence).
Intemporel, le Wadi Rum a été longtemps laissé intact par les hommes car seulement parcouru par quelques tribus nomades originaires de la Péninsule Arabique dont on peut admirer les traces.

Traces et vestiges millénaires.
Habitée depuis le néolithique, la grande vallée du Wadi Rum est traversée depuis des millénaires par des nomades qui y ont laissé des traces de leur passage sous forme d’inscriptions rupestres représentant des scènes de chasse gravées sur des pierres ou sur les parois rocheuses des grottes. On les attribue à une époque remontant au IV° millénaire avant J.C pour les plus anciennes, au VII° siècle avant J.C pour les inscriptions Thamoudéennes et au II° siècle avant J.C pour les inscriptions nabatéennes (les nabatéens occupèrent la région, avant que les bédouins n’en fassent leur territoire).
C’est un autre intérêt des excursions que de traverser les paysages grandioses du Wadi Rum pour parvenir jusqu’aux vestiges laissés par les différentes tribus de la région sous forme de gravures.

IMG_0414-1.jpg
IMG_0414-1 (1).JPG
IMG_0414-1 (2).JPG
IMG_0414-1 (3).JPG
LES  4X4  SONT  PRETS  A  PARTIR  POUR  LA  BALLADE  DANS  LES  DUNES
IMG_0414-1 (4).JPG
IMG_0414-1 (5).JPG
IMG_0414-1 (6).JPG
IMG_0414-1 (7).JPG
IMG_0414-1 (8).JPG
IMG_0414-1 (9).JPG
IMG_0414-1 (10).JPG
IMG_0414-1 (11).JPG
IMG_0414-1 (12).JPG
RENCONTRE  INSOLITE
IMG_0414-1 (14).JPG

 

IMG_0414-1 (15).JPG
IMG_0414-1 (16).JPG
IMG_0414-1 (17).JPG
IMG_0414-1 (18).JPG
IMG_0414-1 (19).JPG
IMG_0414-1 (20).JPG
IMG_0414-1 (21).JPG
IMG_0414-1 (22).JPG

POSE THE DANS LE MILIEU  DU  DESERT  AVEC BOUTIQUE  POUR LES PRODUITS DES BEDOUINS

 

IMG_0414-1 (24).JPG
IMG_0414-1 (26).JPG
IMG_0414-1 (27).JPG
IMG_0414-1 (28).JPG
IMG_0414-1 (29).JPG
IMG_0414-1 (30).JPG
IMG_0414-1 (31).JPG
IMG_0414-1 (32).JPG
IMG_0414-1 (33).JPG
IMG_0414-1 (34).JPG
IMG_0414-1 (35).JPG
IMG_0414-1 (36).JPG
IMG_0414-1 (37).JPG
IMG_0414-1 (38).JPG
IMG_0414-1 (39).JPG
IMG_0414-1 (40).JPG
IMG_0414-1 (41).JPG
IMG_0414-1 (42).JPG
IMG_0414-1 (43).JPG
IMG_0414-1 (44).JPG

IMG_0414-1 (45).JPG
IMG_0414-1 (46).JPG
IMG_0414-1 (47).JPG
IMG_0414-1 (48).JPG
IMG_0414-1 (49).JPG
IMG_0414-1 (50).JPG


RESTAURANT  BERBERE  DE  FIN  DE  CIRCUIT  DU  SITE

IMG_0414-1 (51).JPG

De retour sur la route nord-sud il y a beaucoup d'activités car l'extraction de matériaux est très inportante et les transports se fond par route et rail car il y a un train uniquement pour les marchandises, le principal transport c'est le minerais, c'est une région très riche

IMG_0414-1 (52).JPG
IMG_0414-1 (53).JPG
IMG_0414-1 (54).JPG
IMG_0414-1 (55).JPG



Un endroit mythique sur les traces de Lawrence d’Arabie.
Décrit comme « Vaste, résonnant, à l’image de Dieu » et qualifié de « cathédrale à ciel ouvert » dans le livre autobiographique deT.E Lawrence : Les Sept Piliers de la Sagesse, le désert rouge aux rochers de couleur est effectivement un lieu célèbre dans les aventures de Lawrence d’ Arabie.
Il y avait réuni les premières troupes lors de la Grande Révolte Arabe, puis s’y était établi en 1917, avec les armées arabes. Et c’est dans le Wadi Rum que furent tournées les superbes séquences extérieures du film de David Lean : « Lawrence d’Arabie » à l’origine de la célébrité du désert.
Présenté comme un mythe, le personnage de Lawrence d’Arabie est exploité à des fins touristiques car tout ici le rappelle : le puit de Lawrence, la maison de Lawrence, les palmiers de Lawrence, et même la montagne qui a inspiré son ouvrage  Les Sept Piliers de la Sagesse et qui en porte le nom.
A signaler que c’est aussi dans le Wadi Rum que se trouve le « Desert Patrol Corp » (Patrouille du Désert). Composée de troupes bédouines, c’est une police d’élite chargée de surveiller le désert et les frontières.

AFFICHE  DU  FILM  DE  LAWRENCE  D'ARABIE

affiche-1.jpg

Brillantes études.
Thomas Edward Lawrence est né en août 1888 au Pays de Galles. Il s’installe à Oxford où il entreprend de brillantes études et se passionne pour le Moyen Age. Suite à sa thèse sur les croisades et l’architecture militaire il obtient en 1910 un poste sur les fouilles d’un site archéologique en Mésopotamie (Irak actuel) où, durant quatre ans, il va apprendre l’arabe et tirer sa connaissance du monde arabe.

Un rôle assez trouble dans « La Grande Révolte Arabe ».
Quand la première guerre mondiale éclate il est contacté par les services des renseignements militaires britanniques du Caire. Officier britannique, dés avril 1916, en utilisant le nationalisme arabe, il participe de façon active à la révolte des tribus arabes contre l’occupation Ottomane en promettant l’indépendance. Les Anglais négocient avec Hussein, le Chérif de la Mecque, à qui ils avaient laissé envisager la création d’un grand royaume arabe indépendant, dirigé par la famille du chérif Hachémite (famille de l’actuel roi de Jordanie). En juin 1916, Hussein proclame l’insurrection contre les turcs. Lawrence est nommé officier agent de liaison auprès du troisième fils d’Hussein, l’Emir Fayçal.
Sa tache exacte est assez trouble : espion, diplomate, instructeur, conseiller ? Toujours est il qu’il rassemble une petite troupe de bédouins, dirige avec l’Emir les attaques à la dynamite contre le chemin de fer du Hedjaz et prend le port d’Aqaba. Il sera néanmoins capturé par les turcs, torturé et violé, avant de s’échapper. Devenu responsable officiel de l’armée de Fayçal, avec des moyens matériels et financiers importants, il accélère les raids et après la débandade des troupes ottomanes il entre triomphalement à Damas avec Fayçal en septembre 1918, mais il ne parle pas à ses amis arabes des véritables intentions des Alliés, bien décidés à appliquer les accords secrets franco-anglais Sykes-Picot de 1916. (Voir histoire de la Jordanie)
Après la guerre, pour défendre la cause des Arabes, il participe avec Fayçal à la conférence de Versailles de 1919 mais ne parvient pas à freiner les ambitions colonialistes des Français et des Anglais et malgré les interventions de T.E Lawrence en faveur d’un état arabe uni lors des conférences internationales de Versailles et SanRemo, la France et la Grande Bretagne découpent et se partagent les terres promises aux arabes. En juillet 1919 les Français chasse Fayçal du trône de Syrie, qui en 1921, deviendra roi d’Irak, alors que son frère Abdallah reçoit le trône de Transjordanie, un nouvel état crée de toute pièce par les Anglais où Lawrence est nommé représentant du gouvernement britannique. 
.


 

18:56 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.