081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21.12.2010

DE MEKNES A ERFOUD EN PASSANT PAR MIDELT - MAROC

Midelt

 

maroc-boucle-carte-circuit.jpg

Pierres, Minéraux et Fossiles de Midelt

Midelt, cette petite ville du centre du Maroc, se situant à 200 Km au sud de Meknès sur la route d'Errachidia, recèle de trésors inestimés de cristaux de différentes sortes.

Midelt est devenue, ces dernières années, un passage obligé et un lieu de rencontre des collectionneurs du monde entier.
La pierre la plus recherchée, la vanadinite, devient rare depuis la fermeture des mines de Mibladen et d'Ahouli , elle est encore la convoitise des collectionneurs de tous bords.

Par ailleurs, le nombre de jeunes qui s'intéressent au commerce des pierres augmente d'année en année. Ils deviennent spécialistes non seulement dans les minéraux de leur région mais également des spécimens d'autres régions du Maroc. Bon nombre d'entre eux participent aux bourses des cristaux dans le monde.

En plus des minéraux, la région de Midelt est également riche en fossiles. En visitant les sites marchands, On ne peut rester insensible à la beauté de ces merveilles de la nature.

 

fichier3,2 052-1.jpg

fichier3,2 171.jpg

 

fichier3,2 145-1.jpg

fichier3,2 051-1.jpg

 

 

 

Midelt est une ville du Maroc, à la jonction des chaînes du Moyen Atlas et du Haut Atlas oriental et une commune urbaine de la province de Midelt. Suite au recensement de 2004, Midelt comptait 44 7811 habitants, et après recalcul, doit, en 2006, compter 45 530 personnes.

Situation historique

La ville de Midelt située à 1 521 mètres d’attitude, a été créée par le protectorat en 1917 pour en faire un centre administratif de la région. Cette région est regroupée sous le nom de « Cercle de Midelt », cercle qui couvre une superficie de 6 000 km² dons les principaux centres sont : ItzerBoumiaAghbalouTounfiteKsabi, bouayach, KrouchenMibladen, ahouli… en dehors de ces centres urbains, le reste de la population habite les Igharman (dénommés Ksours, Douar, Dchar, selon les régions et la langue) qui couvrent toute la région dans des espaces très rapprochés les uns des autres.

Le centre administratif a été créé par le protectorat pour, au moins, les 3 raisons suivantes :

 

  1. Dans le cadre administratif pour cerner toute une population rurale.
  2. Dans le cadre stratégique du fait que Midelt constitue un passage obligé vers le sud-est du pays, donc vers l’Algérie, grâce à la Route Nationale 21 (RP 21) qui relie Midelt à Errachidia (Ex Ksar – Essouk). Cette RP comporte un passage incontournable constitué par le tunnel de Zaâbal, tunnel façonné par les militaires de la Légion Etrangère qui étaient basés à Midelt.

Dans ce cadre stratégique Midelt constituait pour la région un centre militaire important puisque la France y avait basé la Légion Etrangère et soit un bataillon de Tirailleurs Marocains soit un bataillon de Zouaves. La stratégie consistait également à veiller sur les intérêts économiques de la France en assurant la protection de l’exploitation des 2 mines de plomb de la région.

  1. Dans le cadre de l’exploitation des richesses de la région.

Une Société française appelée penaroya, exploitait les 2 mines de plomb de Mibladen et d’Ahouli situées à 15 et 25 KM de Midelt.

Les 2 mines, qui employaient plus de 1500 ouvriers étaient encadrées exclusivement par des français. Le plomb extrait était acheminé par camions directement sur le port de Casablanca pour exportation. Afin d’exploiter ses mines la Société avait construit en 1928, au Ksar Filou, l’une des premières centrales électriques du Maroc. Cette centrale hydrauliquealimentait en électricité aussi bien le village que les mines grâce au barrage de retenue du Ksar Tataouine situé au pied même du Jbel Ayachi. Ce barrage permettait d’alimenter en eau le barrage de Filou qui lui, projetait l’eau sur les turbines de la centrale hydraulique électrique.

Il est à noter que dans le cadre aussi bien de la pacification que des stratégies militaire et économique, Midelt était relié par train (la voie de 60 Cm) à la ligne ferroviaire Fès-Oujda (le tracé du chemin de fer et les noms des gares subsistent à ce jour). La ville était également équipée d’un aérodrome utilisé aussi bien par les militaires que par les hauts cadres de la mine.

 


Hotel Taddart (MideltMaroc

 


Un bon hôtel pour passer une nuit si l'on vient de Fès à Merzouga. Un hôtel neuf (environ six mois) et bien que grande, il est décoré avec goût dans le style traditionnel marocain. Le service est très bien, en fait, professionnel, sympa, serviable et parlant un bon anglais généralement parmi membres du personnel. Les chambres sont bien meublées


 

IMG_2573.JPG

 

IMG_2580.JPG

IMG_3353.jpg

IMG_3354.jpg

IMG_3355.jpg

IMG_3356.jpg

IMG_3359.jpg

IMG_3362.jpg

IMG_3366.jpg

IMG_3368.jpg

IMG_3369.jpg

 

 

carte_maroc.jpg

Errachidia

 

Errachidia, autrefois connue sur le nom « Ksar Es Souk», est une ville du sud du Maroc devenue région administrative depuis 1956 (Meknès - Tafilalet).

Située au sud-est du Maroc , la province d'Errachidia est délimitée par les celles de Figuig à l'Est, Beni Mellal , Azilal à l'Ouest, Khénifra et Boulmane au nord ainsi que la province de Ouarzazate et la frontière Algérienne avec le Maroc au sud. C'est aussi le prolongement de la vallée du Ziz, rivière descendu du Haut Atlas, creusant son passage dans d'impressionnantes falaises ocres, nourrissant d'immenses palmeraies verdoyantes et terminant sa route dans le désert.

Errachidia est le joyau du sud est du Maroc pour ses paysages désertiques et sa culture (festival d'Imilchil dans le Haut Atlas et l'hospitalité de sa population locale. Aujourd’hui on y parle aussi bien l'arabe que le Tamazight (berbère).

Le Tafilalet, plein d'histoire par sa ville ancestrale Sijilmassa, fût le point de départ et de retour des caravanes allant à Tombouctou en 40 jours à dos de dromadaire .

 

L'huile d'argan est la spécialité du sud marocain par excellence. Produite à partir des fruits de l'arganier, arbre mythique présent seulement dans cette partie du monde, l'huile d'argane symbolise l'accueil berbère.
http://www.bradeux.com/uploadedimages/221286Huile_d_argan.jpg
Du pain, de l'huile d'argane et un peu de miel, en attendant que le thé chauffe... un festival de saveurs et d'odeurs, tout un programme.

La préparation de cette huile demande un travail considérable : il faut d'abord ramasser les fruits, dans les zones arides voire désertiques où poussent les arganiers, concasser ces fruits pour récupérer l'amande, puis presser les amandes et filtrer le jus ainsi obtenu. La dureté de la tâche explique le coût souvent élevé de l'huile d'argane.



Attention : cette huile est périssable ; il est préférable de la consommer dans l'année.

 

   L'huile d'argan est une huile bio et est la meilleure huile pour le visage, les cheveux et les ongles. L'huile d’argan une richesse rare et unique de la nature.L'huile d'argan riche en vitamine E particulièrement conseillée pour les peaux très desséchées ou simplement qui prennent de l'âge. L'huile d'argan est précieuse pour revitaliser les peaux. L'huile d'argan ne cesse de nous combler par sa générosité. Ses secrets de beauté, bien que  simples ont fait preuve de leur efficacité depuis des

 

siècles. Elixirs aux vertus précieuses, l'huile d'Argan offre détente et beauté à celles qui savent en user avec sagesse et perspicacité. Les propriétés cosmétiques et nutritionnelles de l'huile d'argan. L'huile d'Argan, un nectar rare et précieux venu du Maroc. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses secrets de beauté, bien que simples ont fait preuve de leur efficacité deSes secrets de beauté, bien que simples ont fait preuve de leur efficacité depuis des puis des 

ERFOUD

Fossiles Boutchrafine Erfoud :  

  Bienvenu !

Fossiles  Boutchrafine  est une société artisanale  spécialisée dans la paléontologie situé à Erfoud ( Erfoud:  région formidablement riche en fossiles et en minéraux ) Maroc. Notre société  vous propose des fossiles naturelles  de toutes provenances et de tout étage géologique ainsi que des produits fossilisées  le plus souvent préparés par nos soins dans nos ateliers. 

Vous trouverez ici des fossiles naturelle: Trilobite , Ammonite , Orthocere,  crinoïdes… des pierres  polis ou bruts fossilisé, plus des formidables objets fossilisées : fossile-arfoud-marocs,  Fontaines, Lavabo, Plaques ….  et des objets de décorations. 

 

 

erfoud_1.jpg

 

photo_127242_2244652_201004032436713.jpeg

Dans cette région du sud Maroc, ne longue suite de palmeraies, aussi riches les unes que les autres, conduit à Erfoud et Rissani. Les ksours succèdent aux ksours (singulier Ksar: lieu fortifié). Les tours carrées, de ces fiers villages, montent la garde sur la vallée, et témoignent d'un temps où elles abritaient les vaillants guerriers qui surveillaient le passage de l'or et du négoce vers l'Afrique noire. 
Une des plus importantes oasis du Maroc, alimentée par les Oueds Ziz et Rehris, Erfoud fut construite à l'époque du protectorat, au pied du Jbel Erfoud, pour servir de centre militaire et administratif. 
Le fort militaire de Borj, qui surplombe le village, offre une vue spectaculaire sur la palmeraie, la vallée de l'Oued Ziz et le désert. 
La richesse du Tafilalt a été de tout temps les dattiers. Du Ziz aux premières rides du Djbel Sargho, et à la ligne bleutée de la Hamada du guir, on compte plus d'un million de palmiers, qui donnent une vingtaine de qualités différentes de dattes, dont on célèbre chaque année à Erfoud, au mois d'octobre, la fête traditionnelle qui est l'occasion d'un grand moussem et d'une importante foire. 
Près d'Erfoud (Gazelle en berbère), à 15 km au sud-est, se trouvent les carrières de Goniatite, un marbre noir constellé de fossiles. On exploite ce marbre fossilisé des orthocènes qui remontent à 360 millions d'années. D'une grande valeur commerciale, il sert à la fabrication de plusieurs objets utilitaires et de bibelots. 
D'autre part, le tannage des peaux de chèvres, à l'aide de l'écorce de tamaris, pour la fabrication du cuir filali, renommé dans le monde entier, pour la confection, par des artisans, d'articles divers, sacs, portefeuilles, babouches... etc, fait vivre des milliers de personnes, et constitue l'une des principales exportations de l'artisanat du Maroc. 
Dans la seule région d'Erfoud poussent près d'un million de palmiers. Normal que la datte en soit le symbole. Elle est célébrée chaque année, en octobre, au cours d'une fête traditionnelle, joyeuse et colorée

 

 

IFRANE  CAPITAL  DU  CEDRE

                         

 

     

maroc386Ifrane est le centre d'estivage marocain le plus fréquenté. Ses lacs sont incontournables pour la pêche à la truite et au brochet. Elle est également une région pastorale et possède une station expérimentale pour l'étude des comportements des animaux.

Ifrane abrite l'une des plus prestigieuses universités du Maroc : Al Akhawayne, où l'enseignement est entièrement maroc483anglo-saxon.

Ifrane signifie en tamazight (berbère) : grottes, (singulier:Ifri) si nombreuses dans la région. Ces grottes ont transmis leur nom à la région, plus connue des juifs sous forme : Oufrane. Les premières tracesmaroc484 de l'installation humaine dans la région remontent au néolithique. Des grottes telles que celles de la zaouia du saint Sidi Abdeslam Ben Yacoub dans la vallée de Tizguite ainsi que les vestiges archéologiques remontant à la préhistoire à Zerouka, Ghabt, Al Bahr et Itto en témoignent. Par la suite, la région d'Ifrane fut habitée d'abord par les berbères puis par lemaroc485s juifs, et ce, depuis environ trois mille ans avant Jésus-Christ. 

On prétend qu'elle a été la cité de la plus ancienne colonie juive au Maroc.
La situation géographique et son climat privilégié ont incité les responsables à l'édification d'une station estivale. Une partie de la main-d'œuvre sera constituée de prisonniers. Le 9 juillet 1929 arrive le premier camion de matériaux. Le 15 août 1929 voit l'inauguration des hôtels, du casino, de chalets, ainsi que le centre d'estivage et de la place du lion. 

 

IMG_2485.JPG

 

Le lion d’Ifrane, c’est cette sculpture, finement taillée sur du granite, qui a fait rêver et fait encore rêver tous ceux qui l’ont vue, et surtout admirée dans sa splendeur. Cette sculpture érigée en plein pays d’Islam où la représentation figurée est strictement interdite, mesure dans sa posture au repos environ  7 mètres de long, 1.50 m. de large et 2.00 m. de hauteur. Bien qu’ il soit un redoutable prédateur, ce lion vous donne l’impression de sortir non pas d’une forêt vierge mais d’une cage de cirque : Un jeune lion bien dressé voir docile mais surtout bien « apprivoisé ». C’est peut être, ce que l’artiste voulait faire  du jeune lion du Moyen Atlas : Education de missionnaires ( ?) ou tout simplement influence d’une conjoncture. Nos professeurs de littérature arabe nous ont toujours dit  et redit que le poète, et par extension l’artiste, subit toujours les influences de son environnement. L’artiste voulait, peut être, encore rendre perpétuel le lion l’Atlas. Ce lion qui fut dix huit fois cité, au XVI ème siècle, par Léon l’Africain 

 

IMG_2487.JPG

IMG_2488.JPG

IMG_2489.JPG

IMG_2490.JPG

IMG_2492.JPG

IMG_2493.JPG

 

TUNNEL  ZAABAL

IMG_2630.JPG


 

a_dsc011.jpg

a_dsc013.jpg

IMG_2631.JPG

IMG_2623.JPG


 

 

Dans le cadre stratégique du fait que Midelt constitue un passage obligé vers le sud-est du pays, donc vers l’Algérie, grâce à la Route Nationale 21 (RP 21) qui relie Midelt à Errachidia (Ex Ksar – Essouk). Cette RP comporte un passage incontournable constitué par le tunnel de Zaâbal, tunnel façonné par les militaires de la Légion Etrangère qui étaient basés à Midelt.

 

Le barrage Hassan Addakhil 

Les fortes précipitations qui se sont abattues sur la région d'Errachidia ont atteint des niveaux record dans certaines zones, en particulier à Gourrama avec 104 mm, Zaouit Sidi Hamza (82,4 mm) et Tilicht (40,8 mm).

 

Les retenues du barrage Hassan Addakhil  ont atteint à la date du 13 octobre 2008, 278 millions de m3, soit un taux de remplissage de 87 pc, un niveau jamais atteint depuis la mise en service de cette infrastructure.

La direction de la région hydraulique de Guir-Rhéris-Ziz (DRH) note, à ce propos, que les crues enregistrées les 09 et 10 octobre 2008 au niveau du bassin de Guir et de Ziz ont généré des apports supplémentaires évalués à environ 68 millions de m3 au niveau du barrage Hassan Addakhil.

 

a_dsc016.jpg

 

barrage-hassan-da.jpg

barrage-hassan-dakhil2.jpg

LA  VALLÉE  DU  ZIZ

Les Kem Kem sont un vaste plateau rocheux tabulaire semi-désertique (ou hamada) posé sur la frontière marocco-algérienne et coincé entre la ville marocaine de Taouz, au nord et la ville algérienne de Zegdou, au sud. Il s’agit d’une zone très étendue, longue de 250 kilomètres et située au sud-est du Maroc et à l’est de l’Algérie. Celle-ci ne se délimite clairement que d’un point de vue géologique. En effet, les Kem Kem sont une immense dalle couronnée de calcaire massif cénomano-turonien (Crétacé supérieur) coincée au nord-ouest par l’Anti-Atlas Paléozoïque et par trois plateaux rocheux néogènes formant un arc de cercle partant du sud-ouest et allant vers le nord-est. Il s’agit de la Hammada du Guir au nord-est, de la Hammada du Dra au sud ouest et enfin de la Hammada de la Daoura au sud est. Le plateau des Kem Kem est largement entamé par l’érosion et ne laisse par endroits que des buttes témoins appelées gour lui donnant une physionomie bien particulière.

Cité d'Erfoud avec à l'arrière le plateau rocheux des Kem Kem

Le Tafilalet est une plaine alluviale située au nord des Kem Kem où descendent les rivières Rheris et Ziz qui prennent leurs sources dans le Haut Atlas plus au nord. Cesrivières, qui ont donné naissance aux plus grandes palmeraies du Maroc, se rejoignent au sud ouest de la ville de Taouz pour former l’Oued Daoura, artère principale qui s’enfonce dans la dalle des Kem Kem au sud est de Taouz. Les oueds sillonnent d’un réseau très dense la surface des Kem Kem mais seule la Daoura a taillé une puissante vallée large et profonde qui traverse du nord au sud le plateau.

À l’est de la Daoura, les Kem Kem Irijdalène se prolongent vers l’est jusqu’au Moungar Nebech, un feston de falaise formant l’extrémité est de la dalle des Kem Kem. Les grands Kem Kem constituent la bordure nord ouest du plateau, à l’ouest de la Daoura et ce jusqu’à la Hammada du Dra. Aux alentours de la ville de Zegdou s’étendent les couches gypseuses du Tizi n’Daguine qui recouvrent les calcaires marins de la dalle des Kem Kem.


IMG_2622.JPG

IMG_2624.JPG

IMG_2625.JPG

IMG_2626.JPG

IMG_2628.JPG

 

 

IMG_2639.JPG

 

IMG_2641.JPG

IMG_2643.JPG

IMG_2666.JPG

IMG_2671.JPG

IMG_2677.JPG

IMG_3421.jpg

IMG_3423.jpg

IMG_3425.jpg

IMG_3427.jpg

 

A  SUIVRE


11:00 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

Commentaires

Merci pour cet article qui donne envie d'aller découvrir cette magnifique région !

Écrit par : Clément | 03.01.2011

Les commentaires sont fermés.