081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26.12.2010

Palm's Hotel Efroud

Palm's Hotel - Efroud

 

Sur la route de Rissani, à quelques minutes du centre ville d'Erfoud, dans le sud marocain, et à 30 minutes environ (par la route) des fameuses dunes de Merzouga, où l'on admire les merveilleux levers et couchers de soleil, le Palm's Hôtel Club a été const ruit dans une palmeraie luxuriante de 5ha avec le souci de respecter l'architecture traditionnelle du sud marocain, lui donnant l'aspect d'une Kasbah millénaire. L'hôtel s'organise autour d'une vaste piscine, au milieu de palmiers centenaires et d'une végé tation exotique. Les chambres, toutes de plein pied, sont agréablement aménagées et décorées. Vous y accéder par des allées fleuries et odorantes, de jasmin et de roses. L'hôtel possède un restaurant marocain La Diffa, un restaurant internation Le Rissa

IMG_9794.JPG

IMG_3567.jpg

IMG_3569.jpg

 

IMG_3571.jpg

IMG_3575.jpg

IMG_3580.jpg

IMG_3783.jpg

IMG_9790.JPG

 

FABRIQUE  ET  VENTE  DE  TAPIS

 

tapis 3.jpg

tapis 4.jpg

tapis 6.jpg

tapis 7.jpg

tapis.jpg

 

tapis5.jpg

 

RESTO IMPROVISE SUITE A L’ÉBOULEMENT DE LA ROUTE,             NE POUVANT PAS POURSUIVRE NOTRE ROUTE

 

IMG_3730.jpg

IMG_3731.jpg

IMG_3732.jpg

merci Hassan 

IMG_3734.jpg


 

A SUIVRE

 


17:57 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |

24.12.2010

DE ERFOUD A TINGHRIR - MAROC - ET LES GORGES DE TODRA

 

Les gorges de Todra et Dadès au Maroc :

des gorges sœurs escarpées

 

Au nord-ouest de Rissani et au nord-est d’Ouarzazate, juste sur la route venant de Tinerhir, se trouvent les gorges de Todra. Conduire sur la petite route soufflée par les vents nécessitera toute votre attention, étant donné que les luxuriantes palmeraies en contrebas sont très connues pour causer des mésaventures même aux chauffeurs les plus habiles.

En continuant, à mi-chemin, vous pouvez vous arrêter à la fameuse source du Poisson sacré, qui mérite une rapide photo ; mais mieux vaut ne pas s'y attarder car une foule d'enfants viendra vous importuner en tentant de vous vendre leurs marchandises faites à la main.

Si vous conduisez ou avez loué un chauffeur, vous pourrez continuer jusqu’à l'ouverture béante des gorges de Todra qui vous permettront de prendre la mesure de l'incroyable splendeur des massives parois du canyon qui atteignent 300 mètres de haut et continuent encore sur une centaine de mètres. Sans conteste, le meilleur décor attend ceux qui désirent s’aventurer un peu hors des sentiers battus. Si vous avez été assez chanceux pour louer un 4x4 pendant votre voyage et si le temps le permet, alors vous pouvez continuer à monter lentement à travers le terrain rocheux jusqu'au petit village de Tamtattouchte.

Faire de la randonnée dans les gorges de Todra est une excellente façon de passer une journée plus fraîche que dans les villes chaudes et poussiéreuses proches de Tinerhir. Un grand nombre d’hôtels offrent des visites guidées d'un ou plusieurs jours autour des gorges. Pendant que vous ferez de la randonnée dans les environs, vous pourrez photographier le berger de passage qui désire toujours se laisser photographier pour quelques dirhams. En chemin, vous pourrez aussi photographier les tribus nomades qui travaillent ou soufflent le feu sous leurs tentes khaïma noires. Vous pouvez aussi capturer des images de nombreuses espèces d’oiseaux, tels les aigles ou les colombes.

Pas très loin de la gorge de Todra, réside sa plus belle et sans doute plus vieille sœur – la gorge Dadès. Ces gorges sont situées juste au sud-ouest de Tinerhir à quelques 110 km d’Ouarzazate. L’entrée dans la gorge Dadès commence sur une route pavée, mais plus loin, il est préférable de l'explorer en marchant, sauf si vous avez un 4x4 avec une excellente garde au sol.

De nombreux voyageurs avec qui nous avons parlé, ont raconté que la randonnée dans les gorges de Dadès était le clou de leur voyage. À la fin de l’hiver, la rivière Dadès coule et offre à la vallée, à partir du milieu du printemps jusqu’au début de l’été et engendre une quantité de verdure sans précédent. Dans les vallées le long de la gorge Dadès, vous remarquerez davantage les arganiers (noix) que les palmiers qui entourent la gorge de Todra.

Si vous continuez à monter le long du Dadès, vous arriverez finalement à la ville d’Aït Oudinar. Juste après le pont, la route devient quelque peu difficile pour conduire, mais avec un 4x4 vous ne rencontrerez aucune difficulté. Sinon, stationnez votre véhicule et marchez quelques minutes de plus. Juste après le virage et dans ses alentours, vous pourrez voir quelques-uns des plus beaux panoramas de toute la vallée. De plus, juste après le pont, il y a de nombreux petits hôtels et auberges où vous pouvez casser la croûte ou passer une nuit.

Comme à la gorge de Todra, vous pouvez facilement louer un guide qui vous emmènera dans une randonnée d’un jour ou plus si vous le désirez. Il y a beaucoup à voir et à faire dans les deux gorges. Si vous êtes accro sports d’aventures, alors c'est le lieu pour tester votre habileté à escalader les parois de la gorge, à faire du rafting sur le Dadès ou enfin pour faire de la randonnée l’espace de quelques jours.

De nos jours, les deux gorges sont facilement accessibles, mais il est préférable d'avoir son propre moyen de transport. Vous pouvez toujours faire du stop jusqu’aux gorges, mais vous devrez attendre les berbères locaux qui vous feront monter dans des camions menant au sommet. Une fois là-haut, les températures seront plus fraîches, la vue étonnante et les gens charmants.

 

IMG_0003.JPG

IMG_0004.JPG

IMG_0006.JPG

IMG_0008.JPG

IMG_0011.JPG

IMG_0015.JPG

IMG_0017.JPG

IMG_0018.JPG

IMG_0019.JPG

IMG_0021.JPG

IMG_0023.JPG

IMG_0027.JPG

IMG_0028.JPG

IMG_0029.JPG

IMG_0030.JPG

 

IMG_0036.JPG

INCIDENT, APRES L'ORAGE, LA RIVIERE  A  DEGRADE LA ROUTE

 

IMG_0044.JPG

IMG_3735.jpg

IMG_3737.jpg

IMG_3739.jpg

IMG_3742.jpg

IMG_3743.jpg

 

IMPROVISATION DE TRANSPORT CAR LE CAR NE POUVAIT PAS PASSER AVEC LA ROUTE COUPEE

 

IMG_3745.jpg

IMG_3747.jpg

IMG_3749.JPG

IMG_3754.jpg

 

IMG_3759.jpg

IMG_3760.jpg

IMG_3761.jpg

 

UNE  SOURCE

IMG_3763.jpg

 

IMG_3766.jpg

 

ET LA TELEVISION QUI VIENT  AUX NOUVELLES

 

IMG_3767.jpg

 

ET ROSETTE EST SOLLICITEE

 

IMG_9990.JPG

 

LE RETOUR COMME A L'ALLEE

 

IMG_9992.JPG

 

 

 

 

 

TINGHRIR

                Découverte de Tinghir au Maroc 

La ville de Tinghir au Maroc possède certainemant l'oasis  avec la plus belle palmeraie du Maroc. Avec ses maisons traditionnelles en pisé couleur ocre, Tinghir constitue une étape plus agréable à mi chemin entre Ouarzazate et Er Rachidia. Elle sert également de point de départ pour de nombreuses expéditions en voiture 4x4 dans cette région du Maroc où les paysages sont à couper le souffle. La route est sinueuse et étroite, dans un état assez lamentable, mais elle offre une vue magnifique sur la palmeraie. Si vous vous arrêtez à un endroit d’où l’on voit particulièrement bien il y a de fortes chances que l’on essaie de vous vendre quelque chose, ne serait-ce qu’une photo en costume traditionnel avec un bébé chameau à côté. Laissez-vous tenter, ça vous fera un joli souvenir !

A faire: Les Gorges du Todra sont une immense crevasse de plus de trois cents mètres qui coupe en deux une masse montagneuse impressionnante. On laisse la voiture au parking à l’entrée et on remonte le fond le long de la rivière pour découvrir des vues grandioses à chaque détour des gorges. Par ailleurs, il y a quelques hôtels et même des restaurants, surtout à l’entrée.

En partant de Tinghir en direction de Ouarzazate, on passe par Boumalne-Dadès, une autre ville-oasis, et l’entrée de la Valée du Dadès bordée de belles kasbahs abandonnées. Mais ne vous contentez pas de suivre la RN (qui s’appelle P 32 ici). Prenez le temps de visiter les Gorges du Dadès. Elles sont facilement accessibles en voiture car il y a une route goudronnée qui les parcourt de bas en haut, en serpentant le long des pentes abruptes, au bord d’un précipice à vous faire tourner la tête (et surtout le volant). Parfois, on a du mal à monter même en première. Mais arrivés en haut, vous aurez le privilège d’admirer un paysage de conte de fée (genre Seigneur des Anneaux, plutôt que Blanche Neige), dangereux et fascinant à la fois. Bien qu’il soit possible de faire la boucle complète en rejoignant les Gorges du Todra, il faut pour cela disposer d’une voiture 4x4. En voiture de tourisme, il faut savoir faire demi-tour et redescendre vers Boulmane-Dadès 

Tinghir, ou Tinerhir (vieilli), située dans le centre-est marocain, au sortir du Haut Atlas et face Jbel Saghro, faisait partie de la province de Ouarzazate jusqu'en 2009; elle est depuis la capitale de la province de Tinghir (avec Boumalne, Kelaat M'Gouna, Assoul, Achbarou et Alnif).

Le nom de Tin-Ghir désignait initialement le lieu (tin) de la montagne "ighir" (épaule en tamazight), village de berbères musulmans au centre de l'oasis du Todgha. La ville proprement dite de Tineghir (Municipalité de Tinghir) compte 36 000 habitants tandis que l’oasis dans son ensemble totalise 86 500 habitants selon le recensement de 2004. Tineghir, tout comme la région de Ouarzazate, est peuplée d'Amazighs, ou "Berbères".

Au sortir des Gorges du Todgha, l’oued se fraie difficilement un passage sur les pentes sud du Haut Atlas (à Tizgui), puis débouche dans la grande plaine reliant la région de Ouarzazate au Tafilalt pour serpenter sur une vingtaine de kilomètres jusqu’à l'oued Ferkla.

La palmeraie de Todgha, très dense et très étendue, se compose uniquement des deux rives de l’oued Todgha; elle est irriguée par un réseau de canalisations appelées en berbère tirgwin (sg targa). Absorbée par un grand nombre de ces canaux d’irrigation, l’eau n’arrive généralement pas jusqu’au Ferkla, affluent duGhéris, sauf lors de fortes crues.

TINGHRIR.jpg

IMG_0046.JPG

IMG_0051.JPG

IMG_0055.JPG

IMG_0058.JPG

IMG_3594.jpg

IMG_3612.jpg

IMG_3613.jpg

IMG_3620.jpg

IMG_3648.jpg

IMG_3664.jpg

IMG_3725.jpg

IMG_3796.jpg

IMG_9802.JPG

IMG_9809.JPG

IMG_9810.JPG

IMG_9827.JPG

IMG_9914.JPG

IMG_9982.JPG


 

 

 

 

L'OASIS  DE  TANGHRIR

 

 

 

La vallée de todgha est une des plus belles Oasis du sud marocain, elle s'étend sur un peu plus de 30 Km sur 500 à 1500 m de large suivant l'oued (rivière) du même nom. Le nom de Tinghir en désignait initialement le centre administratif, mais il s'est peu à peu étendu pour regrouper tous les villages alentour et donner ce nom à toute la vallée. Tinghrir est une ville berbère (Chleuh) comme Tamtattouchte qui fait partie de la région de Ouarzazate, elle est surtout célèbre pour sa palmeraie luxuriante et ses fameuses gorges de todgha.

IMG_0037.JPG

IMG_0039.JPG

IMG_0040.JPG

IMG_0041.JPG

IMG_0042.JPG

IMG_3665.jpg

IMG_3669.jpg

 

IMG_3712.jpg

IMG_3684.jpg

 

 

 

IMG_9926.JPG


 

IMG_9929.JPG

IMG_9932.JPG

 

IMG_9942.JPG

IMG_9936.JPG

 

IMG_9944.JPG

IMG_9945.JPG

IMG_9950.JPG

IMG_9952.JPG

IMG_9953.JPG

 

IMG_9951.JPG

IMG_9957.JPG

 

19:14 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |

21.12.2010

DE MEKNES A ERFOUD EN PASSANT PAR MIDELT - MAROC

Midelt

 

maroc-boucle-carte-circuit.jpg

Pierres, Minéraux et Fossiles de Midelt

Midelt, cette petite ville du centre du Maroc, se situant à 200 Km au sud de Meknès sur la route d'Errachidia, recèle de trésors inestimés de cristaux de différentes sortes.

Midelt est devenue, ces dernières années, un passage obligé et un lieu de rencontre des collectionneurs du monde entier.
La pierre la plus recherchée, la vanadinite, devient rare depuis la fermeture des mines de Mibladen et d'Ahouli , elle est encore la convoitise des collectionneurs de tous bords.

Par ailleurs, le nombre de jeunes qui s'intéressent au commerce des pierres augmente d'année en année. Ils deviennent spécialistes non seulement dans les minéraux de leur région mais également des spécimens d'autres régions du Maroc. Bon nombre d'entre eux participent aux bourses des cristaux dans le monde.

En plus des minéraux, la région de Midelt est également riche en fossiles. En visitant les sites marchands, On ne peut rester insensible à la beauté de ces merveilles de la nature.

 

fichier3,2 052-1.jpg

fichier3,2 171.jpg

 

fichier3,2 145-1.jpg

fichier3,2 051-1.jpg

 

 

 

Midelt est une ville du Maroc, à la jonction des chaînes du Moyen Atlas et du Haut Atlas oriental et une commune urbaine de la province de Midelt. Suite au recensement de 2004, Midelt comptait 44 7811 habitants, et après recalcul, doit, en 2006, compter 45 530 personnes.

Situation historique

La ville de Midelt située à 1 521 mètres d’attitude, a été créée par le protectorat en 1917 pour en faire un centre administratif de la région. Cette région est regroupée sous le nom de « Cercle de Midelt », cercle qui couvre une superficie de 6 000 km² dons les principaux centres sont : ItzerBoumiaAghbalouTounfiteKsabi, bouayach, KrouchenMibladen, ahouli… en dehors de ces centres urbains, le reste de la population habite les Igharman (dénommés Ksours, Douar, Dchar, selon les régions et la langue) qui couvrent toute la région dans des espaces très rapprochés les uns des autres.

Le centre administratif a été créé par le protectorat pour, au moins, les 3 raisons suivantes :

 

  1. Dans le cadre administratif pour cerner toute une population rurale.
  2. Dans le cadre stratégique du fait que Midelt constitue un passage obligé vers le sud-est du pays, donc vers l’Algérie, grâce à la Route Nationale 21 (RP 21) qui relie Midelt à Errachidia (Ex Ksar – Essouk). Cette RP comporte un passage incontournable constitué par le tunnel de Zaâbal, tunnel façonné par les militaires de la Légion Etrangère qui étaient basés à Midelt.

Dans ce cadre stratégique Midelt constituait pour la région un centre militaire important puisque la France y avait basé la Légion Etrangère et soit un bataillon de Tirailleurs Marocains soit un bataillon de Zouaves. La stratégie consistait également à veiller sur les intérêts économiques de la France en assurant la protection de l’exploitation des 2 mines de plomb de la région.

  1. Dans le cadre de l’exploitation des richesses de la région.

Une Société française appelée penaroya, exploitait les 2 mines de plomb de Mibladen et d’Ahouli situées à 15 et 25 KM de Midelt.

Les 2 mines, qui employaient plus de 1500 ouvriers étaient encadrées exclusivement par des français. Le plomb extrait était acheminé par camions directement sur le port de Casablanca pour exportation. Afin d’exploiter ses mines la Société avait construit en 1928, au Ksar Filou, l’une des premières centrales électriques du Maroc. Cette centrale hydrauliquealimentait en électricité aussi bien le village que les mines grâce au barrage de retenue du Ksar Tataouine situé au pied même du Jbel Ayachi. Ce barrage permettait d’alimenter en eau le barrage de Filou qui lui, projetait l’eau sur les turbines de la centrale hydraulique électrique.

Il est à noter que dans le cadre aussi bien de la pacification que des stratégies militaire et économique, Midelt était relié par train (la voie de 60 Cm) à la ligne ferroviaire Fès-Oujda (le tracé du chemin de fer et les noms des gares subsistent à ce jour). La ville était également équipée d’un aérodrome utilisé aussi bien par les militaires que par les hauts cadres de la mine.

 


Hotel Taddart (MideltMaroc

 


Un bon hôtel pour passer une nuit si l'on vient de Fès à Merzouga. Un hôtel neuf (environ six mois) et bien que grande, il est décoré avec goût dans le style traditionnel marocain. Le service est très bien, en fait, professionnel, sympa, serviable et parlant un bon anglais généralement parmi membres du personnel. Les chambres sont bien meublées


 

IMG_2573.JPG

 

IMG_2580.JPG

IMG_3353.jpg

IMG_3354.jpg

IMG_3355.jpg

IMG_3356.jpg

IMG_3359.jpg

IMG_3362.jpg

IMG_3366.jpg

IMG_3368.jpg

IMG_3369.jpg

 

 

carte_maroc.jpg

Errachidia

 

Errachidia, autrefois connue sur le nom « Ksar Es Souk», est une ville du sud du Maroc devenue région administrative depuis 1956 (Meknès - Tafilalet).

Située au sud-est du Maroc , la province d'Errachidia est délimitée par les celles de Figuig à l'Est, Beni Mellal , Azilal à l'Ouest, Khénifra et Boulmane au nord ainsi que la province de Ouarzazate et la frontière Algérienne avec le Maroc au sud. C'est aussi le prolongement de la vallée du Ziz, rivière descendu du Haut Atlas, creusant son passage dans d'impressionnantes falaises ocres, nourrissant d'immenses palmeraies verdoyantes et terminant sa route dans le désert.

Errachidia est le joyau du sud est du Maroc pour ses paysages désertiques et sa culture (festival d'Imilchil dans le Haut Atlas et l'hospitalité de sa population locale. Aujourd’hui on y parle aussi bien l'arabe que le Tamazight (berbère).

Le Tafilalet, plein d'histoire par sa ville ancestrale Sijilmassa, fût le point de départ et de retour des caravanes allant à Tombouctou en 40 jours à dos de dromadaire .

 

L'huile d'argan est la spécialité du sud marocain par excellence. Produite à partir des fruits de l'arganier, arbre mythique présent seulement dans cette partie du monde, l'huile d'argane symbolise l'accueil berbère.
http://www.bradeux.com/uploadedimages/221286Huile_d_argan.jpg
Du pain, de l'huile d'argane et un peu de miel, en attendant que le thé chauffe... un festival de saveurs et d'odeurs, tout un programme.

La préparation de cette huile demande un travail considérable : il faut d'abord ramasser les fruits, dans les zones arides voire désertiques où poussent les arganiers, concasser ces fruits pour récupérer l'amande, puis presser les amandes et filtrer le jus ainsi obtenu. La dureté de la tâche explique le coût souvent élevé de l'huile d'argane.



Attention : cette huile est périssable ; il est préférable de la consommer dans l'année.

 

   L'huile d'argan est une huile bio et est la meilleure huile pour le visage, les cheveux et les ongles. L'huile d’argan une richesse rare et unique de la nature.L'huile d'argan riche en vitamine E particulièrement conseillée pour les peaux très desséchées ou simplement qui prennent de l'âge. L'huile d'argan est précieuse pour revitaliser les peaux. L'huile d'argan ne cesse de nous combler par sa générosité. Ses secrets de beauté, bien que  simples ont fait preuve de leur efficacité depuis des

 

siècles. Elixirs aux vertus précieuses, l'huile d'Argan offre détente et beauté à celles qui savent en user avec sagesse et perspicacité. Les propriétés cosmétiques et nutritionnelles de l'huile d'argan. L'huile d'Argan, un nectar rare et précieux venu du Maroc. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses secrets de beauté, bien que simples ont fait preuve de leur efficacité deSes secrets de beauté, bien que simples ont fait preuve de leur efficacité depuis des puis des 

ERFOUD

Fossiles Boutchrafine Erfoud :  

  Bienvenu !

Fossiles  Boutchrafine  est une société artisanale  spécialisée dans la paléontologie situé à Erfoud ( Erfoud:  région formidablement riche en fossiles et en minéraux ) Maroc. Notre société  vous propose des fossiles naturelles  de toutes provenances et de tout étage géologique ainsi que des produits fossilisées  le plus souvent préparés par nos soins dans nos ateliers. 

Vous trouverez ici des fossiles naturelle: Trilobite , Ammonite , Orthocere,  crinoïdes… des pierres  polis ou bruts fossilisé, plus des formidables objets fossilisées : fossile-arfoud-marocs,  Fontaines, Lavabo, Plaques ….  et des objets de décorations. 

 

 

erfoud_1.jpg

 

photo_127242_2244652_201004032436713.jpeg

Dans cette région du sud Maroc, ne longue suite de palmeraies, aussi riches les unes que les autres, conduit à Erfoud et Rissani. Les ksours succèdent aux ksours (singulier Ksar: lieu fortifié). Les tours carrées, de ces fiers villages, montent la garde sur la vallée, et témoignent d'un temps où elles abritaient les vaillants guerriers qui surveillaient le passage de l'or et du négoce vers l'Afrique noire. 
Une des plus importantes oasis du Maroc, alimentée par les Oueds Ziz et Rehris, Erfoud fut construite à l'époque du protectorat, au pied du Jbel Erfoud, pour servir de centre militaire et administratif. 
Le fort militaire de Borj, qui surplombe le village, offre une vue spectaculaire sur la palmeraie, la vallée de l'Oued Ziz et le désert. 
La richesse du Tafilalt a été de tout temps les dattiers. Du Ziz aux premières rides du Djbel Sargho, et à la ligne bleutée de la Hamada du guir, on compte plus d'un million de palmiers, qui donnent une vingtaine de qualités différentes de dattes, dont on célèbre chaque année à Erfoud, au mois d'octobre, la fête traditionnelle qui est l'occasion d'un grand moussem et d'une importante foire. 
Près d'Erfoud (Gazelle en berbère), à 15 km au sud-est, se trouvent les carrières de Goniatite, un marbre noir constellé de fossiles. On exploite ce marbre fossilisé des orthocènes qui remontent à 360 millions d'années. D'une grande valeur commerciale, il sert à la fabrication de plusieurs objets utilitaires et de bibelots. 
D'autre part, le tannage des peaux de chèvres, à l'aide de l'écorce de tamaris, pour la fabrication du cuir filali, renommé dans le monde entier, pour la confection, par des artisans, d'articles divers, sacs, portefeuilles, babouches... etc, fait vivre des milliers de personnes, et constitue l'une des principales exportations de l'artisanat du Maroc. 
Dans la seule région d'Erfoud poussent près d'un million de palmiers. Normal que la datte en soit le symbole. Elle est célébrée chaque année, en octobre, au cours d'une fête traditionnelle, joyeuse et colorée

 

 

IFRANE  CAPITAL  DU  CEDRE

                         

 

     

maroc386Ifrane est le centre d'estivage marocain le plus fréquenté. Ses lacs sont incontournables pour la pêche à la truite et au brochet. Elle est également une région pastorale et possède une station expérimentale pour l'étude des comportements des animaux.

Ifrane abrite l'une des plus prestigieuses universités du Maroc : Al Akhawayne, où l'enseignement est entièrement maroc483anglo-saxon.

Ifrane signifie en tamazight (berbère) : grottes, (singulier:Ifri) si nombreuses dans la région. Ces grottes ont transmis leur nom à la région, plus connue des juifs sous forme : Oufrane. Les premières tracesmaroc484 de l'installation humaine dans la région remontent au néolithique. Des grottes telles que celles de la zaouia du saint Sidi Abdeslam Ben Yacoub dans la vallée de Tizguite ainsi que les vestiges archéologiques remontant à la préhistoire à Zerouka, Ghabt, Al Bahr et Itto en témoignent. Par la suite, la région d'Ifrane fut habitée d'abord par les berbères puis par lemaroc485s juifs, et ce, depuis environ trois mille ans avant Jésus-Christ. 

On prétend qu'elle a été la cité de la plus ancienne colonie juive au Maroc.
La situation géographique et son climat privilégié ont incité les responsables à l'édification d'une station estivale. Une partie de la main-d'œuvre sera constituée de prisonniers. Le 9 juillet 1929 arrive le premier camion de matériaux. Le 15 août 1929 voit l'inauguration des hôtels, du casino, de chalets, ainsi que le centre d'estivage et de la place du lion. 

 

IMG_2485.JPG

 

Le lion d’Ifrane, c’est cette sculpture, finement taillée sur du granite, qui a fait rêver et fait encore rêver tous ceux qui l’ont vue, et surtout admirée dans sa splendeur. Cette sculpture érigée en plein pays d’Islam où la représentation figurée est strictement interdite, mesure dans sa posture au repos environ  7 mètres de long, 1.50 m. de large et 2.00 m. de hauteur. Bien qu’ il soit un redoutable prédateur, ce lion vous donne l’impression de sortir non pas d’une forêt vierge mais d’une cage de cirque : Un jeune lion bien dressé voir docile mais surtout bien « apprivoisé ». C’est peut être, ce que l’artiste voulait faire  du jeune lion du Moyen Atlas : Education de missionnaires ( ?) ou tout simplement influence d’une conjoncture. Nos professeurs de littérature arabe nous ont toujours dit  et redit que le poète, et par extension l’artiste, subit toujours les influences de son environnement. L’artiste voulait, peut être, encore rendre perpétuel le lion l’Atlas. Ce lion qui fut dix huit fois cité, au XVI ème siècle, par Léon l’Africain 

 

IMG_2487.JPG

IMG_2488.JPG

IMG_2489.JPG

IMG_2490.JPG

IMG_2492.JPG

IMG_2493.JPG

 

TUNNEL  ZAABAL

IMG_2630.JPG


 

a_dsc011.jpg

a_dsc013.jpg

IMG_2631.JPG

IMG_2623.JPG


 

 

Dans le cadre stratégique du fait que Midelt constitue un passage obligé vers le sud-est du pays, donc vers l’Algérie, grâce à la Route Nationale 21 (RP 21) qui relie Midelt à Errachidia (Ex Ksar – Essouk). Cette RP comporte un passage incontournable constitué par le tunnel de Zaâbal, tunnel façonné par les militaires de la Légion Etrangère qui étaient basés à Midelt.

 

Le barrage Hassan Addakhil 

Les fortes précipitations qui se sont abattues sur la région d'Errachidia ont atteint des niveaux record dans certaines zones, en particulier à Gourrama avec 104 mm, Zaouit Sidi Hamza (82,4 mm) et Tilicht (40,8 mm).

 

Les retenues du barrage Hassan Addakhil  ont atteint à la date du 13 octobre 2008, 278 millions de m3, soit un taux de remplissage de 87 pc, un niveau jamais atteint depuis la mise en service de cette infrastructure.

La direction de la région hydraulique de Guir-Rhéris-Ziz (DRH) note, à ce propos, que les crues enregistrées les 09 et 10 octobre 2008 au niveau du bassin de Guir et de Ziz ont généré des apports supplémentaires évalués à environ 68 millions de m3 au niveau du barrage Hassan Addakhil.

 

a_dsc016.jpg

 

barrage-hassan-da.jpg

barrage-hassan-dakhil2.jpg

LA  VALLÉE  DU  ZIZ

Les Kem Kem sont un vaste plateau rocheux tabulaire semi-désertique (ou hamada) posé sur la frontière marocco-algérienne et coincé entre la ville marocaine de Taouz, au nord et la ville algérienne de Zegdou, au sud. Il s’agit d’une zone très étendue, longue de 250 kilomètres et située au sud-est du Maroc et à l’est de l’Algérie. Celle-ci ne se délimite clairement que d’un point de vue géologique. En effet, les Kem Kem sont une immense dalle couronnée de calcaire massif cénomano-turonien (Crétacé supérieur) coincée au nord-ouest par l’Anti-Atlas Paléozoïque et par trois plateaux rocheux néogènes formant un arc de cercle partant du sud-ouest et allant vers le nord-est. Il s’agit de la Hammada du Guir au nord-est, de la Hammada du Dra au sud ouest et enfin de la Hammada de la Daoura au sud est. Le plateau des Kem Kem est largement entamé par l’érosion et ne laisse par endroits que des buttes témoins appelées gour lui donnant une physionomie bien particulière.

Cité d'Erfoud avec à l'arrière le plateau rocheux des Kem Kem

Le Tafilalet est une plaine alluviale située au nord des Kem Kem où descendent les rivières Rheris et Ziz qui prennent leurs sources dans le Haut Atlas plus au nord. Cesrivières, qui ont donné naissance aux plus grandes palmeraies du Maroc, se rejoignent au sud ouest de la ville de Taouz pour former l’Oued Daoura, artère principale qui s’enfonce dans la dalle des Kem Kem au sud est de Taouz. Les oueds sillonnent d’un réseau très dense la surface des Kem Kem mais seule la Daoura a taillé une puissante vallée large et profonde qui traverse du nord au sud le plateau.

À l’est de la Daoura, les Kem Kem Irijdalène se prolongent vers l’est jusqu’au Moungar Nebech, un feston de falaise formant l’extrémité est de la dalle des Kem Kem. Les grands Kem Kem constituent la bordure nord ouest du plateau, à l’ouest de la Daoura et ce jusqu’à la Hammada du Dra. Aux alentours de la ville de Zegdou s’étendent les couches gypseuses du Tizi n’Daguine qui recouvrent les calcaires marins de la dalle des Kem Kem.


IMG_2622.JPG

IMG_2624.JPG

IMG_2625.JPG

IMG_2626.JPG

IMG_2628.JPG

 

 

IMG_2639.JPG

 

IMG_2641.JPG

IMG_2643.JPG

IMG_2666.JPG

IMG_2671.JPG

IMG_2677.JPG

IMG_3421.jpg

IMG_3423.jpg

IMG_3425.jpg

IMG_3427.jpg

 

A  SUIVRE


11:00 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

20.12.2010

EXCURSION EN 4X4 DANS LE SAHARA - DE ERFOUD A L'AUBERGE L'ETOILE DES DUNES

L'Atlas est un massif montagneux du nord de l'Afrique. Il s'étend du sud-ouest au nord-est, en s'abaissant progressivement, sur les trois pays du Maghreb : MarocAlgérie et Tunisie.

Son nom évoque le mythe grec du géant Atlas condamné par Zeus à supporter sur ses épaules la voûte céleste (tlaô signifie « porter », « supporter » en grec).

Le Haut Atlas est une chaîne montagneuse marocaine orientée sud-ouest/nord-est. Cette chaîne appartient au massif de l'Atlas, et plus précisément, à l'un des trois éléments de l'Atlas marocain — les deux autres étant le Moyen Atlas et l'Anti-Atlas.

C'est le massif le plus élevé d'Afrique du Nord — parfois surnommé le « toit du Maroc », ou encore, le « toit de l'Afrique du Nord ». Il forme une immense barrière d'environ 750 km qui délimite le Maroc saharien du Maroc atlantique et méditerranéen. Il constitue la pièce maîtresse du domaine altimontain de ce pays — dont l'ensemble couvre 100 200 km2.

La population, principalement berbère amazigh, vit du pastoralisme et de l'agriculture.

 

 

sahara-excursion.jpg

Les cinq frères berbères organisent toutes les activités de transport touristique à travers le royaume de Maroc: Circuits, Excursions, Transferts, Accompagnement en 4×4, des raids, des groupes ou personne, avec leurs 4×4, Motos, en Quads ou à Vélos.
Organisent aussi des campements ( bivouacs ) sous tentes nomades en pleine nature, et des méharées chamelières ( circuits et promenades en dromadaires ( chameaux )

Services Transport Touristique Maroc 4×4 Rissani

maroc-boucle-carte-circuit.jpg


 

SAHARA EXCURSION

 

BP 146, 52450 Rissani, Maroc
Tél: +212.661.351.657
Tél: +212.661.847.785
Fax: +212.535.575.219
saharaexcursion@gmail.com

 

sahara-excursion-morocco-6.jpg

 

 

AUBERGE

http://www.letoiledesdunes.com/hebergement-restaurant-mer...

Hébergement & Restaurant


- Des chambres avec douches chaudes et sanitaires privés.
- Des chambres simples, douches chaudes et sanitaires collectifs.
- Des tentes des vrais nomades.
- Un restaurant où on sert différentes recettes délicieuses.
- Une terrasse pour dormir à la belle étoile.

 L'Étoile Des Dunes Auberge Merzouga hotel - GSM: 061 98 81 38 / 068 22 19 08 - Email: etoiledesdunes@gmail.com

carte_sud.jpg


Promenadde dans le désert atlas (33).JPG

Promenadde dans le désert atlas (34).JPG


Promenadde dans le désert atlas (35).JPG




Promenadde dans le désert atlas (7).jpg

 

Promenadde dans le désert atlas (1).jpg

Promenadde dans le désert atlas (2).jpg

Promenadde dans le désert atlas (3).jpg

Promenadde dans le désert atlas (4).jpg

Promenadde dans le désert atlas (5).jpg

Promenadde dans le désert atlas (6).jpg

 

Promenadde dans le désert atlas (8).jpg

Promenadde dans le désert atlas (10).jpg

Promenadde dans le désert atlas (11).jpg

Promenadde dans le désert atlas (12).jpg

 

Promenadde dans le désert atlas (13).jpg

Promenadde dans le désert atlas (14).jpg

Promenadde dans le désert atlas (15).jpg

 

Promenadde dans le désert atlas (16).jpg

Promenadde dans le désert atlas (17).jpg

Promenadde dans le désert atlas (18).jpg

 

Promenadde dans le désert atlas (19).jpg

Promenadde dans le désert atlas (20).jpg

Promenadde dans le désert atlas (21).jpg

Promenadde dans le désert atlas (22).jpg

Promenadde dans le désert atlas (23).jpg

Promenadde dans le désert atlas (24).jpg

Promenadde dans le désert atlas (25).jpg

Promenadde dans le désert atlas (26).jpg

Promenadde dans le désert atlas (27).jpg

Promenadde dans le désert atlas (28).jpg

Promenadde dans le désert atlas (29).jpg

Promenadde dans le désert atlas (30).jpg

Promenadde dans le désert atlas (31).jpg

Promenadde dans le désert atlas (32).jpg

 

 

Promenadde dans le désert atlas (36).JPG

Promenadde dans le désert atlas (37).JPG

Promenadde dans le désert atlas (38).JPG

Promenadde dans le désert atlas (39).JPG

Promenadde dans le désert atlas (40).JPG

Promenadde dans le désert atlas (41).jpg

Promenadde dans le désert atlas (42).jpg

 

Promenadde dans le désert atlas (43).jpg

Promenadde dans le désert atlas (9).jpg

Promenadde dans le désert atlas (44).jpg

 

A  SUIVRE

 

 

 

 

 

 

 

15:49 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

19.12.2010

LA VILLE ANTIQUE ROMAINE DE VOLUBILIS - MAROC

 

 

 

28103fond20b.jpg

Volubilis est une ville antique romaine située sur les bords de Oued Khoumane, rivière de la banlieue de Meknès (Maroc), non loin de la ville sainte de Moulay Idriss Zerhoun où repose Idrîs Ier.

 

Le nom de Volubilis du site serait dû à l'abondance de la plante. Le nom berbère de la ville est Walili, Oualili, ou Walila (arabe : walīlā وليلى) qui désigne la fleur de liseron. La ville vivait du commerce de l'huile d'olive. On retrouve dans les ruines de nombreux pressoirs à huile.

 

Histoire

Le site de Volubilis est occupé dès le Néolithique, mais il se développe surtout à l'époque maurétanienne au IIIe siècle av. J.-C..

La cité est gérée par des suffètes, des magistrats suprêmes, comme à Carthage. Elle s'installe sur l'oppidum, formé des futurs quartiers du sud et du centre. Elle est protégée par une enceinte en brique crue, avec des maisons de même matière à l'intérieur. Peu avant l'invasion romaine, un tumulus est élevé sur l'angle Nord-Est de l'enceinte. C'est certainement un cénotaphe (monument érigé à la mémoire d'un mort). Dès avant la provincialisation de la Maurétanie Tingitane, Volublis est une cité montrant de nombreux caractères romains : certains des magistrats de la cité sont appelés « édiles », des habitants relativement nombreux ont déjà la citoyenneté romaine[1]..

En 42 ap. J.-C., l'empire romain annexe le royaume de Maurétanie Tingitane (de Tanger), après l'assassinat par l'empereur Caligula du roi maurétanien Ptolémée. Volubilis se range alors résolument dans le camp des Romains en créant une milice qui contribue à l'anéantissement de la révolte contre l'Empire menée par Aedemon, affranchi de Ptolémée. Volubilis est récompensée de cette loyauté par l'empereur Claude qui lui attribue le statut de municipe romain : tous les habitants libres de Volubilis sont désormais des citoyens romains[2].

 

Un forum, quatre édifices thermaux publics et des maisons sont construits. Un aqueduc apporte l'eau des sources du Djébel voisin jusqu'à deux fontaines publiques, les thermes et les maisons. Deux puits et une citerne complètent ce réseau. Les maisons se couvrent de toits à double pente en tuiles romaines. Un temple avec ses lieux d'offrandes et de sacrifices se construit sur les pentes du tumulus.

En 168-169, la construction est limitée par l'édification d'un rempart percé de huit portes, chacune encadrée par deux tours. Des édifices publics sont agrandis, d'autres sont bâtis. Des maisons richement décorées de mosaïques sont dotées de thermes privés. On trouve de nombreuses installations commerciales et artisanales. Un portique borde le decumanus maximus (voie principale) depuis la porte de Tanger jusqu'à l'Arc de Triomphe, dédié à Caracalla pour le remercier d'avoir accordé une remise des arriérés d'impôts à la province, remise connue par l'édit de Banasa[3]. Ces faveurs garantissent une grande prospérité pour les grandes familles, c'est une période de grands projets architecturaux qui marque l'apogée de la ville.

 

Vers 285, les fonctionnaires romains quittèrent la région pour se replier sur Tanger.

Le retrait des Romains se traduisit aussi par des changements de mode de vie. L'aqueduc n'était plus correctement entretenu et la ville se déplaça : les habitants abandonnèrent les parties hautes pour se rapprocher de la rivière.

 

Monuments

Mosaïques à Volubilis

Les vestiges les plus spectaculaires sont les très nombreuses mosaïques ornant le sol des riches demeures. Leur conservation pose toutefois problème : auparavant protégées, elles sont désormais exposées au soleil, au vent et aux visiteurs qui peuvent les fouler librement.

En 1946, les fouilles ont permis de trouver des bustes de bronze dont l'un figure Caton d'Utique. Les zones fouillées représentent moins de la moitié du site.

L'activité antique de la cité est visible par le nombre élevé d'huileries et de boulangeries identifiées sur le site.

Quelques maisons permettent de bien percevoir le plan de ces grandes demeures romaines avec leur atrium et impluvium. On a retrouvé plusieurs établissements de bain : quatre d'époque romaine avec un hypocauste, et un hammam de la période arabe.

Volubilis attire de nombreux visiteurs. Le site est classé patrimoine universel par l'UNESCO.

 

 

 

 

volubilis (1).jpg

volubilis (2).jpg

volubilis (3).jpg

volubilis (4).jpg

volubilis (5).jpg

 

 

volubilis (6).jpg

volubilis (7).jpg

volubilis (8).jpg

volubilis (9).jpg

volubilis (10).jpg

volubilis (11).jpg

volubilis (12).jpg

volubilis (13).jpg

volubilis (14).jpg

volubilis (15).jpg

volubilis (16).jpg

volubilis (17).jpg

volubilis (18).jpg

volubilis (19).jpg

volubilis (20).jpg

volubilis (21).jpg

volubilis (22).jpg

volubilis (23).jpg

volubilis (24).jpg

volubilis (25).jpg

volubilis (27).jpg

volubilis (29).jpg

 

volubilis (30).jpg

volubilis (31).jpg

volubilis (32).jpg

volubilis (33).jpg

volubilis (34).jpg

volubilis (35).jpg

volubilis (36).jpg

volubilis (37).jpg

volubilis (38).jpg

volubilis (39).jpg

volubilis (40).jpg

volubilis (41).jpg

volubilis (43).jpg

volubilis (44).jpg

volubilis (45).jpg

volubilis (46).jpg

volubilis (47).jpg

volubilis (49).jpg

volubilis (50).jpg

volubilis (51).jpg

volubilis (52).jpg

volubilis (55).jpg

volubilis (54).jpg

VILLAGE  FACE  AU  VILLAGE  DE  VOLUBILIS

volubilis (57).jpg

volubilis (56).jpg

volubilis (55).jpg

 

 

A  SUIVRE


17:12 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

18.12.2010

FES - LES SOUKS - MAROC



EN PASSANT  PAR  LES  SOUKS  DE  FES

 

 

 

Les souks, marchés de l’alimentaire et du bien-être


Balade dans les souks qu’il vous est permis, et même conseillé, d’aller explorer.

Au souk El Attarine, toutes les épices s’offrent à vous. Dans un mélange de couleurs vives et d’odeurs appétissantes, elles rappellent la forte tradition culinaire de la ville dont les racines plongent jusqu’à des origines arabo-andalouses remontant au XIIIe siècle. C’est aussi là que vous trouverez les produits cosmétiques naturels.
Parallèle et au nord du souk El Attarine, le souk Ech Chabine se repère, avant même d’y être tout à fait arrivé, aux parfums qui en émanent. C’est une profusion de plantes médicinales qui s’offrent à vous. Elles sont l’expression de traditions très ancrées dans la tradition de la ville et, au-delà, du pays tout entier.

À retenir

Dans le dédale des ruelles, parmi les divers étals, vous vous imprégnerez d’odeurs, de couleurs, de clameurs...

 

1 (5).jpg

1 (4).jpg

1 (3).jpg

1 (2).jpg

 

 

1 (6).jpg

 

 

 

 

1 (7).jpg

 

 

FES 2 061.jpg

FES 2 065.jpg

FES 2 066.jpg

FES 2 067.jpg

FES 2 068.jpg

FES 2 069.jpg

FES 2 072.jpg

FES 2 073.jpg

FES 2 074.jpg

FES 2 075.jpg

FES 2 078.jpg

 

FES 2 084.jpg

FES 2 083.jpg

 

FES 2 085.jpg

FES 2 116.jpg

FES 2 117.jpg

FES 2 119.jpg

FES 2 121.jpg

FES 2 124.jpg

FES 2 125.jpg

FES 2 126.jpg

 

FES 2 128.jpg

FES 2 130.jpg

FES 2 132.jpg

FES 2 135.jpg

FES 2 136.jpg

FES 2 137.jpg

FES 2 139.jpg

 

 

FES 2 140.jpg

FES 2 142.jpg

FES 2 146.jpg

FES 2 154.jpg

FES 2 159.jpg

FES 2 160.jpg

FES 2 161.jpg

1 (45).jpg

1 (46).jpg

1 (49).jpg

1 (50).jpg

1 (47).jpg

1 (51).jpg

1 (52).jpg

1.jpg

1 (48).jpg


 


A SUIVRE

17:19 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

16.12.2010

FES - UNIVERSITÉ ISLAMIQUE - MAROC

 

UNIVERSITE  ISLAMIQUE  DE  FES

 

Medersa Bouanania

Surnommée aussi la Médersa Mérinide, cette dernière est la plus volumineuse de Fès, sa construction a duré de 1350 à 1357 sous l’égide du sultan Abou Inan. Ses plâtres sculptés, ses boiseries de cèdre aujourd’hui décolorées, son décor en bronze, marbre et onyx, ses fenêtres souvent surmontées de stalactites, les mukarnas, sont caractéristiques de l’architecture mérinide. Les murs du patio intérieur sont ornés de zelliges surmontés de stucs et d’un auvent de tuiles vertes. La salle de prière possède notamment de superbes vitraux anciens et un magnifique minbar. Toujours en activité, cette médersa sert de nos jours de mosquée, et représente l’un des rares bâtiments religieux du Maroc ouvert aux non musulmans.

La plus importante médersa à Fès, elle était édifiée en 1350 à 1355 J-C par le sultan mérinide Abou Inan est la plus célèbre de toutes les madrasa mérinides de Fés et du Maroc. Auprés de son rôle de collège d'enseignement et d'hébergement d'étudiants, elle devait remplir la fonction de mosquée de vendredi. Elle aussi pourvue d'un minaret de belle proportion et d'une horloge hydraulique (magana) dont le système de fonctionnement nous est encore méconu.cette université islamique est un trésor de l'art Mérinide. Son architecture est superbe et les détailles très élégantes. Les murs revêtus de mosaïques et de plâtre sculptés sont à voir.

FES 2 181.jpg

 

la-medersa-bouanania-2.jpg

 

IMG_3236.jpg

 

FES 2 179.jpg

 

FES 2 180.jpg

IMG_3231.jpg

 

la-medersa-bouanania-1.jpg

 

 

FES 2 177.jpg

 

L'équipe FR3 et Fred étaient sur les lieux pour un reportage pour la télévision "c'est pas sorcier"

 

IMG_3229.jpg

 

 

IMG_3230.jpg

IMG_3234.jpg

IMG_3235.jpg

IMG_3237.jpg

FES 2 182.jpg

FES 2 184.jpg

FES 2 185.jpg

IMG_3228.jpg

IMG_3232.jpg

 

IMG_3233.jpg

 

A  SUIVRE


15:15 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |

FES - MAROC - LES POTERIES


LA  POTERIE  DE  FES

 

 

 La Poterie de Fès

Fès reste la ville qui a fait la grandeur de la céramique marocaine. D'origine très ancienne, les céramiques de Fès sont reconnaissables par leur décor à dominante bleu de cobalt, couleur de la ville, et les motifs qui allient le vert et le jaune or. Véritables artistes, les maîtres-potiers de Fès développent depuis des siècles un sens subtil de l'ornementation émaillée. Encore de nos jours, les ateliers de la ville impériale restent inégalés pour l'élégance et la finesse de leur production.

 

Fès reste la capitale incontestée de la faïence, bleue ou polychrome, sur fond blanc. Les maîtres potiers de la ville impériale rivalisent de talent pour réaliser des pièces de céramique finement travaillées et décorées.

C'est à Fès qu'est née la céramique émaillée et vernissée. En 814, Idriss II accueille dans sa nouvelle capitale des milliers d'immigrés venus de Cordoue. Parmi ces hommes se trouvent des artisans expérimentés qui ont apporté avec eux des techniques alors inconnues au Maroc. La poterie n'est plus seulement utilitaire, les pièces deviennent des oeuvres d'art et font la renommée de la ville dans toute l'Afrique du Nord. A l'époque des Almohades, au 13ème siècle, on ne recensait pas moins de 180 potiers à Fès. On y dénombre encore aujourd'hui une cinquantaine de patrons potiers qui emploient chacun quatre ou cinq ouvriers et apprentis.

Les potiers préparaient eux-mêmes leurs propres oxydes colorants qui demeuraient leurs secrets, en particulier les anciens verts et bleus de Fès que les amateurs reconnaissent très vite. Les poteries ne comportaient jamais plus de cinq couleurs; le fond était en émail blanc, auquel s'ajoutaient du brun, du vert, du jaune or et du bleu. Si les quatre premières couleurs ont peu évolué au cours des siècles, le bleu s'est modifié à partir de 1853. En effet, cette couleur était obtenue à partir d'un minerai de cobalt qui contenait du nickel. Lorsqu'on affina ce minerai, en le débarrassant du nickel, le bleu devint plus profond plus gris, et du gris passa à un bleu gris. A la fin du 19ème siècle, le bleu est alors bleu franc jusqu'à devenir de nos jours bleu de cobalt.

Les motifs ont toujours eu une composition recherchée et sont assez variés. On trouve des motifs végétaux : les fleurs offrent des palmes, des feuilles d'acanthe, des rinceaux sous forme de bouquets, des noyaux d'olive, des amandes, de la marjolaine, du jasmin. Les motifs peuvent être également épigraphiques avec des lettres koufiques très stylisées. La géométrie se manifeste par des étoiles à plusieurs pointes et par des polygones étoilés sous forme de médaillon central. D'autres motifs se retrouvent fréquemment comme les motifs marins avec des représentations de caravelles ainsi que de tortueux entrelacs avec festons, cerceaux et petits cercles.

Toutefois, depuis le 18ème siècle, si les coloris ont évolué, il en est de même pour la décoration des céramiques. De nos jours, la céramique vernissée et estampée présente des étoiles polygonales et des éléments floraux de petite dimension.

Les céramistes actuels ont gardé certaines formes traditionnelles comme les pots à couvercles et les bols (souvent ornés de couleurs vives et de motifs pointillés, tracés avec l'index trempé dans du goudron) - et ont créé des formes de facture plus contemporaine - services à thé, saladiers, vases, coupes. Les formes sont restées belles, leur qualité est irréprochable. Les poteries actuelles de Fès sont parfaitement lisses et leur décoration, appliquée sur toute la surface du pot, ne semble pas surajoutée.

 

 

 

FES 2 201.jpg

FES 2 205.jpg

FES 2 206.jpg

FES 2 208.jpg

FES 2 212.jpg

le  four

FES 2 214.jpg

 

FES 2 220.jpg

 

 

FES 2 221.jpg

FES 2 224.jpg

FES 2 225.jpg

 

FES 2 226.jpg

FES 2 227.jpg

FES 2 228.jpg

FES 2 230.jpg

FES 2 231.jpg

FES 2 232.jpg

IMG_3288.jpg

IMG_3289.jpg

IMG_3293.jpg

IMG_3295.jpg

IMG_3300.jpg

IMG_3302.jpg

IMG_3303.jpg

IMG_3305.jpg

IMG_3306.jpg

A  SUIVRE

 

 

 

00:58 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

15.12.2010

FES - MAROC - LES TANNERIES

LA  TANNERIE  DE  FES

Le tannage est un procédé chimique, par du tanin, pour transformer les peaux en cuir en les rendant plus durables et plus souples. Cette opération se fait dans des tanneries.

Au XIXe siècle, l'ouvrage du chimiste allemand Sigismund Hermbstädt, Principes du tannage du cuir (1806), rapporta plus de royalties à son auteur que le Frankenstein de Mary Shelley [1].

Méthodes de tannage

Les différentes méthodes de tannage sont :

  • Tannage végétal utilisé pour les cuirs en semelle, bourelleries, selleries, maroquineries, chaussures (la marque Derville utilise notamment du cuir à tannage végétal pour effectuer ses patines), etc ...

Le tannage au chrome est parmi les plus répandu actuellement car plus rapide. Cependant, il convient de préciser que cet élément métallique peut provoquer des réactions allergiques de plus en plus dénoncées par les associations de consommateurs.

 

Tannage de la peau humaine

Aussi surprennant que cela puisse paraître, il semble que cette pratique ait existé, notamment dans le château de Meudon, durant la révolution.

« La découverte d'une méthode pour tanner en peu de jours les cuirs qui exigeaient ordinairement plusieurs années de préparation, a été, dans cette circonstance, inappréciable. On tannait à Meudon la peau humaine , et il est sorti de cet affreux atelier des peaux parfaitement préparées. Il en a été porté des pantalons[2]. Les bons et beaux cadavres des suppliciés étaient écorchés, et leur peau tannée avec un soin particulier. La peau des hommes avait une consistance et un degré de bonté supérieurs à la peau de chamois ; celle des femmes présentait moins de solidité, à raison de la mollesse du tissu[3]. »

— Louis Eugène Robert, Histoire et description naturelle de la commune de Meudon, 1843

Cette pratique a également été observée dans des camps de concentration nazis, et été dénoncée pendant le procès de Nuremberg.

 

 

Aperçu sur les tanneries à Fes

Le travail artisanal est une branche de l'activité humaine basée sur l'outil comme instrument principal utilisant l'énergie humaine. La tannerie en particulier est l'une des activités les plus importantes dans l'artisanat marocain traditionnel. Cette importance vient de ce que le Maroc a toujours été un grand pays d'élevage et que ses forêts fournissaient aux artisans les produits tannants et colorants.

Parmi les principaux centres artisanaux de la tannerie, on cite Marrakech, Beni Mellal, Rabat. Fès est le centre le plus important et le plus réputé. Les peaux traitées par les tanneries artisanales sont d'origine nationale. La collecte est faite par des acheteurs ambulants qui parcourent les souks puis les peaux brutes sont acheminées vers les marchés des villes où elles sont achetées soit par les coopératives d'approvisionnement soit par les artisans tanneurs.

Les tanneries à Fès se répartissent dans différents quartiers . Mais, elles sont toujours aux environs immédiats de sources d'eau. Il est primordial que l'écoulement d'eau soit constant d'utilisation facile pour deux raisons : elle approvisionne les divers bassins dans lesquels les tanneurs, trempent les peaux au cours de leurs préparations et elle assure le déversement des résidus qui en proviennent.
Une tannerie englobe essentiellement une aire découverte de dimensions variables suivant l'importance de la tannerie. Elle prend des formes diverses. L'aire de la tannerie est creusée de bassins servant pour le brossage et le rinçage des peaux et des fosses destinées aux bains dans lesquels elles séjournent.

Au cours de la préparation des peaux, l'artisan tanneur se sert d'un certain nombre d'ingrédients. On en distingue deux sortes :

  • les ingrédients qui sont utilisés directement après l'achat comme le sel,
    le son, la fiente de pigeons sauvages et la chaux.
  • les ingrédients qui demandent une préparation particulière avant leur utilisation comme l'écorce de grenades, le tannin et le tan.

Les différentes étapes du tannage des peaux

La préparation des peaux comporte une série d'opérations compliquées. Elle nécessite un travail de longue durée variant selon le genre de peaux qu'on a à traiter. Il existe trois types de peaux : ovin (mouton), bovin (vache) et caprin (chèvre). La durée de chaque opération change selon les saisons. Les peaux qui exigent la préparation la plus minutieuse sont celles de caprins.
Elles sont achetées au souk, apportées à la tannerie revêtue de poils, mais elles peuvent être fraîches ou salées. Dans le premier cas, elles sont achetées à la sortie de la boucherie et le salage s'effectue à la tannerie. Les peaux sont salées des deux côtés, étendues en plein soleil et la couche de sel est appliquée vigoureusement par frottage avec la main pour faciliter la pénétration. Le sel qui fond est remplacé par une nouvelle couche, l'opération dure trois à quatre jours.


Quand les peaux sont sèches, on les plie en quatre et on les empile soit dans un coin de la tannerie, soit dans les magasins ateliers. Si au contraire, elles ont été achetées au souk après salage et séchage, on les emmagasine directement. La première opération faite pour ces dernières est le lavage.

Cette étape consiste à la mise des peaux au reverdissage, c'est-à-dire dans un bain destiné à les débarrasser des impuretés, du sel employé au début pour les conserver, et aussi à les faire grossir et gonfler légèrement. La durée de ce bain dépend des saisons, d'une nuit en été à quatre jours en hiver par temps froid. Après le lavage, les peaux de caprins sont prêtes à subir la deuxième étape celle de la teinture.

L'opération de teinture doit se faire soigneusement et attentivement pour ne laisser échapper aucune partie, elle dure deux à trois heures. Après quoi les peaux passent chez l'épileur qui à l'aide d'un couteau qu'il tient des deux mains, arrache les poils de la toison tendue sur une perche appuyée contre le mur. Ce travail d'épilage est effectué dans des locaux spéciaux, disposés autour de l'aire centrale. Au fur et à mesure que cette opération se poursuit, il retire et fait glisser vers le haut la partie de la peau déjà épilée, qui vient pendre entre le mur et la perche.

Teinture de peaux avec de la chaux mélangée à l'eauLes peaux ainsi épilées, sont plongées dans des bassins à chaux remplis d'eau chargée de chaux éteinte puis de chaux active et de chaux vive. Le patron tanneur doit surveiller de très près la durée de ces bains. Souvent, surtout l'été, il faudra se lever la nuit pour aller retirer les peaux pour les épiler.
Les peaux devenues parfaitement nettes passent au lavage.

Le lavage se pratique de deux manières différentes : l'une moderne, l'autre traditionnelle.
1- Les tanneurs plongent les peaux dans une machine électrique qui 'effectue le lavage pendant un certain temps.
2- Les tanneurs étalent les peaux dans les bassins d'eaux pour être progressivement purgées de la chaux qui les a imprégnées au cours des bains précédents. Elles subissent d'abord un lavage préparatoire de deux heures dans le premier bassin puis elles sont jetées dans un second plus profond où une équipe de deux ou trois ouvriers descend pour les fouler méthodiquement, en rythmant leurs efforts par une mélopée caractéristique. Ils sont penchés en avant et prenant appui de leurs deux bras sur la margelle du bassin. Ils plongent leurs pieds en cadence dans les peaux qu'ils foulent et piaffent comme des coursiers impatients. Les peaux évacuent leurs impuretés et les traces de chaux qu'elles gardaient, le tout s'écoule avec l'eau puis se renouvelle constamment. Cette opération dure environ trois heures. Elle est fatigante.

A la sortie du bassin ou de la machine, les peaux subissent l'action de bains successifs et variés dans les fosses.
- Le bain de fiente de pigeons sauvages. Les peaux y restent de quatre à huit jours.
-
Le bain de son. Il s'effectue dans la même fosse seulement après nettoyage. Les peaux y restent de 10 à 15 jours en été. Ce dernier doit être très surveillé parce que les peaux qui auraient été négligées se troueraient rapidement.

Après séchage des peaux, les ouvriers procèdent à la teinture. Cette opération est pratiquée par les tanneurs eux-mêmes sur les terrasses. Les teintes employées sont en nombre extrêmement restreint. Les couleurs les plus fréquentes sont celle des babouches.

Les tanneurs versent la peinture par petits jets sur la peau et l'étendent sur toute la surface côté fleur en frottant de la main pour la faire pénétrer, ensuite les peaux sont étendues sur la paille au soleil.

Après la teinture et le séchage, commencent les opérations successives d'assouplissement des cuirs, et le lissage avec un outil composé d'une lame de fer convexe sur une tige de bois laquelle est assemblée à une sorte d'arc en bois.


L'artisan babouchier tient dans ses mains une babouche traditionnelle.La peau est étendue en long et l'ouvrier travaille courbé constamment, appliquant contre sa poitrine l'arc en bois. De la main droite, il tient la manche en fer et de la gauche la peau qu'il tend pour l'assouplir. Le lissage se fait côté chair puis, il pratique le grainage côté fleur sur un petit dôme en terre cuite.
La peau ainsi tannée, rendue à la fois souple et résistante peut être livrée à la vente. Ce sont les artisans babouchiers qui achètent ce genre de cuir pour la fabrication des babouches traditionnelles. Il peut aussi fabriquer d'autres articles : des sacs, des poufs, des portes monnaie.

 

 

Les différentes étapes du tannage des peaux

La préparation des peaux comporte une série d'opérations compliquées. Elle nécessite un travail de longue durée variant selon le genre de peaux qu'on a à traiter. Il existe trois types de peaux : ovin (mouton), bovin (vache) et caprin (chèvre). La durée de chaque opération change selon les saisons. Les peaux qui exigent la préparation la plus minutieuse sont celles de caprins.
Elles sont achetées au souk, apportées à la tannerie revêtue de poils, mais elles peuvent être fraîches ou salées. Dans le premier cas, elles sont achetées à la sortie de la boucherie et le salage s'effectue à la tannerie. Les peaux sont salées des deux côtés, étendues en plein soleil et la couche de sel est appliquée vigoureusement par frottage avec la main pour faciliter la pénétration. Le sel qui fond est remplacé par une nouvelle couche, l'opération dure trois à quatre jours.

FES 2 087.jpg

Copie de FES 2 092.jpg

FES 2 090.jpg

FES 2 092.jpg

FES 2 093.jpg

FES 2 094.jpg

FES 2 097.jpg

FES 2 100.jpg

FES 2 101.jpg

FES 2 104.jpg

FES 2 204.jpg

 

voila dans quoi les hommes travaillent toute la journée en plein soleil avec des températures de 40° et plus et la pluie , par tous les temps, dans une odeurs noséabonde et des émanations de produits

IMG_3182.jpg

IMG_3183.jpg

IMG_3185.jpg

 

IMG_3186.jpg

IMG_3187.jpg

FES 2 105.jpg

FES 2 108.jpg

POUR TERMINER LA VISITE DU MAGASIN DE VENTE

IMG_3191.jpg

 

IMG_3192.jpg

IMG_3194.jpg

IMG_3195.jpg

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


A  SUIVRE

 

 

 

 

 

23:58 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

LA VILLE DE FES - MAROC

VISITE DE FES 

 

 

800px-Fes_Medina_Panoramic_view.jpg

 

FES 2 033.jpg

FES 2 035.jpg

 

FES 2 036.jpg

 

FES 2 048.jpg

FES 2 049.jpg

FES 2 050.jpg

FES 2 053.jpg

 

 

FES 2 200.jpg

FES 2 110.jpg

FES 2 113.jpg

 

IMG_3197.jpg

 

FES 2 129.jpg

FES 2 064.jpg

 

FES 2 017.jpg

 

 

FES 2 133.jpg

FES 2 188.jpg

chacun  son   moyen  de  locomotion 

IMG_3242.jpg


 

 

 

FES 2 186.jpg

FES 2 187.jpg

FES 2 165.jpg

FES 2 143.jpg

FES 2 019.jpg

 

FES 2 170.jpg

 

FES 2 148.jpg

 

FES 2 167.jpg

 

FES 2 190.jpg

 

 

IMG_3239.jpg

 

 

FES 2 062.jpg

FES 2 238.jpg

IMG_3145.jpg

IMG_3147.jpg

IMG_3165.jpg

IMG_3166.jpg

 

 


Fès1فـاس ou Fâs; du Berbère Afasi, signifiant "La Droite") est la deuxième plus grande ville du Maroc avec une population de 1 040 563 2. C'est l'une des quatre « villes impériales » (avec MarrakechMeknès et Rabat) et aussi la première ville impériale des quatre. La médina, la plus vielle et grande du monde, un exemple modèle d'une ville orientale, est placée sous la protection de l'UNESCO3; elle est inchangée depuis le xiie siècle. Le bleu profond de ses céramiques est un des symboles caractéristiques de Fès. Son rayonnement international passé en fait l'une des capitales de la civilisation arabo-musulmane aux côtés de Damas,BagdadCordoueGrenade...

 

 

Selon une légende, le nom de la ville viendrait de la découverte d'une pioche (arabe : فأس [fa's], pioche) à l'emplacement des premières fondations.

Fès ne se livre pas facilement. Pour y accéder, il faut rentrer par la grande porte, à la fois visible et voilée, du sacré. Car Fès est un sanctuaire. C'est ainsi d'ailleurs que les soufis, ces initiés de l'islam, l'ont toujours appelée : la Zaouïa. Le voyageur qui venait de loin savait qu'en arrivant aux portes de la ville, c'est à son fondateur et à son saint patron lui-même qu'il demandait l'hospitalité. Pour lui, Fès est la ville de Moulay Idriss.

Beaucoup de fassis connaissent encore par cœur ce que les chroniqueurs rapportent comme étant les paroles, lors de la prière inaugurale, du saint : « Ô Dieu, Tu sais que je n'ai pas construit cette ville par vanité, par désir de renommée ou par orgueil. Mais je voudrais que tu y sois adoré, que Ton Livre y soit Lu et Ta Loi appliquée tant que durera le monde. Ô Dieu, guide vers le bien ceux qui y habitent et aide les à l'accomplir, voile à leurs yeux l'épée de l'anarchie et de la dissidence… »

Fès, qui fut pendant plusieurs siècles une capitale politique et intellectuelle du Maroc, était devenue un centre de rencontres et d'échanges. On rapporte queSylvestre II (Gerbert d'Aurillac), Pape de 999 à 1003, y séjourna dans sa jeunesse pour y faire des études à la suite desquelles il introduisit les chiffres arabes enEuropeMaïmonide, médecin et philosophe juif, y vécut également quelques années durant lesquelles il enseigna à la Quaraouiyine. L'œuvre de ce philosophe est une merveilleuse illustration de cette symbiose de la culture judéo-islamique qui avait prévalu en Andalousie, et trouvé un écho similaire à Fès.

 

 

800px-Fes_City_Modern.jpg

 

Le protectorat français et l'indépendance

C'est à Fès que le traité de protectorat français et espagnol (pour le Nord du pays ainsi que leSahara Occidental) est signé le 30 mai 1912. Moins de trois semaines après la signature, des émeutes éclatent dans la ville. Rabat est déclarée officiellement capitale du Maroc, Fès reste cependant un important lieu de résidence royale et un centre culturel, artisanal, commercial mais aussi politique. L'istiqlal (Parti de l'Indépendance) est établi à Fès par Allal El-Fassi. Beaucoup des initiatives pour chasser l'occupant français partent de Fès. En 1944, est rédigé le manifeste pour l'indépendance dans une maison de l'ancienne médina, aujourd'hui place de l'Istiqlal. La ville sera l'objet d'émeutes dans les années 1980 et début 1990.

Sous la direction de Lyautey et d'après les plans de l'architecte Henri Prost, une nouvelle ville se développe dans les environs de Dar Debibagh au sud de Fès Djedid. Si elle fut dans un premier temps le quartier résidentiel des européens, la « ville nouvelle » a continué à se développer comme ville arabe moderne avec de nouveaux quartiers de villas. Les autorités, institutions et entreprises de services s'y sont installées.

Fès a eu beaucoup de mal à s'adapter au basculement économique du pays vers la côte atlantique et en particulier vers le rectangle Rabat-Casablanca. Si de nombreuses familles de ahl fes ayant bénéficié d'une éducation ont acquis d'éminents postes dans les entreprises (Casablanca surtout) et surtout dans l'administration (Rabat), le retour vers Fès a peu été envisagé.

La ville est connue pour avoir été quelque peu négligée pendant un moment, entre autres par souci d'équilibre avec les autres centres du pays en plein boum mais aussi pour son côté frondeur : les infrastructures manquent (routes et système d'adduction d'eau en particulier), les commerçants vont ailleurs : Casablanca-Rabat mais aussi la côte nord (de Tanger à Oujda), grâce certes au fameux trafic de hachich mais aussi par l'effet "détaxe" des enclaves espagnoles et du marché longtemps avide de biens de consommation qu'était l'Algérie socialiste. L'exode rural des campagnes alentour est immense : la ville a doublé ou triplé de population, principalement par l'arrivée de paysans.

Fès se réoriente progressivement vers deux secteurs:

  • l'agriculture : Fès joue ainsi le rôle de centre de collecte : la plaine du Saïs, ancien lac asséché, est très fertile et la montagne constitue un environnement favorable à certaines productions maraîchères et fruitières absentes dans le reste du pays (fruits rouges...) ;
  • le tourisme (voir plus bas). en plein boum. Le choix des autorités est de se lancer sur un secteur plus "culturel" que la grande rivale Marrakech, et donc sur une clientèle plus aisée. Elle est ici concurrencée sur ce secteur par Essaouira.

 

 

.Mosquée des Andalous

La Mosquée des Andalous est un ancien lieu de culte musulman et lieu historique situé dans le quartier éponyme à Fès au Maroc. Elle est située sur la rive droite de l'oued de Fès, à proximité de la médersa Sahrij. Elle doit son nom des familles réfugiées politiquesandalouses chassées de Cordoue par les Omeyyades et qui ont fondé le quartier des Andalous en 818.

Histoire

Cette mosquée fut érigée en 859-860 sous le règne de la Dynastie Idrisside par une femme appelée Mariyam el Fihriya, soeur de Fatima el Fihriya, fondatrice de la Mosquée El-Qaraouiyyîn, l'autre grande mosquée historique de Fès. Le bâtiment ne servait à l'origine que de simple oratoire avant de devenir progressivement une mosquée à part entière. Les almohades dessinèrent ses limites actuelles. La dynastie desMérinides la dota d'une fontaine dans la cour intérieure ainsi que d'une bibliothèque. Elle fut rénovée sous les Alaouites par Moulay Ismaïl. Le lieu, toujours en activité religieuse, est aujourd'hui un des multiples lieux de tourisme de Fès et est souvent cité quand il est question de l'histoire du Maroc.

Architecture

Située en haut d'une montée accessible par marches, la mosquée des Andalous est reconnue visuellement pour son monumental portail orienté au nord, orné de zelliges avec un auvent en cèdre sculpté et par son minaret blanc doté de faïences vert foncé. Une fontaine se situe au milieu du patio et la mosquée possède une bibliothèque. On y trouve à l'intérieur une chaire en bois datant de 980.

mosquée des andalous.jpg

 

La mosquée des andalous

 

FES 2 070.jpg


___________________________________________________________________________

dans la médina de fes.JPG

Medersa Bou Inania de Fés

 

Durant les années qui suivirent, il bouta les espagnols hors de tous leurs établissements atlantiques jusqu’à Tanger. En 1276, Fès, nouvelle capitale du royaume se voit augmentée d’un nouveau quartier, à l’écart de l’ancienne ville, où se côtoient notamment le nouveau palais royal et le Mellah. C’est Fès El Jedid. Globalement la ville connaîtra sous l’ère mérinide un second âge d’or, après celui connu sous les Idrissides. Après la pacification totale du territoire et la prise de Sijilmassa aux Abdalwadides, le sultan franchit le détroit et tente de reconstituer la grande Andalousie musulmane des Almohades. Les entreprises espagnoles des Mérinides furent complexes mais n’accouchèrent que de peu de résultats concrets. Suite au siège de Xérès, un traité de paix stipulant le retour de nombreux documents et ouvrages d’art andalous (tombés aux mains des chrétiens lors des prises de Séville et Cordoue) vers Fès. En 1286, Abu Yusuf Yaqub Ben Abd Al-Haqq décède à Algésiras. Il est inhumé à Chella. Son fils Abu Yaqub Yusuf, plus tard dit an-nāsr, lui succède et se voit confronté dès son intronisation à un durcissement des révoltes dans le Drâa et à Marrakech et à un désaveu de certains membres de sa famille, s’alliant tantôt avec les Abdalwadides ou les révolté. Il rendit Cadix aux Nasrides de Grenade en guise de bonne volonté mais 6 ans plus tard, en 1291, ces derniers, alliés aux Castillans dont ils sont les vassaux, entreprennent de bouter définitivement les Mérinides de la Péninsule Ibérique. Après quatre mois de siège, Tarifa est prise par les Castillans. Mais les yeux d’Abu Yaqub Yusuf an-Nasr sont plutôt rivés sur Tlemcen, capitale des éternels rivaux des Beni Merin que sont les Abdalwadides. Il se dirige vers Tlemcen à la tête d’une armée cosmopolite puisqu’essentiellement composée de mercenaires chrétiens et Kurdes. Le siège durera 8 ans et se poursuivra jusqu’à l’assassinat du souverain, des mains d’un des eunuques de son harem, en 1307.

Jusqu’à l’avènement d’Abu al-Hasan ben Uthman en 1331, la dynastie est marquée par une forme de décadence dont les principaux symptômes sont la multiplication :

_______________________________________________________________

 


dans la médina de fès

 

Une médina (en arabe : المدينة العتيقة), désigne la partie ancienne d'une ville par opposition aux quartiers modernes de type européen. Ce terme est surtout employé dans les pays du Maghreb, en Afrique de l'Ouest et en Afrique de l'Est. La médina de Fès est la plus grande du monde, elle est inchangée depuis le XIIe siècle et placée sous la protection de l'Unesco[1] depuis 1981.

 

Présentation

Une médina se caractérise par ses échanges avec les zones rurales environnantes qui la nourrissent et par les activités marchandes qui la soutiennent, malgré les remparts qui la ferment et la protègent de la menace des envahisseurs. Une grande partie d'une médina est occupée par les souks.

Aujourd'hui, la mondialisation ou le simple développement des pays anciennement colonisés remet en question les modes de production traditionnels des biens et des services et, en conséquence, le tissu traditionnel des médinas. Les médinas se définissent dès lors par rapport et dans une relation socioéconomique avec les villes modernes qui ont grandi à leur côté. La prise de conscience de la nécessité de les sauvegarder est récente. Ainsi, la médina de Tunis est classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 1979. En effet, les médinas peuvent jouer un rôle très important dans la revitalisation des arts et des traditions qui ont modelé un artisanat de grande qualité, en cours de disparition ou uniquement tourné vers le tourisme.

 

porte Bab bou Jeloud fes.jpg


La porte de Bab Bou Jeloud à Fès

 

 

A  SUIVRE

 

 

 

 

19:26 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

13.12.2010

RESTAURANT A MEKNÈS - MAROC


Style  de  restaurant  au  Maroc


RABAT 001.jpg

RABAT 002.jpg

RABAT 003.jpg

RABAT 009.jpg

RABAT 010.jpg

RABAT 012.jpg

RABAT 180.jpg

RABAT 183.jpg

RABAT 184.jpg

RABAT 185.jpg

RABAT 186.jpg

RABAT 189.jpg

RABAT 190.jpg

RABAT 192.jpg

RABAT 193.jpg

RABAT 296.jpg

RABAT 301.jpg

RABAT 302.jpg

RABAT 182.jpg


  a vous de juger......


17:50 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

LE MAUSOLÉE DE MOULAY ISMAËL - MEKNÈS

 

 

 

 

 

marocMAKNES 2 257 (7).jpg

 

VISITE  DU  MAUSOLÉE

 

On accède au mausolée par une porte très ouvragée, décorée d'entrelacs et surmontée d'un auvent de tuiles vertes Une suite de salles et une cour aux ablutions précèdent le sanctuaire.

Cette porte est d'ailleurs montée comme un écran en avant de la première Qoubba. On entre ensuite dans une salle presque carrée de 9.88m par 10m, dont les murs sont tapissées de zellijs sur une hauteur de 1.60m et d'une bande de plâtre sculptée. Au centre une vasque ronde, surélevée de marbre, des escaliers amenant à la première cour qui donne accès au cimetière réservé à la famille Alaouite. Des escaliers de cinq marches conduisent vers la troisième cour où l'on trouve une vasque ronde et un mihrab. Douze colonnes soutiennent sa coupole intérieure.

Le patio situé dans l'angle Nord-est du complexe funéraires est occupé par une vasque de marbre et un mihrab analogue à celui de la troisième cour.

La dernière salle est une salle carré où l'on trouve la stèle funéraire en marbre blanc de Moulay Ismail et deux autres tombeaux; celui de son fils et successeur Moulay Ahmed Ad-Dahabi et du sultan Moulay Abderrahman Ibn Hicham; A droite le tombeau de sa première épouse Lalla Khanta. Sur le sol, entièrement recouvert de tapis, trônent les horloges par louis XIV à Moulay Ismail.

Construite en 1703 par Ahmed Essahbi, le Mausolée de Moulay Ismaïl à Meknès est l'un des seuls monuments religieux du Maroc ouvert aux non-musulmans. Restauré en 1960, il a conservé sa beauté et son authenticité d'antan. Vous y découvrirez le tombeau de Moulay Ismaïl aux côtés d'une de ses épouses et deux de ses fils. Un visite pleine d'histoire et d'émotions vous attend.

marocMAKNES 2 257 (25).jpg

marocMAKNES 2 257 (23).jpg

marocMAKNES 2 257 (6).jpg

marocMAKNES 2 257 (8).jpg

marocMAKNES 2 257 (10).jpg

marocMAKNES 2 257 (28).jpg

marocMAKNES 2 257 (9).jpg

marocMAKNES 2 257 (13).jpg

marocMAKNES 2 257 (15).jpg

marocMAKNES 2 257 (16).jpg

marocMAKNES 2 257 (31).jpg

marocMAKNES 2 257 (29).jpg

marocMAKNES 2 257 (30).jpg

marocMAKNES 2 257 (32).jpg

marocMAKNES 2 257 (33).jpg

marocMAKNES 2 257 (34).jpg

marocMAKNES 2 257 (35).jpg

marocMAKNES 2 257 (36).jpg

marocMAKNES 2 257 (37).jpg

marocMAKNES 2 257 (12).jpg

marocMAKNES 2 257 (39).jpg

marocMAKNES 2 257 (38).jpg

marocMAKNES 2 257 (40).jpg

 

marocMAKNES 2 257 (41).jpg

marocMAKNES 2 257 (43).jpg

marocMAKNES 2 257 (18).jpg

 

marocMAKNES 2 257 (27).jpg

marocMAKNES 2 257 (17).jpg

marocMAKNES 2 257 (5).jpg

marocMAKNES 2 257 (4).jpg

marocMAKNES 2 257 (3).jpg

marocMAKNES 2 257 (2).jpg

marocMAKNES 2 257 (45).jpg

marocMAKNES 2 257 (44).jpg

marocMAKNES 2 257 (20).jpg

marocMAKNES 2 257 (48).jpg

marocMAKNES 2 257 (21).jpg

marocMAKNES 2 257 (22).jpg

marocMAKNES 2 257 (49).jpg

marocMAKNES 2 257 (50).jpg

marocMAKNES 2 257 (52).jpg

marocMAKNES 2 257 (53).jpg

marocMAKNES 2 257 (46).jpg

 

 

16:23 Écrit par petitefleur-06 dans Associations, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

12.12.2010

VISITE DE MEKNÈS - MAROC

MEKNES

Meknès, (arabe : مكناس Maknâsmarocain : M'knâs, berbère : Ameknas) est une ville du Maroc qui tire son nom du berbère Meknassa du nom de la tribu fondatrice de la ville. Elle est le chef-lieu de la région administrative de Meknès-Tafilalet, au nord du pays. La ville est située à 150 km à l'est de Rabat et à 60 km à l'ouest deFès. C'est l'une des quatre villes impériales du Maroc. Elle fut la capitale du Marocdurant le règne de Moulay Ismaïl (1672-1727). La ville historique de Meknès est placée sous la protection de l'UNESCO (1996).

Étymologie du nom Meknès 

La ville de Meknès tire son nom de la tribu amazight Meknassa. Les membres de cette tribu sont appelés les Imknassen au pluriel, Ameknas au singulier. Ameknas signifie en tamazight le guerrier ou le combattant. D'ailleurs les activistes amazighes l'appellent plutôt Ameknas, appellation utilisée dans les communiqués du MCA (Mouvement culturel amazigh)2.

 

Géographie et démographie 

Meknès est située à une altitude de 500 m environ, sur le plateau de Saïs, entre leMoyen-Atlas au sud et les collines pré-rifaines au nord. La ville est traversée paroued Boufekrane, qui sépare la médina (ville ancienne) de la ville nouvelle (dite "Hamria").

La population de la ville de Meknès est estimée actuellement à 950 000 habitants(avec agglomération), la banlieue Est de Meknès (Toulal) compte une population de100 000 habitants. D'après le recensement de 2004, Meknès comptait cette année-là469 169 habitants3. Cette population qui travaille pour la plupart à Meknès fait la navette quotidienne avec le centre ville, qui abrite la quasi totalité des administrations de la région Meknès-Tafilalet, grâce à la nouvelle société de transport urbain Citybus qui a débuté son service le 18 novembre 2005, Meknès ayant été privée pendant 2 ans de transport en commun suite à la faillite de la RATUM (Régie Autonaume du Transport Urbain de Meknès). Ils sont également desservis par des grands taxis qui circulent illégalement sur la zone urbaine de Meknès, contrairement aux autres grandes métropoles marocaines où les taxis sont extra-urbains (à part Casablanca). La zone rurale est liée à la ville par le réseau de transport octroyé a City bus dans un périmètre de 40 km autour de Meknès. D'après une étude récente faite par une ong internationale qui devait statuer sur l'évolution de la qualité de vie dans les villes Marocaines, Le transport urbain a Meknès a été classé 1er à égalité avec le transport urbain à Marrakech, en appuyant l'étude sur l'âge du parc et la qualité et régularité du service, et premier au niveau des tarifs appliqués.

Meknès est la 4e ville impériale du Maroc. La médina de Meknès est classée depuis 1996Patrimoine mondial de l'UNESCO et connait depuis lors diverses opérations de restauration des sites (murailles, portes, ruelles, places publiques...). Elle est maintenant digne des plus grandes villes méditerranéennes et arabes de par sa diversité culturelle. La fameuse place Lehdim a connu en 2007, 2 opérations de restauration et rénovation et une autre rénovation en cours de réalisation.

800px-Bab_El-Khemis.jpg

Porte  Bab  El  Khémis

 

marocRABAT MAKNES 2 223.jpg

 

marocRABAT MAKNES 2 225.jpg

 

 

marocRABAT MAKNES 2 228.jpg

 

 

Étang de l'Aguedal

Meknès_-_Estany_de_l'Aguedal.jpg

 

marocMAKNES 2 215 (12).jpg

marocMAKNES 2 215 (14).jpg

 

marocMAKNES 2 227 (4).jpg

 

 

RABAT 252.jpg

Place El Hédim

 

 

marocMAKNES 2 215 (1).jpg

marocMAKNES 2 215 (3).jpg

marocMAKNES 2 215 (4).jpg

marocMAKNES 2 215 (6).jpg

marocMAKNES 2 215 (8).jpg

marocMAKNES 2 215 (10).jpg

marocMAKNES 2 215 (15).jpg

marocMAKNES 2 215 (17).jpg

marocMAKNES 2 227 (6).jpg

marocMAKNES 2 227 (8).jpg

marocMAKNES 2 227 (10).jpg

marocMAKNES 2 227 (12).jpg

 

 

 

 

19:44 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

LES GRENIERS MOULAY ISMAIL - MEKNÈS - MAROC

GRENIER DE MOILAY MEKNES (12).jpg

Les greniers Moulay Ismail, un haut lieu chargé d'histoire


MAP le 27 Avril 2006


Meknès-Les greniers Moulay Ismail, communément connus sous le nom de Heri es-Souani, que SM le Roi a visités jeudi à Meknès, sont un lieu chargé d'histoire qui, grâce à l'ingéniosité des architectes de l'époque et de ses fondateurs, a pu résister à l'épreuve du temps.


SM le Roi visite le monument historique les
SM le Roi visite le monument historique les
Construits vers la fin du 17ème siècle sous le règne du Sultan Moulay Ismail, ces greniers faisaient office de magasins où étaient entreposés les réserves alimentaires de la ville, mais aussi le foin et le grain prévus pour nourrir les chevaux du souverain. Cet édifice aux dimensions impressionnants, est formé d'une série de 22 arcades de 14 arcs chacune, dont certaines ont été bouchées ultérieurement. 

Elles occupent un espace d'une longueur de 187 m et d'une largeur de 108 m. La partie couverte de ce monument, situé au centre de la Kasbah ismailienne (ville impériale), comprend deux salles de puits. Les murs de 7 m d'épaisseur ainsi qu'un réseau de canalisations souterrain maintenaient une température fraîche et constante à l'intérieur des réserves. 

Pour alimenter les conduites, des norias actionnées par des mulets ou des chevaux élevaient l'eau des citernes de 40 m de profondeur. Une fois remplis,ces greniers pourraient assurer la survie de la ville pendant vingt ans. Dans l'une des salles, une grande porte en bois sculpté provenant du palais royal présente en son centre un soleil ou rosace. Derrière le premier corps du bâtiment, parfaitement conservé, se trouve une immense construction à ciel ouvert, composée de vingt-trois nefs et piliers. 

Le plafond de la salle atteignait à l'origine 12 m de hauteur et la longueur du trapèze était deux fois et demie supérieure à ce qu'elle est aujourd'hui. Le toit s'est écroulé en 1755 sous l'effet des ondes de choc-ressenties jusqu'à Fès et Rabat - du célèbre tremblement de terre de Lisbonne. 

Les greniers étaient entourés d'un immense jardin planté d'arbres fruitiers et dotés d'un gigantesque bassin.
Ces silos et ces écuries érigés au XVIIe et XVIIIe siècles sont à la mesure de la mégalomanie du sultan Moulay Ismaël. Les greniers faisaient office de magasin où étaient entreposés les réserves alimentaires de la ville, mais aussi le foin et le grain prévu pour nourrir les douze mille chevaux du souverain. Les murs de 7 m d'épaisseur ainsi qu'un réseau de canalisation maintenaient une température fraîche et constante à l'intérieur des réserves.. Les écuries, immense bâtiment à ciel ouvert sont composée de 23 nefs et piliers. 

GRENIER DE MOILAY MEKNES (16).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (17).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (1).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (2).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (3).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (4).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (5).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (6).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (7).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (8).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (9).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (10).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (11).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (12).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (13).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (14).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (15).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (20).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (21).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (22).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (23).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (24).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (25).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (26).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (27).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (28).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (18).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (19).jpg

GRENIER DE MOILAY MEKNES (29).jpg


 

17:37 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

LA RÉSIDENCE DU ROI DU MAROC ET SON MAUSOLÉE

 

LA  RÉSIDENCE  DU  ROI  DU  MAROC  A  RABAT

 

PALAIS   Dar  El  Makhzen

De tout temps, les palais royaux ont en effet atisé la curiosité des masses. Tout ce qui les touche de près ou de loin devient solennel, sacré et plein de symbolique. Lieux exclusifs de la Baïaa, cette cérémonie annuelle d’allégeance qui se déroule chaque année dans l’un ou l’autre palais royal, ils symbolisent le pouvoir, la grandeur et l’opulence. Ils suscitent dans l’imaginaire populaire nombre de fantasmes, parfois les plus rocambolesques. La rue marocaine évoque des lieux dignes des mille et une nuits. On spécule sur le nombre de femmes et de courtisanes qui vivent dans les harems royaux. On attribue à tel palais sa robinetterie en or massif, à tel autre palais ses centaines de chambres et ses dizaines d’immenses salles et salons tapissés de riches soieries, ses piscines olympiques et ses jacuzzis en marbre de Carrare. On imagine avec délectation les buffets fastueux qui sont renouvelés en permanence en prévision des visites impromptues du roi. Des buffets constitués des mets les plus délicats fournis par des traiteurs aussi renommés que Hédiard, Le Nôtre ou Fauchon dont le Palais royal est l’un des clients les plus fidèles. On se souvient de ce jeune journaliste sénégalais qui demande à feu Hassan II le coût du somptueux buffet dressé lors d’une conférence de presse organisée au palais royal de Marrakech. Ce à quoi le Roi défunt répondra avec un humour teinté de cynisme : «Ne vous en faites pas, on ne vous présentera pas l’additio».

marocRABAT MAKNES 2 001.jpg

 

marocRABAT MAKNES 2 002.jpg

marocRABAT MAKNES 2 003.jpg

marocRABAT MAKNES 2 004.jpg

marocRABAT MAKNES 2 009.jpg

marocRABAT MAKNES 2 010.jpg

marocRABAT MAKNES 2 011.jpg

marocRABAT MAKNES 2 013.jpg

marocRABAT MAKNES 2 015.jpg

marocRABAT MAKNES 2 016.jpg

marocRABAT MAKNES 2 017.jpg

marocRABAT MAKNES 2 020.jpg

marocRABAT MAKNES 2 021.jpg

marocRABAT MAKNES 2 022.jpg

marocRABAT MAKNES 2 023.jpg

marocRABAT MAKNES 2 024.jpg

marocRABAT MAKNES 2 033.jpg

le  mausolée de Mohamed V


Cette mosquée, construite en 1703 par Ahmed Eddahbi, est devenue le mausolée où repose Moulay Ismaïl aux côtés d'une de ses épouses et deux de ses fils. C'est un des rares monument religieux du Maroc ouvert aux non-musulmans.

Après plusieurs cours dont la dernière comporte un bassin pour les ablutions et où les visiteurs doivent se déchausser, l'on accède à la superbe antichambre du mausolée. De là on peut voir sans y pénétrer (accès réservé aux musulmans) la chambre funéraire richement décorée. Chambre ornée de quatre horloges comtoises, cadeaux de Louis XIV au Sultan, par l'intermédiaire de Colbert. Louis XIV voulait ainsi se faire pardonner son refus de donner la main de l'une de ses filles à Moulay Ismaïl.

Le mausolée a été restauré en 1960 sous le règne de Mohammed V.

 

 

marocRABAT MAKNES 2 034.jpg

marocRABAT MAKNES 2 035.jpg

marocRABAT MAKNES 2 036.jpg

marocRABAT MAKNES 2 037.jpg

marocRABAT MAKNES 2 040.jpg

marocRABAT MAKNES 2 041.jpg

marocRABAT MAKNES 2 043.jpg

 

 

16:00 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

09.12.2010

CASABLANCA ET RABAT - MAROC

VISITE DE  CASABLANCA


Casablanca (الدار البيضاءad-dar al-baïda en arabe –, littéralement « maison blanche », mais appelée couramment Casa – prononcée kâzâ), est la plus grande ville du Maroc. Capitale économique du pays, elle est située sur la côte Atlantique à environ 80 km au sud de la capitale administrative Rabat. Ses habitants se nomment les Bédaouis en arabe, les Casaouis en arabe dialectal marocain et les Casablancais en français.

Casablanca compte 3 269 962 habitants[1], ce qui fait d'elle la ville la plus peuplée du Maghreb[3]. Elle se situe dans la région du Grand Casablanca, l'agglomération la plus importante du pays, et la deuxième du Maghreb après celle d'Alger[4].

Rendue légendaire par le cinéma hollywoodien des années 1940[5], Casablanca – considérée comme le laboratoire de la modernité[6] – a été nommée capitale de l'architecture moderne par les critiques internationaux[7]. Cette renommée est notamment due à la diversité architecturale qu'a connue la ville pendant le XXe siècle, où elle était alors l'atelier de la nouvelle génération d'architectes qui débarquaient directement des bancs de l'École des Beaux-Arts de Paris pour appliquer les théories modernes qu'ils avaient apprises.

Région  


Casablanca vue par satellite.

Avec près de 4 millions d'habitants[2], la région du Grand Casablanca constitue un centre urbain par excellence. On y retrouve deux villes principales : Casablanca et Mohammédia, ainsi que deux provinces composées de plusieurs petites villes, dont notamment Nouaceur (ou Nouasser) et Mediouna.

L'activité économique de la région est dominée par le secteur tertiaire (49,6 % des emplois), suivi par le secteur secondaire (40,5 %).
Près du tiers de la population (30 %) de cette région sont des jeunes de moins de 15 ans. La population active (15 - 59 ans) s'élève à 63,5 %, alors que le 3e âge (60 ans et plus) représente 6,5 % de la population totale[8].

 

maroc 136.jpg

 

sur la route de Casablanca

IMG_1784.JPG

une  tour  de  ville

 

IMG_1785.JPG

IMG_1787.JPG

IMG_1788.JPG

IMG_1817.JPG

IMG_1823.JPG

IMG_1826.JPG

IMG_1828.JPG

Le Phare El Hank

IMG_1886.JPG

IMG_1887.JPG

 

 

maroc 393.jpg

 

 

IMG_1852.JPG

IMG_1854.JPG

 

Ancienne  Cathédrale du Sacré-Cœur de Casablanca.

L'église du Sacré-Cœur (en arabe : كاتدرائية القلب المقدس ) est un ancien sanctuaire catholique de la ville de Casablanca, au Maroc. Elle est construite à partir de 1930 par l'architecte Paul Tournon[1], titulaire du prix de Rome, dans un style mêlant esthétique gothique et art-déco. Elle est entourée d'un vaste jardin public, le Parc de la Ligue Arabe.

Aujourd'hui désacralisé, l'ancien sanctuaire accueille ponctuellement des expositions et des manifestations culturelles. Après l'indépendance du pays, en 1956, une cathédrale est élevée à Tanger.

Description  

L'église du Sacré-Cœur est édifiée à partir de 1930 afin de servir de lieu de culte principal à la communauté catholique, alors forte de près de 40 000 fidèles[2]. Son architecture s'inspirant de l'esthétique des cathédrales gothiques européennes donne à cet édifice art-déco une monumentalité particulière.

Le sanctuaire est basé sur un plan basilical à quintuple vaisseau. La nef, voûtée en anse de panier, forme un ensemble de onze travées s'élevant sur deux niveaux : de grandes arcades en plein cintre démesurément élevées composent la partie inférieure, tandis que la partie supérieure est percée de séries de baies étroites. La hauteur réduite des voûtes des bas-côtés accentue l'impression de monumentalité de l'édifice.

La nef se prolonge par une abside en cul-de-four sans déambulatoire. De grandes baies rectangulaires laissent filtrer la lumière du jour à travers des vitraux modernistes aux teintes passant du rouge vif au bleu indigo.

L'extérieur de l'édifice rappelle plus encore les grandes cathédrales européennes : des arcs-boutants en béton à la fonction essentiellement décorative rythment la nef, tandis que la façade est cantonnée de deux tours rectangulaires.

Une certaine austérité caractérise la façade, composée d'un triple portail, d'arcades aveugles et d'une série de baies en plein cintre dont le remplage au réseau complexe s'inspire des moucharabiehs orientaux.

 

RABAT


Rabat (en arabe : الرباط (ar-Ribat)) est la capitale du Maroc et la deuxième plus grande agglomération du pays aprèsCasablanca.

Elle est située sur le littoral atlantique, sur la rive gauche de l'embouchure du Bouregreg, en face de la ville de Salé.

La ville est fondée en 1150 par les Masmouda, tribu de la dynastie almohade, qui y édifient une citadelle (future Kasbah des Oudaïa), une mosquée et une résidence. C’est alors ce qu'on appelle un ribat, une forteresse. Le nom actuel vient de Ribat Al Fath, « le camp de la victoire ». Plus tard, le petit-fils d'al-Mūmin, Ya'qub al-Mansūr, agrandit et complète la ville, l'entourant notamment des murailles. La ville va servir par la suite de base aux expéditions almohades en Andalousie.

Rabat entre dans une période de déclin après 1269, quand les Mérinides choisissent Fès comme capitale. Ainsi, l'explorateurmorisque Hassan al-Wazzan reporte qu'il n'y subsiste que 100 maisons habitées en 1515. En 1609, suite au décret d’expulsion de Philippe III, 13000 Morisques y trouvent refuge, revitalisant ainsi la ville2.

En 1912Lyautey fait de Rabat la capitale du protectorat du Maroc et le siège du résident général. En 1956, à l’indépendance du Maroc, la ville resta la capitale du pays.

 

La premiére trace urbaine a Rabat se situe a l'actuelle Kasbah des Oudaïas, lorque les Almoravides fondent un fort pour organiser les attaques contre les tribuesMasmouda des Berghouata. Originnaire du Haut-Atlas, la dynastie des Almohades, issue de tribues Berbères des Masmoudas, fait édifier, en 1150, à la place de l'ancien fort Senhadji des Almoravide, un ribat ou une forteresse, lieu de rassemblement des combattants de la foi, point d’étape dans l’épopée almohade pour la conquête de l’Andalousie et le contrôle du reste du Maghreb. Yacoub el Mansour se disait désireux de concevoir pour la position du Bouregreg des projets plus vastes 3. Aidé des nombreux captifs ramenés d’Espagne lors de la bataille d'Alarcos, il fait construire les remparts de la future capitale et commencer, non loin du fleuve, une mosquée aux proportions grandioses ; mais cette dernière n’est pas construite ; seul, se dresse son superbe minaret qui sert de repère aux navigateurs pour le franchissement de la ville. À ce camp retranché, est d'abord appliqué le nom de Rbat de Salé, puis celui de Rbat El-Fath après la victoire des armées almohades en Espagne3.

Cette construction, qui s’identifie en gros à la partie ouest de l’actuelle Kasbah des Oudaïas, fut appelée à fois Ribat al Fath, le Camp de la Victoire, pour commémorer les victoires almohades, et al-Mahdiyya, en souvenir d’al-Mahdî Muhammad ibn Tûmart, fondateur du mouvement almohade. À partir du Ribat d’Abd al-Mumin, son fils Abu Yaqub Yusuf, puis son petit-fils Yacoub el Mansour, héritiers d’un empire allant de la Castille à Tripolitaine, ont construit une cité grandiose, couvrant plus de quatre cents hectares, enceinte de murailles imposantes percées de portes monumentales et qui devait être dotée d'une mosquée gigantesque, Tour Hassan (pour cause de tremblement de terre), restée inachevée, mais qui eût été l'un des plus grands sanctuaires du monde musulman.

Ainsi, bien que Ribat al Fath ne reçut jamais la population que son enceinte eût pu abriter (en majorité des Masmouda du Haut Atlas, les grandes orientations de la ville étaient tracées. Les remparts et les portes monumentales de l’époque témoignent aujourd'hui encore de l’ampleur de la ville almohade. Tout comme en témoignent le minaret et les vestiges de la mosquée de Hassan, sur un site dont le caractère sacré a été accentué et revalorisé par l'édification du mausolée Mohammed-V, symbole de piété filiale, qui, de par sa décoration exceptionnelle, œuvre d'art collective, est un hommage au souverain qui y repose et un témoignage de la renaissance de l'artisanat traditionnel.

 

 

 

 

maroc 079.jpg

L'Hôtel

maroc 436.jpg

 

maroc 402.jpg

La médina

Une médina (en arabe : المدينة العتيقة), désigne la partie ancienne d'une ville par opposition aux quartiers modernes de type européen. Ce terme est surtout employé dans les pays du Maghreb, en Afrique de l'Ouest et en Afrique de l'Est. La médina de Fès est la plus grande du monde, elle est inchangée depuis le XIIe siècle et placée sous la protection de l'Unesco[1] depuis 1981.

Présentation  

Une médina se caractérise par ses échanges avec les zones rurales environnantes qui la nourrissent et par les activités marchandes qui la soutiennent, malgré les remparts qui la ferment et la protègent de la menace des envahisseurs. Une grande partie d'une médina est occupée par les souks.

Aujourd'hui, la mondialisation ou le simple développement des pays anciennement colonisés remet en question les modes de production traditionnels des biens et des services et, en conséquence, le tissu traditionnel des médinas. Les médinas se définissent dès lors par rapport et dans une relation socioéconomique avec les villes modernes qui ont grandi à leur côté. La prise de conscience de la nécessité de les sauvegarder est récente. Ainsi, la médina de Tunis est classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 1979. En effet, les médinas peuvent jouer un rôle très important dans la revitalisation des arts et des traditions qui ont modelé un artisanat de grande qualité, en cours de disparition ou uniquement tourné vers le tourisme.

IMG_1892.JPG

maroc 369.jpg

 

maroc 417.jpg

 

maroc 412.jpg

maroc 404.jpg

maroc 386.jpg

maroc 385.jpg

 

 

maroc 367.jpg

maroc 375.jpg

 

 

IMG_1891.JPG

maroc 085.jpg

IMG_1935.JPG

maroc 171.jpg

maroc 342.jpg

maroc 363.jpg

IMG_1921.JPG

Mausolée  de  Mohamed V

IMG_1933.JPG

Le Mausolée Mohammed V est un tombeau royal situé à Rabat, capitale du Maroc. Il se trouve sur l'esplanade de la tour Hassan et en surplomb de l'embouchure du fleuve Bouregreg. Le mausolée abrite la tombe de Mohammed V, et ses fils Moulay Abdellah et Hassan II. Il a été construit entre 1961 et 1971, soit 10 ans de travaux auxquels collaborèrent 400 artisans marocains. L'architecture du mausolée a été conçue par l'architecte vietnamien Vo Toan, cet édifice est caractérisé par son style classique arabo-andalou selon l'art traditionnel marocain.

IMG_1927.JPG

 

IMG_1913.JPG

 

 

IMG_1872.JPG

 

les  ramparts de la médina

 

800px-Entree_medina_Casa.jpg

 

l'entrée de la médina

 

CASABLANCA

 

IMG_1835.JPG

 

la mosquée Hassan II

IMG_1834.JPG

 

IMG_1847.JPG

IMG_1846.JPG

 

 

IMG_1878.JPG

 

RABAT

IMG_1907.JPG

 

Esplanade de la tour Hassan

Tour Hassan  

 

La tour Hassan est un minaret historique jamais terminé situé à Rabat, cet édifice devait être non seulement la plus grande mosquée, mais aussi le plus grand monument religieux du monde au XIIe siècle. Les travaux de construction de cette mosquée ont commencé en 1196 sous l'initiative du sultan almohade Abu Yusuf Yaqub al-Mansur (1184-1199), petit fils d'Abd al-Mumin, fondateur de la ville impériale de Rabat en 1150, le sultan al-Mansur voulait faire de Rabat la capitale de son empire qui, au XIIe siècle, s'étendait de la Tripolitaine (Libye) à Castille (Espagne). Cependant, les travaux furent abandonnés juste après la mort du sultan en 1199. La tour devait culminer à plus de 80 m, mais n'atteignit que 44 m. L'édifice a ensuite été négligé par les successeurs de Yaqub Al-Mansour et se dégrada avec le temps. En 1755, le tremblement de terre de Lisbonne toucha Rabat et détruisit entièrement les colonnades de l'esplanade. L'espace de la Tour Hassan a été restauré à partir des années soixante du XXe siècle, lors de la construction du mausolée alaouite sur une partie de son esplanade.

 

VOIR L'ALBUM  POUR  D'AUTRES  PHOTOS

19:55 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

07.12.2010

A LA DÉCOUVERTE DU MAROC - MARRAKECH

 

Marrakech

 

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

 


 

 

800px-MoroccoMarrakech_townfromhill2.jpg


Place Jamaa El Fna

Marrakech (en arabe : Mûrrakûsh, مراكش) connue sous le nom de Perle du Sud ou Porte du Sud et de Ville rouge ou Ville ocre, est une ville du Maroc au pied des montagnes de l'Atlas.

La ville a été fondée en 1062 par Youssef Ibn Tachfin, premier roi de la dynastie des Almoravides. Dans le passé, le Maroc était connu en orient sous le nom de Marrakech (appellation toujours d'actualité en Iran) ; le nom Maroc provient lui-même de la déformation de la prononciation espagnole de Marrakech : Marruecos.

Marrakech compte environ 903 589 d'habitants (recensement de 2009) répartis sur une superficie de 230 km². La densité de population atteint les 350 habitants à l’hectare dans la Médina. C'est la quatrième plus grande ville du Maroc après Casablanca, Rabat et Fès. La ville est divisée en deux parties distinctes : la Médina ou ville historique (dix kilomètres d'enceinte) et la ville nouvelle dont les quartiers principaux s'appellent : Guéliz et Hivernage. Le Guéliz constitue aujourd'hui le centre-ville commercial. Il fut fondé par les Français lors du Protectorat. Le quartier de l'Hivernage concentre de nombreux complexes hôteliers. Depuis quelques années, la ville s'agrandit en périphérie notamment à l'ouest avec l'apparition de nouveaux quartiers résidentiels comme pour la région de Targa ou l'extension de l'avenue Mohammed VI ou au nord Tamansourt.

Dans leur ouvrage, Philippe Saharoff et Narjess Ghachem-Benbirane abordent l'histoire de la ville impériale de Marrakech qui fut la capitale de différentes dynasties qui chacune la marquèrent de leur empreinte[1].

Histoire 

Marrakech fut fondée en l'an 1062 (an 454 de l'Hégire), par Youssef Ibn Tachfin, premier souverain de la dynastie almoravide.

La mosquée de la Koutoubia fondée auxiie siècle par les Almohades

Le nom de Marrakech vient du berbère « Amour » qui signifie « pays » et « Akouch » qui veux dire « dieu » ce qui donne la terre de dieu ou la terre sainte. Une autre étymologie donne, à partir du dialecte Tifinagh, l'interprétation de « terre de parcours2. »

Très vite, à Marrakech, sous l'impulsion des Almoravides, pieux guerriers et austères savants venus du désert, de nombreusesmosquées et médersas (écoles de théologie coranique) furent construites, ainsi qu'un centre commercial pour leMaghreb et l’Afrique subsaharienne. Marrakech grandit rapidement et s'imposa comme un centre culturel et religieuxinfluent. Des palais furent édifiés également et ornés avec le concours d'artisans andalous venus de Cordoue et deSéville, qui amenèrent le style omeyyade caractérisé par des coupoles ciselées et des arcs polylobés. Cette influence andalouse fusionna avec les éléments sahariens voire ouest-africains et fut synthétisée dans une architecture originale totalement adaptée à l'environnement spécifique de Marrakech. Elle devint la capitale de l'Emirat almoravide qui s'étendait des rives du Sénégal jusqu'au centre de l'Espagne et du littoral atlantique jusqu'à Alger.

La cité fut ensuite fortifiée par le fils de Youssef Ibn TachfinAli Ben Youssef, lequel fit édifier vers 1122-1123 des remparts encore visibles.

Thami El Glaoui, devint célèbre en accédant au poste de pacha de Marrakech, fonction qu'il occupera pratiquement durant toute la durée du protectorat (44 ans). Le pacha Glaoui s'illustra par sa collaboration avec les autorités de la résidence générale, qui trouva son point d'orgue avec le complot visant à détrôner Mohammed Ben Youssef (Mohammed V) pour le remplacer par le cousin du sultan, Ben Arafa. Thami El Glaoui, déjà réputé pour ses fréquentations prestigieuses et son train de vie fastueux, digne d'un véritable monarque, devint ainsi un symbole marquant de l'ordre colonial et colonialiste au Maroc. Il ne put néanmoins s'opposer à la montée en puissance du sentiment nationaliste, ni de l'hostilité d'une part croissante de la population. Il ne put non plus s'opposer aux pressions de la France, qui consentit à se défaire de son protectorat marocain en raison du désastre de l'Indochine et du début de la guerre d'Algérie. Après deux exils successifs (en Corse puis à Madagascar), Mohammed Ben Youssef fut autorisé à rentrer au Maroc (novembre 1955), et ce retour signa la fin du règne despotique du Glaoui sur Marrakech et sa région.

 

maroc 002.jpg

aéroport de Marrakech

maroc 012.jpg

maroc 013.jpg

maroc 015.jpg

maroc 016.jpg

maroc 017.jpg

maroc 021.jpg

maroc 022.jpg

maroc 024.jpg

maroc 023.jpg

maroc 026.jpg

maroc 033.jpg

maroc 039.jpg

maroc 045.jpg

maroc 053.jpg

maroc 054.jpg

maroc 059.jpg

maroc 060.jpg

maroc 063.jpg

 

 

 

maroc 064.jpg

 

maroc 065.jpg

maroc 067.jpg

ballade en car  dans les rues de Marrakech

maroc 072.jpg

 

maroc 074 - Copie.jpg

 

maroc 075.jpg

maroc 076.jpg

maroc 077.jpg

 

La 1ère impression de la visite au Maroc est bonne

 

 

15:27 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

03.12.2010

EN PASSANT PAR LA MER MORTE - JORDANIE

T

LA MER MORTE : BIBLE SEL ET BOUE

La région des anciennes cités de Sodome et Gomorrhe.


Le
s rives de la Mer Morte, où les concrétions de sel forment une ligne blanche le long de l’eau, sont désertiques, à l’exception de quelques wadis (cours d’eau) qui y débouchent, favorisant l’existence de petites oasis (mais l’absence de précipitations assèche ces wadis la majeure partie de l’année).
La route qui la borde est peu fréquentée et à part les grands hôtels de luxe au nord, on ne rencontre aucune construction ni village. Dans la plaine du sud, sur la presqu’île, des fouilles archéologiques ont situé l’emplacement des villes de Sodome et Gomorrhe (dont les ruines correspondraient de nos jours à celles de Bâb ed-Dhra et Numeira), que les séismes de l’age de bronze (2000 avant J.C) ont sûrement détruit.
La Bible
délivre une autre version (voir la Jordanie vue par la Bible), d’abord dans l’Ancien Testament, puis dans le Nouveau Testament qui, au récit de la destruction de Sodome et Gomorrhe, ajoute celui de Loth et de sa famille (voir Loth, Sodome et Gomorrhe).

 

carte-mer-morte-s.jpg

THALASSO JORDANIE : SÉJOUR ET CURE A LA MER MORTE
Les Spa Resort de la mer Morte

PICT0197.jpg

.
Les dangers de la Mer Morte. Précautions et conseils

Ça brûle. La densité de la mer Morte est telle qu'on peut y flotter sans problème. Il est en revanche quasiment impossible voire dangereux de vouloir nager comme vous en avez l’habitude, mais surtout, évitez tout contact de l'eau avec la bouche, le nez ou les yeux. De même la moindre plaie ou coupure se fera immédiatement sentir.
Pas de vagues.
Il faut surveiller particulièrement les enfants car il est parfois difficile de leur expliquer que s’ébattre dans la Mer Morte est dangereux à cause des risques d’éclaboussures dans les yeux et que le sel brûle horriblement. Si malgré tout cela arrive, il faut immédiatement rincer les yeux à l’eau douce.
Ça décape.
ll en va de même pour la peau (même si le phénomène passe inaperçu) : il ne faut pas se baigner plus de 15 minutes et se rincer immédiatement sous la douche.
Ça assure.
Le mieux, pour essayer un bain dans la mer Morte, est de se rendre au nord de la Mer Morte (à 45 km d’Amman) dans les établissements « très chics » que sont le Marriott, le Mövenpick ou le Dead Sea Spa, qui louent à la journée leurs installations balnéaires (piscines d’eau douce, plages privées avec mise à disposition des fameuses boues de la Mer Morte).


Le point le plus bas de la terre.
Longue de 75 km et d’une profondeur moyenne de 300 m (400 à son maxi), la Mer Morte est célèbre pour sa dépression qui correspond à la grande faille tectonique du Rift formée à la suite du déplacement de la plaque de la Péninsule Arabique, il y a 30 millions d’années (voir géographie de la Jordanie). C’est la dépression terrestre la plus profonde ; les chiffres rencontrés variant entre moins 400 et moins 417 mètres.

Salinité et évaporation record.

A l'inverse de la mer rouge, célèbre pour ses coraux et ses poissons magnifiques, pleins de vie et de couleurs, et qui affichent une forme éclatante, la Mer Morte est célèbre pour sa très forte teneur en sel qui rend toute vie impossible, d’où son nom de « Mer Morte ». En effet, sa salinité est 6 fois plus importante que n’importe quelle mer ou océan empêchant toute vie de se développer (aucune espèce vivante, végétale ou animale ne peut y survivre plus de quelques minutes.
L'alimentation de la mer morte est assurée par l’eau du Jourdain, dont l’exploitation tend à abaisser le niveau depuis de nombreuses années. Mais la élevée est due à une évaporation intense favorisée par le climat tropical de la vallée du Jourdain et à une baisse de la pluviomsalinité  amorcée depuis des millénaires (40 000 ans environ).

Tous ces phéphénomènes entrainent une régression constante du lac et une augmentation constante de sa salinité. A ce rythme, la disparition de la Mer Morte est programmée pour 2050.
Cette évaporation intense concentre les sels minéraux, dont le chlorure de sodium, mais aussi le chlorure de magnésium et le chlorure de potassium (d’où son odeur de potasse) qui s’accumulent au fond. Ces sédiments forment une boue noire dont les vertus revitalisantes sont connues et utilisées depuis toujours.

PICT0189.jpg
PICT0195.jpg

Les cosmétiques de la Mer Morte
Nous sommes heureux de vous présenter la nouvelle gamme de produits de beauté naturels ; faits à partir des minéraux actifs de la Mer Morte, d’extraits de plantes et d’huiles aromatiques par les plus grands fabricants de produits de la Mer-Morte, notamment: ‘Ahava’, ‘SPA Cosmetics’ et ‘Dead Sea Cosmetics’.

Les Cosmétiques de la Mer Morte est une des principales sociétés de distribution de produits de la Mer Morte. Vous trouverez sur cette boutique en ligne des soins du visage, soins pour le corps, boues et sels minéraux de la Mer morte. Nous avons ajoutés dernièrement les soins pour les cheveux, des produits pour homme ainsi que toute une gamme de coffrets cadeaux que nous nous ferons un plaisir de vous livrer dans le monde entier.

Nous vous garantissons des prix imbattables sur une gamme étendue de cosmétiques efficaces et de qualité supérieure.


INTENSIVE SPA Crème hydratante


Cette crème hydratante très riche à base de minéraux de la Mer Morte et extraits de plantes, s’absorbe rapidement, restituant à la peau son hydratation naturelle, la laissant douce, lisse et réhydratée, et la faisant paraître plus jeune. Idéale comme base de maquillage.

 

 

 

-1211735995-1.jpeg

Géographie [modifier]


Conséquence de la forte salinité sur les baigneurs.

L’eau de la mer Morte est une solution de sels dont la concentration diffère grandement de la salinité normale d’un océan. Le chlorure de magnésium et le chlorure de sodium sont les principaux composants de cette solution. Riches en minéraux, les eaux de la mer Morte sont réputées pour soigner le psoriasis et les rhumatismes.

La masse volumique de l’eau de la mer Morte (1 240 kg.m-3) est telle qu’un être humain peut y flotter sans aucun problème.

La mer Morte est le point le plus bas du globe avec 417 mètres sous le niveau de la mer mais d’autres endroits de la vallée du grand rift pourraient un jour la supplanter. Le niveau de la mer Morte descend d’un mètre par an en moyenne.

IMG_0596.JPG
IMG_0598.JPG
IMG_0599.JPG
IMG_0603.JPG
IMG_0604.JPG
IMG_0605.JPG
IMG_0606.JPG
IMG_0607.JPG
IMG_0608.JPG
IMG_0611.JPG

IMG_1491.JPG
IMG_1492.JPG
IMG_1493.JPG
IMG_1495.JPG
IMG_1499.JPG
IMG_1498.JPG
IMG_1500.JPG
IMG_1503.JPG
IMG_1504.JPG


IMG_8526.JPG

maillots  de  bains  en tous genres , des grands et des minis, ...... non ce ne sont pas des survetements !!!!!!!!
IMG_8506.JPG
IMG_8509.JPG
IMG_8520.JPG
IMG_8521.JPG
IMG_8522.JPG
IMG_8523.JPG

IMG_8525.JPG
IMG_8528.JPG

APRES  TOUS  CES  BEAUX  SITES  IL  FAUT  REPRENDRE  LA  ROUTE  DE  AMMAN  POUR PRENDRE L'AVION DE RETOUR

LE PIRE C'EST  QU'IL FAIT  35° ET  AU  RETOUR  IL  FERA  BEAUCOUP  MOINS .......

00:29 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

02.12.2010

LA MER ROUGE - AQABA - JORDANIE

Aq

Aqabaaba et la Mer Roug

 

e Après le Wadi Rum et de retour sur l’autoroute du Désert, Aqaba n’est plus qu’à une trentaine de kilomètres. Aqaba n’a qu’une vocation touristique grâce à son climat, doux en hiver, et ses fonds marins, considérés parmi les plus beaux du monde depuis leur exploration par le commandant Cousteau. C’est le seul intérêt d’un séjour à Aqaba, unique port de Jordanie et seule ville ouverte sur la mer

Aqaba ou Akaba[1] est une ville côtière de 88 780 habitants [2] à l'extrémité sud de la Jordanie. Aqaba occupe une position stratégique pour la Jordanie car c'est le seul port du pays. La ville est mitoyenne d'Eilat, en Israël et un poste-frontière permettant de se rendre en Israël. Aqaba et Eilat sont à la pointe nord du golfe d'Aqaba.

Aqaba3.jpg
545px-Jordan_location_map.svg.png

 

Histoire

800px-Aqaba_Fort_74.jpg


La forteresse d'Aqaba

Aqaba est le site d'un peuplement habité depuis 4000 av. J.-C., notamment en raison de sa position stratégique au carrefour des routes commerciales entre l'Asie, l'Afrique et l'Europe. Le peuplement originel est connu sous le nom de Elath (אֵילַת ʼÊlaṯ) en hébreu (et sans doute en édomite). C'était un centre Édomite puis arabe nabatéen.

La Bible mentionne le lieu : "Le Roi Salomon construisit également des bateaux à Ezion-Geber, près de Elath en pays édomite, au bord de la mer Rouge" [3]. Ce verset fait probablement référence à un port de l'Âge du Fer construit sur la position actuelle de Aqaba.

Sous la dynastie des Ptolémées, les Grecs appellent la ville Berenice, puis les Romains Aila et Aelena. Durant l'occupation romaine, la Via Nova Traiana qui allait de Damas à Amman se terminait à Aqaba, où elle rejoignait la route qui allait de la Palestine à l'Égypte.

Peu après la mort de Mahomet, Aqaba fait partie du califat, et passe successivement entre les mains des Omeyyades, Abbassides, Fatimides et Mamelouks. Le début de l'ère musulmane voit la construction de la ville de Ayla, décrite par le géographe Shams Eddin Muqaddasi comme étant juste à côté de l'implantation originelle, alors en ruines. Les ruines de Ayla (révélées dans les années 1980 par une équipe archéologique américano-jordanienne) sont situées à faible distance du front de mer.

Au XIIe siècle, les Croisés occupent la ville et construisent la forteresse de Helim, qui reste relativement bien préservée aujourd'hui. En plus de bâtir un fort dans Aqaba, les Croisés fortifient la petite île nommée Île de Graye (maintenant connue sous le nom d’Île du Pharaon, à 7 kilomètres de la côte). L'île se trouve désormais en territoire égyptien. Dès 1170, Aqaba et l'Île de Graye sont reconquises par Saladin. Les Mamelouks prennent la ville en 1250 et reconstruisent le fort au XIVe siècle au cours du règne d'un des derniers sultans Mamelouks, Qansah al-Ghouri.

Au début du XVIe siècle, la dynastie mamelouk et la région sont sous influence ottomane. Sous les Ottomans, l'importance de la ville décline : Aqaba devient un simple village de pêcheurs.

Durant la Première Guerre mondiale, les forces ottomanes sont forcées de se retirer de la ville en 1917 après un raid mené par Lawrence d'Arabie et les forces arabes de Hussein ibn Ali. La région est alors annexée par le royaume du Hijaz. La prise d'Aqaba permet l'approvisionnement à partir de l'Égypte, des forces arabes et britanniques combattant plus au nord, en Transjordanie et en Palestine. Aqaba est incorporée au protectorat britannique de Transjordanie en 1925.

Économie


La marina de Tala Bay au sud d'Aqaba

De nos jours, la ville est une station balnéaire et un centre de plongée. Cependant, il reste de nombreuses activités industrielles dans la zone, comme des raffineries de pétrole et de sucre. Elle exporte notamment du phosphate et des coquillages. Aqaba est également un centre administratif important au sud de la Jordanie. Aqaba possède un aéroport (code IATA : AQJ).

algré sa kyrielle d'attractions, la splendide station balnéaire de la mer Rouge en Jordanie reste encore méconnue des visiteurs. Outre le lieu de détente qu'elle représente pour les vacanciers, elle est également la base idéale pour l'exploration des divers sites du sud de la Jordanie.

Aqaba est la ville du divertissement par excellence. Elle concentre tous les avantages que la Jordanie peut offrir, notamment une histoire fascinante, des sites exceptionnels, d'excellents hôtels, des activités passionnantes, des structures d'accueil de qualité, de très bons magasins, sans oublier son accueillante et chaleureuse population dont le souci premier est le divertissement des touristes.
Si vous prévoyez de visiter le Wadi Rum, Aqaba est un lieu d'hébergement idéal. Des excursions pour la journée peuvent être organisées et grâce à la faible distance qui sépare les deux sites, vous pourrez profiter pleinement de vos visites.

img_angelfish.jpg

Mais le plus grand trésor d'Aqaba est peut-être la mer Rouge elle-même.

En effet, vous pouvez y pratiquer la plongée libre et la plongée sous-marine dans quelques-uns des plus beaux sites de plongée au monde. Le climat tempéré

et les courants chauds ont créé un environnement idéal pour la croissance

des coraux et pour le développement de la vie sous-marine. Vous pourrez nager avec des tortues de mer et des dauphins, et les accompagner dans leurs folles virées parmi les bancs de poissons multicolores. Les plongées de nuit vous permettront d'observer des créatures marines, des crabes, des homards et des crevettes, qui sortent la nuit, en quête de nourriture.

t se chargent également du transport par bateau vers les différents sites de plongée.


img_glass_bottom.jpg

Pour ceux qui préfèrent garder les pieds au sec, les bateaux à fond de verre représentent le moyen idéal pour admirer les merveilles sous-marines de la mer Rouge.

Ceux qui préfèrent garder les pieds au sec pourront découvrir toutes les merveilles des profondeurs marines depuis un bateau à fond de verre ou en sous-marin. Et ceux qui préfèrent le farniente pourront tout simplement se détendre au soleil sur les plages de sable de la station balnéaire. Bien d'autres activités nautiques et un grand parc marin très intéressant sont également disponibles.

Il y a cinq mille cinq cents ans déjà, Aqaba jouait un rôle important dans l'économie de la région. La ville se trouvait en effet à la jonction des routes terrestres et maritimes reliant l'Asie, l'Afrique et l'Europe, une situation qu'elle occupe toujours de nos jours. Du fait de son importance vitale, la région recèle de nombreux sites historiques à visiter, en particulier une bâtisse que l'on pense être la plus ancienne église jamais construite.

L'aéroport international d'Aqaba est à seulement 20 minutes de route du centre ville et des vols réguliers desservent Amman ainsi que plusieurs villes européennes. A partir du centre ville, les frontières israélienne, égyptienne du Sinaï et de l'Arabie saoudite sont à seulement 30 minutes de route.

 

IMG_8440.JPG
IMG_8441.JPG
IMG_8443.JPG
du port de Aqaba on observe Eilat en Isral  c'est juste en face au bord de la mer rouge

 

IMG_8449.JPG
poisson de la mer rouge,  très bon a manger
IMG_8451.JPG
le passant qui passe
IMG_8457.JPG
IMG_8459.JPG
IMG_8464.JPG
parking a chameau
IMG_8469.JPG

il regarde le passant qui passe

 

20:43 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

SITE DE WADI RUM ou la VALLÉE DE LA LUNE - JORDANIE

 

 

LE WADI RUM : PERLE ROUGE DU DÉSERT - SUR LES TRACES DE LAWRENCE

D'ARABIE

Après Petra, le désert rouge du Wadi Rum est, avec Jerash, la deuxième destination touristique en Jordanie. Avec ses paysages fantastiques et grandioses, rendus célèbres par le film Lawrence d’Arabie et décrits dans le livre Les Sept Piliers de la Sagesse, le Wadi Rum est unique, majestueux, époustouflant. A 3 heures et demi d’Amman, ses vastes étendues de sable, d’où émergent des roches aux formes et aux couleurs spectaculaires, offrent des possibilités de parcours en véhicule tout terrain dans les dunes ou à dos de chameau pour passer une nuit sous la tente et escalader pics et arches rocheuses.

 

wadirum-pano2.jpg


L’origine du Wadi Rum
Il y a 30 millions d’années, en même temps que se formait, à moins 400 mètres, la dépression de la Mer Morte, surgissait, à plus de 1700 mètres, le Djebel Rum, avec, à ses pieds, le désert du Wadi Rum. Situé dans une zone géologique semblable à celle des parois rocheuses de Petra, le Wadi Rum est une large vallée posée sur un socle de granit, bordée de falaises de grés rouge et qui s’étend sur 70 km environ. Mais à Petra c’est l’homme qui a crée cette extraordinaire beauté, alors que dans le Wadi Rum c’est l’action millénaire de l’érosion du vent, conjuguée au sable, qui a créé ces paysages naturels où les roches ont pris des formes étranges.
.


Une beauté minérale et sauvage
Situé à une centaine de kilomètres au sud de Petra, le Wadi Rum est le plus grand et le plus majestueux des déserts jordaniens. C’est un ensemble de vallées qui offre des paysages fantastiques avec des dunes de sable et des parois de roches aux formes étranges et aux couleurs changeantes. En effet, ce sont ces larges vallées sablonneuses, variant du jaune d’or au rouge foncé, bordées de montagnes déchiquetées, présentant elles aussi une large palette de couleurs, du jaune au noir avec une prédominance des rouges, qui engendrent une telle fascination pour le désert du Wadi Rum. La teinte rouge sombre des montagnes et du sable est due à la présence d’oxyde de fer (comme la bauxite en Provence).
Intemporel, le Wadi Rum a été longtemps laissé intact par les hommes car seulement parcouru par quelques tribus nomades originaires de la Péninsule Arabique dont on peut admirer les traces.

Traces et vestiges millénaires.
Habitée depuis le néolithique, la grande vallée du Wadi Rum est traversée depuis des millénaires par des nomades qui y ont laissé des traces de leur passage sous forme d’inscriptions rupestres représentant des scènes de chasse gravées sur des pierres ou sur les parois rocheuses des grottes. On les attribue à une époque remontant au IV° millénaire avant J.C pour les plus anciennes, au VII° siècle avant J.C pour les inscriptions Thamoudéennes et au II° siècle avant J.C pour les inscriptions nabatéennes (les nabatéens occupèrent la région, avant que les bédouins n’en fassent leur territoire).
C’est un autre intérêt des excursions que de traverser les paysages grandioses du Wadi Rum pour parvenir jusqu’aux vestiges laissés par les différentes tribus de la région sous forme de gravures.

IMG_0414-1.jpg
IMG_0414-1 (1).JPG
IMG_0414-1 (2).JPG
IMG_0414-1 (3).JPG
LES  4X4  SONT  PRETS  A  PARTIR  POUR  LA  BALLADE  DANS  LES  DUNES
IMG_0414-1 (4).JPG
IMG_0414-1 (5).JPG
IMG_0414-1 (6).JPG
IMG_0414-1 (7).JPG
IMG_0414-1 (8).JPG
IMG_0414-1 (9).JPG
IMG_0414-1 (10).JPG
IMG_0414-1 (11).JPG
IMG_0414-1 (12).JPG
RENCONTRE  INSOLITE
IMG_0414-1 (14).JPG

 

IMG_0414-1 (15).JPG
IMG_0414-1 (16).JPG
IMG_0414-1 (17).JPG
IMG_0414-1 (18).JPG
IMG_0414-1 (19).JPG
IMG_0414-1 (20).JPG
IMG_0414-1 (21).JPG
IMG_0414-1 (22).JPG

POSE THE DANS LE MILIEU  DU  DESERT  AVEC BOUTIQUE  POUR LES PRODUITS DES BEDOUINS

 

IMG_0414-1 (24).JPG
IMG_0414-1 (26).JPG
IMG_0414-1 (27).JPG
IMG_0414-1 (28).JPG
IMG_0414-1 (29).JPG
IMG_0414-1 (30).JPG
IMG_0414-1 (31).JPG
IMG_0414-1 (32).JPG
IMG_0414-1 (33).JPG
IMG_0414-1 (34).JPG
IMG_0414-1 (35).JPG
IMG_0414-1 (36).JPG
IMG_0414-1 (37).JPG
IMG_0414-1 (38).JPG
IMG_0414-1 (39).JPG
IMG_0414-1 (40).JPG
IMG_0414-1 (41).JPG
IMG_0414-1 (42).JPG
IMG_0414-1 (43).JPG
IMG_0414-1 (44).JPG

IMG_0414-1 (45).JPG
IMG_0414-1 (46).JPG
IMG_0414-1 (47).JPG
IMG_0414-1 (48).JPG
IMG_0414-1 (49).JPG
IMG_0414-1 (50).JPG


RESTAURANT  BERBERE  DE  FIN  DE  CIRCUIT  DU  SITE

IMG_0414-1 (51).JPG

De retour sur la route nord-sud il y a beaucoup d'activités car l'extraction de matériaux est très inportante et les transports se fond par route et rail car il y a un train uniquement pour les marchandises, le principal transport c'est le minerais, c'est une région très riche

IMG_0414-1 (52).JPG
IMG_0414-1 (53).JPG
IMG_0414-1 (54).JPG
IMG_0414-1 (55).JPG



Un endroit mythique sur les traces de Lawrence d’Arabie.
Décrit comme « Vaste, résonnant, à l’image de Dieu » et qualifié de « cathédrale à ciel ouvert » dans le livre autobiographique deT.E Lawrence : Les Sept Piliers de la Sagesse, le désert rouge aux rochers de couleur est effectivement un lieu célèbre dans les aventures de Lawrence d’ Arabie.
Il y avait réuni les premières troupes lors de la Grande Révolte Arabe, puis s’y était établi en 1917, avec les armées arabes. Et c’est dans le Wadi Rum que furent tournées les superbes séquences extérieures du film de David Lean : « Lawrence d’Arabie » à l’origine de la célébrité du désert.
Présenté comme un mythe, le personnage de Lawrence d’Arabie est exploité à des fins touristiques car tout ici le rappelle : le puit de Lawrence, la maison de Lawrence, les palmiers de Lawrence, et même la montagne qui a inspiré son ouvrage  Les Sept Piliers de la Sagesse et qui en porte le nom.
A signaler que c’est aussi dans le Wadi Rum que se trouve le « Desert Patrol Corp » (Patrouille du Désert). Composée de troupes bédouines, c’est une police d’élite chargée de surveiller le désert et les frontières.

AFFICHE  DU  FILM  DE  LAWRENCE  D'ARABIE

affiche-1.jpg

Brillantes études.
Thomas Edward Lawrence est né en août 1888 au Pays de Galles. Il s’installe à Oxford où il entreprend de brillantes études et se passionne pour le Moyen Age. Suite à sa thèse sur les croisades et l’architecture militaire il obtient en 1910 un poste sur les fouilles d’un site archéologique en Mésopotamie (Irak actuel) où, durant quatre ans, il va apprendre l’arabe et tirer sa connaissance du monde arabe.

Un rôle assez trouble dans « La Grande Révolte Arabe ».
Quand la première guerre mondiale éclate il est contacté par les services des renseignements militaires britanniques du Caire. Officier britannique, dés avril 1916, en utilisant le nationalisme arabe, il participe de façon active à la révolte des tribus arabes contre l’occupation Ottomane en promettant l’indépendance. Les Anglais négocient avec Hussein, le Chérif de la Mecque, à qui ils avaient laissé envisager la création d’un grand royaume arabe indépendant, dirigé par la famille du chérif Hachémite (famille de l’actuel roi de Jordanie). En juin 1916, Hussein proclame l’insurrection contre les turcs. Lawrence est nommé officier agent de liaison auprès du troisième fils d’Hussein, l’Emir Fayçal.
Sa tache exacte est assez trouble : espion, diplomate, instructeur, conseiller ? Toujours est il qu’il rassemble une petite troupe de bédouins, dirige avec l’Emir les attaques à la dynamite contre le chemin de fer du Hedjaz et prend le port d’Aqaba. Il sera néanmoins capturé par les turcs, torturé et violé, avant de s’échapper. Devenu responsable officiel de l’armée de Fayçal, avec des moyens matériels et financiers importants, il accélère les raids et après la débandade des troupes ottomanes il entre triomphalement à Damas avec Fayçal en septembre 1918, mais il ne parle pas à ses amis arabes des véritables intentions des Alliés, bien décidés à appliquer les accords secrets franco-anglais Sykes-Picot de 1916. (Voir histoire de la Jordanie)
Après la guerre, pour défendre la cause des Arabes, il participe avec Fayçal à la conférence de Versailles de 1919 mais ne parvient pas à freiner les ambitions colonialistes des Français et des Anglais et malgré les interventions de T.E Lawrence en faveur d’un état arabe uni lors des conférences internationales de Versailles et SanRemo, la France et la Grande Bretagne découpent et se partagent les terres promises aux arabes. En juillet 1919 les Français chasse Fayçal du trône de Syrie, qui en 1921, deviendra roi d’Irak, alors que son frère Abdallah reçoit le trône de Transjordanie, un nouvel état crée de toute pièce par les Anglais où Lawrence est nommé représentant du gouvernement britannique. 
.


 

18:56 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |