081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20.02.2011

Un Tour de Corse -d'Ajaccio à Porto Vecchio + recette de confiture

La Corse, ile de Beauté

La Corse est une île de la mer Méditerranée et une région française, ayant toutefois un statut spécial (officiellement « collectivité territoriale de Corse »), composée de deuxdépartements : la Corse-du-Sud (2A) et la Haute-Corse (2B). Elle fut indépendante le 30 janvier 1735, puis elle devint française le 15 mai 1768 par le traité de Versailles. Elle avait pour hymne national Dio vi salvi Regina. Elle est aujourd'hui surnommée Île de Beauté. Les grecs l'appelaient Kallisté (en grec ancien Καλλίστη : « la plus belle »).

Site et situation

La Corse est située à 200 km environ au sud-est de la Côte d'Azur, à l'ouest de la Toscane et au nord de laSardaigne. Île plutôt boisée et montagneuse, sa côte méridionale est formée de hautes falaises (Bonifacio).

La distance la plus courte entre la France continentale et l'ile, de Cap Martin à la pointe de la Revellata, est de160 km, et l'île est située à moins de 90 km de l'Italie continentale.

La Corse se situe avec la Sardaigne sur une microplaque continentale séparée de celle de la France ou de l'Italie, et appelée bloc corso-sarde.

La distance1 entre le point Nord et le point Sud de la Corse est de 182 kilomètres2.

 

 

entrer des mots clefs

 

Administration

 

450px-Coat_of_Arms_of_Corsica.svg.png

Lorsque les circonscriptions d'action régionale (CAR), équivalent des régions actuelles, ont été créées en 1960, la Corse formait alors une CAR unique avec l'actuelle Provence-Alpes-Côte d'Azur : la Provence-Côte d'Azur-Corse. La Corse en a été détachée par un décret de 19709.

Le 1er janvier 1976, la Corse a été divisée en deux départements, en application d'une loi de 197510 : la Corse du Sud (2A) et la Haute-Corse (2B).

La Corse constitue la Collectivité territoriale de Corse (CTC), statut particulier institué en vertu de la loi du 13 mai 1991. Cette loi a substitué ce nouveau statut de collectivité territoriale de la République, qui lui confère plus de pouvoir, à l'ancien statut de région.

La Corse est donc dotée d'une organisation institutionnelle originale, unique en France métropolitaine, mais comparable à celle de la plupart des autres régions européennes largement décentralisées. La spécificité de la Corse dans la République a en effet été reconnue par le pouvoir national puis traduite dans plusieurs réformes statutaires (1982, 1991, 2002) à partir d'un double fondement : favoriser l'expression du débat politique dans le cadre d'une démocratie locale rénovée, permettre la recherche de solutions adaptées aux problèmes insulaires à travers l'octroi de compétences étendues en matière d'identité et de développement. Ainsi la collectivité territoriale de Corse apparaît à l'avant-garde de la « République décentralisée » : par ses responsabilités accrues mais aussi une organisation rationalisée et des moyens plus importants, parmi lesquels le statut fiscal.

La collectivité territoriale de Corse comprend trois organes :

Le Conseil exécutif

Le Conseil exécutif de Corse est l'organe exécutif de la collectivité. Il comprend 9 membres élus par l'Assemblée parmi ses membres pour six ans.

C'est cet organe qui fait la particularité de la Corse. Alors que dans les autres régions françaises c'est le président du conseil régional qui exerce à la fois l'exécutif et la présidence de l'assemblée délibérante, ces deux fonctions sont séparées en Corse.

L'Assemblée peut cependant renverser le Conseil en votant contre lui une motion de censure par 26 voix (majorité absolue).

C'est actuellement Paul Giacobbi (PRG) qui préside le Conseil.

 

800px-Porto_Ajacio.JPG

Ajaccio depuis son port de plaisance

800px-Corse-bastia-port2.jpg

Le port de plaisance de Bastia

800px-Porto-Vecchio_port_de_commerce.jpg

Porto-Vecchio

les iles sanguinaires.jpg

Îles Sanguinaires.

 

Gastronomie

La gastronomie corse est étroitement liée aux principaux produits du terroir : la culture de la châtaigne et des agrumes, la charcuterie de porc, le lait et le fromage de brebis, comme celui de chèvre.

C'est traditionnellement une cuisine de montagnards même si les produits de la pêche sont devenus plus importants, essentiellement grâce à la disparition du paludisme des côtes et à la tradition corse d'ostréiculture et de mytiliculture héritée des romains. Il existe en Corse deux types d'huiles d'olive. L'une est plus verte ; elle est produite en décembre et janvier, à partir d'oliviers jeunes et d'olives en début de maturation. L'autre est une huile jaune, propre à la culture corse ; elle est faite à partir des olives ramassées sous des arbres centenaires vers le mois de mai.

 

Fromages_Corse.jpg

Fromages traditionnels corses (cuisine corse).

 

Ajaccio - Bonifacio- Porto Vecchio

entrer des mots clefs

 

 

La microrégion d'Ajaccio est la plus vaste et la plus peuplée des 19 microrégions de Corse. Elle est fortement concentrée autour de son pôle qui abrite plus des deux tiers de sa population et les huit dixièmes de ses emplois. Ajaccio, métropole régionale et centre administratif, a un fort impact sur la microrégion où la part de l'activité tertiaire prédomine.

Elle est entourée de communes résidentielles pour lesquelles elle constitue la principale ressource en emploi. Ces dernières sont les témoins de mouvements de population importants qui, excepté les arrivées du continent, se sont effectués à l'intérieur même de la microrégion. En revanche, le reste de la microrégion, plus éloigné du pôle et plus enclavé, conserve un caractère rural avec une population vieillissante et un habitat dispersé.

Information sur la commune de Cauro

Cauro est une commune française située dans le département de laCorse-du-Sud et la région Corse.

1 100 hab., 2 790 ha, commune de Corse-du-Sud à l'extrême SO du canton de Bastelica, 21 km à l'est d'Ajaccio. Son finage est traversé par la N 196 et s'allonge d'ouest en est; il produit des vins, et une foire aux produits locaux s'y tient en juillet (A Samperina). Une ancienne piève de Cauro (ou Cavru) existait au 16e s. entre les pièves de Celavo et d'Ornano; elle a donné la partie sud-occidentale du canton de Bastelica.

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

col de Saint Georges

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

 

 

 

Petreto-Bicchisano (Pitretu Bicchisgià en langue corse) est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et la région Corse.

Géographie

Le bourg est constitué de zones d'habitat (2 anciens villages) :

  • Petreto (le plus en hauteur, sur la Route départementale D 420)
  • Bicchisano (le long de la Route nationale N 196).
  • Histoire

    • « Autrefois séparés, ces villages forment aujourd'hui une seule commune dont la population s'élève à 643 habitants et qui accueille encore la famille Petreto, fondatrice lointaine du village éponyme. Au pied du San Petru qui culmine à 1400 mètres, le village de Petreto domine celui de Bicchisano ; il est construit à flanc de coteaux rocheux d'où son nom signifie : endroit pierreux, rocheux. Au sommet du village devait s'éleverOrezzacci) au le château de "Petreto" construit (par les Orezzacci) au XIIe siècle. C'est autour de ce château et de l'église Saint-Nicolas que se constitua le village de Petreto. La piève religieuse, placée sous le patronage de Saint Jean-Baptiste était dénommée Cruscaglia. Cette église piévane, dont les vestiges sont encore visibles, a été bâtie entre les XIe et XIIe siècles sur un tertre au lieu-dit "Piève". »3
    • 1914-1918 : Selon la plaque apposée à l'intérieur de l'église, contre le mur Nord, entre les statues de Saint Nicolas et de Jeanne d'Arc, 18 hommes de Bicchisano tombèrent lors de la Première Guerre mondiale. Parmi eux, on note 2 porteurs du patronyme Bartoli.
    • 1er décembre 1981 : Un avion yougoslave s'écrasa dans la montagne environnante. Selon le témoignage d'un jeune militaire ayant participé alors aux recherches infructueuses de survivants, il pleuvait, il y avait du brouillard, et l'équipement radar de l'appareil aurait été en panne.
  • entrer des mots clefs


    vers Propriano

Propriano (Prupià en langue corse) est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et la région Corse.

Port situé au fond du golfe de Valinco, sur la côte ouest de la Corse.

Histoire

Sur l'actuel territoire de la commune, des communautés grecques, romaines, pisanes et turques se sont développées. L'existence du village a été troublée par plusieurs vagues d'invasions, Vandales au ve siècle et Sarrasins au viiie siècle.

La découverte des vestiges de deux églises (la plus ancienne datant du VIe ou du viie siècle) constitue l'un des témoignages les plus précoces de la christianisation de la Corse2. La plus ancienne est également la plus vaste (16 mètres sur 8 mètres 50), laissant envisager la présence d'un évêché. Les abords de ces deux églises (imbriquées l'une dans l'autre, la seconde, plus petite, ayant été construite à l'emplacement de l'ancienne) ont révélé la présence d'une nécropole remontant au ive siècle3.

Propriano doit son développement, au xixe siècle, à la construction de la route reliant Ajaccio à Bonifacio, tracée en 1873. Le premier bâtiment fut construit avec un entrepôt à Fozzano. Le port devient à la même période le débouché maritime de Sartène, au détriment de Tizzano.

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

 

le Lion de Roccapina

 

vers Sartène

Sartène (Sartè en langue corse) est une commune française située dans ledépartement de la Corse-du-Sud et la région Corse. Jusqu'en 1848 le nom officiel était en italien: Sartena.
Ses habitants sont appelés les Sartenais(es).

 

Géographie

Sartène, sous-préfecture du département de Corse-du-Sud, se situe dans les montagnes, à quatorze kilomètres de Propriano.

Sartène est, par sa superficie, la plus grande commune de Corse et la onzième des communes de France métropolitaine. Elle est située au sud-ouest de la Corse.

Et si « le Sartenais » offre des montagnes, des lacs, des rivières des sites archéologiques d’une grande valeur, il compte aussi 33 km de côtes partiellement gérées par le « Conservatoire du Littoral ».

Son littoral va de Cala d'Arana au nord jusqu'à Cala di Roccapina au sud, comprenant notamment Capu Senetosa et son grand phare, la marine de Tizzano et les deux grandes plages de Tralicetu et d'Erbaju.

Par ses abords, Sartène semble être un prolongement de la montagne. Selon Prosper Mérimée, Sartène est "la plus corse des villes corses" comme on peut le lire sur un panneau à l'entrée de la petite ville.

Panorama sur la ville

Perchée en amphithéâtre sur les pentes du Monte Rosso, Sartène domine la vallée du Rizzanese de ses hautes maisons de granit gris. A partir du vieux quartier de Manighedda, la ville s'est agrandie vers Sant'Anna, le Borgu et Pacialedda.

On entre à Sartène par le pont de la Scaledda, au pied de la vieille ville, construite sur d'énormes blocs rocheux.

Le centre de la ville est la Place de la Libération (plus couramment désignée par son ancien nom de Place Porta). Ombragée de palmiers et d'ormes, c'est le lieu de rencontre des Sartenais.

La place est dominée par l'hôtel de ville, ancien palais des gouverneurs génois, et par l'église Ste-Marie où sont exposées la croix et la chaîne portées par le pénitent du Catenacciu.

En passant sous la voûte de l'hôtel de ville, on pénètre dans le quartier de Manighedda, par la place du Maggiu, avec en face la rue des Frères Bartoli, et à gauche la rue Caramama. En descendant, on accède à l'échauguette du XIIe siècle, vestige des murailles qui enserraient la ville.

Face à la place Porta, le cours Bonaparte traverse le quartier de Pacialedda avant d'arriver à l'énorme rocher dit "U Cantone di Francia" (Canton de France), d'où partent la route de Granace (à droite) et celle de Tallano et Aullène, qui rejoint le Rizzanese après le hameau de la Castagna.

La rue principale - Sant'Anna avant la Place Porta, Cours Sœur Amélie au-delà - aboutit à un rond-point où s'embranchent, à gauche la route de Foce, à droite, le cours St Damien, belle promenade ombragée ménageant une belle vue sur Sartène avant d'atteindre le couvent St Côme et Damien qui 

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

vers Bonifacio

Bonifacio 1 est une commune française située dans le département de laCorse-du-Sud, qui tient son nom de Boniface II, marquis de Toscane.

Auparavant, était mentionnée à l'extrême Sud de la Corse une cité antique appelée Pallae dont le nom s'est conservé pour désigner le détroit entre Corse et Sardaigne2 et la campagne autour de Bonifacio3.

Ses habitants sont appelés les Bonifaciens.

 

Géographie


La vieille ville surplombant les falaises de craie.

Une autre vue sur la ville haute de Bonifacio

Vue du port de Bonifacio

Bonifacio, située à l'extrême sud de la Corse, est la commune française la plus méridionale de la France métropolitaine. Au sud les Bouches de Bonifacio séparent la Corse de la Sardaigne italienne.

La ville comporte un port et une citadelle. Celle-ci est établie sur un capdominant la mer par une falaise qui est une « veine » de calcaire, roche assez rare en Corse dont le sol est plutôt granitique. Ce cap est long de1 600 mètres et large de 100 mètres.

Histoire

Les fouilles archéologiques, conduites le long du littoral et dans l’arrière-pays, montrent que la baie fut occupée dès l’époquenéolithique (5000 à 2500 av. J.-C.). Avec l’Empire romain, la paix favorise les échanges entre les cités maritimes. Abri pour les flottes marchandes, le port devient aussi une base commerciale entre la Sardaigne proche et la Corse, au sein de la province romaine de Sardaigne-Corse. L’urbanisation du port s’adapte au développement, nécessitant la nomination d’un praeses, autrement dit un préfet, pour son administration.


Vieux canons de la citadelle.

L'origine de la ville actuelle de Bonifacio n'est pas vraiment connue avec précision, mais des dates approximatives indiquent sa refondation entre 828 et833 par Boniface II de Toscane qui lui donna son nom actuel. L'histoire attestée de Bonifacio remonte en 1195 mais la ville fut colonisée par les Génois qui imposèrent à la ville des modifications militaires structurelles importantes (et qui créèrent la citadelle actuelle).

Comme tous les ports de commerce, son histoire a été relativement mouvementée notamment par un conflit guerrier entre Pise et Gênes, ces deux républiques se disputant avec acharnement sa citadelle qui était un maillon stratégique militaire et un complexe portuaire sans égal en Corse. Dans un premier temps, Pise fut maîtresse des lieux jusqu'à la fin duxiie siècle.

Le roi Alphonse V d'Aragon, maintint en 1420 un siège pendant cinq mois avant de baisser les armes face à l'intouchable cité qu'était Bonifacio.

Bonifacio a subi au cours des siècles de multiples attaques, mais la plus terrible fut celle de la peste qui en 1528 fit plus de 4 300 morts dans la cité qui à cette époque comptait 5 000 habitants. Les murailles imprenables se révélèrent inutiles face à ce fléau. La chapelle Saint Roch, à l'entrée de la ville, reste un témoignage de la fin de cette sombre période. On y fait toujours une procession qui rappelle que c'est en ce lieu, où est mort la dernier Bonifacien atteint de la maladie, que la peste fut arrêtée.

En 1553, déjà bien affaiblie par le passage de la peste, Bonifacio subissait une nouvelle attaque et dût se rendre à Dragut, un ancien corsaire turc dont on dit qu'il avait été commandité par le Maréchal des Thermes. La ville assiégée capitula pour la première fois et fut mise au pillage.

Le roi François Ier de France prend possession d'une ville détruite et dépeuplée que les Français commencent à reconstruire, mais qui, en vertu du traité de paix passé en 1559, est cédée à la République de Gênes.

 

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

c'est l'hélicoptère du bateau......

entrer des mots clefs

 

 

entrer des mots clefs

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

 

entrer des mots clefs

 

 

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

Les escaliers, je le tiens d'un guide de Bonifacio, sont très raides et pénibles a monter, pourquoi? et bien du temps des pirates afin de ne pas être dévalisé, il n'y avait pas de porte d'entrée ni d'escalier, les visiteurs appelaient et on leur envoyait une échelle par la fenêtre afin su'ils puissent monter et rentrer dans la maison, les temps on changés et pour faire un escalier il n'y avait pas beaucoup d'espace c'est pour cela qu'ils sont fait ainsi,il faut se cramponner pour arriver en haut.

 

entrer des mots clefs

 

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

C'est  une  branche  de corail

 

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

une mouette corse

entrer des mots clefs

 

Une recette Corse, des confiture de figues

pour 3 bocaux

1 kg de figues mures et fermes

600 g de sucre

1 citron

:.:.:.:.:.:.:.:

la veille, laver les fruits et les blanchir 2 min

les refroidir à l'eau froide

dans un récipient en verre, verser les fruits, le sucre et le verre d'eau

laisser reposer au frais toute la nuit

le lendemain, verser le tout dans une bassine à confiture

a part, blanchir le citron 3 min

couper de fines bandes de peau sans prendre la partir blanche

les rajouter aux figues et faire cuire à petit feu 45 min

surveiller la cuisson, les fruits doivent garder leur couleur naturelle

verser chaud dans les bocaux

fermer hermétiquement et retourner

laisser refroidir

 

Porto-Vecchio (Portivechju en langue corse) est une commune françaisesituée dans la région de l'extrême sud du département de la Corse-du-Sud et de la région Corse.

Géographie


Marais salants à Porto Vecchio

Le port de commerce et un cargo-mixte de laSNCM

Troisième ville de Corse en population, Porto-Vecchio est une station balnéaire sur la côte est de la Corse, sur la route nationale 198, entreSolenzara (au nord) etBonifacio (au sud), bordée à l'ouest par le relief de l'Ospedale (1 381 mètres) et à l'est par la Mer Tyrrhénienne. Par sa superficie, Porto Vecchio est la 26e plus grande ville de France metropolitaine1.

Elle est particulièrement réputée pour ses plages: Cala Rossa, Palombaggia, Santa Giulia.

Elle a aussi la particularité d'avoir des marais salants de 10 hectares, qui produisaient environ 1000 tonnes de selpar an.

 

Histoire

C'est le siège principal de la civilisation dite torréenne (IIIe et IIe millénaire av. J.-C.) dont subsiste à Porto-Vecchio les principaux vestiges, au lieu-dit éponyme, Torre. Le port actuel est sans doute fondé ou repris par les Grecsde Syracuse au VIe siècle av. J.-C. et se situe à l'emplacement du « Portus Syracusanus » romain.

La région, pourtant fertile, est désertée au Haut-Moyen Âge en raison de la malaria qui l'infeste ainsi que des persécutions des colons génois installés dans la cité de Bonifacio. Du XIIIe au XVIe siècle, les seigneurs de la Rocca conservent cette contrée sous leur autorité, et les populations autochtones résidant à la montagne continuent à y mener leur bétail durant l'hiver.

Après le passage de la seigneurie de la Rocca sous l'administration directe de la Banque de Saint-Georges, les Génois y fondent une colonie et font construire une forteresse dont demeurent de nombreux bastions (1539) afin de se protéger des Barbares. Destinée à être un chef-lieu de juridiction et à permettre la mise en valeur de la plaine, la colonie génoise de Porto Vecchio se révèle être un échec : du fait de la malaria, de la menace permanente des corsaires turcs mouillant à proximité et des agressions des Corses, la cité est plusieurs fois abandonnée. Après diverses tentatives de peuplement, la République de Gênes décide de favoriser l'installation dans la citadelle des familles insulaires originaires de la montagne, Quenza essentiellement.

 

Dans le courant du XVIIe siècle, Porto Vecchio est de fait peuplée par les populations montagnardes. Cependant la très grande majorité des habitants continuèrent durant des générations à regagner la montagne durant l'été, fuyant le paludisme et empêchant de ce fait un développement réel du lieu. Au cours du XIXe siècle, les marécages furent asséchés.

Restée longtemps une petite bourgade par rapport à d'autres villes du sud de la Corse, Sartène ouBonifacio, elle a bénéficié de l'assainissement des marécages après la Seconde Guerre mondiale, et connu un développement significatif durant l'administration de Jean-Paul de Rocca Serra, pour devenir un centre touristique majeur depuis les années 1980, avec la construction de l'aéroport de Figari notamment.

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

Bastion de France Porto Vecchio

entrer des mots clefs

 

     Porte Genoise Porto Vecchio2-

 

à  suivre

 

 

 

 

 

18:10 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

Commentaires

bonjour Gene,

un article bien documenté, avec de belles photos,

ça donne envie d'aller visiter! (je n'y suis jamais allé)

bonne semaine,

gros bisous

Lolo

Écrit par : laurent - mon journal de bord | 21.02.2011

Les commentaires sont fermés.