081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22.08.2014

moulin Maupertuis à Donzy dans la Nièvre

 

L'ancien moulin à farine de Maupertuis date du 15ème siècle. Il se situe au coeur du vieux Donzy. Devenu Ecomusée il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Aujourd'hui encore la grande roue à augets tourne et les machines fonctionnent. Elles nous invitent à découvrir par la pratique les gestes des meuniers d'antan du grain de blé à la farine. Des expositions thématiques sur le rôle du pain et de la meunerie accompagnent ce parcours ludique qui saura vous étonner. Salle de projection.

Détail de l'offre : L’Association Culturelle du Donziais , avec l’aide d’autres partenaires associatifs ( Fédération des Œuvres Laïques de la Nièvre, la Caisse des Monuments et Sites de la Nièvre et l’office du Tourisme de Donzy) , le soutien du Ministère de la Culture et de la Fondation « Pays de France » du Crédit Agricole, l’achètera en 1989 pour le sauvegarder et le transformer en écomusée (Tous ces partenaires sont réunis au sein de l’Association pour la Promotion du Site du Moulin de Maupertuis, l’A.P.S.M.M). Pratiquement tout le matériel du moulin est d’origine avec entre autre des broyeurs à cylindres et des tamis datant de la dernière décennie du 19e siècle. Depuis 1990 il accueille des touristes, mais aussi de nombreuses classes attirées par la qualité et la diversité des animations et ateliers qui leurs sont proposés. Nous présentons régulièrement nos nouveautés aux conseillers pédagogiques de l’Education Nationale du secteur, afin de recueillir leurs remarques et suggestions. Accueil de groupes de 10 à 30 personnes sur réservation. Possibilité de visite guidée.

IMG_1336.JPG

IMG_1339.JPG

IMG_1343.JPG

IMG_1344.JPG

IMG_1346.JPG

IMG_1349.JPG

IMG_1355.JPG

IMG_1356.JPG

IMG_1357.JPG

IMG_1358.JPG

IMG_1363.JPG

IMG_1364.JPG

UN TRÈS BEAU ECOMUSEE A VISITER

19:36 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

20.08.2014

chanson

16:48 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

15.08.2014

fête de la rétromoisson - Saint Loup des Bois - 58200 - 15 aout 2014

 

Capture-d’écran-2014-08-11-à-14.18.02.jpg

 

Au programme de cet étonnant voyage dans le temps:

• Une brocante vide-greniers au cœur du village dès 7 H 00
• Temps fort : dès 10 H 00, une trentaine d’ateliers pour le travail du sol, avec bœufs, chevaux, tracteurs, 
chenillards, motoculteurs 
• A 11 heures, inauguration officielle
• Temps fort : à 14 H 30, la plus grande Moisson à l’Ancienne avec 70 moissonneuses-batteuses de 1928 à
1966
• Exposition de motoculteurs anciens (plus de 100), de moteurs, de modèles réduits, de tronçonneuses
• Moissons avec lieuses et battages à l’ancienne
• Démonstration de vieux métiers, danses folkloriques
• Espaces ludiques et de découverte pour les enfants et les ados (initiation à la conduite d’un vieux tracteur,
tracto ski, balades en charrette …)
• 60 stands de produits du terroir et d’artisanat d’art, de documentation agricole, de pièces détachées…
• Temps fort : à 17 H 00, la parade de plus de 300 tracteurs d’antan.

Repas traditionnel sur réservation le matin du 15 août ou
restauration rapide.
Manifestation organisée en partenariat avec la revue « Tracteurs, passion et collection »
Entrée payante (10 € adulte – 4 € enfant 10 à 15 ans – gratuit en dessous de 10 ans)

Parkings gratuits – Espace camping-cars. 

 

 

 

18:15 Écrit par petitefleur-06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

lécluse à aiguilles à biches (site de Fleury)- sur le canal du nivernais - près de Nevers - 58

 

 cliquer sur la barre rouge

 

.IMG_2526.JPG

.

IMG_2522.JPG

                                Code postal : 58110, Commune : Biches,

Le Nivernais, Département : Nièvre (58)Région : Bourgogne

Barrage à aiguilles : Le Canal, régulé par l'étang de Baye était également alimenté par l'Aron (Coeuillon, Fleury, Panneçot). À Fleury, un barrage à aiguille fut établi sur le cours de la rivière (1836-1860). Ce barrage fut rebâti à la fin du 20ème siècle. Un pavillon du 19ème siècle abrite les commandes des vannes. Ce Site fut réhabilité en 1987, grâce à l'association créée à cet effet qui depuis en assume le fonctionnement. Circuit pédestre de 8 km autour du Site.                                 

IMG_2527.JPG

                               

IMG_2528.JPG

          ete_1.jpg     

IMG_2531.JPG

    les aiguilles  du barrage 

IMG_2536.JPG

     

IMG_2540.JPG

 Sanitaire pour les bateliers, et les autres

 

IMG_2524.JPG

 

04.08.2014

Un photographe hors norme à Sauvian - MIDI LIBRE -Vincent Oria -

Un photographe hors norme à Sauvian

pour les Sauviannais qui fréquentent les associations ou les manifestations organisées au village et même au dehors, Gilles Blanc n'est pas un inconnu,  pour les autres ils le connaissent sans le  savoir au travers de ses reportages photographiques qu'il met à la disposition de tout un chacun sur le net.

Sauviannais depuis une dizaine d'années il a su parfaitement s'intégrer par sa disponibilité et sa gentillesse : «  J'ai 54 ans, natif de Grasse 06, ma vie a été chamboulée, pour ne pas dire brisée, par un accident, comme il en arrive hélas tant, j'ai été fauché par un automobiliste qui avait perdu le contrôle de sa voiture en 1999. Étant depuis  handicapé, je me suis fixé des buts et des objectifs, comme l'informatique et la photo qui sont devenues des passions et une joie de vivre ».

Trop modeste pour avouer qu'il est souvent sollicité par les municipalités de Sauvian, Sérignan et Béziers lors de manifestations, il suit lors des déplacements toutes les associations auxquelles il est affilié pour en faire des reportages souvenir. Gilles est quelqu'un d'attachant qui gagne à être connu.

IMG_1205.jpg

Copie de IMG_7005.JPG

SIGNE - Vincent Oria

  • Email : vincent.oria@wanadoo.fr
  • Tél : 06 33 73 89 49
  • Agence : Béziers (midi-libre)

Le CONCORDIA avant ...........

 

costa%20concordia.jpg

 

 

10:53 Écrit par petitefleur-06 dans Blog, Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

LLIVIA - ENCLAVE ESPAGNOLE DANS LES PYRENEES ORIENTALES

llivia3[1].jpg Llívia (prononcer "Libia" en accentuant le 1er "i") est une enclave espagnole en France. Elle est située dans la partie française de la Cerdagne, à l'ouest des Pyrénées-Orientales, entre Saillagouse, Bourg-Madame et Latour-de-Carol, et à 1 km du reste de l'Espagne. Les voies principales françaises (N.20, N.116, D.618 et train jaune) l'évitent soigneusement et l'entourent. Seule une petite route la traverse, qui la relie à l'Espagne (Puigcerdà) d'un côté, et Estavar ou Saillagouse (Rô) de l'autre. C'est un gros village, avec de nombreux hôtels, restaurants, commerces, résidences secondaires, caserne de la Guardia Civil, sieste l'après-midi. On est bien en Espagne, il n'y a pas à s'y tromper.

Llivia[1].jpg

Histoire emblème llivia.JPG D’après les armoiries de Llívia, le héros mythologique Hercule aurait là forcé Pyrène. Le nom de la ville serait lié à l’impératrice romaine Livie, épouse d’Auguste et mère par un mariage précédent de Tibère. Llívia a été dans l’empire romain la capitale de la Ceretania (la Cerdagne). Devenue municipe, ses habitants reçurent les droits civils de citoyens romains. Au VIIIe siècle, la région est conquise par les musulmans. Llívia est baptisé « Medinat-el-bab », la ville de la porte, elle permettait en effet l’entrée dans la Francie Occidentale dont les troupes musulmanes tentèrent la conquête. Pendant cette période musulmane, en 730, c’est à Llívia que Mounouz, gouverneur berbère des Pyrénées épouse Lampégie, fille du duc de Gascogne. Leur fin fut tragique : Mounouz fut tué par ses coreligionnaires car ils se méfiaient de ses négociations avec les chrétiens, et Lampégie finit dans le harem du calife. Leur histoire inspira l’auteur catalan du XIXe siècle Victor Balaguer i Cirera et le musicien Déodat de Séverac. Au Moyen Âge, le Roi de France Louis XI acheta la ville et en détruisit la forteresse pour garder ouverte l’entrée vers les royaumes espagnols en cas de guerre. En 1659, lors de la négociation de la paix des Pyrénées entre les royaumes de France et d'Espagne, Louis XIV devait recevoir le Roussillon et trente-trois villages cerdans. Les habitants de Llívia rappelèrent leur antique statut de vila, donc de ville. Le traité de Llívia rattacha le territoire au royaume espagnol. Sur le terrain, une « route neutre » (sans contrôle douanier) de 4 km relie Llívia au territoire espagnol et à la ville de Puigcerdà. Les traités de 1659 et 1660 ne furent jamais remis en cause malgré les conflits entre les deux pays. Les problèmes de contrebande ont disparu avec l’unification du marché intérieur au sein de l’Union européenne. Géographie

llivia7[1].jpg

llivia9[1].jpg Situé sur une plaine d'altitude du versant nord du massif montagneux des Pyrénées, l’altitude du territoire varie d'environ 1200 m au bord du Sègre à 1578 m au nord en direction du pic des Mauroux. Le territoire de Llívia prend la forme d'un « L » épais, sur une superficie de 12,83 km² ; il rassemblait 1252 habitants en 2005 répartis en trois agglomérations : la ville principale de Llívia au centre de l’enclave au bord du Sègre et en face de la commune française d’Estavar, le hameau de Cereja au nord, et le hameau de Gorguja au sud-est, baigné par un petit affluent du Sègre.

llivia6[1].jpg
LLIVIA CARTE.jpg
image_preview[1].jpg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ll%C3%ADvia - SITE DE WIKIPEDIA OU VOUS POUVEZ VOIR LA SUITE DE L'ARTICLE http://eric.hurtebis.chez-alice.fr/llivia.htm - SITE DES PHOTOS

10:49 Écrit par petitefleur-06 dans Loisirs/Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

LES PUB D'AUTREFOIS

J'aime beaucoup les PUB d'autrefois, elles sont anciennes mais ne font pas démodées, j'ai trouvé un site qui collectionne ces PUB et je vous en fait profiter de quelques unes

2100-0472~Caffe-Espresso-Affiches[1].jpg
BAL.JPG
Copie (3) de IMG_9882.JPG
Copie (4) de IMG_9892.JPG
Copie (12) de IMG_9892.JPG
Copie de IMG_9890.JPG
IMG_9884.JPG
IMG_9882.JPG

j'ai copié ces photos pour le plaisir et pour vous en faire profiter

10:40 Écrit par petitefleur-06 dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

L'État de la Cité du Vatican

-Emblem_VATICAN.JPG L'État de la Cité du Vatican est un État indépendant situé à Rome en Italie. C'est un État reconnu mais non membre de l'ONU où il a le statut d'observateur. Il compte 824 habitants (2008) sur une superficie de 0,44 km², ce qui fait de la Città del Vaticano le plus petit État au monde. Il a été créé le 11 février 1929 comme représentation temporelle du Saint-Siège (ensemble des institutions de l'Église catholique romaine), aux termes des accords du Latran signés par celui-ci, représenté par le cardinal Gasparri et l'Italie, représentée par Mussolini. La langue véhiculaire est l'italien, et non le latin, qui est langue de l'Église catholique romaine. Toutefois, le latin est la langue juridique de l'État : le texte de référence des publications officielles est en général rédigé en latin, puis traduit dans diverses autres langues. Le français en est la langue diplomatique : le Vatican se fait enregistrer comme État francophone auprès des organismes internationaux. L'« armée pontificale » (c'est-à-dire la Garde suisse) utilise la langue allemande.

250px-Vatican_280[1].jpg

Histoire La Cité du Vatican est le reliquat des anciens États pontificaux. Elle situe sur ce que l'on appelait dans l'antiquité l'ager Vaticanus qui se compose d'une petite plaine (la Plaine vaticane) aux bords du Tibre, se relevant à quelque distance en une colline d'une faible élévation, les Monts Vaticani (colline Vaticane).

120px-Vatican_4[1].jpg
250px-Vt-map[1].jpg

Selon les étymologistes anciens, ce nom de Vaticanus tirerait son origine du mot « Vaticinium » ("oracle"), parce que beaucoup de devins auraient résidé de ce côté. D'autres parlent d'une ville étrusque nommée Vaticum, qui aurait jadis existé à cet endroit. Dès avant la naissance du Christ, furent construites quelques villas, baties autour de "jardins impériaux" qui furent propriété d'Agrippine. Le fils de cette dernière, l’empereur Caligula (37-41 ap. JC) y fit réaliser un cirque privé, le Circus Vaticanus, dont l'actuel Obélisque du Vatican constitue un de ses seuls vestiges. C’est là, ainsi que dans les jardins adjacents qu’eut lieu le martyre de bien des chrétiens de Rome à l’époque de Néron (54-68). Saint Pierre fut enterré au nord de ce cirque, dans une nécropole qui longeait une route secondaire, la via Cornelia. Sur le lieu de sa sépulture, l’empereur Constantin fit édifier entre 326 et 333 une basilique grandiose qui occupait le site de l'ancien cirque romain qui fut alors démolit. L'édifice fut substitué par la basilique actuelle au cours des XVIe au XVIIe siècles. Puis au Ve, le pape Symmaque y fit construire une résidence dans laquelle quelques personnages illustres vînrent séjourner, tel Charlemagne lors de son couronnement (800). Au XIIe siècle, Célestin II, puis Innocent III la firent rénover. La construction du Palais du Vatican ne débuta que le pontificat de Nicolas V durant la première moitié du XVe. Le 20 septembre 1870, après l'évacuation des troupes françaises, Rome est conquise par les troupes piémontaises et rattachée au Royaume d'Italie. Le Pape Pie IX qui résidait au palais du Quirinal (devenu depuis, la résidence officielle des rois d'Italie, puis du président de la République italienne), refusa de reconnaitre la perte de son pouvoir temporel et se réfugia au Palais du Vatican, entrant en conflit avec l'État italien (c'est le début de la « question romaine »). Cette controverse politique durera jusqu'aux accords du Latran en 1929.

250px-Piazza_di_San_Pietro[1].jpg

Politique Articles détaillés : Politique du Vatican et Saint-Siège. C'est un État théocratique. Le pape dispose du pouvoir absolu (exécutif, législatif et judiciaire). Le pouvoir exécutif est délégué à un gouverneur nommé qui est également chargé de la représentation diplomatique. Une commission composée de cinq à sept cardinaux exerce par délégation le pouvoir législatif. Les institutions du Vatican sont réglées par une constitution, dont la première mouture a été rédigée par Pie XI au moment des accords du Latran. Actuellement, le Vatican est régi par la loi fondamentale du 22 février 2001. Ses lois sont consignées dans les Acta Apostolicæ Sedis. C'est une monarchie élective, c'est-à-dire que le chef de l'État est élu et règne à vie. La citoyenneté vaticane n'est pas l'expression d'une appartenance nationale. Elle est liée à l'exercice de fonctions au sein du Vatican ou du Saint-Siège. Par conséquent, cette citoyenneté vient toujours s'ajouter à une nationalité d'origine. Dès que ces fonctions cessent, la citoyenneté cesse. Ainsi, un prélat de la Curie prenant des fonctions pastorales perd sa citoyenneté. Celle-ci est attribuée également au conjoint et à la famille (ascendants, descendants et collatéraux directs) des fonctionnaires du Vatican. Les garçons en perdent les bénéfices à l'âge de 25 ans et les filles, au moment de leur mariage. C'est le Saint-Siège, ensemble des institutions de l'Église catholique romaine, et non l'État de la Cité du Vatican qui fait l'objet d'une représentation internationale. Il dispose d'un siège d'État non membre observateur à l'ONU. Le Vatican a exprimé un désir de rejoindre la zone Schengen. http://fr.wikipedia.org/wiki/Vatican - site de WIKIPEDIA ou vous pourrez lire la suite de l'article

10:30 Écrit par petitefleur-06 dans Loisirs/Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

L'ANCIENNE PRINCIPAUTE DE SEBORGA

L e Bourg de Seborga est située au pied des monts de la Ligurie occidentale, au cour de la fameuse Riviera des Fleurs Italienne, à quelques minutes de l'autoroute Nice/Gênes. De ce qu'elle était depuis le X° siècle - quand les zones de Bordhigera, Vallebona, Vallecrosia et plus encore, faisaient partie de la Principauté, le territoire actuel de la Principauté couvre 14 km² de douces collines couvertes de fleurs et de ver dure. < img src="http://lavieenphotos.midiblogs.com/media/01/02/1529651994.JPG" id="media-87374" title="" alt="Seborga_blason].JPG" style="border-width: 0; float: left; margin: 0.2em 1.4em 0.7em 0;" /> La " Capitale " SEBORGA, qui s'étend sur 4 km², et qui abrite 362 habitants outre les 2000 occupants de diverses nationalités de l'ancienne Principauté, est administrée par le Centre Communal , son Maire (" Sindaco ") et son conseil municipal. townviewclosesm2[1].jpg La capitale s'élève à 522 m au dessus du niveau de la mer, bénéficie d'un climat exceptionnellement doux, où les brumes matinales de la Méditerranée toute proche (3km à vol d'oiseau) guide les visiteurs dans leur découverte de l'enceinte et des murs du Vieux Château aux quatre tours. (Castrum Sepulcri) townviewsm[1].jpg La vue est à vous couper le souffle, découvrant la Riviera de Bordighera à la proche Principauté de Monaco, et toute la Côte d'Azur française. Les citées méditerranéennes comme Bordighera, Vallecrosia et Camporosso sont une partie vivante de ce qu'était la Principauté et leur centre Touristique est en plein essor avec une pléthore de belles boutiques et de bons restaurants. L e Bourg de Seborga est à la Principauté de Monaco ce que Andorre est à le France, un lieu hors du commun, rempli d'Histoire, proche de la nature avec une atmosphère particulière chère aux grands peintres, dont Monnet fut le plus célèbre. HISTOIRE DE LA PRINCIPAUTE L’ancien nom de « Castrum Sepulcri » plus tard changé en « Sepulcri Bugurm », puis en « Seporca » devient le nom contemporain de SEBORGA. Seborga était un ancien fief des Comtes de Vintimille. En 954 le Comte Guido fait don de ce Château , de l’église Saint Michel de Vintimille et d’un immense morceau de ses terres aux abbés de Lérins. En 1079, SEBORGA devient une Principauté du Saint Empire Romain avec l’investiture par le Pape Grégoire VII .de son premier Prince-Abbé En 1118, le Prince –Abbé Edouard ordonne le premiers neuf Templiers (ou Chevaliers de Saint Bernard) et la Principauté de SEBORGA devient le premier et unique Etat souverain Cistercien dans l’Histoire. En 1127 les neuf Templiers rentre de Jérusalem à SEBORGA. Saint Bernard (de Clairvaux) les y attend et ordonne Hugues de Paynes comme étant le premier Grand Maître des Chevaliers de Saint Bernard. SEBORGA restera un Etat Cistercien jusqu’en Janvier 1729, quand le Principauté est vendue à Victor Amedeo II, Prince de Savoie, du Piémont , Roi de Sardaigne. Mais cette transaction n’a jamais été enregistrée ni payée entre le Royaume de Sardaigne et la Maison de Savoie. Plus tard en 1748, (Traité d’Aix le Chapelle) la Principauté de SEBORGA ne fût pas intégrée à la république de Gênes, pas plus qu’elle ne fût mentionnée lors du Congrès de Vienne en 1815 comme faisant partie du Royaume de Sardaigne ; aucune mention n’est faite de la Principauté dans l’Acte d’Unification de l’Italie en 1861. Enfin et non le moindre, la Principauté de SEBORGA n’a jamais été considérée comme faisant partie de la République Italienne formée en 1946. SOUS LE SIGNE BLANC DES CHEVALIERS DE SAINT- BERNARD. Saint Bernard de Clairvaux, de petite taille, cheveux roux et frisés, blême et mal portant, mais d’un caractère ferme et obstiné, fit son entrée à Seborga en Février 1117, où il rejoint ses confrères Gondemar et Rossal , qui y avaient été envoyés en 1113 avec ordre de protéger « le Grand Secret ». Le Prince –Abbé Edouard qui régnait à l’époque, était né près de Toulon, homme de haute stature et très bon. En septembre 1118 il consacra les neuf premiers Chevaliers Templiers qui formèrent la fameuse « Pauvre Armée du Christ ». En faisait partie Les Abbés Gondemar et Rossal, André de Montbar, le Comte Hugues Ier de Champagne, Hugues de Payens, Payen de MontDidier, Geoffroy de Saint-Omer, Archambaud de Saint Amand et Geoffroy Bisol. En Novembre 1118 ils partirent à huit à Jérusalem où ils arrivèrent le matin du 14 mai 1119, ils y furent rejoint six ans après par Hugues de Champagne le même jour à la même heure. Détails de la carte dressée par Genovese Panfilo Vinzoni en Mars 1752 pour le Diocèse de Vintimille (où est conservé le document). Les frontières de Seborga avec la route de la mer sur le pont de Lisia est clairement visible. La Principauté de Seborga est située entre les terres du Royaume de Sardaigne au nord-ouest et la République de Gênes au sud –est .

7demieL-avers[1].jpg
7demieL-revers[1].jpg

Les neufs Templiers furent de retour à Seborga en 1127 pour le premier Dimanche de l’Avent, à l’occasion du Concile de Troyes. Saint Bernard les y attendait pour se rendre ensemble à la rencontre du Frère Gérard de Martigues qui en 1112 avait formé l ’Ordre Hospitalier des Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem aujourd’hui Ordre de Malte. C’est ce jour qu’à Seborga en présence de toute la population, de 23 Chevaliers et plus de 100 miliciens, Saint Bernard désigne Hugues de Paynes comme le premier Grand Maître des Chevaliers de St Bernard. Il fut consacré par l’épée du Prince-Abbé Edouard. Le même jour, près de l ’olivier des âmes, un serment de silence fût prononcé entre les Chevaliers de St-Bernard et le Grand Prêtre des Cathares pour garder et défendre le « Grand Secret ». . Quinze des Chevaliers Templiers furent aussi Princes pro-temporae de la Principauté cistercienne de Seborga, l’un d’eux, Guillaume de Chartres, mourut à Seborga en 1219 de la suite de ses blessures reçues en Terre Sainte. Le dernier Chapitre Général secret connu eu lieu en Principauté en 1611 en présence du Prince absolu de Seborga , le père Césario de San Paulo qui fût aussi Grand Maître. Pour célébrer ce jour on posa sur chaque toit de la Principauté 13 tuiles portant la date 1611, les lettres C.S. et la Croix du Temple.

SEBORGAmapFR[1].gif
image002.jpg

http://seborga.net/history/indexFR.html - site ou vous pourrez voir tout sur SEBORGA

10:19 Écrit par petitefleur-06 dans Loisirs/Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |