081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17.01.2012

SARATLI BELEDİYESİ - Turquie

Une trentaine de villes souterraines, creusées dans le sol tendre, ont été découvertes dans la région. Dès que les guetteurs apercevaient les nuages de fumée soulevés par les chevaux des envahisseurs perses, les habitants trouvaient refuge dans ces boyaux, à la lueur des lampes à huile. Leurs cheminées d’aération étaient dissimulées par des meules de basalte pesant plusieurs tonnes.

La cité oubliée de Saratli, près d’Aksaray, est réputée la plus accessible de toutes. On y pénètre par une étable d’une noirceur de four, suivant des tunnels qui ouvrent sur une cuisine tapissée de fumée, ployant le dos dans les passages les plus étroits… Le site comporte 2 kilomètres carrés de galeries, dont on ressort un peu poussiéreux, content de ressentir sur sa peau la chaude caresse du soleil.

Légende photo : La ville souterraine de Saratli : claustrophobes, s'abstenir !

 

 

DSC00192.JPG

DSC00203.JPG

DSC00205.JPG

3 SEPAM 248.jpg

3 SEPAM 249.jpg

3 SEPAM 250.jpg

3 SEPAM 251.jpg

 

3 SEPAM 254.jpg

3 SEPAM 256.jpg

3 SEPAM 257.jpg

3 SEPAM 259.jpg

3 SEPAM 260.jpg

3 SEPAM 261.jpg

3 SEPAM 262.jpg

3 SEPAM 263.jpg

3 SEPAM 264.jpg

3 SEPAM 266.jpg

3 SEPAM 268.jpg

3 SEPAM 269.jpg

3 SEPAM 272.jpg

3 SEPAM 273.jpg

3 SEPAM 274.jpg

3 SEPAM 276.jpg

3 SEPAM 280.jpg

3 SEPAM 281.jpg

 

à la sortie vente de poupées turques



15.01.2012

Le Musée des civilisations anatoliennes à Ankara

Le premier musée d'Ankara a été créé en 1921 dans un des bastions de la forteresse, l'Akhale, par Mübarek Galip Bey, Directeur de la Culture. Des pièces d'exposition ont également à l'époque été rassemblées au Temple d'Auguste et dans les Thermes romains.  

Partant de l'idée de fonder un "Musée Hittite" dans la capitale à la suggestion d'Atatürk, les oeuvres hittites des autres régions ont été envoyées à Ankara, et il s'est trouvé indispensable de choisir de plus vastes locaux pour servir de musée. Le Directeur de la Culture Hamit Zübeyr Kosay proposa alors au Ministre de l'Éducation nationale de l'époque, Saffet Ankan, de restaurer le Bedesten de Mahmut Pasa et le Kursunlu Han, abandonnés et s'en servir comme musée.
Les travaux de restauration, qui devaient se terminer en 1968, ont été entamés en 1938.

Plan du Musée

Le Musée des Civilisations Anatoliennes, qui est un des plus remarquables musée du monde par l'originalité de ses collections expose des pièces archéologiques anatoliennes, du paléolithique à l'époque ottomane, ceci par ordres chronologique, et dans un édifice historique.

Le Musée des civilisations Anatoliennes occupe deux bâtiments datant de l'époque Ottomane, aménagés de façon à servir à leurs nouvelles fonctions, et situés dans le quartier dit "du marché aux chevaux" (Atapazan) au Sud-Est des murailles extérieure de la forteresse d'Ankara. Ces deux constructions sont, l'une, le Bedesten (petit marché couvert) de Mahmut Pasa, l'autre le Kursunlu Han.

Le marché couver, le Bedesten, était de type classique: un espace rectangulaire fermé couvert de 10 coupoles, entouré d'un ensemble de 102 boutiques voûtées se faisant face. 
Le Kursunlu Han est typique des constructions ottomanes: une cour centrale avec portique, entourée de pièces sur deux étages, 28 au rez-de-chaussée, 30 à l'étage. Au sous-sol, une écurie en forme de L occupe les côtés Ouest et Sud. Le Han à également une série de boutiques. Ces deux constructions, qu'occupe actuellement le Musée, avaient été abandonnées en 1881 après un incendie.


parc arboré


La ville antique d'Ankara Nallihan district Juliopolis, Région, est situé Gulsehri Cayirhan district. Scopas la vieille ville (Aladdin River) Pont sur ​​les jaunes, et qui doivent être autour et sous les eaux du réservoir Sariyar. Certaines des ruines de la ville d'aujourd'hui peut être vu sur la côte nord-est du réservoir du barrage. Nécropole de la ville sur la rive nord du réservoir est situé sur le calcaire rocheux. Nekropolda Juliopolis saisis à la suite de fouilles dans la nécropole de pièces et de comprendre que cette zone de la ville de Juliopolis.
Dans les temps anciens, en Bithynie, la Galatie et Juliopolis région est située à la frontière. Avoir été habité depuis l'époque où un village phrygien, le nom du roi fondateur de la Gordios Phrygiens »pour l'Gordioukome diagnostic (Gordios'un village) est connu comme. Reprend sa vie comme une petite ville dans la ville pendant la période hellénistique. Juliopolis'in empereur romain Auguste dans les sources anciennes (27 BC - AD 14) stipule que gagné le statut de la ville. L'importance réelle de la ville, surtout à l'ère de la Constantinople byzantine et il Ankyra'ya Nikaia'ya à prendre place sur la route connue sous le nom d'étirement et hacıyolu doit. Le nom de cette nouvelle ville de Bithynie par le César romain Julius, le chef d'un gang appelé Kléon 'une référence à la Juliopolis modifiée. 
Nom Juliopolis est également fréquemment observées dans les œuvres littéraires. Pline (AD 61-112), la Bithynie, «alors qu'il est le gérant (MS103) Juliopolis ses lettres de« ceux qui, par une grande partie du trafic est concentré dans une ville frontalière "parle comme. MS 4 et 9 Juliopolis à travers les siècles du chrétien signatures prêtres byzantins Conseil Sinot sur ​​une base régulière (l'assemblée spirituelle) est enregistrée. 

Juliopolis 9 siècle, l'empereur Basile (AD 867-886), et 11 allusion est le nom de Basilium-basileion siècle, et après cette date restera le nom été rencontrées dans les œuvres littéraires. Eventuellement, la scène de l'histoire ont disparu dans l'oubli à cause de la ville depuis cette date.

Cliquez pour plus d'informations sur Juliopolis Excavation

L'entrée du Musée est précédée d'un parc arboré et agrémentée de quelques pièces

antiques.

 

3 SEPAM 126.jpg

 

3 SEPAM 128.jpg

 

3 SEPAM 114.jpg

 

 

 

3 SEPAM 115.jpg

 

3 SEPAM 117.jpg

 

3 SEPAM 118.jpg

 

3 SEPAM 119.jpg

 

3 SEPAM 125.jpg


 

3 SEPAM 129.jpg

3 SEPAM 130.jpg

3 SEPAM 131.jpg

3 SEPAM 134.jpg

3 SEPAM 135.jpg

 

3 SEPAM 139.jpg

3 SEPAM 143.jpg

3 SEPAM 144.jpg

3 SEPAM 145.jpg

3 SEPAM 146.jpg

3 SEPAM 151.jpg

3 SEPAM 155.jpg

3 SEPAM 156.jpg

 

3 SEPAM 157.jpg

3 SEPAM 159.jpg

3 SEPAM 160.jpg

3 SEPAM 166.jpg

3 SEPAM 169.jpg

3 SEPAM 170.jpg

3 SEPAM 171.jpg

3 SEPAM 172.jpg

3 SEPAM 173.jpg

3 SEPAM 174.jpg

3 SEPAM 175.jpg

3 SEPAM 176.jpg

3 SEPAM 177.jpg

 

3 SEPAM 178.jpg

 

3 SEPAM 181.jpg

3 SEPAM 186.jpg

3 SEPAM 189.jpg

3 SEPAM 192.jpg

3 SEPAM 194.jpg

3 SEPAM 198.jpg

3 SEPAM 199.jpg

 

3 SEPAM 202.jpg

3 SEPAM 206.jpg

 

3 SEPAM 207.jpg

3 SEPAM 208.jpg

3 SEPAM 209.jpg

3 SEPAM 210.jpg

3 SEPAM 212.jpg

IMG_2177.jpg

IMG_2178.jpg

IMG_2182.jpg

 

IMG_2193.jpg

IMG_2198.jpg

IMG_2202.jpg

IMG_2206.jpg

IMG_2209.jpg

 

IMG_2216.jpg

IMG_2219.jpg

IMG_2221.jpg

IMG_2223.jpg

IMG_2224.jpg

 

IMG_2228.jpg

IMG_2229.jpg

IMG_2234.jpg

IMG_2236.jpg

IMG_2238.jpg

IMG_2243.jpg

 

IMG_2244.jpg

IMG_2247.jpg

 

IMG_2248.jpg

 

IMG_2249.jpg

 

IMG_2250.jpg

IMG_2251.jpg

IMG_2252.jpg

IMG_2255.jpg


14.01.2012

Istanbul la nuit dans Taksim

Plus grande ville de Turquie, sur le détroit du Bosphore,Istanbul est la porte d'entrée du Moyen-Orient et de l'Asie.

Istanbul est l'une des plus vieilles et grandes villes d'Europe, avec une importance historique toute particulière, aux portes de l'Asie mineure, sur la mer de Marmara. La Ville des villes est aussi située sur le Bosphore et ses banlieues s'étendent sur les deux rives (Roumélie en Europe et Anatolie en Asie). La partie ouest (la rive européenne) contient le centre historique qui s'étend de part et d'autre de la Corne d'Or. Au sud, le vieux Stamboul ou l'ancienne Constantinople. Au nord de la Corne d'Or, Galata et Péra, les vieux quartiers latins.

Istanbul avec ses 12 millions d'habitants, est une ville grouillante d'animation. Circulation anarchique, commerces en tous genres et en tous lieux, cris et bruits divers, rues escarpées, la vie du voyageur peut s'y révéler exténuante, tant il y a à voir et à faire.

Il est facile de se procurer une carte d'Istanbul gratuite, aux offices du tourisme (aéroports, ports, Taksim, Şişli, Sultanahmet, etc.).

La rive rouméliote Sud (vieux Stamboul)

C'est le centre historique de la ville. Le bonheur du touriste, mais également des lieux immanquables, de pure beauté. Bazars, mosquées, palais, églises byzantines, patriarcat orthodoxe... Cette partie est divisée en deux municipalités (Eminönü et Fatih) avec des dizaines de quartiers. Le centre en est Şehzadebaşi, non loin du Grand Bazar. Le quartier le plus touristique, mais inhabité, est Sultanahmet. Les quartiers les plus typiques sont Fener, Balat, Kumkapi et Samatya.

 

IMG_2685.jpg

IMG_2687.jpg

IMG_2688.jpg

IMG_2691.jpg

IMG_2693.jpg

IMG_2694.jpg

IMG_2700.jpg

IMG_2702.jpg

IMG_2703.jpg

IMG_2704.jpg

IMG_2705.jpg

IMG_6910.jpg

IMG_6911.jpg

IMG_6912.jpg

IMG_6914.jpg

IMG_6916.jpg

IMG_6919.jpg

IMG_6920.jpg

IMG_6930.jpg

IMG_6934.jpg

IMG_6935.jpg

IMG_6936.jpg

IMG_6940.jpg

IMG_6941.jpg

 

IMG_6942.jpg

IMG_6944.jpg

IMG_6945.jpg

IMG_6946.jpg

IMG_6947.jpg

IMG_6948.jpg

IMG_6949.jpg

IMG_6950.jpg

IMG_6952.jpg

IMG_6956.jpg

IMG_6958.jpg

IMG_6959.jpg

le Bosphore coté Asie - Istanbul

Asie

  • 6 janvier : L'empereur Nguyễn Minh Mạng proclame la persécution générale contre les chrétiens au Vietnam.
  • Juillet : Soulèvement de Saigon. Soutenue par le Siam, l’insurrection compte parmi ses membres des nobles auxquels leurs titres ne confèrent pourtant aucun droit politique et de nombreux chrétiens.
  • 28 août : Abolition du monopole de la Compagnie anglaise des Indes orientales sous la pression des lobbies commerciaux et financiers de la métropole. Le Royaume-Uni décide de gouverner directement en s’appuyant sur les autorités locales. Les premières provinces à passer sous contrôle direct de la couronne seront le Bengale, le Bihâr et l’Orissa.
  • Japon : Début de la grande famine de l’ère Tenpô qui durera une dizaine d’années. De nombreuses manifestations et émeutes contre la hausse du prix du riz ont lieu à EdoOsaka et en province. Le shogounat est contraint de prendre des mesures pour distribuer à bas prix le riz et s’attaquer au monopole des marchands.
  • Des missionnaires français propagent le christianisme en Corée (société des Missions étrangères de Paris).


Proche-Orient

Le Bosphore coté Europe - Istanbul

Le Bosphore (en turc İstanbul Boğazı ou Boğaziçi, en grec Βόσπορος) est le détroitqui relie la mer Noire à la mer de Marmara et marque, avec les Dardanelles, la limite méridionale entre les continents asiatique et européen. Il est long de 32 kilomètres pour une largeur de 698 à 3 000 mètres. Il sépare les deux parties anatolienne (Asie) etrouméliote (Europe) de la province d'Istanbul.

 

L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée soit comme un continent à part entière, soit comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme une des sous-parties du super-continent de l’Afro-Eurasie, selon le point de vue. Elle est parfois qualifiée de « Vieux Continent », par opposition au « Nouveau Monde » (l'Amérique). Sur le plan culturel, l'Europe a reçu une multiplicité d'influences au cours des âges, et comprend de nombreux pays qui possèdent à la fois un héritage commun, des différences linguistiques, religieuses et historiques, et des apports récents venus depuis la mondialisation. À ce titre, l'Europe est une communauté de peuples, qui tend à se constituer politiquement, avec l'Union européenne, en un espace de civilisation, forgé d'une part par une histoire millénaire.

 

L'Europe, et plus particulièrement la Grèce et la Rome antique, est le berceau de lacivilisation occidentale. Entre le xvie siècle et le xxe siècle, les nations européennes ont contrôlé à plusieurs reprises l'ensemble du continent américain, la quasi-totalité de l'Afrique, l'Océanie et de grandes parties de l'Asie. L'Europe est également le berceau de plusieurs bouleversements historiques majeurs, comme la Renaissance, lesgrandes découvertes, le siècle des Lumières et la révolution industrielle.

 

Antiquité

Reconstitution de l'Acropole d'Athènes à l'époque romaine.

Ce serait aux Grecs que l'on doit le mot Europe, attesté pour la première fois au vie siècle av. J.‑C. Il semble qu'il ait d'abord désigné pour eux la région continentale située au nord du golfe de Corinthe, puis les terres qu'ils découvraient peu à peu au nord du bassin méditerranéen.

Sur les rives de la mer Méditerranée, l'essor de la Grèce s’est produit ce que la tradition européenne appela ensuite le legs de la Grèce à l'Europe, « la source grecque » pour Simone Weil ou encore le miracle grec : « tout ce que les Grecs ont reçu des Barbares, ils ont chaque fois fini par le perfectionner », disait Platon. En effet, à travers leurs créations, ils ont marqué toutes les générations notamment avec l'Université, le conservatoire de nos connaissances qui remonte à l'académie de Platon, la politique avec l’éveil de la démocratie et le droit, puis développé la philosophie et la science, la littérature, la poésie, la peinture, la musique et l’ensemble des formes artistiques. La civilisation grecque antique qui a duré 12 siècles a durablement marquée les cultures européennes qui lui ont succédé.

Plus au nord se développent des civilisations protohistoriques, essentiellement les Celtes et les Germains.

IMG_0262.jpg

IMG_0263.jpg

IMG_0266.jpg

IMG_0267.jpg

IMG_0271.jpg

IMG_0277.jpg

IMG_0281.jpg

IMG_0284.jpg

IMG_0285.jpg

IMG_0287.jpg

IMG_0296.jpg

IMG_0300.jpg

IMG_0302.jpg

IMG_0304.jpg

IMG_0312.jpg

IMG_0316.jpg

IMG_0319.jpg

IMG_0320.jpg

IMG_0330.jpg

IMG_0340.jpg

IMG_0345.jpg

IMG_0352.jpg

IMG_0360.jpg

IMG_0369.jpg

IMG_0381.jpg

Projet1.png

IMG_0391.jpg

dernier pont sur le bosphore pour aller d'Europe en Asie


07.01.2012

Mosquée de Soliman-le-Magnifique - Istambul

La plus grande mosquée de la ville fut érigée pour le plus grand des sultans, Soliman-le-Magnifique, sur la troisième colline du vieux Stamboul d’où elle domine majestueusement la Corne d’Or. C’est le plus grand succès de l’architecte Sinan et certainement la plus belle mosquée Istanbul.
Seulement pour assurer la stabilité des bases et pour leur construction, il n'a fallut pas moins de six ans, après quoi la construction réelle de la mosquée put débuter en 1550. La mosquée et ses dépendances (medrese, infirmeries, caravansérails, école médicale, bains, hôpitaux, cuisines et cellules), furent terminées sept ans plus tard.
La cour est pavée en marbre, et encadrée par une galerie couverte de 28 coupoles. Au centre, une fontaine rectangulaire ornementée. Dix balcons sur les minarets, indiquent que Soliman était le dixième sultan ottoman. La mosquée elle-même est presque à angle droit dans son plan, mesurant 63 x 68 m. Le dôme est de 53 m.

L’accès se fait soit par le portique central de la façade principale, soit par les portails latéraux qui mènent respectivement, à la galerie impériale et à la galerie publique. Cinq coupoles sont fixées de chaque côté du dôme principal, supportées par des petits pilastres entre les piliers principaux où repose la coupole centrale. Ainsi une zone exceptionnelle a été laissée libre pour la prière.
Très sobre, la décoration peinte est aussi discrète et les 138 fenêtres à vitraux rehaussent la simplicité de l’ensemble. La lumière du matin est préférable pour la visite du sanctuaire.
Le mihrab est décoré de faïence de Kütahya. Les matières employées pour la construction proviennent de divers sites stambouliotes et des régions de l’Empire. Ainsi, deux des piliers viennent de la région d’Istanbul, un autre d’Alexandrie en Egypte et un des ruines de Baalbek au Liban. L’acoustique est exceptionnelle.

Sur la rue côté sud, 4 anciennes écoles sont alignées : Mektep, Evvel medresi, Sani medrese, Tip medrese. Il s'agit d'écoles de niveaux différents, du primaire à l'université. A l'ouest trois autres énormes bâtiments sont également alignés. Il s'agit (du sud au nord), d'une école, des soupes populaires et d'un caravansérail. Ce dernier bâtiment, est malheureusement fermé aux visiteurs.

En continuant en direction de la Corne d'Or, la petite place à l'angle donne sur le siège du Grand Muftu (autorité religieuse) et le Jardin Botanique. Le bâtiment est du XIXe siècle, tandis que dans l'angle suivant, on découvre une adorable sébil (fontaine de donations) qui annonce le mausolée volontairement modeste de l'architecte de la mosquée, Mimar Sinan

On continuera à tourner autour de la prodigieuse mosquée en arrivant devant deux autres écoles (aussi fermées au public), puis au hammam faisant l'angle nord-ouest. En face du hammam, une porte s'ouvre sur l'école des Traditions et sur les jardins, qui offrent une belle vue sur la Corne d’OrPéraGalata et le Bosphore.

En continuant sur la rue, on rejoint le point de départ, soit les écoles en ayant passé au préalable devant le cimetière et les mausolées de Soliman-le-Magnifique et de Roxelane-la-Chipie. Une fontaine (Taksim) se trouve en début de rue. Il s'agit du réservoir de répartition des eaux du complexe.

soliman200.jpg

 

IMG_0207.jpg

 

IMG_0208.jpg

 

IMG_0209.jpg

 

IMG_0210.jpg

 

IMG_0212.jpg

 

IMG_0213.jpg

 

IMG_0214.jpg

 

IMG_2570.jpg

 

IMG_2571.jpg

 

IMG_6520.jpg

 

IMG_6524.jpg

 

IMG_6526.jpg

 

IMG_6527.jpg

IMG_6528.jpg

IMG_6529.jpg

IMG_6530.jpg

IMG_6532.jpg

IMG_6533.jpg

IMG_6534.jpg

IMG_6535.jpg

IMG_6536.jpg

IMG_6543.jpg

IMG_6544.jpg



05.01.2012

Le Musée d'Aphrodisias - TURQUIE

Aphrodisias (en grec: Ἀφροδισιάς) est une petite cité antique de Carie, en Asie Mineure. Le site archéologique est situé près du village contemporain de Geyre, enTurquie, à environ 230 km d'İzmir.

Aphrodisias doit son nom à Aphrodite, la déesse grecque de l'amour, qui avait dans le sanctuaire de la ville son unique statue de culte, l'Aphrodite d'Aphrodisias.

L'antique Aphrodisias ne fut redécouverte qu'au XXe siècle, par les archéologues. Surtout à partir de 1961, lorsque l'un d'entre eux, Kenan Erim, un Turc formé aux États-Unis, décida de consacrer sa vie à la résurrection de la belle endormie. Lorsque les premiers experts sont venus, le site était recouvert par un village. Ils ont retrouvé quelques fragments de statues et des sarcophages encastrés dans les murs des maisons ou servant d'enclos pour les chèvres.

Site

Selon l'historien byzantin Stephanus, la ville a été fondée par les Lélèges son nom changera en LelegonopolisMegalopolis et Ninoe pour prendre le nom de d'Aphrodisias au iiie siècle av. J.‑C.. C'est un tremblement de terre suivi d'inondation au ive siècle qui détruira la majeure partie de la cité

Le christianisme mit fin au culte d'Aphrodite. La ville sera rebaptisée Stavrapolis (Cité de la Croix). Le temple sera transformé en église1.

De nombreux bâtiments ont été découverts notamment :

  • Un théâtre datant de 27 av. J.-C. qui pouvait accueillir 8 000 spectateurs. Il possédait une scène décorée d'une double colonnade. Il fut agrandi et restauré au IIe siècle ap. J.-C. pour permettre l'accès aux animaux et aux gladiateurs. Au VIIe siècle, il fut détruit par un séisme. La scène avait un portique dorique dont on peut attribuer la construction à Zoïlos, esclave d'Octave.
  • Des portiques.
  • Les bains d'Hadrien.
  • L'Odéon.
  • Le temple d'Aphrodite.
  • Un stade datant du Ier apr. J.-C.. C'est l'un des mieux conservé de toute cette période. Il mesure 270 m sur 60 m et pouvait accueillir 30 000 spectateurs.
  • Le Tétrapylon, le Sébasteion2. Les arches du Tétrapylon, « quatre portes » en grec, reposent sur seize colonnes. Situé à un carrefour, ce monument marquait, pour les pèlerins, l'accès au sanctuaire d'Aphrodite. Le tétrapylon date du IIe siècle apr. J.-C.

 

 

22.12.2011

La Mosquée bleue ou Sultanahmet - Istambul

La Mosquée bleue ou Sultanahmet Camii est une des mosquées historiques d'Istanbul, la plus grande ville de Turquie et la capitale de l'Empire ottoman (de 1453 à 1923). La mosquée est l'une des mosquées les plus connues sous le nom Mosquée Bleue pour les mosaïques bleues qui ornent les murs de son intérieur.

Elle fut construite entre 1609 et 1616, pendant le règne de sultan Ahmet Ier. Comme beaucoup d'autres mosquées, elle comporte également une tombe du fondateur, unemédersa et un hospice. La mosquée Sultanahmet est devenue l'une des attractions touristiques les plus populaires d'Istanbul.

Elle est le point de départ des caravanes de pèlerins musulmans vers La Mecque et reçoit le privilège islamique de présenter six minarets, fait unique au monde : seule laKa'ba en dispose de sept, la Mecque étant l'endroit où il doit y en avoir le plus grand nombre. C'est d'ailleurs à cause de Sedefhar Mehmet Ağa qu'un septième minaret dut y être érigé. Il en paya les frais. L'architecture a été conçue pour que le sultan puisse se rendre dans sa loge à l'étage à dos de cheval.

Histoire

L'ancien Hippodrome de Constantinople avec la Mosquée bleue sur la gauche. Peint par Jean-Baptiste van Mour, première moitié du xviiie siècle.

Ce serait la première mosquée impériale depuis plus de quarante ans.Après la paix de Zsitvatorok et le résultat défavorable de la guerre avec la Perse, le sultan Ahmet Ier décida de construire une grande mosquée à Istanbul pour apaiser Dieu.

Alors que ses prédécesseurs avaient payé pour leurs mosquées avec leur butin de guerre, Ahmet Ier a dû retirer les fonds du Trésor, parce qu'il n'avait pas remporté de victoires remarquables.

Cela a provoqué la colère des oulémas, les juristes musulmans.

Fichier:Blaue moschee 6minarette.jpg

 

Fichier:Ac-sultanahmed1.jpg

Fichier:DSC04728 Istanbul - La Moschea Blu - Foto G. Dall'Orto 29-5-2006.jpg

Architecture

La conception de la mosquée Sultanahmed est l'aboutissement de deux siècles de développement à la fois de mosquées ottomanes et d'églises byzantines.

Elle reprend certains éléments byzantins de la proche Ayasofya avec une architecture islamique traditionnelle et est considérée comme la dernière grande mosquée de la période classique.

L'architecte a habilement synthétisé les idées de son maître Mimar Sinan, en visant une taille importante, la majesté et la splendeur, mais l'intérieur n'a pas sa pensée créatrice.

Durant le règne d'sultan Ahmet Ier, la Mosquée Sultanahmed a été construite entre 1609 et 1616.

Conçu par l'architecte Sedefhar Mehmet Ağa, la mosquée Sultanahmed est considérée comme le dernier exemple de l'architecture ottomane classique.

 

 

IMG_6626.jpg

IMG_6627.jpg

IMG_6628.jpg

IMG_6629.jpg

IMG_6631.jpg

IMG_6633.jpg

IMG_6634.jpg

IMG_6635.jpg

IMG_6636.jpg

IMG_6637.jpg

IMG_6638.jpg

IMG_6639.jpg

IMG_6640.jpg

IMG_6641.jpg

IMG_6642.jpg

IMG_6643.jpg

IMG_6644.jpg

IMG_6645.jpg

IMG_6646.jpg

IMG_6648.jpg

IMG_6649.jpg

IMG_6652.jpg

IMG_6656.jpg

IMG_6657.jpg

IMG_6659.jpg

IMG_6661.jpg

IMG_6663.jpg

IMG_6664.jpg

IMG_6667.jpg

IMG_6668.jpg

 

Palais de Topkapı - Istambul

Palais de Topkapı

Le palais de Topkapı (en turc Topkapı Sarayı1 ou en turc ottoman : طوبكابي بالاذي) est un palais d'Istanbul, en Turquie. De 1465 à 1853, il est la résidence urbaine, principale et officielle, du sultanottoman. Le palais est construit sur l’emplacement de l’acropole de l’antique Byzance. Il domine la Corne d'Or, le Bosphore et la mer de Marmara. Le nom de « Topkapı Sarayı » signifie littéralement « palais de la porte des Canons », d'après le nom d'une porte voisine aujourd'hui disparue. Il s'étend sur 700 000 m² (70 ha), et est entouré de cinq kilomètres de remparts.

Le sultan Mehmed II

La construction commence en 1459, sous le sultanMehmed II, conquérant de la Constantinople byzantine. Par la suite, le palais impérial connaît de nombreux agrandissements : la construction du harem au cours duxvie siècle, ou les modifications après le tremblement de terre de 1509 et l'incendie de 1665. Le palais est un complexe architectural composé de quatre cours principales et de nombreux bâtiments annexes. Au plus fort de son existence comme résidence impériale, il abritait plus de 4 000 personnes, et s'étendait sur une zone encore plus vaste.Le palais de Topkapı perd progressivement de son importance à partir de la fin du xviie siècle, lorsque les sultans lui préfèrent un nouveau palais, le long du Bosphore. En 1853, le sultan Abdülmecid Ier décide de déplacer sa cour vers le palais de Dolmabahçe, premier palais de style européen de la ville, dont la construction vient de se terminer. Certaines fonctions, comme le trésor impérial, la bibliothèque, les mosquées et la monnaie restent à Topkapı.

Après la fin de l'Empire ottoman en 1921, le palais de Topkapı est transformé en musée de l'ère ottomane par décret du gouvernement du 3 avril 1924. Le musée du palais de Topkapı est, depuis, placé sous l'administration du ministère de la culture et du tourisme. Si le palais comporte des centaines de pièces et de chambres, seules les plus importantes se visitent. Le complexe est surveillé par des fonctionnaires du ministère ainsi que des gardes de l'armée turque. Il offre de nombreux exemples de l'architecture ottomane et conserve d'importantes collections de porcelaine, de vêtements, d'armes, de boucliers, d'armures, de miniatures ottomanes, de manuscrits de calligraphie islamiqueet de peintures murales, ainsi qu'une exposition permanente du trésor et de la joaillerie de l'époque ottomane.

Le palais de Topkapı est répertorié parmi les monuments de la zone historique d'Istanbul. Il a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1985, où il est décrit comme « un ensemble incomparable de bâtiments construits sur quatre siècles, unique par la qualité architecturale de ses bâtiments autant que par leur organisation qui reflète celle de la cour ottomane »2.

 

 

Fichier:Model Topkapi Istanbul (4).JPG

Fichier:Imperial Gate Topkapi Istanbul 2007 002.jpg

La porte de l'Auguste (Bâb-ı Hümâyûn)

 

IMG_0440.jpg

Fonctions et organisation

 

Le palais de Topkapı était la résidence principale du sultan et de sa cour ; il était aussi le siège officiel du gouvernement. Son accès était strictement réglementé, mais ses habitants avaient rarement à en sortir, car le palais était presque autonome, une ville dans la ville. Les salles d'audiences et les espaces de conférences servaient aussi aux questions liées à l'administration politique de l'empire. Pour les résidents comme pour les hôtes, le palais disposait de son propre approvisionnement en eau grâce aux citernes et les grandes cuisines fournissaient les repas. La cour disposait de dortoirs, jardins, bibliothèques, écoles, même de mosquées.

 

Un cérémonial très strict était suivi afin d'assurer l'isolement du souverain du reste du mondeNecipoğlu 8. Le principe de cet isolement impérial est certainement un héritage des traditions de la cour byzantine. Il a été codifié par Mehmed II en 1477 et 1481 dans le code Kanunname, qui régissait la préséance des fonctionnaires de la cour, la hiérarchie administrative et les questions de protocoleNecipoğlu 9. Ce principe de l'isolement, qui n'a fait que se renforcer, s'est traduit dans le style et l'arrangement des salles et des bâtiments. Les architectes veillaient à ce que, même dans le palais, le sultan et sa famille puissent bénéficier du maximum d'intimité, ce qui conduisait au recours à des fenêtres grillagées et à d'innombrables passages secrets

Fichier:Gate of Salutation Topkapi Istanbul 2007 Pano.jpg

La porte du Salut (Bâb-üs Selâm), entrée de la seconde cour

 

IMG_0460.jpg


Fichier:Bosphorus view Topkapi Istanbul 2007.jpg

Vue panoramique du Bosphore depuis le palais


 IMG_0441.jpg

 

IMG_0443.jpg

 

IMG_0447.jpg

 

IMG_0451.jpg

 

IMG_0454.jpg

IMG_0456.jpg

 

IMG_0461.jpg

 

IMG_0463.jpg

 

IMG_0464.jpg

 

IMG_0466.jpg

 

IMG_0467.jpg

 

IMG_0470.jpg

 Vue sur le Bosphore

IMG_0473.jpg

 

IMG_0476.jpg

 

IMG_0477.jpg

 

IMG_0478.jpg

 

IMG_0479.jpg

 

IMG_0480.jpg

 

IMG_0481.jpg

IMG_7030.jpg

 

IMG_7031.jpg

 

IMG_7032.jpg

 

IMG_7033.jpg

 

IMG_7034.jpg

 

IMG_7035.jpg

Fichier:Estambul Dolmabahce Parada.jpg

Un mehter ou mehter takımı (takım : mot turc signifiant « ensemble », « groupe », « équipe ») était une compagnie chargée de l'intendance et unorchestre de musique militaire sous l'Empire ottoman. Constitué essentiellement de janissaires qui devaient en outre s'occuper de l'orchestre, le mehter avait également à l'origine pour mission de dresser la tente du sultan lors de ses campagnes militaires ou de s'occuper des chevaux (palefreniers). Il servait aussi maître d'arme et de garde du corps.

 

Historique

 

On considère que la Turquie comme le berceau des traditions de musique militaire. En effet, les Mehter, existent depuis le xie siècle. Leurs traditions proviennent d’Asie centrale et occidentale. Néanmoins, l’année 1299 est considérée comme la date officielle de l’origine du premier Mehter, sous la direction de Osman Gazi pour le Sultan Kay Qubadh III.

 

Au xve siècle, il existait, selon certaines sources, 2 340 mehters dans la seule ville d'Istanbul.

 

Le prestige des Janissaires et des Mehters étant devenu tellement important qu’ils se comportaient comme un état dans l’état. Leur force devenant une menace, ils disparaissent en même temps que les janissaires en 1826.

 

En 1914, un nouvel ensemble Mehter fut créé auprès au Musée Impérial à Istanbul, mais fut interdite lors de l'arrivée au pourvoir de Mustafa Kemal Atatürk.

 

En 1952, le ministre de la défense, Zekai Apaydin Bey, recréa un ensemble Mehter (mehter bölüğü), au sein de l'armée turque perpétuant leur souvenir, par le biais de quelques représentations costumées dans le cadre du musée militaire (askeri müze) d'Istanbul.

 

 

21.12.2011

Bazar aux épices - Istambul - TURQUIE

 Le bazar aux épices (en turc : turc : Mısır Çarşısı), dit le « bazar égyptien », est un bazar du quartier d'Eminönü à Istanbul en Turquie. Après le grand bazar d'Istanbul, il s'agit du deuxième marché couvert de la ville.

 

Le Bazar aux épices ou Bazar Egyptien est le plus vieux et le plus grand marché couvert d'Istanbul après le Grand Bazar. http://www.suite101.fr/content/de-passage-a-istanbul-a6759

 

Son nom, Misir Bazar, qui en turc signifie Bazar Egyptien, lui a été donné par la population, à l'époque ottomane, car les marchandises qui y étaient vendues, étaient acheminées d'Egypte par voie maritime. Attention car "misir" en turc veut dire Egypte, mais aussi "maïs" et il a été longtemps traduit par "bazar du maïs".

 

Situation et architecture

 

Le Bazar Egyptien est situé dans le quartier d'Eminonü, en face du Pont de Galata et de l'embarcadère des vapeurs, tout au début de la Corne d'Or.



Read more at Suite101: A Istanbul, visite du Bazar aux Epices: Une explosion de parfums, de senteurs et de couleurs ! | Suite101.fr http://michele-martinez.suite101.fr/istanbul-le-bazar-aux...


Pour trouver des épices, rendez-vous au Bazar égyptien (Misir Çarsisi). Ce dernier remporte également un franc succès auprès des touristes. Les échoppes débordent d'épices, de graines et de loukoums. Vous trouverez aussi des produits artisanaux, de la vannerie, des vêtements et des bijoux. 

 

Baladez-vous ensuite dans les rues adjacentes du Grand Bazar et du Bazar Egyptien. Elles abritent une trentaine de caravansérails (han en turc), ces anciennes auberges-entrepôts. Ils furent construits sur deux niveaux, avec une une cour intérieure. A l'étage, une galerie permet d'accéder aux cellules. Les plus beaux exemples sont le Zincirli Han (au nord-est du Grand Bazar) et le Büyük Valide Hani (au nord du Grand Bazar). Chaque han était spécialisé dans un type de marchandise (soie, épices...). Par exemple, les cellules du Valide Hani sont encore aujourd'hui occupées par des ateliers remplis de métiers à tisser.

 

IMG_0481.jpg

IMG_0482.jpg

IMG_0483.jpg

IMG_0484.jpg

IMG_0485.jpg

IMG_0486.jpg

IMG_0488.jpg

IMG_0489.jpg

IMG_0491.jpg

IMG_0493.jpg

IMG_0494.jpg

IMG_0497.jpg

IMG_0498.jpg

IMG_0501.jpg

IMG_7045.jpg

IMG_7050.jpg

IMG_7060.jpg

IMG_7061.jpg

IMG_7063.jpg

IMG_7065.jpg

IMG_7081.jpg

IMG_7082.jpg

IMG_7093.jpg

IMG_7100.jpg

IMG_7102.jpg

NOUS N'AVONS PLUS FAIM