081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21.01.2012

Parc national de Göreme et sites rupestres de Cappadoce - Turquie

carte_Cappadocia.jpg

Göreme est le nom d'une vallée et d'une localité de Turquie situées dans la province de Nevşehir en Cappadoce. Le bourg a porté différents noms au cours de l'histoire : Κόραμα (« Korama »), Matiana, Maccan et, jusque récemment, Avcilar, nom encore fréquemment usité aujourd'hui. Il comptait en 2007 une population d'environ2 000 habitants. Il a été récemment rebaptisé Göreme, du nom de la vallée, pour des raisons touristiques.

Dans un paysage saisissant modelé par l'érosion, la vallée de Göreme et ses environs abritent des sanctuaires rupestres, témoignages de l'art byzantin de la période post-iconoclaste, ainsi que des habitations, des villages troglodytiques et des villes souterraines, vestiges d'un habitat humain traditionnel dont les débuts remontent auive siècle.

À proximité de la petite ville, se trouve le Göreme Milli Parklar, en français « le Musée de plein air de Göreme ». Situé au cœur des pittoresques vallées de Cappadoce, il révèle l'héritage d'une intense activité monastique entre les ve et xiie siècles siècles : une cinquantaine de sanctuaires y célèbrent la vie du Christ en fresques délicates, sur fond de lapis-lazuli. Le Parc National de Göreme recouvre l'ensemble des vallées avoisinantes.

Histoire

À la suite des éruptions des volcans Erciyes dağ, Hasan dağ et Göllü dağ entre le miocène supérieur et le pliocène, la lave forma des roches tendres sur la Cappadoce, sur une surface de 20 000 km2. Quelques éruptions eurent encore lieu ultérieurement, notamment en 253 av. J.-C., semble-t-il. Cette roche s'éroda et s'érode toujours de manière assez rapide, mais moins fortement là où des rochers plus durs la protégeaient, formant les actuelles cheminées de fées.

Église Ste-Barbara.

La population tira parti du fait que la roche tendre pouvait facilement être creusée pour y loger des églises, des monastères ou des habitations. Ces sanctuaires chrétiens contiennent donc maintes œuvres de l'art Byzantin de la période post-iconoclaste, en particulier de nombreuses fresques. Auive siècle, de petites communautés anachorètes commencèrent à se former dans la région, sous l'impulsion de Saint Basile de Césarée. Elles creusèrent leurs cellules dans la roche. Durant la période iconoclaste (725-842) la décoration des sanctuaires resta minimale, se limitant à quelques symboles, comme la croix. Après cette période, et jusqu'au xiiie siècle inclusivement, la plupart des églises furent modifiées et de nouvelles furent réalisées, désormais richement décorées de fresques multicolores. L'essor du site ne fut donc nullement affecté par la conquête de la région par les Turcsselçuks en 1071. Ce n'est qu'au xviiie siècle que les derniers ermitages troglodytiques furent complètement abandonnés.

Habitations troglodytiques et cheminées de fées

Les vallées du Parc National de Göreme, creusées dans le tuf volcanique, offrent une rare profusion de cheminées de fées : voir l'article sur la géographie de la Cappadoce. Les mieux protégées de l'érosion conservent leur chapeau de basalte. Les autres deviennent des cônes ravinés. Le parc est également riche en habitations troglodytiques.

Göreme_9-09.jpg

Cheminées de fées dans la « vallée de l'amour »

 

Turkey.Göreme014.jpg

 (Karanlık kilise).

 

3 SEPAM 588.jpg

 

3 SEPAM 587.jpg

 

3 SEPAM 589.jpg

 

3 SEPAM 591.jpg

 

3 SEPAM 592.jpg

 

3 SEPAM 593.jpg

 

3 SEPAM 594.jpg

 

3 SEPAM 595.jpg

 

3 SEPAM 596.jpg

 

3 SEPAM 597.jpg

 

3 SEPAM 599.jpg

église Sainte Basile

3 SEPAM 541.jpg


eglise saint basil

 Eglise Saint - Basile, sainte Georges à droite et la vierge avec enfant Jésus. (Cappadoce). 

3 SEPAM 543.jpg

 

3 SEPAM 544.jpg

3 SEPAM 546.jpg

 

3 SEPAM 547.jpg

 

3 SEPAM 549.jpg

 cuisine et réserve entre les deux églises Yilanli et Karanlik

 

 

3 SEPAM 581.jpg

 

3 SEPAM 562.jpg

3 SEPAM 565.jpg

 

3 SEPAM 568.jpg

 

3 SEPAM 569.jpg

 

3 SEPAM 571.jpg

3 SEPAM 573.jpg

 

3 SEPAM 574.jpg

 

3 SEPAM 575.jpg

 

3 SEPAM 577.jpg

 

3 SEPAM 578.jpg

 

3 SEPAM 579.jpg

 

3 SEPAM 580.jpg

 

3 SEPAM 584.jpg

 

Yilanlı Kilise

 

Yilanlı Kilise : Onuphrius (à gauche)

 

Située dans le « Musée de plein air », la Yilanlı Kilise (Église du serpent) est une église à simple voûte, à la nef longue et basse. Elle tire son nom de la fresque de Saint George et Saint Théodore terrassant le serpent. On y trouve également la représentation de l'empereur Constantin et de sa mère, Sainte Hélène, tenant la Vraie Croix. La légende veut qu'elle découvrit la croix après avoir vu un songe, et qu'une partie de cette croix est toujours enterrée dans les fondations de Sainte-Sophie à Istanbul. D'autres morceaux de la croix se trouveraient au Saint-Sépulcre et à Saint-Pierre de Rome. Un autre portrait intéressant est celui de saint Onuphrius près de l'entrée. Le saint vécut une vie d'ermite dans le désert égyptien près deThèbes et est généralement représenté avec une longue barbe grise et tenant une feuille de figuier. Selon certaines traditions, ce saint fut d'abord une femme aux mœurs légères, qui pria Dieu de la sauver. Dieu lui fit alors pousser une barbe et la rendit laide. C'est pourquoi Onuphrius est souvent représenté mi-homme mi-femme. Ici également, des lignes figurent des joints entre des pierres.

Çarıklı Kilise

Çarıklı Kilise

Çarıklı Kilise (Église aux sandales) : située dans le « Musée de plein air », son nom provient des deux empreintes des pas sous la fresque de l'Ascension, à l'entrée de l'église. Cette fresque serait une copie exacte de celle de l'église de l'Ascension de Jerusalem. L'église est creusée dans le même rocher que la Karanlik Kilise et comporte quatre voûtes et trois absides. De nombreuses légendes invérifiables prétendent expliquer les empreintes des pas. L'église est creusée selon un plan en croix avec des voûtes croisées. Les fresques du xiiie siècle montrent les quatre évangélistes et, à peu de chose près, les mêmes scènes du Nouveau Testament que dans laKaranlık Kilise.

 

Karanlık Kilise

Christ Pantocrator - Karanlık Kilise

Dans le « Musée de plein air », lKaranlık Kilise (L'église sombre) est un ensemble monastique des XIe-XIIe siècles. Il comporte un dôme, une abside principale, deux petites absides secondaires et quatre colonnes. Il est décoré de scènes du Nouveau Testament : Christ Pantocrator, nativité, adoration des mages, crucifixion, baptême, dernière cène, trahison de Judas, crucifixion. Après la conquête turque, l'église fut utilisée comme pigeonnier jusqu'aux années 1950. Après restauration, les fresques, protégées par les déjections, sont les mieux préservées de toute le Cappadoce et constituent un parfait exemple de l'art byzantin du xiie siècle. Cependant, une partie du narthex s'est écroulé et une partie de l'église fut exposée aux intempéries. Il en résulta des dommages à la fresque de l'Ascension et à celle de la Bénédiction des saints. Le nom de l'église provient du fait qu'une seule petite ouverture donnant sur le narthex laisse pénétrer la lumière dans la partie intérieure.

3 SEPAM 559.jpg

18.01.2012

Le Mausolée d'Atatürk - Ankara

 

Mausolée d'Atatürk

 

Turquie > Anatolie Centrale > Ankara > Mausolée d'Atatürk
La construction du mausolée d’Atatürk a débuté en 1944. Bâtiment démesuré, on y arrive par une allée gigantesque, bordée de lions. Le mausolée d’Atatürk est d’un style plutôt imposant et dépouillé. Au rez-de-chaussée, un musée où sont exposés des objets personnels d’Atatürk.

 


On sait combien les Turcs vénèrent Mustapha Kemal dit Atatürk, le "père des Turcs", qui a fait de l'ancien empire ottoman, la moderne république de Turquie que l'on connait aujourd'hui. C'est lui en effet qui déclencha la guerre d'indépendance à la suite de laquelle il abolit le sultanat, sépara l'Eglise de l'Etat, rendit le pays laïque, créa des liens forts avec l'Europe et bien d'autres choses encore. Pas étonnant alors que le mausolée qui lui soit consacré soit si cossu, si vaste et fasse l'objet d'une telle attention. Les travaux débutèrent en 1944 pour s'achever 9 ans plus tard. La longue allée aux lions débouche sur une vaste esplanade autour de laquelle se tiennent différents musées qui renferment tous des objets personnels du grand homme tandis que le bâtiment principal aux lignes épurées et, surélevé par rapport au reste des enceintes, abrite le corps de Mustapha Kemal. Le 10 novembre de chaque année, l'anniversaire de la mort d'Atatürk, donne lieu à une commémoration en grande pompe.

 

Un mausolée est un monument funéraire de grandes dimensions. Il doit son nom au satrape (gouverneur) de la province de Carie en Asie mineureMausole qui au ive siècle av. J.‑C. s'était fait construire un tombeau monumental : le mausolée d'Halicarnasse, l'une des Sept merveilles du monde.

 

Le mausolée contient le corps du défunt contrairement au cénotaphe.

 

Le mausolée dans le monde romain

À Rome, le mausolée le plus célèbre est le mausolée d'Hadrien (mort en 138), devenu le château Saint-Ange. Le mausolée d'Auguste se dresse sur le Champ de Mars et est sans doute inspiré du mausolée d'Alexandre le Grand1.

Dès la fin du ier siècle de notre ère, le modèle architectural du « mausolée-temple » se répand dans les provinces de l'Empire. Leur morphologie rappelle celle des temples de tradition latine : cellapronaos, façade principale surélevée sur un podium et précédée par un emmarchement. Le mausolée-temple de Lanuéjols (Lozère) en est un bon exemple

Le mausolée de Lanuéjols, situé sur la commune de Lanuéjols (Lozère) dans le vallon du Valdonnez, de la fin du iie siècle ou peut-être du iiie siècle. Il fut élevé par une riche famille à la mémoire de ses deux fils.

Historique

Fouilles archéologiques

L'ensemble funéraire est dégagé en 1813 des éboulis de pente qui le recouvrent et en1840, le monument dit « le tombeau romain » figure sur la liste des monuments historiques classés1. En 1880, les fondations d'un autre monument sont mises au jour à quelques mètres au sud du mausolée.

Description

Construit en grand appareil de pierre calcaire, ce mausolée est typique du modèle architectural du « mausolée-temple » qui se répand dans les provinces de l'Empire romain dès la fin du Ier siècle. Sa morphologie rappelle celle des temples de tradition latine, avec cella et pronaos. Sa façade principale est ornée de pilastres à chapiteauxcorinthiens, avec un entablement à corniche. Le monument est construit sur un podium précédé d'un emmarchement, restauré en 1999.

« En l'honneur et à la mémoire de Lucius Pomponius Bassulus et de Lucius Pomponius Balbinus, leurs très pieux fils : Lucius Julius Bassianus leur père, et Pomponia Regola, leur mère, ont élevé ce monument des fondations jusqu'au faîte et l'ont dédié ainsi que les édifices avoisinants. »

Fichier:Mausolée de Lanuéjols (Lozère) 4.JPG

mausolée de Lanuéjols, situé sur la commune de Lanuéjols (Lozère)

Quant on se promène en France, il faut regarder et chercher pourquoi les monuments sont présents

j'ai une réponse en passant par Ankara....... il faut le faire

Photos  du  Mausolée  d'Atatürk

3 SEPAM 005.jpg

 

3 SEPAM 007.jpg

3 SEPAM 009.jpg

3 SEPAM 010.jpg

3 SEPAM 013.jpg

3 SEPAM 015.jpg

3 SEPAM 017.jpg

3 SEPAM 019.jpg

3 SEPAM 021.jpg

3 SEPAM 023.jpg

3 SEPAM 024.jpg

3 SEPAM 025.jpg

3 SEPAM 026.jpg

3 SEPAM 027.jpg

3 SEPAM 028.jpg

3 SEPAM 030.jpg

3 SEPAM 031.jpg

3 SEPAM 032.jpg

3 SEPAM 033.jpg

3 SEPAM 034.jpg

3 SEPAM 035.jpg

3 SEPAM 036.jpg

3 SEPAM 037.jpg

3 SEPAM 038.jpg

3 SEPAM 041.jpg

3 SEPAM 043.jpg

3 SEPAM 044.jpg

3 SEPAM 048.jpg

3 SEPAM 051.jpg

3 SEPAM 065.jpg

3 SEPAM 067.jpg

3 SEPAM 068.jpg

3 SEPAM 074.jpg

3 SEPAM 080.jpg

3 SEPAM 082.jpg

<iframe width="420" height="315" src="http://www.youtube.com/embed/3T3_z0v4HJI" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


3 SEPAM 089.jpg3 SEPAM 086.jpg

3 SEPAM 091.jpg

3 SEPAM 102.jpg

3 SEPAM 106.jpg

3 SEPAM 108.jpg

IMG_0577.jpg

IMG_0580.jpg

IMG_0583.jpg

IMG_0589.jpg

IMG_0625.jpg

IMG_0626.jpg

IMG_0633.jpg

IMG_0635.jpg

IMG_0642.jpg

17.01.2012

Tuz Golu Salt Lake Giris - Turquie

Le lac Tuz (en turc : Tuz Gölü signifie lac salé) est le second plus grand lac deTurquie, situé en Anatolie centrale, à 105 km au nord est de Konya et à 150 km au sud est d'Ankara (38°50′N, 33°20′E).

Ce lac, très peu profond (1 à 2 mètres seulement), a une superficie de 1600 km² la majeure partie de l'année. Il mesure normalement 80 km de long et 50 km de large et se trouve à 905 m au-dessus du niveau de la mer. Le lac occupe une aire que se partagent les provinces d'Ankara, d'Aksaray et de Konya.

les rives salées du Lac Tuz

Le lac occupe une dépression d'origine tectonique au centre du plateau anatolien. Il est alimenté par des eaux provenant à la fois de la surface et du sous-sol mais il n'a aucun émissaire. Les eaux du lac ont une salinité extrêmement élevée et en été l'eau s'évapore presque complètement mettant ainsi à découvert un dépôt de sel d'une épaisseur moyenne de 30 cm. En hiver une partie du sel se dissout à nouveau dans l'eau douce introduite dans le lac suite aux abondantes précipitations hivernales. Ce mécanisme est à la base du procédé utilisé par l'industrie extractive pour extraire le sel du lac. Le lac produit en effet 70 % du sel consommé en Turquie. Le lac est entouré de terres arables excepté les terrains inondables situés au sud et au sud-ouest qui sont occupés par la steppe en raison de la salinité de leur sol.

les eaux du lac prennent une teinte rose en raison de leur forte salinité et de la présence de microorganismes

En 2001 le lac Tuz ainsi que la zone de steppe qui l'environne ont été déclarés zone protégée. La plus importante colonie nidificatrice de flamants roses de Turquie réside sur un groupe d'îles occupant la partie

méridionaledu lac.

3 SEPAM 235.jpg

3 SEPAM 225.jpg

3 SEPAM 226.jpg

3 SEPAM 227.jpg

3 SEPAM 228.jpg

3 SEPAM 229.jpg

3 SEPAM 232.jpg

3 SEPAM 231.jpg

3 SEPAM 233.jpg

3 SEPAM 234.jpg

SARATLI BELEDİYESİ - Turquie

Une trentaine de villes souterraines, creusées dans le sol tendre, ont été découvertes dans la région. Dès que les guetteurs apercevaient les nuages de fumée soulevés par les chevaux des envahisseurs perses, les habitants trouvaient refuge dans ces boyaux, à la lueur des lampes à huile. Leurs cheminées d’aération étaient dissimulées par des meules de basalte pesant plusieurs tonnes.

La cité oubliée de Saratli, près d’Aksaray, est réputée la plus accessible de toutes. On y pénètre par une étable d’une noirceur de four, suivant des tunnels qui ouvrent sur une cuisine tapissée de fumée, ployant le dos dans les passages les plus étroits… Le site comporte 2 kilomètres carrés de galeries, dont on ressort un peu poussiéreux, content de ressentir sur sa peau la chaude caresse du soleil.

Légende photo : La ville souterraine de Saratli : claustrophobes, s'abstenir !

 

 

DSC00192.JPG

DSC00203.JPG

DSC00205.JPG

3 SEPAM 248.jpg

3 SEPAM 249.jpg

3 SEPAM 250.jpg

3 SEPAM 251.jpg

 

3 SEPAM 254.jpg

3 SEPAM 256.jpg

3 SEPAM 257.jpg

3 SEPAM 259.jpg

3 SEPAM 260.jpg

3 SEPAM 261.jpg

3 SEPAM 262.jpg

3 SEPAM 263.jpg

3 SEPAM 264.jpg

3 SEPAM 266.jpg

3 SEPAM 268.jpg

3 SEPAM 269.jpg

3 SEPAM 272.jpg

3 SEPAM 273.jpg

3 SEPAM 274.jpg

3 SEPAM 276.jpg

3 SEPAM 280.jpg

3 SEPAM 281.jpg

 

à la sortie vente de poupées turques



15.01.2012

Le Musée des civilisations anatoliennes à Ankara

Le premier musée d'Ankara a été créé en 1921 dans un des bastions de la forteresse, l'Akhale, par Mübarek Galip Bey, Directeur de la Culture. Des pièces d'exposition ont également à l'époque été rassemblées au Temple d'Auguste et dans les Thermes romains.  

Partant de l'idée de fonder un "Musée Hittite" dans la capitale à la suggestion d'Atatürk, les oeuvres hittites des autres régions ont été envoyées à Ankara, et il s'est trouvé indispensable de choisir de plus vastes locaux pour servir de musée. Le Directeur de la Culture Hamit Zübeyr Kosay proposa alors au Ministre de l'Éducation nationale de l'époque, Saffet Ankan, de restaurer le Bedesten de Mahmut Pasa et le Kursunlu Han, abandonnés et s'en servir comme musée.
Les travaux de restauration, qui devaient se terminer en 1968, ont été entamés en 1938.

Plan du Musée

Le Musée des Civilisations Anatoliennes, qui est un des plus remarquables musée du monde par l'originalité de ses collections expose des pièces archéologiques anatoliennes, du paléolithique à l'époque ottomane, ceci par ordres chronologique, et dans un édifice historique.

Le Musée des civilisations Anatoliennes occupe deux bâtiments datant de l'époque Ottomane, aménagés de façon à servir à leurs nouvelles fonctions, et situés dans le quartier dit "du marché aux chevaux" (Atapazan) au Sud-Est des murailles extérieure de la forteresse d'Ankara. Ces deux constructions sont, l'une, le Bedesten (petit marché couvert) de Mahmut Pasa, l'autre le Kursunlu Han.

Le marché couver, le Bedesten, était de type classique: un espace rectangulaire fermé couvert de 10 coupoles, entouré d'un ensemble de 102 boutiques voûtées se faisant face. 
Le Kursunlu Han est typique des constructions ottomanes: une cour centrale avec portique, entourée de pièces sur deux étages, 28 au rez-de-chaussée, 30 à l'étage. Au sous-sol, une écurie en forme de L occupe les côtés Ouest et Sud. Le Han à également une série de boutiques. Ces deux constructions, qu'occupe actuellement le Musée, avaient été abandonnées en 1881 après un incendie.


parc arboré


La ville antique d'Ankara Nallihan district Juliopolis, Région, est situé Gulsehri Cayirhan district. Scopas la vieille ville (Aladdin River) Pont sur ​​les jaunes, et qui doivent être autour et sous les eaux du réservoir Sariyar. Certaines des ruines de la ville d'aujourd'hui peut être vu sur la côte nord-est du réservoir du barrage. Nécropole de la ville sur la rive nord du réservoir est situé sur le calcaire rocheux. Nekropolda Juliopolis saisis à la suite de fouilles dans la nécropole de pièces et de comprendre que cette zone de la ville de Juliopolis.
Dans les temps anciens, en Bithynie, la Galatie et Juliopolis région est située à la frontière. Avoir été habité depuis l'époque où un village phrygien, le nom du roi fondateur de la Gordios Phrygiens »pour l'Gordioukome diagnostic (Gordios'un village) est connu comme. Reprend sa vie comme une petite ville dans la ville pendant la période hellénistique. Juliopolis'in empereur romain Auguste dans les sources anciennes (27 BC - AD 14) stipule que gagné le statut de la ville. L'importance réelle de la ville, surtout à l'ère de la Constantinople byzantine et il Ankyra'ya Nikaia'ya à prendre place sur la route connue sous le nom d'étirement et hacıyolu doit. Le nom de cette nouvelle ville de Bithynie par le César romain Julius, le chef d'un gang appelé Kléon 'une référence à la Juliopolis modifiée. 
Nom Juliopolis est également fréquemment observées dans les œuvres littéraires. Pline (AD 61-112), la Bithynie, «alors qu'il est le gérant (MS103) Juliopolis ses lettres de« ceux qui, par une grande partie du trafic est concentré dans une ville frontalière "parle comme. MS 4 et 9 Juliopolis à travers les siècles du chrétien signatures prêtres byzantins Conseil Sinot sur ​​une base régulière (l'assemblée spirituelle) est enregistrée. 

Juliopolis 9 siècle, l'empereur Basile (AD 867-886), et 11 allusion est le nom de Basilium-basileion siècle, et après cette date restera le nom été rencontrées dans les œuvres littéraires. Eventuellement, la scène de l'histoire ont disparu dans l'oubli à cause de la ville depuis cette date.

Cliquez pour plus d'informations sur Juliopolis Excavation

L'entrée du Musée est précédée d'un parc arboré et agrémentée de quelques pièces

antiques.

 

3 SEPAM 126.jpg

 

3 SEPAM 128.jpg

 

3 SEPAM 114.jpg

 

 

 

3 SEPAM 115.jpg

 

3 SEPAM 117.jpg

 

3 SEPAM 118.jpg

 

3 SEPAM 119.jpg

 

3 SEPAM 125.jpg


 

3 SEPAM 129.jpg

3 SEPAM 130.jpg

3 SEPAM 131.jpg

3 SEPAM 134.jpg

3 SEPAM 135.jpg

 

3 SEPAM 139.jpg

3 SEPAM 143.jpg

3 SEPAM 144.jpg

3 SEPAM 145.jpg

3 SEPAM 146.jpg

3 SEPAM 151.jpg

3 SEPAM 155.jpg

3 SEPAM 156.jpg

 

3 SEPAM 157.jpg

3 SEPAM 159.jpg

3 SEPAM 160.jpg

3 SEPAM 166.jpg

3 SEPAM 169.jpg

3 SEPAM 170.jpg

3 SEPAM 171.jpg

3 SEPAM 172.jpg

3 SEPAM 173.jpg

3 SEPAM 174.jpg

3 SEPAM 175.jpg

3 SEPAM 176.jpg

3 SEPAM 177.jpg

 

3 SEPAM 178.jpg

 

3 SEPAM 181.jpg

3 SEPAM 186.jpg

3 SEPAM 189.jpg

3 SEPAM 192.jpg

3 SEPAM 194.jpg

3 SEPAM 198.jpg

3 SEPAM 199.jpg

 

3 SEPAM 202.jpg

3 SEPAM 206.jpg

 

3 SEPAM 207.jpg

3 SEPAM 208.jpg

3 SEPAM 209.jpg

3 SEPAM 210.jpg

3 SEPAM 212.jpg

IMG_2177.jpg

IMG_2178.jpg

IMG_2182.jpg

 

IMG_2193.jpg

IMG_2198.jpg

IMG_2202.jpg

IMG_2206.jpg

IMG_2209.jpg

 

IMG_2216.jpg

IMG_2219.jpg

IMG_2221.jpg

IMG_2223.jpg

IMG_2224.jpg

 

IMG_2228.jpg

IMG_2229.jpg

IMG_2234.jpg

IMG_2236.jpg

IMG_2238.jpg

IMG_2243.jpg

 

IMG_2244.jpg

IMG_2247.jpg

 

IMG_2248.jpg

 

IMG_2249.jpg

 

IMG_2250.jpg

IMG_2251.jpg

IMG_2252.jpg

IMG_2255.jpg


14.01.2012

Istanbul la nuit dans Taksim

Plus grande ville de Turquie, sur le détroit du Bosphore,Istanbul est la porte d'entrée du Moyen-Orient et de l'Asie.

Istanbul est l'une des plus vieilles et grandes villes d'Europe, avec une importance historique toute particulière, aux portes de l'Asie mineure, sur la mer de Marmara. La Ville des villes est aussi située sur le Bosphore et ses banlieues s'étendent sur les deux rives (Roumélie en Europe et Anatolie en Asie). La partie ouest (la rive européenne) contient le centre historique qui s'étend de part et d'autre de la Corne d'Or. Au sud, le vieux Stamboul ou l'ancienne Constantinople. Au nord de la Corne d'Or, Galata et Péra, les vieux quartiers latins.

Istanbul avec ses 12 millions d'habitants, est une ville grouillante d'animation. Circulation anarchique, commerces en tous genres et en tous lieux, cris et bruits divers, rues escarpées, la vie du voyageur peut s'y révéler exténuante, tant il y a à voir et à faire.

Il est facile de se procurer une carte d'Istanbul gratuite, aux offices du tourisme (aéroports, ports, Taksim, Şişli, Sultanahmet, etc.).

La rive rouméliote Sud (vieux Stamboul)

C'est le centre historique de la ville. Le bonheur du touriste, mais également des lieux immanquables, de pure beauté. Bazars, mosquées, palais, églises byzantines, patriarcat orthodoxe... Cette partie est divisée en deux municipalités (Eminönü et Fatih) avec des dizaines de quartiers. Le centre en est Şehzadebaşi, non loin du Grand Bazar. Le quartier le plus touristique, mais inhabité, est Sultanahmet. Les quartiers les plus typiques sont Fener, Balat, Kumkapi et Samatya.

 

IMG_2685.jpg

IMG_2687.jpg

IMG_2688.jpg

IMG_2691.jpg

IMG_2693.jpg

IMG_2694.jpg

IMG_2700.jpg

IMG_2702.jpg

IMG_2703.jpg

IMG_2704.jpg

IMG_2705.jpg

IMG_6910.jpg

IMG_6911.jpg

IMG_6912.jpg

IMG_6914.jpg

IMG_6916.jpg

IMG_6919.jpg

IMG_6920.jpg

IMG_6930.jpg

IMG_6934.jpg

IMG_6935.jpg

IMG_6936.jpg

IMG_6940.jpg

IMG_6941.jpg

 

IMG_6942.jpg

IMG_6944.jpg

IMG_6945.jpg

IMG_6946.jpg

IMG_6947.jpg

IMG_6948.jpg

IMG_6949.jpg

IMG_6950.jpg

IMG_6952.jpg

IMG_6956.jpg

IMG_6958.jpg

IMG_6959.jpg

le Bosphore coté Asie - Istanbul

Asie

  • 6 janvier : L'empereur Nguyễn Minh Mạng proclame la persécution générale contre les chrétiens au Vietnam.
  • Juillet : Soulèvement de Saigon. Soutenue par le Siam, l’insurrection compte parmi ses membres des nobles auxquels leurs titres ne confèrent pourtant aucun droit politique et de nombreux chrétiens.
  • 28 août : Abolition du monopole de la Compagnie anglaise des Indes orientales sous la pression des lobbies commerciaux et financiers de la métropole. Le Royaume-Uni décide de gouverner directement en s’appuyant sur les autorités locales. Les premières provinces à passer sous contrôle direct de la couronne seront le Bengale, le Bihâr et l’Orissa.
  • Japon : Début de la grande famine de l’ère Tenpô qui durera une dizaine d’années. De nombreuses manifestations et émeutes contre la hausse du prix du riz ont lieu à EdoOsaka et en province. Le shogounat est contraint de prendre des mesures pour distribuer à bas prix le riz et s’attaquer au monopole des marchands.
  • Des missionnaires français propagent le christianisme en Corée (société des Missions étrangères de Paris).


Proche-Orient

Le Bosphore coté Europe - Istanbul

Le Bosphore (en turc İstanbul Boğazı ou Boğaziçi, en grec Βόσπορος) est le détroitqui relie la mer Noire à la mer de Marmara et marque, avec les Dardanelles, la limite méridionale entre les continents asiatique et européen. Il est long de 32 kilomètres pour une largeur de 698 à 3 000 mètres. Il sépare les deux parties anatolienne (Asie) etrouméliote (Europe) de la province d'Istanbul.

 

L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée soit comme un continent à part entière, soit comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme une des sous-parties du super-continent de l’Afro-Eurasie, selon le point de vue. Elle est parfois qualifiée de « Vieux Continent », par opposition au « Nouveau Monde » (l'Amérique). Sur le plan culturel, l'Europe a reçu une multiplicité d'influences au cours des âges, et comprend de nombreux pays qui possèdent à la fois un héritage commun, des différences linguistiques, religieuses et historiques, et des apports récents venus depuis la mondialisation. À ce titre, l'Europe est une communauté de peuples, qui tend à se constituer politiquement, avec l'Union européenne, en un espace de civilisation, forgé d'une part par une histoire millénaire.

 

L'Europe, et plus particulièrement la Grèce et la Rome antique, est le berceau de lacivilisation occidentale. Entre le xvie siècle et le xxe siècle, les nations européennes ont contrôlé à plusieurs reprises l'ensemble du continent américain, la quasi-totalité de l'Afrique, l'Océanie et de grandes parties de l'Asie. L'Europe est également le berceau de plusieurs bouleversements historiques majeurs, comme la Renaissance, lesgrandes découvertes, le siècle des Lumières et la révolution industrielle.

 

Antiquité

Reconstitution de l'Acropole d'Athènes à l'époque romaine.

Ce serait aux Grecs que l'on doit le mot Europe, attesté pour la première fois au vie siècle av. J.‑C. Il semble qu'il ait d'abord désigné pour eux la région continentale située au nord du golfe de Corinthe, puis les terres qu'ils découvraient peu à peu au nord du bassin méditerranéen.

Sur les rives de la mer Méditerranée, l'essor de la Grèce s’est produit ce que la tradition européenne appela ensuite le legs de la Grèce à l'Europe, « la source grecque » pour Simone Weil ou encore le miracle grec : « tout ce que les Grecs ont reçu des Barbares, ils ont chaque fois fini par le perfectionner », disait Platon. En effet, à travers leurs créations, ils ont marqué toutes les générations notamment avec l'Université, le conservatoire de nos connaissances qui remonte à l'académie de Platon, la politique avec l’éveil de la démocratie et le droit, puis développé la philosophie et la science, la littérature, la poésie, la peinture, la musique et l’ensemble des formes artistiques. La civilisation grecque antique qui a duré 12 siècles a durablement marquée les cultures européennes qui lui ont succédé.

Plus au nord se développent des civilisations protohistoriques, essentiellement les Celtes et les Germains.

IMG_0262.jpg

IMG_0263.jpg

IMG_0266.jpg

IMG_0267.jpg

IMG_0271.jpg

IMG_0277.jpg

IMG_0281.jpg

IMG_0284.jpg

IMG_0285.jpg

IMG_0287.jpg

IMG_0296.jpg

IMG_0300.jpg

IMG_0302.jpg

IMG_0304.jpg

IMG_0312.jpg

IMG_0316.jpg

IMG_0319.jpg

IMG_0320.jpg

IMG_0330.jpg

IMG_0340.jpg

IMG_0345.jpg

IMG_0352.jpg

IMG_0360.jpg

IMG_0369.jpg

IMG_0381.jpg

Projet1.png

IMG_0391.jpg

dernier pont sur le bosphore pour aller d'Europe en Asie


07.01.2012

Sainte-Sophie - Musée(Constantinople) Istanbul

Sainte-Sophie (du grec Ἁγία Σοφία / Hagía Sophía, qui signifie « Sainte Sagesse », « Sagesse Divine », nom repris en turc sous la forme Ayasofya) est une anciennebasilique chrétienne de Constantinople du vie siècle, devenue une mosquée auxve siècle sous l'impulsion du sultan Mehmed II. Elle est édifiée sur la péninsulehistorique d'Istanbul. Depuis 1934, elle n'est plus un lieu de culte mais un musée. Son esplanade est à la mesure de la gloire de Byzance. Souvent surnommée la Grande Église, la basilique est dédiée au Christ, « Sagesse de Dieu », selon la traditionthéologique chrétienne. La dédicace du sanctuaire est célébrée le 25 décembre.

Histoire

Les premières basiliques

Localisation de Sainte-Sophie dans le centre de Constantinople
Pierre de la basilique commandée parThéodose II subsistant aujourd'hui, montrant l'Agneau de Dieu

La première basilique consacrée à la « Sagesse Divine » (Ἁγία Σοφία / Hagía Sophía) a été voulue par l'empereur Constantin en 330, après sa conversion au christianisme. Elle fut probablement érigée sur les ruines d'un ancien temple d'Apollon, sur une colline surplombant la mer de Marmara. C'est l'empereur Constance II qui consacra ce premier édifice, le 15 février 360. C'était alors la plus grande église de la ville, elle était communément appelée Μεγάλη Ἐκκλησία (Megálē Ekklēsíā, « la Grande Église »). On suppose qu'il s'agissait d'un bâtiment en pierre au toit de bois. Au début du ve siècle, l'empereur Arcadius ratifia la déposition et l'exil de l'archevêque de Constantinople saint Jean Chrysostome, à la suite d'un bras de fer avec le patriarche Théophile d'Alexandrie que Jean avait été chargé de juger. L'édifice fut alors incendié lors d'une émeute en 404.

Il fut reconstruit en 415 par l'empereur Théodose II. Le bâtiment retrouva un plan basilical classique sous la direction de l'architecte Roufinos. La basilique fut consacrée le 8 octobre 415. Un siècle plus tard, elle subit une nouvelle fois le même sort funeste, le 13 janvier 532 pendant la sédition Nika, qui a embrasé la ville de Constantinople pendant six jours. Des vestiges subsistent devant le mur ouest de l'édifice actuel depuis 1935. De ces ruines, on distingue un escalier de cinq marches accédant à un portique, et trois portes vers le narthex. Le bâtiment faisait 60 mètres de large.

Après les émeutes de Nika en 532, l'empereur Justinien entreprend de refonder l'édifice dont il pose lui-même la première pierre.

Fichier:Le 24feb a 11h23 - Ste Sophie (1280x1280).jpg

IMG_6674.jpg

IMG_6675.jpg

IMG_6676.jpg

IMG_6681.jpg

IMG_6682.jpg

IMG_6684.jpg

IMG_6685.jpg

IMG_6686.jpg

IMG_6687.jpg

IMG_6689.jpg

IMG_6691.jpg

IMG_6693.jpg

IMG_6694.jpg

IMG_6695.jpg

IMG_6697.jpg

IMG_6699.jpg

IMG_6701.jpg

IMG_6702.jpg

IMG_6703.jpg

IMG_6705.jpg

IMG_6706.jpg

IMG_6711.jpg

IMG_6714.jpg

IMG_6716.jpg

IMG_6718.jpg

IMG_6719.jpg

IMG_6720.jpg

IMG_6726.jpg

IMG_6732.jpg

IMG_6741.jpg

IMG_6744.jpg

 

Mosquée de Soliman-le-Magnifique - Istambul

La plus grande mosquée de la ville fut érigée pour le plus grand des sultans, Soliman-le-Magnifique, sur la troisième colline du vieux Stamboul d’où elle domine majestueusement la Corne d’Or. C’est le plus grand succès de l’architecte Sinan et certainement la plus belle mosquée Istanbul.
Seulement pour assurer la stabilité des bases et pour leur construction, il n'a fallut pas moins de six ans, après quoi la construction réelle de la mosquée put débuter en 1550. La mosquée et ses dépendances (medrese, infirmeries, caravansérails, école médicale, bains, hôpitaux, cuisines et cellules), furent terminées sept ans plus tard.
La cour est pavée en marbre, et encadrée par une galerie couverte de 28 coupoles. Au centre, une fontaine rectangulaire ornementée. Dix balcons sur les minarets, indiquent que Soliman était le dixième sultan ottoman. La mosquée elle-même est presque à angle droit dans son plan, mesurant 63 x 68 m. Le dôme est de 53 m.

L’accès se fait soit par le portique central de la façade principale, soit par les portails latéraux qui mènent respectivement, à la galerie impériale et à la galerie publique. Cinq coupoles sont fixées de chaque côté du dôme principal, supportées par des petits pilastres entre les piliers principaux où repose la coupole centrale. Ainsi une zone exceptionnelle a été laissée libre pour la prière.
Très sobre, la décoration peinte est aussi discrète et les 138 fenêtres à vitraux rehaussent la simplicité de l’ensemble. La lumière du matin est préférable pour la visite du sanctuaire.
Le mihrab est décoré de faïence de Kütahya. Les matières employées pour la construction proviennent de divers sites stambouliotes et des régions de l’Empire. Ainsi, deux des piliers viennent de la région d’Istanbul, un autre d’Alexandrie en Egypte et un des ruines de Baalbek au Liban. L’acoustique est exceptionnelle.

Sur la rue côté sud, 4 anciennes écoles sont alignées : Mektep, Evvel medresi, Sani medrese, Tip medrese. Il s'agit d'écoles de niveaux différents, du primaire à l'université. A l'ouest trois autres énormes bâtiments sont également alignés. Il s'agit (du sud au nord), d'une école, des soupes populaires et d'un caravansérail. Ce dernier bâtiment, est malheureusement fermé aux visiteurs.

En continuant en direction de la Corne d'Or, la petite place à l'angle donne sur le siège du Grand Muftu (autorité religieuse) et le Jardin Botanique. Le bâtiment est du XIXe siècle, tandis que dans l'angle suivant, on découvre une adorable sébil (fontaine de donations) qui annonce le mausolée volontairement modeste de l'architecte de la mosquée, Mimar Sinan

On continuera à tourner autour de la prodigieuse mosquée en arrivant devant deux autres écoles (aussi fermées au public), puis au hammam faisant l'angle nord-ouest. En face du hammam, une porte s'ouvre sur l'école des Traditions et sur les jardins, qui offrent une belle vue sur la Corne d’OrPéraGalata et le Bosphore.

En continuant sur la rue, on rejoint le point de départ, soit les écoles en ayant passé au préalable devant le cimetière et les mausolées de Soliman-le-Magnifique et de Roxelane-la-Chipie. Une fontaine (Taksim) se trouve en début de rue. Il s'agit du réservoir de répartition des eaux du complexe.

soliman200.jpg

 

IMG_0207.jpg

 

IMG_0208.jpg

 

IMG_0209.jpg

 

IMG_0210.jpg

 

IMG_0212.jpg

 

IMG_0213.jpg

 

IMG_0214.jpg

 

IMG_2570.jpg

 

IMG_2571.jpg

 

IMG_6520.jpg

 

IMG_6524.jpg

 

IMG_6526.jpg

 

IMG_6527.jpg

IMG_6528.jpg

IMG_6529.jpg

IMG_6530.jpg

IMG_6532.jpg

IMG_6533.jpg

IMG_6534.jpg

IMG_6535.jpg

IMG_6536.jpg

IMG_6543.jpg

IMG_6544.jpg