081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12.06.2012

Domaine de la Perrière - Sancerre - Cher -

Une cave dans une grotte

Le domaine de la Perrière appartenait à la famille Archambault depuis 1910 et ce n’est qu’en 1920, au retour de la guerre que Magloire Archambault entame la plantation de son vignoble en cépage sauvignon.

En 1996, la famille Saget se porte repreneur du domaine.

Les caves souterraines de la Perrière, ouvertes au public depuis 60 ans, constituent un site « historique » impressionnant. Les visiteurs profitent de cet endroit original pour déguster confortablement le crottin de Chavignol avec les vins du domaine.

Le domaine de la Perrière, nom symbolisant « la grosse pierre », évocateur des notes minérales du sauvignon dans ce terroir, exploite près de 42 hectares en AOC Sancerre, répartis sur les communes de Bannay, Verdigny, Saint-Satur, Crézancy et Vinon. Une des particularités du domaine est de posséder 10 hectares d’un seul tenant sur des terres à silex qui produisent des vins charnus de garde.

Plan d'accès

IMG_0191.JPG

IMG_0192.JPG

IMG_0193.JPG

IMG_0194.JPG

IMG_0198.JPG

IMG_0196.JPG

IMG_0200.JPG

IMG_0201.JPG

IMG_0203.JPG

IMG_0206.JPG

IMG_0208.JPG

IMG_0211.JPG

Après une dégustation de ce vin délicieux il y a le passage classique par la boutique à souvenirs

une cave qui sort de l'ordinaire


Le Jardin du Vent - Vendée

Au pied d’un curieux moulin coiffé de ses voiles, se cache un jardin original qui offre à ses visiteurs une promenade artistique, amusante et instructive… Sculptures animées, jeux de vent, légendes et indications météorologiques jalonnent ce parcours autour d’une rose des vents et d’un théâtre de verdure. Pénétrez au cœur de cet insolite espace, retrouvez  la Tour des Vents, dont le chapeau ressemble à un bateau. A l’intérieur, le vent souffle dans toutes les directions, même les plus improbables.

Contemplez la Passe des Alizés. Cet univers éveille le sens de l’écoute. Les sons émis naissent du mariage de l'objet et du vent. Ne touchez à rien,... le vent se charge de les faire sonner. Voyez la Rose des Sons, l’Appareil à Conférences tubulaires… Assistez aux Soupirs d’Eole. En passant devant, le vent vous souffle des bulles de savon. Ou encore au Détroit des Brumes où, toutes les deux minutes, la brume vous envahit, dessinant ainsi les mouvements du vent.

JARDIN DU VENT 
29 bis rue Gilbert Cesbron – 85690 NOTRE DAME DE MONTS -  02 28 11 26 43

IMG_0028.JPG


Reportage TV Vendée : Jardin du vent à Notre Dame par otnddm

IMG_0031.JPG

IMG_0037.JPG

IMG_0039.JPG

IMG_0041.JPG

IMG_0045.JPG

IMG_0049.JPG

IMG_0051.JPG

IMG_0053.JPG

IMG_0055.JPG

IMG_0059.JPG

Un moment de visite très agréable au grès du vent,ce jardin vous transporte dans un monde de solitude parmis tous ces bruits de vent capté par des inventions de toutes sortes

19.05.2012

LE GRENIER DE CAPOU DANS L'AVEYRON

La Crestilie où Raymond Capoulade vous accueille à gauche à l'entrée du village de Soulages-Bonneval.

DANS L'AVEYRON

Assistez et participez à la traite et aux soins donnés aux animaux, il a 30 vaches. Visitez l’impressionnant « Grenier de Capou » de 1000 m² fourmillant de plusieurs milliers d'objets plus insolites les uns que les autres, il a réuni dans son grenier tout ce qu'il a trouvé pendant des années de recherche. il a une présentation très humoristique pour raconter une histoire sur tous ces vestiges des années passées

il est très fier de  son oeuvre et est amoureux de tout ce qu'il fait, c'est une visite a ne pas rater si vous passez par Laguiole

Pour ajouter à tous ça, il loue des gites pour touristes,il fait des représentations en soirée afin de raconter plein d'histoires amusantes sur ses trouvailles, il chante et joue de l'accordéon

 

Le grenier de Capou - article du journal LA DEPECHE

À Découvrir

Raymond Capoulade, dit « Capou » (Photo DDM, archives), est un personnage emblématique de l'Aubrac. Il est facilement reconnaissable avec sa longue barbe blanche et ses costumes traditionnels des buronniers. Bref, Capou est un amoureux passionné de sa région et il a décidé, cet hiver, de le montrer en ouvrant, son « grenier ». Avec les membres de sa famille, il a transformé une partie de sa maison en véritable musée, le Grenier de Capou, dédié aux objets en bois du passé. Il propose donc, depuis cette semaine, des visites en nocturne. Rendez-vous à Soulage-Bonneval (à 8 km de Laguiole), les lundis et les jeudis, à partir de 17 h 30. Réservations au 05 65 44 31 63.


 

Congrès Laguiole 29 mai 4 juin 10 008.JPG

Monsieur CAPOU en personne

 

Congrès Laguiole 29 mai 4 juin 10 009.JPG
Congrès Laguiole 29 mai 4 juin 10 010.JPG
Congrès Laguiole 29 mai 4 juin 10 012.JPG
capou 1 (5).JPG
capou 1 (6).JPG
capou 1 (7).JPG
capou 1 (8).JPG
capou 1 (9).JPG
capou 1 (11).JPG

 

capou 1 (12).JPG
capou 1 (13).JPG
capou 1 (14).JPG
capou 1 (15).JPG
capou 1 (16).JPG
capou 1 (17).JPG
capou 1 (18).jpg
capou 1 (19).jpg
capou 1 (20).jpg
capou 1 (21).jpg

Le verre de la convivialité

 

capou 1 (22).jpg
La petite chanson d'aurevoir à l'accordéon
 
 
 
IMG_8665.JPG

FIN  DE  LA  VISITE

 





00:45 Écrit par petitefleur-06 dans MUSEE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

26.01.2012

Celaledîn Rûmî Mevlâna - Turquie - les derviches tourneurs

Celaledîn Rûmî Mevlâna, en Persan : مولانا جلال الدين محمد بلخى, en turcMevlânâ Celaleddin-i Rumi) (Balkh30 septembre 1207 - Konya17 décembre 1273) est un mystique musulman Perse qui a profondément influencé le soufisme. Il existe une demi-douzaine de transcriptions du prénom Djalal-el-dine, « majesté de la religion » (de djalal, majesté, et dine, religion, mémoire, culte). Il reçut très tôt le surnom deHüdavendigar, ou Mevlânâ, qui signifie « notre maître ». Son nom est intimement lié à l'ordre des « derviches tourneurs » ou mevlevis, une des principales confréries soufies de l'islam, qu'il fonda dans la ville de Konya en Turquie1.

La plupart de ses écrits lui ont été inspirés par son meilleur ami, Shams ed Dîn Tabrîzî, dont le nom peut être traduit par « soleil de la religion ».

Il était originaire de cité de Balkh dans le nord de l'Afghanistan actuel.

Rûmî a également repris à son compte les fables d'Ésope dans son principal ouvrage le « Masnavî » (« Mathnawî », « Mesnevi »), que La Fontaine retraduira partiellement à son tour en français. Les Turcs et les Iraniens d'aujourd'hui continuent d'aimer ses poèmes. Reconnu de son vivant comme un saint, il aimait à fréquenter les chrétiens et les juifs tout autant que ses coreligionnaires.

L'UNESCO a proclamé l'année 2007 année en son honneur2 pour célébrer le huitième centenaire de sa naissance. Ainsi, le 30 septembrefurent organisées à Konya des festivités avec la participation des derviches tourneurs.

Fichier:Mevlana.jpg

 

Djalâl ad-Dîn Rûmî

 

Jeunesse

 


Vue générale du mausolée de Rumi, àKonya (Turquie)

 

Originaire de la ville de Balkh, dans l'actuel Afghanistan, Rûmî est le fils d'un théologien et maître soufi réputé : Bahâ od Dîn Walad (1148-1231), surnommé « sultan des savants » (Sultân al-'Ulama), dont le livre Ma'ârif fut longtemps le préféré de Rûmî. Par sa mère Mu'mine Khatûn, fille de Rukn al-Dîn, émir de Balkh, il appartient à la lignée d'Ali, le quatrième calife de l'islam.

 

En 1219, Rûmî fuit avec sa famille devant l'arrivée des Mongols de 1220-1222 en Asie centrale. Il accomplit le pèlerinage musulman à La Mecque, puis se rendit à Nishâpûr où il rencontra Farid od Dîn 'Attâr qui lui offre son Livre des Secrets. La famille se fixe en Arzanjân, en Arménie, puis àLâranda (actuelle Karaman) non loin de Konya, capitale des Seldjoukides du Sultanat de Roum(anciens territoires romains, c'est-à-dire byzantins, en Anatolie), d'où son surnom de Roumi(Romain, Byzantin, Anatolien). Refusant l'invitation à séjourner au palais du sultan, le père de Rûmi demanda à s'installer dans un collège, et on lui en construisit un tout exprès.

 

En 1226, à l'âge de 19 ans, Rûmî épousa Gauher Khâtûm, la fille du hodja de Samarkand qui lui donna deux fils (Sultân Walad et 'Alâ od Dîn Tchelebi). Trois ans après leur mariage, Gauher mourut en 1229. Son père vint alors s'installer à Konya peu avant de mourir en 1231, et Rûmî lui succéda à l'âge de 24 ans.

 

Rûmî épousa en seconde noces une veuve turque, Karra Khatûn (? - 1292), qui avait déjà un fils, Shams al-Dîn Yahya. Rûmî eut un autre fils et une fille avec elle : Amir Muzaffar al-Dîn Muhammad Chelebi et Malika Khatûn.

 

Husâm od Dîn Celebî

Derviches tourneurs

Ce fut Husâm od Dîn Chelebî (1225 - ) qui succéda au titre de maître des disciples. Il fut l'instigateur de la rédaction du grand traité de Rûmî : le Masnavî. Il rédigeait et récitait les vers que Rûmî lui dictait de manière inspirée. Le premier volume achevé, la rédaction fut interrompue par la mort de la femme d'Husâm, qui ne reprit le calâme que deux ans plus tard en 1265, jusqu'à la fin de la vie de Rûmî, en 1273.

Il tomba malade et comprit que son heure était venue. Il était heureux de retrouver son Créateur et partit serein le soir du dimanche 17 décembre, qui est désormais la date anniversaire de la célébration shab-i arus, qui est une cérémonie de mariage mystique. Tous les habitants deKonya, toutes confessions confondues, suivirent son enterrement.

C'est à l'intérieur de son couvent que Rûmî fut enterré, sous un dôme vert appelé Qubba-i Hadra et construit en 1274. Il repose sous un sarcophage en noyer, chef-d'œuvre de l'art seljukide, sculpté par Selimoglu Abdülvahid. Ce lieu est devenu un important centre de pèlerinage.

 

L'ordre des Mevlevis

 

L'ordre soufi des Mevlevis est particulièrement connu pour son sama', le concert spirituel où l'on voit les derviches tourneurs exécuter des danses mystiques au son du ney et du tanbur, mais aussi pour ses récitations quotidiennes duMasnavî, les Mawlawî Awrâd-e Sharîf.

 

Il a été fondé à la mort de Rûmî par Husâm od Dîn Chelebî et Sultân Valad. Il a perduré et acquis un certain respect durant le long règne desOttomans, mais a été interdit par Atatürk, puis rétabli à titre quasi folklorique.

 

Fichier:JALAL AL–DIN MUHAMMAD RUMI MATHNAVI-I MA’NAVI1.jpg


 

 

14SEPT 140.jpg

14SEPT 141.jpg

14SEPT 142.jpg

14SEPT 144.jpg

14SEPT 145.jpg

14SEPT 146.jpg

14SEPT 148.jpg

14SEPT 149.jpg

14SEPT 150.jpg

14SEPT 151.jpg

14SEPT 152.jpg

14SEPT 154.jpg

14SEPT 156.jpg

14SEPT 157.jpg

14SEPT 162.jpg

14SEPT 165.jpg

14SEPT 167.jpg

14SEPT 169.jpg

14SEPT 170.jpg

14SEPT 173.jpg

14SEPT 174.jpg

14SEPT 177.jpg

14SEPT 178.jpg

14SEPT 179.jpg

14SEPT 180.jpg

14SEPT 181.jpg

14SEPT 182.jpg

14SEPT 185.jpg

14SEPT 186.jpg

14SEPT 188.jpg

14SEPT 189.jpg

IMG_1171.jpg

IMG_1173.jpg

IMG_1175.jpg

IMG_1176.jpg

IMG_1177.jpg

IMG_1180.jpg

IMG_1181.jpg

IMG_1182.jpg

IMG_1183.jpg

IMG_1184.jpg

IMG_1185.jpg

IMG_1186.jpg

IMG_1189.jpg

IMG_1197.jpg

IMG_1198.jpg

IMG_1200.jpg

 

dernich.gif

dernich.gif

dernich.gif

11:01 Écrit par petitefleur-06 dans Blog, MUSEE, RELIGION, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

24.01.2012

Aksaray - lieu d'étape sur la Route de la soie - Turquie

Aksaray (en turc : palais blanc) est une ville du sud de la Turquiepréfecture de la province et chef-lieu du district du même nom.

Selon le recensement de 2000, le district comportait alors 236 560 habitants et la ville 129 9491. L'altitude moyenne est 980 m et le point culminant est le mont Hasan, un volcan éteint de 3 253 mètres.

Histoire

La région d'Aksaray était un important lieu d'étape sur la Route de la soie, entre Konya et Kayseri, au croisement avec la route Niğde-Sivas.

À l'époque romaine, la ville se nommait Garsaura. Archélaos, le dernier roi deCappadoce2 la rebaptisa Archelaïs. Sous les Seldjoukides, la ville et sa région bénéficièrent d'un important développement et de nombreux édifices y furent construits. Le voyageur arabe Ibn Battuta, qui passa dans la région au xive siècle dit d"Aksaray qu'elle était « une belle cité, entourée de voies d'eau et de jardins, avec une distribution d'eau qui parvenait jusqu'aux maisons de ses habitants ».

Après son incorporation en 1470 dans l'empire ottoman par İshak Paşa (tr), de nombreux habitants s'établirent à Istanbul, où un quartier prit le nom d'Aksaray 

Caravansérails

Entrée du caravansérail du Sultan (Sultan hani), 46 km à l'ouest d'Aksaray

Trois caravansérailsfurent établis par lesSeldjoukides auxiiie siècle aux environs de la ville. Deux d'entre eux sont particulièrement intéressants :

 

 

 

 

 

 

 

14SEPT 090.jpg

14SEPT 093.jpg

14SEPT 095.jpg

14SEPT 096.jpg

14SEPT 098.jpg

14SEPT 099.jpg

14SEPT 105.jpg

 

14SEPT 108.jpg

14SEPT 109.jpg

14SEPT 110.jpg

14SEPT 121.jpg

14SEPT 122.jpg

14SEPT 126.jpg

IMG_1151.jpg

IMG_1153.jpg

IMG_1157.jpg

IMG_1160.jpg

IMG_1161.jpg

18.01.2012

Le Mausolée d'Atatürk - Ankara

 

Mausolée d'Atatürk

 

Turquie > Anatolie Centrale > Ankara > Mausolée d'Atatürk
La construction du mausolée d’Atatürk a débuté en 1944. Bâtiment démesuré, on y arrive par une allée gigantesque, bordée de lions. Le mausolée d’Atatürk est d’un style plutôt imposant et dépouillé. Au rez-de-chaussée, un musée où sont exposés des objets personnels d’Atatürk.

 


On sait combien les Turcs vénèrent Mustapha Kemal dit Atatürk, le "père des Turcs", qui a fait de l'ancien empire ottoman, la moderne république de Turquie que l'on connait aujourd'hui. C'est lui en effet qui déclencha la guerre d'indépendance à la suite de laquelle il abolit le sultanat, sépara l'Eglise de l'Etat, rendit le pays laïque, créa des liens forts avec l'Europe et bien d'autres choses encore. Pas étonnant alors que le mausolée qui lui soit consacré soit si cossu, si vaste et fasse l'objet d'une telle attention. Les travaux débutèrent en 1944 pour s'achever 9 ans plus tard. La longue allée aux lions débouche sur une vaste esplanade autour de laquelle se tiennent différents musées qui renferment tous des objets personnels du grand homme tandis que le bâtiment principal aux lignes épurées et, surélevé par rapport au reste des enceintes, abrite le corps de Mustapha Kemal. Le 10 novembre de chaque année, l'anniversaire de la mort d'Atatürk, donne lieu à une commémoration en grande pompe.

 

Un mausolée est un monument funéraire de grandes dimensions. Il doit son nom au satrape (gouverneur) de la province de Carie en Asie mineureMausole qui au ive siècle av. J.‑C. s'était fait construire un tombeau monumental : le mausolée d'Halicarnasse, l'une des Sept merveilles du monde.

 

Le mausolée contient le corps du défunt contrairement au cénotaphe.

 

Le mausolée dans le monde romain

À Rome, le mausolée le plus célèbre est le mausolée d'Hadrien (mort en 138), devenu le château Saint-Ange. Le mausolée d'Auguste se dresse sur le Champ de Mars et est sans doute inspiré du mausolée d'Alexandre le Grand1.

Dès la fin du ier siècle de notre ère, le modèle architectural du « mausolée-temple » se répand dans les provinces de l'Empire. Leur morphologie rappelle celle des temples de tradition latine : cellapronaos, façade principale surélevée sur un podium et précédée par un emmarchement. Le mausolée-temple de Lanuéjols (Lozère) en est un bon exemple

Le mausolée de Lanuéjols, situé sur la commune de Lanuéjols (Lozère) dans le vallon du Valdonnez, de la fin du iie siècle ou peut-être du iiie siècle. Il fut élevé par une riche famille à la mémoire de ses deux fils.

Historique

Fouilles archéologiques

L'ensemble funéraire est dégagé en 1813 des éboulis de pente qui le recouvrent et en1840, le monument dit « le tombeau romain » figure sur la liste des monuments historiques classés1. En 1880, les fondations d'un autre monument sont mises au jour à quelques mètres au sud du mausolée.

Description

Construit en grand appareil de pierre calcaire, ce mausolée est typique du modèle architectural du « mausolée-temple » qui se répand dans les provinces de l'Empire romain dès la fin du Ier siècle. Sa morphologie rappelle celle des temples de tradition latine, avec cella et pronaos. Sa façade principale est ornée de pilastres à chapiteauxcorinthiens, avec un entablement à corniche. Le monument est construit sur un podium précédé d'un emmarchement, restauré en 1999.

« En l'honneur et à la mémoire de Lucius Pomponius Bassulus et de Lucius Pomponius Balbinus, leurs très pieux fils : Lucius Julius Bassianus leur père, et Pomponia Regola, leur mère, ont élevé ce monument des fondations jusqu'au faîte et l'ont dédié ainsi que les édifices avoisinants. »

Fichier:Mausolée de Lanuéjols (Lozère) 4.JPG

mausolée de Lanuéjols, situé sur la commune de Lanuéjols (Lozère)

Quant on se promène en France, il faut regarder et chercher pourquoi les monuments sont présents

j'ai une réponse en passant par Ankara....... il faut le faire

Photos  du  Mausolée  d'Atatürk

3 SEPAM 005.jpg

 

3 SEPAM 007.jpg

3 SEPAM 009.jpg

3 SEPAM 010.jpg

3 SEPAM 013.jpg

3 SEPAM 015.jpg

3 SEPAM 017.jpg

3 SEPAM 019.jpg

3 SEPAM 021.jpg

3 SEPAM 023.jpg

3 SEPAM 024.jpg

3 SEPAM 025.jpg

3 SEPAM 026.jpg

3 SEPAM 027.jpg

3 SEPAM 028.jpg

3 SEPAM 030.jpg

3 SEPAM 031.jpg

3 SEPAM 032.jpg

3 SEPAM 033.jpg

3 SEPAM 034.jpg

3 SEPAM 035.jpg

3 SEPAM 036.jpg

3 SEPAM 037.jpg

3 SEPAM 038.jpg

3 SEPAM 041.jpg

3 SEPAM 043.jpg

3 SEPAM 044.jpg

3 SEPAM 048.jpg

3 SEPAM 051.jpg

3 SEPAM 065.jpg

3 SEPAM 067.jpg

3 SEPAM 068.jpg

3 SEPAM 074.jpg

3 SEPAM 080.jpg

3 SEPAM 082.jpg

<iframe width="420" height="315" src="http://www.youtube.com/embed/3T3_z0v4HJI" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


3 SEPAM 089.jpg3 SEPAM 086.jpg

3 SEPAM 091.jpg

3 SEPAM 102.jpg

3 SEPAM 106.jpg

3 SEPAM 108.jpg

IMG_0577.jpg

IMG_0580.jpg

IMG_0583.jpg

IMG_0589.jpg

IMG_0625.jpg

IMG_0626.jpg

IMG_0633.jpg

IMG_0635.jpg

IMG_0642.jpg

15.01.2012

Le Musée des civilisations anatoliennes à Ankara

Le premier musée d'Ankara a été créé en 1921 dans un des bastions de la forteresse, l'Akhale, par Mübarek Galip Bey, Directeur de la Culture. Des pièces d'exposition ont également à l'époque été rassemblées au Temple d'Auguste et dans les Thermes romains.  

Partant de l'idée de fonder un "Musée Hittite" dans la capitale à la suggestion d'Atatürk, les oeuvres hittites des autres régions ont été envoyées à Ankara, et il s'est trouvé indispensable de choisir de plus vastes locaux pour servir de musée. Le Directeur de la Culture Hamit Zübeyr Kosay proposa alors au Ministre de l'Éducation nationale de l'époque, Saffet Ankan, de restaurer le Bedesten de Mahmut Pasa et le Kursunlu Han, abandonnés et s'en servir comme musée.
Les travaux de restauration, qui devaient se terminer en 1968, ont été entamés en 1938.

Plan du Musée

Le Musée des Civilisations Anatoliennes, qui est un des plus remarquables musée du monde par l'originalité de ses collections expose des pièces archéologiques anatoliennes, du paléolithique à l'époque ottomane, ceci par ordres chronologique, et dans un édifice historique.

Le Musée des civilisations Anatoliennes occupe deux bâtiments datant de l'époque Ottomane, aménagés de façon à servir à leurs nouvelles fonctions, et situés dans le quartier dit "du marché aux chevaux" (Atapazan) au Sud-Est des murailles extérieure de la forteresse d'Ankara. Ces deux constructions sont, l'une, le Bedesten (petit marché couvert) de Mahmut Pasa, l'autre le Kursunlu Han.

Le marché couver, le Bedesten, était de type classique: un espace rectangulaire fermé couvert de 10 coupoles, entouré d'un ensemble de 102 boutiques voûtées se faisant face. 
Le Kursunlu Han est typique des constructions ottomanes: une cour centrale avec portique, entourée de pièces sur deux étages, 28 au rez-de-chaussée, 30 à l'étage. Au sous-sol, une écurie en forme de L occupe les côtés Ouest et Sud. Le Han à également une série de boutiques. Ces deux constructions, qu'occupe actuellement le Musée, avaient été abandonnées en 1881 après un incendie.


parc arboré


La ville antique d'Ankara Nallihan district Juliopolis, Région, est situé Gulsehri Cayirhan district. Scopas la vieille ville (Aladdin River) Pont sur ​​les jaunes, et qui doivent être autour et sous les eaux du réservoir Sariyar. Certaines des ruines de la ville d'aujourd'hui peut être vu sur la côte nord-est du réservoir du barrage. Nécropole de la ville sur la rive nord du réservoir est situé sur le calcaire rocheux. Nekropolda Juliopolis saisis à la suite de fouilles dans la nécropole de pièces et de comprendre que cette zone de la ville de Juliopolis.
Dans les temps anciens, en Bithynie, la Galatie et Juliopolis région est située à la frontière. Avoir été habité depuis l'époque où un village phrygien, le nom du roi fondateur de la Gordios Phrygiens »pour l'Gordioukome diagnostic (Gordios'un village) est connu comme. Reprend sa vie comme une petite ville dans la ville pendant la période hellénistique. Juliopolis'in empereur romain Auguste dans les sources anciennes (27 BC - AD 14) stipule que gagné le statut de la ville. L'importance réelle de la ville, surtout à l'ère de la Constantinople byzantine et il Ankyra'ya Nikaia'ya à prendre place sur la route connue sous le nom d'étirement et hacıyolu doit. Le nom de cette nouvelle ville de Bithynie par le César romain Julius, le chef d'un gang appelé Kléon 'une référence à la Juliopolis modifiée. 
Nom Juliopolis est également fréquemment observées dans les œuvres littéraires. Pline (AD 61-112), la Bithynie, «alors qu'il est le gérant (MS103) Juliopolis ses lettres de« ceux qui, par une grande partie du trafic est concentré dans une ville frontalière "parle comme. MS 4 et 9 Juliopolis à travers les siècles du chrétien signatures prêtres byzantins Conseil Sinot sur ​​une base régulière (l'assemblée spirituelle) est enregistrée. 

Juliopolis 9 siècle, l'empereur Basile (AD 867-886), et 11 allusion est le nom de Basilium-basileion siècle, et après cette date restera le nom été rencontrées dans les œuvres littéraires. Eventuellement, la scène de l'histoire ont disparu dans l'oubli à cause de la ville depuis cette date.

Cliquez pour plus d'informations sur Juliopolis Excavation

L'entrée du Musée est précédée d'un parc arboré et agrémentée de quelques pièces

antiques.

 

3 SEPAM 126.jpg

 

3 SEPAM 128.jpg

 

3 SEPAM 114.jpg

 

 

 

3 SEPAM 115.jpg

 

3 SEPAM 117.jpg

 

3 SEPAM 118.jpg

 

3 SEPAM 119.jpg

 

3 SEPAM 125.jpg


 

3 SEPAM 129.jpg

3 SEPAM 130.jpg

3 SEPAM 131.jpg

3 SEPAM 134.jpg

3 SEPAM 135.jpg

 

3 SEPAM 139.jpg

3 SEPAM 143.jpg

3 SEPAM 144.jpg

3 SEPAM 145.jpg

3 SEPAM 146.jpg

3 SEPAM 151.jpg

3 SEPAM 155.jpg

3 SEPAM 156.jpg

 

3 SEPAM 157.jpg

3 SEPAM 159.jpg

3 SEPAM 160.jpg

3 SEPAM 166.jpg

3 SEPAM 169.jpg

3 SEPAM 170.jpg

3 SEPAM 171.jpg

3 SEPAM 172.jpg

3 SEPAM 173.jpg

3 SEPAM 174.jpg

3 SEPAM 175.jpg

3 SEPAM 176.jpg

3 SEPAM 177.jpg

 

3 SEPAM 178.jpg

 

3 SEPAM 181.jpg

3 SEPAM 186.jpg

3 SEPAM 189.jpg

3 SEPAM 192.jpg

3 SEPAM 194.jpg

3 SEPAM 198.jpg

3 SEPAM 199.jpg

 

3 SEPAM 202.jpg

3 SEPAM 206.jpg

 

3 SEPAM 207.jpg

3 SEPAM 208.jpg

3 SEPAM 209.jpg

3 SEPAM 210.jpg

3 SEPAM 212.jpg

IMG_2177.jpg

IMG_2178.jpg

IMG_2182.jpg

 

IMG_2193.jpg

IMG_2198.jpg

IMG_2202.jpg

IMG_2206.jpg

IMG_2209.jpg

 

IMG_2216.jpg

IMG_2219.jpg

IMG_2221.jpg

IMG_2223.jpg

IMG_2224.jpg

 

IMG_2228.jpg

IMG_2229.jpg

IMG_2234.jpg

IMG_2236.jpg

IMG_2238.jpg

IMG_2243.jpg

 

IMG_2244.jpg

IMG_2247.jpg

 

IMG_2248.jpg

 

IMG_2249.jpg

 

IMG_2250.jpg

IMG_2251.jpg

IMG_2252.jpg

IMG_2255.jpg


05.11.2011

Les Hurons du Québec

Les Hurons-Wendat en langue wendate (appelés aussi aux États-Unis les Wyandots) sont une Première Nation de langue iroquoienne, originaire du sud de l’Ontario, auCanada.

Le nom « Huron » leur a été donné par les premiers arrivants français à cause de la coiffure des hommes, semblable à celle des Mohawks, qui rappelait la hure dusanglier.

Lors du premier contact franco-wendat au xviie siècle, les Hurons étaient, d'après les premiers Européens entrant en contact avec eux, organisés en une confédération de cinq tribus ou peuplades distinctes : les Attignawantan, les Attignaenongnehac, lesArendaronon, les Tahontaenrat et les Ataronchronons.

Les Hurons se battaient contre les Iroquois avant l’arrivée des Français dans la région. L’alliance franco-wendate et les alliances formées par les Iroquois avec les Hollandais, puis avec les Anglais, ont imbriqué cette guerre à celle des puissances colonisatrices. Fusils et couteaux en acier accrurent la mortalité au sein des combats, et dès 1649, les Iroquois massacrèrent les Wendats. Les Iroquois prirent un grand nombre de captifs : après une année, suivant les coutumes iroquoiennes, les uns furent adoptés par mariage avec un membre de la tribu et les autres torturés puis tués.

Un groupe d'environ 300 Wendats catholiques se réfugia près de la ville de Québecsuivant la dispersion de leur peuple par les Iroquois. Leurs descendants y vivent dans laréserve indienne de Wendake, aussi appelé le « Village Huron », situé à Loretteville. Un autre groupe, les actuels Wyandots, s’enfuit vers l’ouest, où il trouva refuge dans les États actuels de l’Ohio et du Michigan.

Vers la fin du xviiie siècle, les Hurons de l’Ouest obtinrent une position d’importance symbolique en tant qu'« oncles » de la Confédération du Wabache qui combattait aux États-Unis dans les années 1790. Les descendants des Wendats de l'ouest sont divisés aujourd’hui en trois groupes : un certain nombre qui est resté dans le Michigan et l’Ontario (la Nation Wyandot d'Anderdon), un autre groupe conduit au Kansas et un troisième, le plus grand, dans l’Oklahoma.

Les 3 000 Hurons-Wendats vivant au Québec sont pour la plupart catholiques etfrancophones, bien qu’il y ait actuellement un mouvement en faveur de l’étude et de l’utilisation de la langue wendate.

Les Hurons-Wendats de Loretteville sont connus depuis longtemps pour leur production d'artisanat et d'objets traditionnels, entre autres les mocassins et les raquettes de babiche.

Localisation

Groupe huron-wendat de Wendake (Lorette) àSpencerwood, Québec, 1880

Avant 1649, les Wendats disposaient d’un territoire au Canada et aux États-Unis. Ce territoire de 880 km² était délimité par la rivière Niagara à l’est, la rivière Sainte-Claire à l’ouest, le lac Érié au sud.

Après leur défaite face aux Iroquois en 1649, un groupe d'environ 300 Hurons catholiques s'installe près de Québec, à Wendake.

L'ancienne seigneurie de Sillery est revendiquée par ces gens de Wendake comme territoire huron, de même qu'une grande partie du comté de Roquemont et le territoire des « Quarante Arpents ».

Après 1649, une autre partie des Hurons fuit vers l'Ouest et s'installe dans le Michigan et l'Ohio puis, après le xviiie siècle, ils sont divisés en trois groupes : un dans le Michigan et l'Ontario (la Nation Wyandot d'Anderdon), l'autre au Kansas et le troisième dans l'Oklahoma, dans l'actuelle réserve huronne de Wyandot.

 

canada 015.jpg

canada 016.jpg

canada 017.jpg

canada 019.jpg

canada 022.jpg

IMG_0736.jpg

IMG_0742.jpg

IMG_0744.jpg

IMG_0748.jpg

IMG_0755.jpg

IMG_0756.jpg

IMG_0757.jpg

IMG_0764.jpg

canada 021.jpg

IMG_0762.jpg

IMG_0758.jpg

IMG_0759.jpg

IMG_0760.jpg

IMG_0765.jpg

IMG_0768.jpg

IMG_0769.jpg

IMG_0771.jpg

IMG_0772.jpg

IMG_0773.jpg

IMG_0776.jpg

IMG_0777.jpg

IMG_0781.jpg

IMG_0782.jpg

IMG_0784.jpg

IMG_0787.jpg

IMG_0789.jpg

IMG_0792.jpg

IMG_0793.jpg

IMG_0798.jpg

IMG_0799.jpg

IMG_0800.jpg

IMG_0802.jpg

IMG_0805.jpg

IMG_0808.jpg

IMG_0809.jpg

IMG_0813.jpg

IMG_3376.jpg

IMG_0820.jpg

IMG_0821.jpg

IMG_0822.jpg

IMG_3379.jpg