081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08.11.2011

Croisière aux baleines au Québec

 
Croisières Dufour
Croisières Dufour  

Croisières Dufour

Prenez le large avec le Groupe Dufour et ses croisières aux baleines en partance de Baie-Sainte-Catherine et de Tadoussac, deux villages côtiers pittoresques postés à l’embouchure du fjord du Saguenay, à environ 2 h 30 de Québec. Embarquez-vous pour l’une des splendides croisières commentées par des passionnés afin de découvrir tant l’histoire du Québec que la faune marine du fleuve Saint-Laurent, dont les réputés baleines et bélugas au large du fjord du Saguenay. Le Groupe Dufour vous propose deux passionnantes excursions aux baleines : un safari visuel de 3 heures à bord du monocoque Famille Dufour I ainsi qu’une croisière sportive sur le Zodiac Tadoussac III. Montez donc à bord et partez à l'aventure!
 
Croisières Dufour - Baie-Sainte-Catherine
Croisières Dufour - Baie-Sainte-Catherine  

Croisières Dufour - Baie-Sainte-Catherine

Pour donner du goût à vos vacances, ajoutez-y une bonne pincée de sel de mer en partant en croisière au fil du fleuve Saint-Laurent grâce à Croisière Groupe Dufour - Baie-Sainte-Catherine! En famille, en amoureux ou entre amis, mettez le cap sur l’histoire et les paysages baignés par le Saint-Laurent de Montréal à Tadoussac en passant par Québec et Grosse-Île. Embarquez-vous pour l’une des splendides croisières commentées par des passionnés afin de découvrir tant l’histoire du Québec que la faune marine du fleuve Saint-Laurent, dont les réputées baleines et bélugas au large du fjord du Saguenay. D’une excursion matinale aux baleines face à Tadoussac, jusqu’à une croisière festive sous les étoiles, mettez le cap sur l’aventure!

canada 025.jpg

IMG_3411.jpg

canada 051.jpg

canada 052.jpg

canada 055.jpg

canada 059.jpg

 

canada 063.jpg

IMG_1158.jpg

IMG_1159.jpg

 

IMG_1170.jpg

 

IMG_1171.jpg

IMG_1172.jpg

IMG_1173.jpg

IMG_1174.jpg

canada 049.jpg

IMG_3384.jpg

IMG_3385.jpg

IMG_3387.jpg

IMG_3388.jpg

IMG_3401.jpg

IMG_3406.jpg

IMG_3408.jpg

 

02.11.2011

La Ville de Québec

 

Fichier:Plaines d'Abraham et tour martello.jpg

Tour Martello 1, parc des Champs-de-Bataille

Le Parc des Champs-de-Bataille regroupe les plaines d'Abraham (avec le jardin Jeanne-d'Arc) et, à proximité, le parc des Braves. En 1908, la Commission des champs de bataille nationaux (CCBN) crée le parc pour célébrer le tricentenaire de Québec.

Fichier:ParcCartierBrébeufC.JPG

Lieu historique national du Canada Cartier-Brébeuf


Fichier:Villa Bagatelle-3-Québec.jpg

 

Villa Bagatelle

La Villa Bagatelle est située à Québec dans le quartier Sillery au 1563, chemin Saint-Louis. Ce site historique avec son jardin à l'anglaise est ouvert au public.


En 1849, Henry Atkinson fait construire sur sa propriété de Spencer Wood (voir parc du Bois-de-Coulonge), en banlieue de Québec, un petit cottage néogothique qu'il appellera Spencer Cottage ou Bagatelle, en rappel du domaine de Bagatelle, près de Paris, propriété de son ami lord Henry Seymour. Le jardinier paysagiste écossaisPeter Lowe aménage les jardins du domaine selon les préceptes du mouvement pittoresque anglais. Incendiée en 1926, l'habitation est reconstruite par l'architecteThomas Reid Peacock qui s'inspire de photographies de la villa pour la reconstruire en conservant son allure pittoresque.

Abandonnée et saccagée pendant une décennie (1973-1983), la villa est acquise par l'ancienne ville de Sillery qui la restaure et la convertit en centre de diffusion culturelle avec l'aide du ministère des Affaires culturelles. Depuis 2002, la villa et son programme d'activités sont gérés par l'Arrondissement de Sainte-Foy–Sillery-Cap-Rouge.

La Villa Bagatelle et son jardin sont parmi les exemples les plus représentatifs de l'influence du courant pittoresque anglais à Québec, tant par l'architecture du bâtiment que par l'aménagement du jardin, composé de centaines de plantes exotiques et indigènes.

 

Fichier:MuséeQuébecPrison.jpg

Musée national des beaux-arts du Québec,


Pavillon Charles-Baillairgé, ancienne prison de Québec

Histoire

 

Fondé en 1933, le musée fut connu d'abord sous le nom de « Musée de la province de Québec ». Il fut la première institution muséologique fondée par le gouvernement du Québec. À ses débuts, le Musée abritait les Archives du Québec, les collections de sciences naturelles ainsi qu'une collection de beaux-arts. En 1963, le Musée change de nom et porte désormais le nom de «Musée du Québec». En 1983, la loi sur les musées nationaux transforme le musée en société d'État. La collection du Musée est désormais uniquement constituée d'œuvres d'art.Depuis 1995, le musée reçoit le soutien financier d'une fondation, la Fondation du musée, qui collecte et place des fonds pour son compte. En 2002, le Musée est de nouveau rebaptisé par le gouvernement deBernard Landry pour porter sa dénomination actuelle soit le Musée national des beaux-arts du Québec. En 2005, le collectionneur Raymond Brousseau, avec la collaboration d'Hydro-Québec, fait don au musée de 2 635 œuvres d'art inuit2.

 

Jean-Pierre Morin,Trombe, 2008

 

Le Louvre à Québec en 2008

 

Église Saint-Dominique, sur Grande Allée Ouest, et l'emplacement de la future extension du musée.

 

Charles Daudelin, La Cavalière, 1963. Sculpture installée devant le pavillon Gérard Morisset

 

Le musée comporte aujourd'hui trois pavillons: le pavillon Gérard-Morisset, le pavillon Charles-Baillargé et le Grand hall. Le pavillon Gérard Morisset a été inauguré en 1933 lors de l'ouverture du musée. De stylenéoclassique il fut conçu par l'architecte Wilfrid Lacroix.

 

Le Pavillon Charles-Baillairgé, du nom de son architecte, date du xixe siècle, a été la prison de Québec durant près de 100 ans. Son aménagement intérieur constitue d'ailleurs un témoin de la vie carcérale à l'époque. Il fut annexé au musée en 1991. Le Grand hall a été inauguré en 1991. Il est le lieu d'accueil des visiteurs et fait le lien entre les autres pavillons.

 

 

Collection

Le Musée national des beaux-arts du Québec compte une importante collection permanente, particulièrement d'art québécois. Cette collection comprend 33 000 œuvres regroupant 3 700 artistes. La plupart des grands artistes québécois font partie de la collection du musée. On y trouve entre autres: Alfred PellanPaul-Émile BorduasJean-Paul RiopelleJean Paul LemieuxEdmond DyonnetMarc-Aurèle FortinArmand Vaillancourt. Des salles entières sont consacrées au travail de Riopelle et Daudelin. L'art contemporain est aussi partie intégrante de la collection du musée ainsi que la salle consacrée à l'art inuit.





IMG_0826.jpg




 

IMG_0530.jpg

Confucius

Confucius (chinois : 孔夫子 ; en pinyin : KǒngfūzǐWade-GilesK'ung-fu-tzu) ou bien (chinois : 孔子 ; en pinyin : Kǒngzǐ), né le 28 septembre 551 av. J.-C. à Zou (陬) et mort le 11 mai 479 av. J.-C. à Qufu (曲阜), est le personnage historique ayant le plus marqué la civilisation chinoise. Considéré comme le premier « éducateur » de la Chine, son enseignement a donné naissance au confucianisme, une doctrine politique et sociale qui a été érigée en "religion d'État" dès la dynastie Han et qui ne fut officiellement bannie qu'au début du xxe siècle. Né à Zou (陬) près de Qufu (曲阜) dans l’actuelle province du Shandong, il est généralement appelé Kǒngzǐ (孔子) ou Kǒng Fūzǐ (孔夫子) par les Chinois, ce qui signifie « Maître Kong » et qui a été latinisé en "Confucius" par les Jésuites.

 

IMG_0532.jpg

L’Hôtel du Parlement, à Québec, siège de l’Assemblée nationale du Québec.


 

IMG_0534.jpg

 

IMG_0535.jpg

 

IMG_0539.jpg

 

IMG_0543.jpg

 

IMG_0545.jpg

 

IMG_0547.jpg

 

IMG_0558.jpg

 

IMG_0562.jpg

 

IMG_0573.jpg

IMG_0575.jpg


 

IMG_0642.jpg

 

IMG_0643.jpg

 

IMG_0644.jpg

 

IMG_0685.jpg

 

IMG_0695.jpg

 

IMG_0828.jpg

 

IMG_0829.jpg

 

IMG_3326.jpg

 

IMG_3332.jpg

 

IMG_3339.jpg

 

IMG_3346.jpg

 

IMG_3347.jpg

 

IMG_3348.jpg

 

IMG_3353.jpg

 

IMG_3354.jpg

 

IMG_3356.jpg

 

IMG_3357.jpg

 

IMG_3362.jpg




29.10.2011

Vieux Québec Haute - ville

Arrondissement historique du Vieux-Québec

Fondée par l'explorateur français Champlain au début du XVIIe siècle, Québec demeure la seule ville d'Amérique du Nord à avoir conservé ses remparts qui regroupent de nombreux bastions, portes et ouvrages défensifs ceinturant toujours le Vieux-Québec. La Haute-Ville, située au sommet de la falaise, centre religieux et administratif, avec ses églises, ses couvents et autres monuments comme la redoute Dauphine, la Citadelle et le Château Frontenac, et la Basse-Ville, avec ses quartiers anciens, forment un ensemble urbain qui est un des meilleurs exemples de ville coloniale fortifiée.

Québec (API : /kebɛk/) est la capitale nationale du Québec, une des provincesde l’est du Canada. Le Parlement du Québec y siège avec la plupart des institutions du gouvernement du Québec. L’arrondissement historique du Vieux-Québec figure depuis 1985 sur la liste du patrimoine mondial établie par l’UNESCO2. Elle est également la seule ville fortifiée en Amérique du Nord.

Québec est le chef-lieu de l'agglomération de Québec, de la communauté métropolitaine de Québec et de la région administrative de la Capitale-Nationale. Québec comptait près de 512 000 habitants en 20101.

Fichier:Quebec - QC - Blick auf die Altstadt2.jpg

Le Vieux-Québec (Haute-Ville) est un quartier traditionnel de Québec situé à l'est de la colline de Québec, et comprenant l'intérieur des fortifications de la ville. Il compose avec le Vieux-Québec (Basse-Ville)l’arrondissement historique du Vieux-Québec reconnu comme bien culturel du Québec et qui fait partie duPatrimoine mondial de l'UNESCO. Administrativement, il fait partie du quartier Vieux-Québec—Cap-Blanc—Colline parlementaire de l'arrondissement de La Cité-Limoilou.

On l'appelle parfois Quartier latin, mais ce nom s'applique plutôt au secteur qui entoure le Séminaire de Québec, site original de l'université Laval.

 Fondée au XVIIe siècle, Québec témoigne de façon éloquente d'étapes importantes de la colonisation des Amériques par les Européens : elle fut notamment la capitale de la Nouvelle-France et, après 1760, celle de la nouvelle colonie britannique. L'arrondissement historique du Vieux-Québec est formé de deux secteurs : la haute-ville, protégée par un rempart bastionné, une citadelle et divers autres ouvrages défensifs, et la basse-ville, développée autour de Place-Royale et des installations portuaires. Ensemble urbain cohérent et bien préservé, l'arrondissement historique est un exemple remarquable de ville coloniale fortifiée, unique au nord du Mexique.


Le Château Frontenac, l’hôtel le plus photographié au monde

Fichier:QDSC00759.JPG

Fichier:FontaineDeTournyQuebec.jpg

Fontaine de Tourny à Québec


Fichier:Gates to Quebec City.jpg


La porte Saint-Jean, l’une des trois portes permettant d’accéder au quartier historique à travers les fortifications


La porte St-Louis


La citadelle est une fortification militaire située sur le Cap Diamant. La première enceinte a été construite temporairement dès 1690. Ensuite, il y a eu une attaque. La nouvelle enceinte a été construite vers les années 1700. Ce sont les Britanniques qui l'ont construite pour se protéger des Américains qui eux aussi voulaient prendre le contrôle de la ville. La citadelle a joué un rôle important dans notre histoire militaire.

 

IMG_0623.jpg

 

IMG_0577.jpg

 

IMG_0583.jpg


18.04.2011

Le Lac du Salagou - 34

Lac du Salagou

43°39′21″N 3°21′55″E Le lac du Salagou est un lac de retenue du barrage du Salagou. Il est situé au centre du département de l'Hérault, sur la rivière Salagou, affluent de la rivière Lergue qui se jette dans l'Hérault.

Le lac a ennoyé une partie des communes de Clermont-l'Hérault à l'est, Liausson au sud, Octonà l'ouest, et Celles (visible tout à gauche sur la photo) au nord. Le niveau de l'eau est à environ 140 m d'altitude. Le lac est dominé par des monts et des plateaux culminant à 300 m à l'est et jusqu'à 407 m pour le Carels à l'ouest.

Histoire

 - Wikipedia Orange
Village de Celles au bord du lac

Le projet de barrage fut lancé dans les années 1950, dans le but de créer une réserve d'eau qui favoriserait une diversification des cultures, comprenant le développement d'une production fruitière, la viticulture devenant surproductive. Secondairement, le barrage aurait pour but de régulariser les crues de l'Hérault.
Les travaux débutèrent en 1964 pour se prolonger jusqu'au début de 1969.
Alors qu'on pouvait penser, en 1968, qu'il faudrait des années pour que la cuvette de l'Escandorgue se remplisse, un seul très gros orage la combla à moitié en mars 1969. D'autres précipitations remplirent presque totalement la cuvette en quelques mois, donnant raison aux calculs des ingénieurs.

Aspect touristique

Le lac est un site touristique accessible facilement depuis les trois plus grandes villes héraultaises (surtout avec l'ouverture de l'autoroute A 75). Les domaines d'intérêt sont :

  • la géologie,
  • la baignade et quelques activités nautiques,
  • les randonnées pédestres et cyclistes autour du lac.
 - Wikipedia Orange
Le lac du Salagou vu de la route entre Celles et Octon

Géologie

L'emplacement du lac a été décidé en raison de l'imperméabilité du sous-sol, propice à maintenir le niveau d'eau. Ce sous-sol est constitué de la « ruffe », roche formée par la combinaison de sédiments argileux et d'oxydes de fer. Ces roches sédimentaires sont datées du Permien (-280 millions d'années). C'est le résultat d'un dépôt en milieu aquatique d'eau douce calme.

On peut y observer des empreintes fossiles de Thérapsides (à la Lieude).

Ici ou là, vous trouverez des coulées et cheminées basaltiques, témoins d'activités volcaniques anciennes, mais intenses.

LAC DU SALAGOU (28).JPG

 

LAC DU SALAGOU (7).JPG

LAC DU SALAGOU (52).JPG

 DIAPORAMA

18:41 Écrit par petitefleur-06 dans Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |

15.04.2011

Les Grottes de Saint Cézaire sur Siagne - 06

Les grottes de Saint-Cézaire2 se situent dans les Alpes-Maritimes, à 15 km à l'ouest de Grasse, à 2 km du village de Saint-Cézaire-sur-Siagne. Elles s'enfoncent à près de 40 m sous terre pour la partie aménagée sur un parcours d'environ 200 m. Leurs principales caractéristiques3 sont : un concrétionnement important et la présence d’oxyde de fer (couleur rouge).

 

entrer des mots clefs


 

Géologie

 

Les grottes de Saint-Cézaire-sur-Siagne se situent dans un ensemble géologiquedatant d'environ 140 millions d'années. Cet horizon constitue un ensemble épais de 70 à 170 mètres de calcaire à patine gris clair, en bancs réguliers souvent riches enammonites.

 

La région n'a pas subi de transformations violentes lors de sa formation. Les terres étaient alors recouvertes d'eau, et recevaient les sédiments et les alluvions qui venaient se déposer en bancs géologiques.

 

C'est vers la fin de l'ère tertiaire, environ 6 à 10 millions d'années, que cet ensemble se soulève et émerge de la mer (en même temps que la deuxième phase alpine). Les eaux contenues en surface se retirent dans les vallées pour former de véritables mers intérieures. C'est à ce moment là que commence le travail d'érosion. Le climat ainsi que les fortes précipitations dessinent alors le relief de la région. Les eaux rejoignent les mers par la formation de diaclases et de lapiaz créant ainsi des réseaux actifs. On assiste alors à la formation de salles, des galeries et de gouffres intérieurs.

 

C'est à cette époque (6 millions d'années) que naissent les grottes de Saint-Cézaire. La couleur des compositions, stalactites et stalagmites, provient des minéraux, des acides, et des calcaires transportés par les eaux qui se sont fixés lors de la création des grottes. Ce travail s'est effectué pendant des millions d'années.

 

Historique

En 1888, défrichant son champ pour planter des vignes, Léon Dozol découvre un trou4. Il creuse et un gouffre apparaît. Dès 1900, l'aménagement d'escaliers permit l'ouverture de la grotte aux visiteurs; l'éclairage étant alors assuré par des bougies. L'exploitation touristique de la grotte prend rapidement de l'importance, et après la grande guerre, la famille Dozol ne se consacre plus qu'à cette seule activité, abandonnant l'agriculture. En 1920, Phroso, un film avec Charles Vanel tiré d'un roman d'aventure, fut tourné en partie dans les grottes parLouis Mercanton. Ce film aida à faire connaître la grotte, mais surtout, l'éclairage par de puissants projecteurs mit en valeur la transparence des cristallisations. Ce fut pour les frères Dozol une révélation. Dès 1921, les lampes acétylènes remplacent les bougies. En 1923, unegénératrice alimente les grottes en électricité. En 1925, le bâtiment extérieur et un restaurant sont construits. En 1940, pour être préservée, la grotte est fermée. Elle ne rouvrira qu'en 1946. Après ces six années de guerre, et bien que l'installation électrique soit hors d'usage, les frères Dozol, déterminés, se remettent au travail. Des alternateurs entraînés par des moteurs diesels ont remplacé les vieilles génératrices. En 1967 des topographies sont réalisées par Yves Créac’h (1921-2010).

Galerie souterraine

Durant des milliers d'années, l'eau a creusé, rongé, poli et travaillé des roches calcaires, donnant naissance à un grand nombre de concrétions.

Les grottes de Saint-Cézaire peuvent se diviser en deux parties:

 

 


Les grottes de Saint Cézaire

Les grottes de saint-Cezaire ont été découvertes au hasard d'un coup de pioche en défrichant un champ. Elles s'enfoncent à près de 40 mètres, sur un parcours de 200 mètres. Elles sont remarquables par la variété de leurs concrétions et par leur extraordinaire coloration rouge savamment mise en valeur par un éclairage approprié et discret. Elles sont un spécimen unique parmi ce genre de curiosités. Une visite exceptionnelle dans un monde souterrain qui vous laissera un souvenir inoubliable.

 Venez découvrir l'une des plus fabuleuses richesses souterraines de la Côte d'Azur.****

  

"Recommandé par le guide Michelin"

 

Il y a 6 millions d'années nait la grotte de Saint Cézaire, royaume inégalé de l'imaginaire et du merveilleux. Découverte grâce au coup de pioche providentiel d'un agriculteur en 1890, elle allie une richesse exceptionnelle en concrétions à des formes fantastique d'une surprenante beauté.

 

- Le Site touristique des grottes de saint cézaire bénéficie d'un accés idéal. La route départementale D613 arrive aux portes dugrand parc boisé. Un vaste parking gratuit vous permettra de stationner à quelques dizaines de mètres de l'entrée des galeries. 

- L'ensemble du parcours est idéalement aménagé et sécurisé : l'accès aux galeries s'effectue à l'intérieur du bâtiment des grottes. Ensuite, guidé de salle en salle, le visiteur découvrira les paysages souterrains spectaculaires d'un univers grandiose, parfaitement mis en valeur par un éclairage approprié et discret. 

- Dans ces profondeurs, l'extraordinaire coloration rose et pourpre des colonnes contribue à la magie des lieux. L'extraordinaire beauté d'une nature authentique s'allie à l'imagination : oiseau à l'empennage majestueux, étoiles, coraux, médusessurprenante tête de mort, sans oublier un étonnant squelette de calcaire.

- Les eaux tumultueuses et les siècles ont apporté la touche finale. Les accords d'un clavier magique d'orgues rouges étreignent le visiteur d'une émotion profonde.

 

entrer des mots clefs

 

entrer des mots clefs

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

entrer des mots clefs

 

entrer des mots clefs

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

 

 

entrer des mots clefs

entrer des mots clefs

DIAPORAMA

 


 

 

19:26 Écrit par petitefleur-06 dans Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

13.04.2011

Seine-et-Marne

La Seine-et-Marne est un département français appartenant à la grande couronnede la région Île-de-France. Il tire son nom du fleuve Seine et de la rivière Marne. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 77.

Histoire

Article détaillé : 

La Révolution et l'Empire

Le département de Seine-et-Marne est formé le 4 mars 1790 par assemblage de parties de l'Île-de-France, de la Brie, de la Champagne et duGâtinais. Pendant la TerreurMeaux n'échappa pas aux excès. En septembre 1792, on massacre un grand nombre de prisonniers.

Un des évènements seine-et-marnais de la Révolution française fut la détermination du mètre-étalon, à partir de la définition retenue du mètrepar l'Assemblée constituante (à savoir la mesure de longueur égale à la dix millionième partie de l'arc du méridien terrestre compris entre le pôle boréal et l'équateur). Jean-Baptiste Joseph Delambre fut chargé de mesurer la distance entre Dunkerque et Rodez (par triangulation). Les opérations de mesure eurent lieu de1792 à 1799. C'est finalement la route de Lieusaint à Melun qui fut choisie pour établir la première base de mesure (la seconde étant située prêt de Perpignan). Les mesures furent effectuées entre les deux bases, l'une à Lieusaint, l'autre à Melun, du 5 floréal an VI au 15 prairial an VI (du 24 avril au 3 juin 1799)1.

Le département de Seine-et-Marne, et la Brie tout particulièrement, est à cette époque en pointe dans les questions de révolution agricole. Les inventaires des outils et les rendements font état de progrès importants. La découverte du traitement de la betterave sucrière pour produire du sucre est considérable pour le département qui adopte dès 1802 cette culture. La concurrence avec les colonies qui utilisent une main-d'œuvre servile place très tôt les grands propriétaires seine-et-marnais dans le camp des abolitionnistes.

En 1814MormantNangisMontereau et Donnemarie furent le théâtre des derniers faits d'armes de la Campagne de FranceNapoléon fait ses adieux dans la cour du Cheval Blanc du château de Fontainebleau, résidence favorite de l'Empereur. En 1815, le département souffre particulièrement de l'invasion étrangère.

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d'une partie de la province d'Île-de-France.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Seine-et-Marne

 

Géographie

Article détaillé : Géographie de Seine-et-Marne.
Forêt de Fontainebleau

Le département de Seine-et-Marne fait partie de la région Île-de-France, dont il constitue la moitié orientale. Sa superficie représentant à elle seule, 49 % de celle de la région. Elle a des limites communes avec 10 autres départements: le Val-d'Oise, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et l'Essonne à l'ouest, leLoiret, l'Yonne au sud, l'Aube et la Marne à l'est, l'Aisne et l'Oise au nord.

Le département s'étend sur plusieurs régions naturelles, notamment la Brie et le Gâtinais.

Quelques villes principales : ChellesMeaux,MelunFontainebleauNoisielTorcyChamps-sur-MarneLagny-sur-MarneBussy-Saint-GeorgesPontault-CombaultClaye-Souilly,CoulommiersNemoursMontereau-Fault-YonneBrie-Comte-RobertProvinsAvon ainsi que les villes nouvelles de Marne-la-Vallée et Sénart.

Le point culminant du département est la butte Saint-Georges (215 m).

Communes ayant plus de 10 % de résidences secondaires

Selon le recensement général de la population du 1er janvier 2006, 3,4  % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes de Seine-et-Marne dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Seine_et_Marne



18:57 Écrit par petitefleur-06 dans Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

13.03.2011

Après la pluie le beau temps a Saint Nazaire de Ladarez

que d'eau......

IMG_0242.jpg

IMG_0243.jpg

IMG_0244.jpg

IMG_0247.jpg

IMG_0248.jpg

IMG_0249.jpg

IMG_0250.jpg

IMG_0251.jpg

IMG_0252.jpg

IMG_0253.jpg

IMG_0254.jpg

IMG_0255.jpg

IMG_0257.jpg

IMG_0259.jpg

IMG_0260.jpg

IMG_0263.jpg

IMG_0264.jpg

IMG_0265.jpg

IMG_0267.jpg

photos de Gilles Blanc

 

 

18:48 Écrit par petitefleur-06 dans Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

04.03.2011

l'embouchure de l'Aude

Une petite ballade au bord des rives de l'Aude et de la plage de Vendres

il n'y a pas beaucoup de monde

ballade photos dans le vent, c'est beau la nature 

 

 

01:27 Écrit par petitefleur-06 dans Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |

12.02.2011

SAINT NAZAIRE DE LADAREZ

LE  PARC  REGIONAL  DU  HAUT  LANGUEDOC


St Nazaire de Ladarez, village niché au creux des Avants Monts biterrois, fut, dès la Préhistoire, un lieu occupé par les hommes. Les vallées du Crouzet et de la Vernède, ruisseaux qui arrosent le village, ouvraient un accès vers la haute vallée de l'Orb et, au-delà, vers le Massif Central.
Par deux fois, les caprices de l'Histoire placèrent St Nazaire dans une zone frontalière, une première fois aux débuts de l'occupation romaine entre 120 et 51 av. J.C., une deuxième fois à l'époque wisigothique du Ve au VIIIe siècle.
Sous l'Ancien Régime de grands Seigneurs, Etienne de Servian, Hugues d'Arcy, Henri de Trastamare, le Grand Condé, les Princes de Conti, et des familles seigneuriales languedociennes, les Corneilhan, les Plantavit, les Sartre, les Carrion de Nizas-Murviel, eurent des liens féodaux avec la Communauté villageoise et ses Consuls.
La Révolution de 1789 apporta son lot de changements sans bouleverser la vie quotidienne ancestrale. C'est seulement après 1850 que la prospérité viticole fit exploser démographiquement, économiquement, urbanistiquement le village et entraîna le désenclavement.
Le nouveau mode de vie qui s'ensuivit provoqua paradoxalement, au XXe siècle, l'exode rural et le déclin démographique.
Cette longue et riche histoire, avec tous ses aspects, géographiques, administratifs, économiques et humains, est retracée en 18 chapitres dans cet ouvrage, agrémenté de documents d'archives et de nombreuses photos.

Alain Madalle est né le 25 Février 1937 à St Nazaire de Ladarez. 
Marié. 3 enfants – 5 petits enfants.
Agrégé d'Histoire. Chevalier de la Légion d'Honneur. Officier 
des Palmes Académiques.
Professeur, puis Proviseur aux Lycées de Narbonne.
Maire Adjoint de Narbonne (1971 – 1995), Conseiller Général 
de l'Aude (1986 -1992), Conseiller Régional de Languedoc –
Roussillon (1992 – 2000), Député de l'Aude (1993 – 1997).

Ce livre de 280 pages est vendu au prix de 25 €. Pour expéditions ajouter 5 €.

Paiement par chèque libellé à :

Association Histoire et Patrimoine - Place de l"Eglise - 34490 SAINT NAZAIRE DE LADAREZ

SAINT NAZAIRE DE LADAREZ 
Des origines à nos jours .....par Alain Madalle

 


19:44 Écrit par petitefleur-06 dans Nature/Environnement, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

19.04.2010

LES VOLCANS

Un volcan est un relief terrestre, sous-marin ou extra-terrestre formé par l'éjection et l'empilement de matériaux issus de la montée d'un magma sous forme de lave et de tephras tels que les cendres. Ce magma provient de la fusion partielle du manteau et exceptionnellement de la croûte terrestre. L'accumulation peut atteindre des milliers de mètres d'épaisseur formant ainsi des montagnes ou des îles. Selon la nature des matériaux, le type d'éruption, leur fréquence et l'orogenèse, les volcans prennent des formes variées mais en général ayant l'aspect d'une montagne conique, surmontée par un cratère ou une caldeira[1].

Le lieu principal de sortie des matériaux lors d'une éruption se situe dans la plupart des cas au sommet du volcan, là où débouche la cheminée volcanique, mais il arrive que des ouvertures latérales apparaissent sur les flancs ou aux pieds du volcan.

Deux grands types de volcans existent sur Terre :

Description

Structures et reliefs

Schéma structural d'un volcan type.

Un volcan est formé de différentes structures que l'on retrouve en général chez chacun d'eux :

  • une chambre magmatique alimentée par du magma venant du manteau et jouant le rôle de réservoir et de lieu de différentiation du magma. Lorsque celle-ci se vide à la suite d'une éruption, le volcan peut s'affaisser et donner naissance à une caldeira. Les chambres magmatiques se trouvent entre dix et cinquante kilomètres de profondeur dans la lithosphère[3] ;
  • une cheminée volcanique qui est le lieu de transit privilégié du magma de la chambre magmatique vers la surface ;
  • un cratère ou une caldeira sommitale où débouche la cheminée volcanique ;
  • une ou plusieurs cheminées volcaniques secondaires partant de la chambre magmatique ou de la cheminée volcanique principale et débouchant en général sur les flancs du volcan, parfois à sa base ; elles peuvent donner naissance à de petits cônes secondaires ;
  • des fissures latérales qui sont des fractures longitudinales dans le flanc du volcan provoquées par son gonflement ou son dégonflement ; elles peuvent permettre l'émission de lave sous la forme d'une éruption fissurale.
Tephras et laves
Articles détaillés : Tephra, Lave et Roche volcanique.
Lave aa émise par le Kilauea à Hawaii aux États-Unis.

Selon que le magma provienne de la fusion du manteau ou d'une partie de la lithosphère, il n'aura ni la même composition minérale, ni la même teneur en eau ou en gaz volcanique, ni la même température. De plus, selon le type de terrain qu'il traverse pour remonter à la surface et la durée de son séjour dans la chambre magmatique, il va soit se charger soit se décharger en minéraux, en eau et/ou en gaz et va plus ou moins se refroidir. Pour toutes ces raisons, les tephras et les laves ne sont jamais exactement les mêmes d'un volcan à un autre, ni même parfois d'une éruption à une autre sur le même volcan.

Les matériaux émis par les volcans sont généralement des roches composées de microlites noyés dans un verre magmatique. Dans le basalte, les minéraux les plus abondants sont la silice, les pyroxènes et les feldspaths alors que l'andésite est plus riche en silice et en feldspaths. La structure de la roche varie également : si les cristaux sont fréquemment petits et peu nombreux dans les basaltes, ils sont en revanche généralement plus grands et plus nombreux dans les andésites, signe que le magma est resté plus longtemps dans la chambre magmatique[8]. 95 % des matériaux émis par les volcans sont des basaltes ou des andésites.

Le matériau le plus connu émis par les volcans est la lave sous forme de coulées. De type basaltique provenant de la fusion du manteau dans le cas d'un volcanisme de point chaud, de dorsale ou de rift[9] ou andésitique provenant de la fusion de la lithosphère dans le cas d'un volcanisme de subduction[10], plus rarement de type carbonatique[11], elles sont formées de laves fluides qui s'écoulent le long des flancs du volcan. La température de la lave est comprise entre 700 et 1 200 °C[12] et les coulées peuvent atteindre des dizaines de kilomètres de longueur, une vitesse de cinquante kilomètres par heure et progresser dans des tunnels de lave. Elles peuvent avoir un aspect lisse et satiné, appelée alors « lave pahoehoe » ou « lave cordée », ou un aspect rugueux et coupant, appelée alors « lave aa ». Les coulées de ces laves, faisant parfois plusieurs mètres d'épaisseur, peuvent mettre des dizaines d'années à se refroidir totalement[13]. Dans certains cas exceptionnels, de la lave en fusion peut remplir le cratère principal ou un cratère secondaire et former un lac de lave. La survie des lacs de lave résulte d'un équilibre entre apport de lave venant de la chambre magmatique et débordement à l'extérieur du cratère associé à un brassage permanent par des remontées de gaz volcanique afin de limiter le durcissement de la lave. Ces lacs de lave ne naissent que lors d'éruptions hawaïennes, la grande fluidité de la lave permettant la formation et le maintien de ces phénomènes. Le Kilauea à Hawaii et le Piton de la Fournaise à la Réunion sont deux volcans qui possèdent des lacs de lave lors de certaines de leurs éruptions. L'Erta Ale en Éthiopie et le mont Erebus en Antarctique sont parmi les seuls volcans au monde à posséder un lac de lave de manière quasi-permanente. Lors de certaines éruptions de l'Erta Ale, son lac de lave se vide ou au contraire son niveau remonte jusqu'à déborder et former des coulées sur les pentes du volcan[14].

Bombe volcanique sur un lit de tephras (cendres et scories) sur les pentes du Capelinhos aux Açores, Portugal

jökulhlaup

Le jökulhlaup est un type de crue particulièrement puissant et brutal. Ils se forment lorsqu'une éruption volcanique survient sous un glacier ou une calotte glaciaire et que la chaleur du magma ou de la lave parvient à faire fondre de grandes quantités de glace. Si l'eau de fonte ne peut s'évacuer, elle forme un lac qui peut se vider lorsque la barrière qui le retient formée par une paroi rocheuse ou un glacier se rompt. Un flot mêlant lave, tephras, boue, glace et blocs rocheux s'échappe alors du glacier, emportant tout sur leur passage. Les jökulhlaup les plus fréquents se déroulent en Islande, sous le Vatnajökull.

ce qui nous arrive en ce moment

http://fr.wikipedia.org/wiki/Volcan   -  tout un article sur les volcans

 

 

16:45 Écrit par petitefleur-06 dans Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |