081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22.08.2013

les jardins de L'Alhambra - Grenade - Andalousie

 

 

alhambra

 

alhambra

19.jpg

 

 

 

Palais de l'Alhambra, Grenade

 

800px-Jardins_de_l'Alhambra.jpg

Úbeda-Iglesia_San_Pablo-20110919.jpg

 

L'Alhambra (en arabe : الْحَمْرَاءAl-Ḥamrā' , « la rouge », en raison de la couleur que prennent les murailles au coucher du soleil) de Grenade est un ensemble palatial, et un des monuments majeurs de l'architecture islamique et l'acropole médiévale la plus majestueuse du monde méditerranéen.

C'est avec la Grande mosquée de Cordoue le plus prestigieux témoin de la présence musulmane en Espagne du viiie au xve siècle. Leurs caractères sont d'ailleurs opposés : à la sobriété grandiose du monument religieux représentatif de la première architecture islamique, s'oppose l'exubérance de la dernière manière hispano-mauresque : celle-ci s'exprime en effet dans lespalais des derniers souverains nasrides, alors en pleine décadence, et qui disparaîtront bientôt lors des derniers assauts de la Reconquista.

C'est un ensemble fortifié de bâtiments situés sur la colline de la Sabika, qui domine la plaine et la ville de Grenade, et qui fait face au quartier populaire et pittoresque de l'Albaicin. On y aperçoit au loin les sommets enneigés de laSierra Nevada. Parmi ces bâtiments se trouvent notamment le palais mauresque qui fait la gloire de l'Alhambra ainsi que le palais renaissant deCharles Quint et une église édifiée à la place d'une mosquée.

Patio de los Arrayanes

Le nom vient de l'arabe الْقَلْعَةُ ٱلْحَمْرَاءُ, al-Qalʻat al-Ḥamrāʼ, c'est-à-dire « le château rouge ». Il peut s'agir d'une référence à Mohammed ben Nazar, dit الأحمر, Al-'Ahmar (« le rouge », à cause de sa barbe rousse), le fondateur de la dynastie des Nasrides, qui entra à Grenade en 1238 et fonda le site, mais le toponyme semble plus ancien1. Son fils Mohammed II le fortifia. Le style nasride atteint son apogée auxive siècle sous les rois Youssouf Ier etMohammed V al-Ghanî, qui font édifier les parties les plus prestigieuses entre 1333 et1354. Chaque souverain reprenait le palais de son prédécesseur et en édifiait de nouvelles parties, le modifiant à sa guise : on parle donc de palais Nasrides, au pluriel, pour cet ensemble.

Alors que presque partout dans le monde musulman les palais anciens ont disparu ou ne sont plus que des ruines, l’Alhambra possède encore deux groupes de palais du xive siècle. Les demeures bâties par les premiers souverains de la dynastie ont disparu et, auxve siècle, les rois de Grenade n’ont pas eu les ressources nécessaires pour remplacer les palais subsistant aujourd’hui.

Postérité[modifier | modifier le wikicode]

Arc la Salle des Ambassadeurs
La magnifique coupole en stalactites de la Salle des Abencérages

Après le règne des Nasrides de l'ombre, malgré le désir des Rois Catholiques d'effacer les traces de l'Islam des territoires entièrement reconquis par les chrétiens après la chute de Grenade en 1492, le palais mauresque était tellement superbe qu'il fut épargné et servit de résidence royale lorsque la cour passait à Grenade. Les souverains y proclament le Décret de l'Alhambra.

L'ensemble tomba ensuite en désuétude, ne faisant l'objet de restaurations qu'à l'occasion de séjours royaux.

L'Alhambra étant dès lors un des grands événements historiques, les pillards y firent leur apparition, ce que décrit Washington Irving dans ses contes (voir bibliographie en fin d'article).

Une action d'éclat sauva l'Alcazaba de la destruction pendant la guerre civile espagnole.

Les jardins sont à présent entretenus grâce au Patronato de La Alhambra, qui gère l'ensemble du monument et permet la visite à 7000 personnes par jour.

La gazelle est le symbole de l'Alhambra, elle est assimilable à un emblème héraldique depuis l'exploitation touristique du site. Cette image correspond à la version stylisée d'un vase décoratif retrouvée parmi les objets de l'Alhambra ; l'original se trouve dans le musée du palais de Charles Quint.

Alhambra_extrior_view_at_night.jpg

 

Valle de los Caídos - Espagne -

800px-Basilique_Franco.jpg

El Valle de los Caídos (La Vallée de ceux qui sont tombés) ou l'Abbaye,Abadía de la Santa Cruz del Valle de Los Caídos est un gigantesque monument espagnol de l’époque franquiste, situé dans la vallée de Cuelgamuros (Sierra de Guadarrama), sur la commune de San Lorenzo de El Escorial dans la Communauté autonome de Madrid, à moins de 50 km au nord-ouest de la capitale espagnole.

Communément appelée Valle de los Caídos, la réalisation de ce monument religieux a été commandée par le général Franco, chef de l'État espagnol de 1939 à 1975, pour rendre hommage aux « héros et martyrs de la Croisade », désignant par là les combattants nationalistes morts pendant la guerre d'Espagne (1936-1939)1.

Par la suite, en 1958, le gouvernement espagnol décida d'en faire un mausolée pour l'ensemble des combattants morts de la guerre civile y compris les combattants républicains, pourvu qu'ils fussent catholiques. Ainsi, près de trente cinq mille combattants, principalement des nationalistes mais aussi des républicains, reposent dans la crypte, non loin de la nef centrale où sont situées les sépultures de Francisco Franco et du chef de la Phalange,José Antonio Primo de Rivera.

Le monument reçoit près de 450 000 visiteurs par an.

La loi sur la mémoire historique du gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero prévoit de dépolitiser le monument afin de le consacrer uniquement à sa vocation religieuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

17:30 Écrit par petitefleur-06 dans Blog, MUSEE, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

Escurial - Espagne

Monastery_of_El_Escorial_05.jpg

Le Site royal de Saint-Laurent-de-l'Escurial (en castillan : Real Sitio de San Lorenzo de El Escorial) est un grand complexe (monastèremusée, collège bibliothèque, et palais) qui se trouve sur le territoire de la commune deSan Lorenzo de El Escorial, située à 45 kilomètres au nord-ouest de Madrid, dans la Communauté autonome de Madrid (Espagne). C'est une ancienne résidence du roi d'Espagne.

Le Site royal de Saint-Laurent-de-l'Escurial a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 1984.

Le nom de l'Escurial[modifier | modifier le wikicode]

Façade ouest du monastère
Façade est et jardins du monastère

Le nom de l'Escurial vient d'un ancien village situé près du lieu où a été construit ce monastère-palais, aujourd'hui la commune de L'Escurial (12 669 habitants en 2003). On ne doit pas le confondre avec San Lorenzo de El Escorial (14 358 habitants en 2003), apparu postérieurement au bâtiment.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Ce complexe monumental est situé à côté de la montagne Abantos dans la Sierra de Guadarrama.

Il a été commandé par le roi Philippe II, à la fois en commémoration de sa victoire de Saint-Quentin sur les troupes d'Henri II, roi de France, le 10 août 1557, pour l'expiation du massacre des civils réfugiés commis alors par ses troupes dans l'église Saint-Laurent et, enfin, pour élever un lieu de sépulture à ses parents, l'empereur Charles Quint et Isabelle de Portugal, ainsi qu'à lui-même et à ses successeurs.

C'est aussi un sanctuaire érigé à la gloire de la Contre-Réforme, qui contient l'une des plus grandes collections de reliques du monde catholique : on y trouve quelque 7 500 reliques abritées dans 570 reliquaires répartis dans tout le monastère, mais spécialement dans la basilique Saint-Laurent. On y trouve également en bonne place les patrons de la maison d'Espagne, saint Jacques le Majeur etsaint Jérôme, ainsi que celui de la maison de Bourgogne, saint André.

EscorialBiblioteca.jpg

 

File:BasílicaElEscorialNave.jpg

 

poterie d' Úbeda - Espagne

 

 

 

Úbeda est une ville d’Espagne, située dans la province de Jaéncommunauté autonome d’Andalousie. En 2009, Úbeda comptait 35 649 habitants (INE). La cité, proche de Baeza dont elle est séparée par 8 km d'oliveraies, et bénéficiant de sa proximité, vit se construire au xvie siècle une remarquable série de palais, d'églises et de couvents. Elle a été classée conjointement avec Baeza au Patrimoine mondial de l'Unesco, le 3 juillet 20031.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Située sur une hauteur dominant une plaine d'oliveraies, le site d'Ubeda était déjà occupé par les Ibères ainsi que le montrent les découvertes archéologiques. Lorsqu'elle est conquise par les Romains, la ville prend le nom de Baetula. Détruite par les invasions Vandales, la ville renaîtra avec l'arrivée des Arabes, en particulier sous Abd al-Rahman II qui la renomme Ubbadat. En 852, les Arabes élèvent une muraille de remparts qui délimite encore aujourd'hui le tracé de l'ancienne ville médiévale.

Entre le xie siècle et le xiiie siècle, la ville sera tour à tour prise par les rois de Castille et reprise par les Almohades, jusqu'à ce qu'elle soit définitivement reconquise par le roi Ferdinand III de Castille, après un long siège menant à une capitulation en 1233. Les cultures arabe, juive et chrétienne continueront cependant à coexister pacifiquement durant deux siècles.

À la suite de la conquête de Grenade en 1492, Ubeda connaît un développement économique extraordinaire en raison de sa juridiction sur un vaste territoire et de son emplacement au croisement de grands axes de communication. Des familles puissantes y sont installées et celles-ci rivaliseront en magnificence, construisant palais et églises, tous plus remarquables les uns que les autres. Un des personnages les plus importants est Francisco de Los Cobos y Molina, natif de la ville et secrétaire d'État de l'Empereur Charles Quint. La ville doit beaucoup aussi à un architecte de tout premier plan, Andrés de Vandelvira. Les nombreuses constructions de style Renaissance distribuées à travers la ville font de celle-ci un véritable musée d'architecture et lui donnent un cachet qui lui a mérité son inscription au Patrimoine mondial.

Úbeda-Iglesia_San_Pablo-20110919.jpg

 

 

jambon Serrano - Espagne - et ses jambons - village Trévelèze

Le jambon serrano est un des éléments les plus caractéristiques de la gastronomie espagnole. Il s'agit d'un jambon cru fabriqué à partir de la patte arrière du porc blanc (contrairement au jambon ibérique, issu du porc ibérique). La préparation de la patte avant s'appelle une palette (paleta en espagnol).

Origine du nom[modifier | modifier le wikicode]

Le mot serrano (montagnard) vient du mot espagnol sierra, qui désigne une région de montagnes ou de collines. Jamón serrano signifie donc « jambon de montagne » : c'est dans les sierras espagnoles que sont élevés les porcs destinés à la production de ce jambon particulier.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Les racines de la production et de la consommation du jambon serrano remontent à l’antiquité, où le jambon était élaboré artisanalement dans les régions montagneuses espagnoles avec des climats froids pendant l’hiver et secs pendant l’été. Néanmoins, depuis maintenant plusieurs années, son élaboration a été étendue dans toutes les régions du pays, entraînant quelques différences dans la production selon les zones.

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

La commune, située à 97 km de Grenade, a une superficie de 91 km2.

La plus grande partie du territoire de la commune - la plus haute de la péninsule ibérique[réf. nécessaire] (environ 1 750 m d'altitude pour le Barrio Alto) -, est située dans le parc national de Sierra Nevada. Le point culminant de la péninsule ibérique, avec le Mulhacén à 3481 m, est partagé entre les communes de Güéjar Sierra au nord, Capileira à l'ouest et Trevélez.

 

 

08.06.2013

ARNAGA, la demeure Basque d'Edmond Rostand - Cambo les Bains


Arnaga, célèbre demeure d'Edmond Rostand, classée monument historique en 1995
(Arnaga vient du nom de la rivière Arraga, dont Edmond Rostand a changé une seule lettre.)


Toi qui viens partager notre lumière blonde 
Et t'asseoir au festin des horizons changeants 
N'entre qu'avec ton cœur, n'apporte rien du monde 
Et ne raconte pas ce que disent les gens. 

Edmond Rostand. 
(Quatrain gravé, à l'entrée de la villa.) 

Edmond Rostand (1868 / 1918 )
auteur dramatique célèbre pour ses comédies, poèmes et ses drames héroïques :Cyrano de Bergerac, L'aiglon, Chantecler, les Musardises, les Romanesques, ....
Venu en 1900 pour soigner une pleurésie, Edmond Rostand décide de s'installer à Cambo.
Sur les plans établis par l'architecte Joseph-Albert Tournaire, il fait construire en 1903 une somptueuse demeure, Arnaga dont les travaux se termineront en 1906.
Décorée par des artistes de renom, cette maison s'ouvre sur de magnifiques jardins.  

 

IMG_1080.jpg

Jardins_d'Arnaga.jpg

 

IMG_7434.JPG

 

IMG_7482.JPG

 

IMG_1075.jpg

 

IMG_1077.jpg

IMG_1078.jpg

 

IMG_7446.JPG

 

IMG_7460.JPG

 

IMG_7464.JPG

grandsalle

grandsalle3

biblio

salleamanger

photos_20site_20039

Edmond Eugène Joseph Alexis Rostand, né le 1er avril 1868 à Marseille, mort le 2 décembre 1918 à Paris 7e, est un auteur dramatique français.

 

Edmond Rostand est le père de l'écrivain, biologiste et académicien français Jean Rostand.

 

 

08.05.2013

Venise à SAUVIAN

IMG_2302.JPG

 

IMG_5948.jpg2.jpg

IMG_5926.jpg

IMG_5931.jpg

 

IMG_2303.JPG

IMG_2304.JPG

IMG_2305.JPG

IMG_2306.JPG

IMG_2307.JPG

IMG_2308.JPG

IMG_5919.jpg

 

 

IMG_2309.JPG

IMG_2310.JPG

IMG_2311.JPG

IMG_2312.JPG

 

Bravo11.gifBravo11.gif

15:56 Écrit par petitefleur-06 dans Blog, SPECTACLE, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

24.03.2013

Costa Rica une; petite visite

Arenal-Erupting-Costa-Rica2.jpg

Arenal-Erupting-Costa-Rica

costa-rica-crocodile.jpg

full-puntarenas-cruise-ships.JPG

 

C'a donne envie d'un voyage ...



12ème Jour - PANAJACHEL / CHICHICASTENANGO / ANTIGUA - Jeu 21/02/2013

Départ pour le village de Chichicastenango, situé à 2000 mètres d’altitude. C’est dans ce charmant village qu’a lieu, chaque jeudi et dimanche, le marché le plus célèbre de toute l'Amérique Centrale.

 

Chichi.jpg

 

Promenade à pied à travers le village jusqu’à l’église « Santo Thomas ». Devant l’église s’installent les femmes disposant des fleurs à leurs pieds. Il n’est pas rare de voir les habitants des hauts plateaux en procession qui mélangent aisément rites chrétiens et mayas et perpétuent, depuis toujours, les rites précolombiens en revendiquant fièrement leur identité maya.


FIN DU VOYAGE 

11ème Jour PANAJACHEL / ZUNIL / ALMOLONGA / PANAJACHEL - Mer 20/02/2013

Volcan Santiaguito 

Départ pour la découverte de la région de la capitale indienne du pays et ses villages « quichés ». Quetzaltenango, deuxième ville du Guatemala située dans les montagnes de la Sierra Madre d'origine préhispanique, est une ville active et pittoresque. La ville est située dans une plaine dominée par les trois volcans Zunil, Santo Tomas et Santa Maria, dont l'éruption ravagea la ville en 1902.

 

Confor34.jpg

C’est la deuxième ville du pays et aussi la plus grande métropole indienne mais elle est vingt fois plus petite que la capitale. Elle constitue la véritable capitale politique et culturelle de la région des hauts plateaux.

 

Visite d’Almolonga et Zunil, qualifiés localement de « verger de l’Amérique Centrale ».

Dans ce gros centre de production de magnifiques légumes, chaque mercredi et samedi se tient un très important marché (marché quotidien également), rehaussé autant par les odeurs parfumées des montagnes que par les couleurs des « huipilès »   brodés de chevrons orange, jaune et rouge et par les négociations murmurées, caractéristiques des marchés indiens.

 

 

 

Déjeuner en ville. 

 

Passage par le village de San Andrés Xecul où se trouve l’étonnante et unique église de ce style au Guatemala. Vous serez émerveillés par sa façade jaune décorée de motifs naturalistes et religieux.

 

 

 

Retour à Panajachel en fin d’après-midi