081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24.09.2009

PRAGUE - LA VLTAVA - DINER-PROMENADE DE NUIT SUR LA VLTAVA

Prague (en tchèque Praha) est la capitale et la plus grande ville de la République tchèque. Elle est également à la fois l’une des quatorze régions de la République tchèque et la capitale de la région administrative de Bohême-Centrale et de la région historique de Bohême. Elle est traversée par la Vltava (Moldau en allemand).

Prague est située en plein cœur de l'Europe centrale et fut par le passé capitale du Royaume de Bohême, du Saint-Empire romain germanique et de la Tchécoslovaquie.

La ville aux cent clochers (qualificatif très approximatif : Prague compte en réalité 550 tours) a miraculeusement échappé aux destructions de la Seconde Guerre mondiale et offre une architecture mêlant les styles préroman, roman, gothique, baroque, rococo, Art nouveau et cubiste. Depuis 1992, le centre ville historique est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Depuis février 2008, Prague est économiquement la 10e région urbaine la plus riche d'Europe en termes de PIB/habitant PPA[1], en nette progression par rapport à l'année précédente. En 2006, selon Eurostat, le chômage était de 2,8 % dans la région de Prague[2]. Le contexte économique national est également plutôt favorable, car la République tchèque est, avec les Pays-Bas, le pays où le taux de pauvreté est le plus bas d'Europe : il s'établit à 10 % de la population[3] contre 16 % de moyenne pour l'Union européenne.

La Vltava (IPA : /ˈvltava/, en allemand : Moldau) est une rivière de la République tchèque, affluent de l'Elbe.

Géographie

Elle prend source dans la forêt de Bohême et traverse la Bohême du sud au nord pour se jeter dans l'Elbe après un parcours de 430 km. Elle passe par Prague, sous le pont Émilie et sous le fameux Pont Charles.

Elle fait tourner de nombreuses centrales électriques.

Vltava_in_Prague.jpg
Vltavaprague.jpg
SOIREE DINER-PROMENADE SUR LA VLTAVA AVEC LES ECLAIRAGES DE LA VILLE
IMG_2522.jpg
IMG_2523.jpg
IMG_2524.jpg
IMG_2528.jpg
IMG_2529.jpg
IMG_2532.jpg
IMG_2535.jpg
IMG_2536.jpg
IMG_2537.jpg
IMG_2538.jpg
IMG_2541.jpg
IMG_2546.jpg
prague 5 028.jpg
Prague_-_Charles_Bridge_at_night.jpg
Prague_Castle_as_seen_at_night.jpg
PRAGUES -6 072.jpg
Très belle soirée de fin d'été, douce et chaude dans une ambiance de rêve avec un petit air d'accordéon et le croisement de tous ces bâteaux
qui glissent sur cette eau calme avec comme spectacle les illuminations de la ville de Prague

f i n

12:03 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

23.09.2009

EGLISE BAROQUE ST NICOLAS DE PRAGUE

Église Saint-Nicolas-de-la-Vieille-Ville (Monastère bénédictin et l'église attenante: 1732-1735) voir illustration ci-contre. Dientzenhofer apporte une solution totalement baroque en positionnant la façade principale sur le coté longitudinal de l'église qui donne sur la place de la Vieille-ville (alors que l'usage voulait qu'elle soit placée sur le petit coté, à l'opposé du chœur). Cette solution architecturale donne l'impression que l'église est beaucoup plus grande qu'elle ne l'est en réalité.

IMG_1737.JPG
IMG_1730.JPG
Praha_Staromestske_namesti_Mikulas.jpg
IMG_1731.JPG
IMG_1732.JPG
IMG_1733.JPG
IMG_1734.JPG
IMG_1735.JPG
IMG_1736.JPG
IMG_2081.JPG
IMG_2082.JPG
IMG_2085.JPG
IMG_2087.JPG
IMG_2153.JPG
IMG_2154.JPG
F I N

23:32 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

22.09.2009

Palais Wallenstein à PRAGUE

 

 

UN  GRAND  MERCI  A  WIKIPEDIA  POUR  SES  ARTICLES  QUI  COMPLETENT  MES  COLLECTIONS  DE  PHOTOS

Le palais Wallenstein (en tchèque : Valdštejnský palác) est le palais, construit entre 1623 et 1630 pour Albrecht de Wallenstein, dans Malá Strana à Prague. C'est un très bel exemple d'architecture baroque dans sa première phase. Depuis 1992, il abrite le siège du Sénat (République tchèque).

 

Valdstejnsky_Palace_garden_autumn.jpg

Histoire


Il est construit dans les années 1623-1630 pour Albert de Wallenstein (ou Albrecht von Waldstein), nommé général des armées impériales en 1623, prince (en 1625) puis duc (en 1627) de Friedland et (en 1629) de Mecklembourg, l'un des plus puissants et des plus riches nobles de Bohême des années troubles de la guerre de Trente Ans.

Valdstejnsky_gardens_global.jpg



À sa place se trouvait le palais Trčkovský, vingt-trois autres maisons, des jardins et une briqueterie.

Wallenstein fait appel aux artistes les plus en vue de son époque pour la construction de son palais de Prague comme Andrea Spezza d'Arongo, qui s'était rendu célèbre en Allemagne, Autriche et Pologne, Giovanni Pieroni, architecte de plusieurs bâtiments pour le château de Wallenstein à Jičín et Niccolo Sebregondi, actif essentiellement à Rome et Mantoue. Les jardins sont ornés de sculptures d'Adrien de Vries, auparavant sculpteur officiel de l'empereur Rodolphe II. Il crée pour les jardins un ensemble maniériste de statues et de fontaines unique en son genre. Les statues furent dérobées par la soldatesque suédoise en 1648 lors de la mise à sac de la ville par les armées protestantes. Des copies fidèles les remplacent depuis la campagne de restauration du palais entreprise entre 1912 et 1918.

Wallenstein tombe en disgrâce et est assassiné sur ordre de l'empereur en 1634. Au total, entre l'achèvement du palais et son assassinat, Wallenstein n'y a résidé que douze mois discontinus. La plupart de ses biens sont alors confisqués par la couronne mais le palais est resté dans la famille Valdštejn jusqu'en 1945, moment auquel, comme la plupart des biens appartenant à la minorité allemande en général et à l'ancienne noblesse autrichienne en particulier, il est nationalisé et utilisé dès lors comme bâtiment

 

401px-Valdstejnsky_Palace_hall.jpg

 

Architecture

Plan du Palais et des jardins.

En soi, les dimensions même du palais sont impressionnantes puisqu'il s'étend sur 340 mètres de long et 170 dans sa plus grande largeur.

L'espace construit s'organise autour de quatre cours intérieures. Le palais principal se trouve à l'ouest et est occupé par le Sénat tchèque.

Au nord-est, les anciennes écuries servent d'espace d'expositions temporaires pour la Galerie nationale à Prague.

Le joyau du palais est la grand-salle dite des chevaliers, ornée de fresques par le peintre Baccio di Bianco qui y représente Wallenstein en Mars sur le sentier de guerre. Les parements de marbre des murs proviennent du Palais Černín (aujourd'hui, ministère des Affaires Étrangères de la République tchèque, situé à Hradčany) et ont été installées ici en 1853.

Prague_Senat_Salla_terrena.jpg
Valdstejn_Palace_stables.jpg
Valdstejn_palace_garden.jpg
Valdstejnsky_Palace_garden_lake.jpg

Valdstejnsky_Palace_Lobkowicz_wing.jpg

L'antichambre attenante comprend un portrait équestre du généralissime Wallenstein ; les fresques au plafond sont l'œuvre de Petr Maixner et datent du XIXe siècle.

La salle d'audience est ornée d'une fresque d'Héphaïstos, référence transparente aux fonderies établies par Wallenstein en Bohême. Les plafonds quant à eux sont ornés de stucs dus au talent de Baccio di Bianco.

La circulation s'articule autour de deux escaliers principaux, l'un est consacré à la mythologie, l'autre à l'astronomie.

La chapelle du palais Wallenstein mérite également d'être mentionnée. Albert de Wallenstein y est encore représenté, cette fois sous les traits du saint-patron de la Bohême, Saint Venceslas, auquel elle est dédiée. L'autel et la décoration sculptée est l'œuvre d'Arnošt (Ernest) Heidelberger, un élève d'Adrien de Vries. Assez étroite et haute de seize mètres, elle donne une impression de verticalité. Sur le mur ouest, les fenêtres de l'oratoire servaient, au premier étage au duc et au second à la duchesse lorsqu'ils assistaient à la messe.

À l'ouest du complexe palatin, reliées à lui par l'aile Lobkowicz, se trouvent les écuries. Occupant 900 m2, elles se rendirent célèbres parce que chaque cheval avait son portrait dans son propre box

L'Union européenne a décerné, en 2000, au Sénat tchèque le prix Europa Nostra pour la restauration exemplaire des bâtiments.

Jardins

Les jardins du palais sont accessibles au public. Ils sont agrémentés d'une pièce d'eau, de fontaines, d'une splendide Salla Terrena où sont donnés des concerts en été et de sculptures maniéristes par Adrien de Vries

Adrian_de_Vries_Appolo.jpg

Baccus

Adrian_de_Vries_Bacchus.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Apollon

 

Conçus dans le style italien en même temps que le palais, les jardins furent à la fin du XVIIIe siècle transformés dans le style anglo-chinois alors à la mode. Ils ont retrouvé leur caractère d'origine dans les années 1950 puis 1990 lors des travaux de restauration  entrepris.

Adrian_de_Vries_Laokoon.jpgAdrian_de_Vries_Venus_Adonis.jpg

 

 

 

Adrian_de_Vries_Zapasnici.jpgAdrian_de_Vries_horses.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_1639.JPG

IMG_1914.JPG
IMG_1640.JPG
IMG_1642.JPG

IMG_1643.JPG
IMG_1644.JPG
IMG_1645.JPG
IMG_1646.JPG
IMG_1648.JPG
IMG_1650.JPG
IMG_1651.JPG
IMG_1652.JPG
blog prague 2.JPG

blog prague 2 (1).JPG
blog prague 2 (2).JPG
blog prague 2 (3).JPG
blog prague 2 (4).JPG
blog prague 2 (5).JPG
blog prague 2 (6).JPG
blog prague 2 (7).JPG
blog prague 2 (8).JPG
blog prague 2 (9).JPG
blog prague 2 (10).JPG
blog prague 2 (11).JPG
blog prague 2 (12).JPG
blog prague 2 (13).JPG
blog prague 2 (14).JPG
blog prague 2 (15).JPG
blog prague 2 (16).JPG
blog prague 2 (17).JPG
blog prague 2 (18).JPG
blog prague 2 (19).JPG

blog prague 2 (20).JPG
blog prague 2 (21).JPG
blog prague 2 (22).JPG
FIN  DE  LA  VISITE



17:27 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |

PRAGUE VU DU HAUT DE LA TOUR DE L'HOTEL DE VILLE

 

tour de l'hotel de ville.jpg
tour de l'hotel de ville (1).jpg

 

La place de la vieille ville (en tchèque Staroměstské náměstí) est située à Prague, en République tchèque. Les bâtiments historiques situés sur la place marquèrent beaucoup l'histoire de la ville.

La tour de la place

La tour de la place mesure 70 mètres de hauteur et offre une magnifique vue sur Prague. Elle fut construite en 1364 sur la maison de Volfin de Kamen. Ce qui est spectaculaire, c'est son horloge. Cette dernière fut bâtie en 1490 par Hanus. Certains dises qu'après la construction de l'horloge, cet homme fut aveuglé pour être sûr qu'il ne construise pas quelque chose d'autre identique. En haut de l'horloge se trouve les sculptures des 12 apôtres.

Sens du mot “apôtre” [modifier]

« Apôtre » vient du grec apostolos qui désigne couramment une mission, son accomplissement ou les lettres la décrivant[réf. nécessaire]. Ce n’est que dans la Bible grecque des Septante que ce mot est appliqué à des personnes (1R 14,6) ; il traduit l’hébreu shaliah, « envoyé plénipotentiaire ». C’est dans le Nouveau Testament que le mot « apôtre » est le plus souvent employé. Il s’applique à trois catégories de personnes bien distinctes :

  • les témoins de la Résurrection de Jésus, envoyés pour annoncer cet événement ;
  • un des ministères de l’Église primitive ;
  • une seule fois dans l’Évangile (Mt 10,2) : le groupe des Douze choisis par Jésus « pour être avec lui » et pour signifier symboliquement le peuple de la fin des temps (Mt 19, 28).

Dans le vocabulaire liturgique, le mot « Apôtre » ou « l’Apôtre » désigne la lecture de l’Épître néotestamentaire ou des Actes des Apôtres qui précède généralement celle de la péricope évangélique.

les 12 apotres.jpg

Sens du mot “apôtre”

« Apôtre » vient du grec apostolos qui désigne couramment une mission, son accomplissement ou les lettres la décrivant[réf. nécessaire]. Ce n’est que dans la Bible grecque des Septante que ce mot est appliqué à des personnes (1R 14,6) ; il traduit l’hébreu shaliah, « envoyé plénipotentiaire ». C’est dans le Nouveau Testament que le mot « apôtre » est le plus souvent employé. Il s’applique à trois catégories de personnes bien distinctes :

  • les témoins de la Résurrection de Jésus, envoyés pour annoncer cet événement ;
  • un des ministères de l’Église primitive ;
  • une seule fois dans l’Évangile (Mt 10,2) : le groupe des Douze choisis par Jésus « pour être avec lui » et pour signifier symboliquement le peuple de la fin des temps (Mt 19, 28).

Dans le vocabulaire liturgique, le mot « Apôtre » ou « l’Apôtre » désigne la lecture de l’Épître néotestamentaire ou des Actes des Apôtres qui précède généralement celle de la péricope évangélique.

Du haut de cette tour voici la ville de Prague sur 360° après une montée en ascenseur

tour de l'hotel de ville (7).JPG

tour de l'hotel de ville (2).JPG
Horloge Astronomique
tour de l'hotel de ville (8).JPG
tour de l'hotel de ville (9).JPG
tour de l'hotel de ville (11).JPG
tour de l'hotel de ville (12).JPG
tour de l'hotel de ville (13).JPG
tour de l'hotel de ville (14).JPG
tour de l'hotel de ville (15).JPG
tour de l'hotel de ville (16).JPG
tour de l'hotel de ville (17).JPG
tour de l'hotel de ville (18).JPG
tour de l'hotel de ville (19).JPG
tour de l'hotel de ville (20).JPG
tour de l'hotel de ville (21).JPG
tour de l'hotel de ville (22).JPG
tour de l'hotel de ville (23).JPG
tour de l'hotel de ville (24).JPG
tour de l'hotel de ville (25).JPG
tour de l'hotel de ville (26).JPG
tour de l'hotel de ville (27).JPG
tour de l'hotel de ville (28).JPG
tour de l'hotel de ville (29).JPG
tour de l'hotel de ville (30).JPG
tour de l'hotel de ville (31).JPG
tour de l'hotel de ville (32).JPG

tour de l'hotel de ville (33).JPG
tour de l'hotel de ville (34).JPG
tour de l'hotel de ville (35).JPG
tour de l'hotel de ville (37).jpg
tour de l'hotel de ville (38).jpg
tour de l'hotel de ville (39).jpg
tour de l'hotel de ville (40).jpg
tour de l'hotel de ville (36).JPG
descente du haut de la tour pour revoir encore une fois cette horloge astronomique
tour de l'hotel de ville (5).jpg

FIN  DE  LA  VISITE


00:41 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

20.09.2009

Chateau de Hluboká nad Vltavou

chateau hluboka (10).jpg

 

Zamek_hluboka_1_beentree.jpg

Hluboká nad Vltavou (en allemand : Frauenberg) est une ville de Bohême du sud en République tchèque, près de České Budějovice. Elle est surtout célèbre pour son château néogothique.

Château

À l'origine, le château est construit par Přemysl Otakar II dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, il est reconstruit par les seigneurs de Jindřichův Hradec au XVIe siècle.

Il doit son apparence actuelle au comte Jan Adam de Schwarzenberg qui le fait reconstruire, en suivant l'exemple néogothique du château de Windsor par les architectes F. Beer et F. Deworetzky entre 1841 et 1871.

Le parc (1,9 km²) est également redessiné dans le style des jardins anglais.

Il est nationalisé en 1947 par une loi spéciale, surnommée par les Tchèques lex Schwarzenberg ainsi que 61 000 hectares et de nombreux immeubles et usines possédés par les Schwarzenberg de la branche dite de Hluboká-Krumlov.

Jackie Chan et Owen Wilson y ont tourné quelques scènes de leur Shanghai Kid 2.

Articles connexes

 

chateau hluboka.JPG
chateau hluboka (1).jpg
chateau hluboka (2).jpg
chateau hluboka (3).jpg
chateau hluboka (4).jpg
chateau hluboka (5).JPG
chateau hluboka (6).jpg
chateau hluboka (7).JPG
chateau hluboka (8).jpg
chateau hluboka (9).jpg
chateau hluboka (11).jpg
chateau hluboka (12).jpg
chateau hluboka (13).jpg
chateau hluboka (14).jpg
chateau hluboka (15).JPG
chateau hluboka (16).JPG
chateau hluboka (17).JPG
chateau hluboka (18).JPG
chateau hluboka (19).JPG
chateau hluboka (20).JPG
chateau hluboka (21).JPG
chateau hluboka (22).JPG
chateau hluboka (23).JPG
chateau hluboka (24).JPG
chateau hluboka (25).JPG
chateau hluboka (26).JPG
chateau hluboka (27).JPG
chateau hluboka (28).JPG
chateau hluboka (29).JPG
chateau hluboka (30).JPG
chateau hluboka (31).JPG
chateau hluboka (32).JPG
chateau hluboka (33).JPG
chateau hluboka (34).JPG
chateau hluboka (35).JPG
chateau hluboka (36).JPG
chateau hluboka (37).JPG
chateau hluboka (38).JPG
chateau hluboka (39).JPG
chateau hluboka (40).JPG
chateau hluboka (41).JPG
chateau hluboka (42).JPG
chateau hluboka (43).JPG
chateau hluboka (44).JPG
chateau hluboka (45).JPG
chateau hluboka (46).JPG
chateau hluboka (48).JPG
chateau hluboka (49).JPG
chateau hluboka (50).JPG
L'intérieur du château est splendide et très bien entretenu mais il est très difficile de prendre des photos

F I N  DE LA VISITE

11:00 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

05.09.2009

COSTA CROISIERE LE DEPART DE VENISE

Costa Croisières, en italien Costa Crociere, est une compagnie italienne de croisière qui appartient au groupe Carnival, lequel regroupe d'autres compagnies dont Cunard Line, Holland America Line et Princess Cruises, entre autres.

Histoire

Le premier bateau de passagers de la Flotte Costa commence le service de ligne de Gênes à Buenos Aires le 31 mars 1948. Innovateur et pionnier, il est équipé de la climatisation dans tous les espaces réservés aux passagers. Le Anna C. marque le début de la collaboration professionnelle avec l'architecte Giovanni Zoncada : pendant trente ans les intérieurs de la flotte Costa porteront sa prestigieuse signature. Le 26 juin 1948 le bateau entame son voyage d'inauguration vers le Brésil et La Plata en Argentine. Onze ans plus tard, la diminution du flux migratoire vers l'Amérique du Sud et les nouvelles conditions socio-économiques obligent à la reconversion du bateau. En 1959 le navire est rénové et réadapté à la nouvelle typologie de voyageurs : après l'enlèvement des couchettes pour les émigrants, l’Andrea C. est équipé de nouveaux moteurs plus puissants.

En 1968 la réorganisation radicale de l'entreprise, la croissance exponentielle du secteur des croisières et la nécessité d'une gestion rationnelle et économique de la flotte entraînent des changements inévitables dans l'organisation de la société. La société Costa Armatori S.p.A. voit le jour à la suite de la fusion entre Lloyd Tirrenico et Lloyd Tigullio, sous l’appellation de la "Giacomo Costa fu Andrea".

En 1984, une fois que le contrat de location de cinq ans est arrivé à échéance, le navire Daphne est acheté par Costa. Avec son jumeau le Danae, il est le navire à succès utilisé dans les circuits de croisière traditionnels de Costa : l'été en Méditerranée et l'hiver aux Caraïbes et en Amérique du Sud. Avec son jumeau Daphne, le Danae est transformé en un navire de croisière de luxe dans les chantiers Chalkis. En 1977 le voyage d'inauguration en Orient dure 88 jours. En 1984, une fois que le contrat de location de cinq ans est arrivé à échéance, le navire Danae est acheté par Costa.

Le Columbus C., à partir de 1981 les nouvelles couleurs et le nouveau logo de Costa trônent sur la cheminée du navire qui se dirige pour son voyage d'inauguration vers l'Amérique du Sud. En 1983 le navire fait l'objet de travaux de modernisation dans les chantiers Mariotti de Gênes et il est équipé d'un grand lido neuf avec une piscine.

Acheté par Costa en 1983, le navire est entièrement restructuré dans les chantiers Mariotti de Gênes. Le voyage d'inauguration de Costa Riviera emmène les passagers à la découverte de la Riviera Ligure. Avant d'être définitivement choisi pour la Méditerranée de l'Ouest en 1994, le Costa Riviera dessert pendant un an le marché américain sous le nom d'American Adventure pour America Family Cruises.

À partir des années 1980, le groupe se concentre sur le secteur des croisières et en 1986, après une restructuration radicale, Costa Crociere S.p.A. voit le jour. À partir de ce moment-là, sur les flancs des navires s'offrira à la vue l'inscription "Costa" en entier à côté du nom des navires.

DEPART DU PORT DE VENISE POUR UNE CROISIERE SUR L'ADRIATIQUE

VUES SUR VENISE COMME JAMAIS ON NE PEU LES VOIR DU HAUT DE SES 11 ETAGES C'EST IMPRESSIONNANT

croisiere 405.jpg
croisiere 406.jpg
croisiere 413.jpg

On se sent tout petit a côté de ce géant merveilleux

croisiere 491.jpg

vuedu dernier pont  accessible au passagers

croisiere 493.jpg

Départ du port dans Venise pour retrouver la mer Adriatique

croisiere 494.jpg
croisiere 495.jpg
croisiere 496.jpg
croisiere 498.jpg
croisiere 499.jpg
croisiere 500.jpg
croisiere 501.jpg
croisiere 502.jpg
croisiere 503.jpg
croisiere 504.jpg
croisiere 506.jpg
croisiere 509.jpg
croisiere 510.jpg
croisiere 511.jpg
croisiere 512.jpg
croisiere 513.jpg
croisiere 514.jpg
croisiere 515.jpg
croisiere 518.jpg
croisiere 519.jpg
croisiere 520.jpg
croisiere 521.jpg
croisiere 522.jpg
croisiere 523.jpg
croisiere 524.jpg
croisiere 525.jpg
croisiere 528.jpg
croisiere 529.jpg
croisiere 530.jpg
croisiere 531.jpg
croisiere 532.jpg
croisiere 534.jpg
croisiere 536.jpg
croisiere 540.jpg
croisiere 542.jpg
croisiere 543.jpg
croisiere 544.jpg
et maintenant en route pour l'aventure


17:45 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |

19.06.2009

TUNIS CAPITALE

 


Tunis (تونس) est la principale ville de la Tunisie. Capitale du pays sans interruption depuis le 20 septembre 1159 (5 ramadan 554 du calendrier musulman) sous l’impulsion des Almohades, confirmée dans son statut sous la dynastie des Hafsides en 1228, elle est également le chef-lieu du gouvernorat du même nom depuis sa création en 1956.

Située au nord du pays, au fond du golfe de Tunis dont elle est séparée par le lac de Tunis, la cité s’étend sur la plaine côtière et les collines avoisinantes. Peuplée de 728 453 habitants[1] — appelés les Tunisois —, elle est englobée dans une agglomération très étendue (jusqu’à 30 kilomètres pour atteindre la banlieue nord de La Marsa) et peuplée (2 000 242 pour l’ensemble de l’agglomération[2]).

Le saint patron de Tunis est Sidi Mahrez[3] qui a donné son nom à une mosquée de la ville.

ARTICLE ET PHOTOS DE WIKIPEDIA

Nous avons visité TUNIS en très peu de temps et j'ai trouvé sur WIKIPEDIA les photos des principaux sites à voir, avec du temp

400px-Souks_Tunis_2[1].jpg

souk de Tunis

631px-Th%C3%A9%C3%A2tre_de_Tunis[1].jpg

Théatre

697px-Old_Man_in_Tunis[1].jpg

l'ancien de Tunis

800px-100_5569[1].jpg
800px-AeroportTunisCarthage[1].jpg

aéroport

800px-Avenue_Mohammed_V_-_Tunis_3[1].jpg

avenue Mohamed

800px-AvenueHabibBourguibaTunis[1].jpg
800px-BanlieueTunisNord[1].jpg

800px-Belv%C3%A9d%C3%A8re_-_Tunis[1].jpg
800px-BNTn[1].jpg
800px-Boulevard_7_Novembre[1].jpg
800px-Bus_SNT-Tunis[1].jpg
800px-CAT[1].jpg
800px-CA_-_Rad%C3%A8s[1].jpg
800px-Cath%C3%A9draleSaintVincentdePaulEtIbnKhaldoun[1].jpg
800px-FaculteLettre9AvrilTunis[1].jpg
800px-GiorcesBardo33-2[1].jpg
800px-Kasbah-Kassus[1].jpg
800px-LyceePiloteBourguiba[1].jpg
800px-MinaretMosqu%C3%A9eSidiYousefDey[1].jpg
800px-MosqueeEzzeitounaTunis_1[1].jpg
800px-Municipalite_de_Tunis-Kassus[1].jpg
800px-Mus%C3%A9eFinanceTunis[1].jpg
800px-PatioDarBenAbdallah[1].jpg
800px-PatioDarSoulaimania[1].jpg
800px-QuartiersElMenzah_ElManar_TunisNord[1].jpg
800px-Si%C3%A8geSocialBIAT[1].jpg
800px-StatueIbnKhaldounTunis[1].jpg
800px-Tunis_porte_de_France_2[1].jpg
Souks_Tunis[1].jpg
Tunismetro1[1].jpg
tunis.JPG
photos de ce que l'on a eu le temps de visiter et c'est bien peu mais le manque de temps
tunis (1).JPG
tunis (2).JPG
tunis (3).JPG
tunis (4).JPG
tunis (5).JPG
tunis (6).JPG
fabrique de chechia
tunis (7).JPG
tunis (8).JPG
tunis (9).JPG
le souk
tunis (10).JPG
tunis (11).JPG
tunis (12).JPG
tunis (13).JPG
tunis (14).JPG
tunis (15).JPG
Paquebot COSTA en croisière
tunis (16).JPG
paquebot MSC

tunis (18).JPG
tunis (19).JPG
tunis (20).JPG
tunis (21).JPG
tunis (22).JPG
tunis (23).JPG
tunis (24).JPG
tunis (25).JPG
tunis (26).JPG
tunis (27).JPG
tunis (28).JPG
tunis (29).JPG
Voyage en Tunisie terminé hélas trop court mais une autre fois peut-être.......

18:28 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

18.06.2009

visiter les ruines historiques de Carthage

Carthage (قرطاج) est une ville tunisienne située au nord-est de la capitale Tunis.

L'ancienne cité punique, détruite puis reconstruite par les Romains qui en font la capitale de la province d'Afrique proconsulaire, est aujourd'hui une banlieue huppée de Tunis regroupant de nombreuses résidences d'ambassadeurs. La ville possède encore de nombreux sites archéologiques, romains pour la plupart, classés au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979.

La municipalité de Carthage, qui compte 15 922 habitants en 2004[1], abrite le palais présidentiel ou encore la mosquée El Abidine. L'aéroport international de Tunis-Carthage est situé à quelques kilomètres à l'ouest de la ville.

IMG_0283.JPG

Aperçu général [modifier]

Localisation des divers vestiges du site de Carthage

Le site archéologique de Carthage, dispersé dans la ville moderne, est classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979. Dominé par la colline de Byrsa qui était le centre de la cité punique, il se distingue par la silhouette massive de la cathédrale Saint-Louis édifiée à l'emplacement présumé de la sépulture du roi Louis IX de France qui y mourut au cours de la huitième croisade. Pour l'anecdote, le roi Louis-Philippe Ier, qui descend de Louis IX, envoya un architecte à Carthage pour en trouver l'emplacement le plus précis. Au vu de l'impossibilité d'une telle mission, celui-ci choisit simplement le plus bel endroit. À proximité de la cathédrale, en face de cette tombe vide dont les restes ont été rapatriés en France, se trouvent les vestiges du plus important quartier de la ville dont il ne subsiste que quelques fondations et quelques fragments de colonnes.

Forte de son héritage historique, Carthage se développe et devient une vaste banlieue résidentielle de Tunis autour du palais présidentiel. Toutefois, le développement rapide de la ville moderne risquant de détruire à jamais les vestiges, de grands archéologues tunisiens ont alerté l'opinion[3] et l'Unesco a lancé une vaste campagne internationale entre 1972 et 1992 afin de sauver Carthage. Ce tournant est parachevé avec le classement au patrimoine mondial.

La difficulté pour le visiteur réside aujourd'hui dans l'extrême dispersion des vestiges même si certains pôles peuvent être distingués.

IMG_0284.JPG
IMG_0289.JPG
IMG_0290.JPG
Projet1.jpg
IMG_0291.JPG
IMG_0293.JPG
IMG_0295.JPG
IMG_0296.JPG
IMG_0297.JPG
IMG_0298.JPG
IMG_0301.JPG
IMG_0303.JPG
IMG_0304.JPG
IMG_0305.JPG
IMG_0306.JPG
IMG_0307.JPG
IMG_0308.JPG
IMG_0310.JPG
IMG_0312.JPG
IMG_0313.JPG
IMG_0314.JPG
IMG_0316.JPG
IMG_0317.JPG
IMG_0318.JPG
IMG_0319.JPG
IMG_0320.JPG
IMG_0321.JPG
IMG_0322.JPG
IMG_0323.JPG
IMG_0324.JPG
IMG_0325.JPG
IMG_0327.JPG
IMG_0328.JPG
IMG_0329.JPG
IMG_0330.JPG
IMG_0342.JPG
IMG_0343.JPG
IMG_0344.JPG
800px-Vue_Carthage_Byrsa[1].jpg
VUE  D'ENSEMBLE  DE  CARTHAGE

Édifices religieux

Mosquée El Abidine

parmi les mosquées construites à Carthage, la plus connue est la mosquée El Abidine de Carthage, érigée au lieu-dit « La Colline de l'Odéon », sur un site d'une superficie de trois hectares[12].

Elle doit son nom à celui du président de la République tunisienne, Zine el-Abidine Ben Ali, qui l'a inaugurée le 11 novembre 2003[13]. Bâtie sur une esplanade de 2 500 m2, elle comporte un minaret haut de 55 mètres et une salle de prière pouvant accueillir plus de 1 000 fidèles[12] .http://fr.wikipedia.org/wiki/Carthage

21:11 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

17.06.2009

DECOUVERTE DE MADHIA

 

Une petite promenade dans cette jolie ville de MADHIA


madhia (38).JPG
madhia.JPG

LE  CIMETIERE  MARIN
madhia (1).JPG
madhia (2).JPG
madhia (3).JPG
madhia (4).JPG
madhia (5).JPG
madhia (6).JPG
madhia (7).JPG
madhia (8).JPG
madhia (9).JPG
madhia (11).JPG
madhia (12).JPG
madhia (14).JPG
PROMENADE DANS LA VILLE
madhia (15).JPG

madhia (16).JPG
madhia (17).JPG
madhia (18).JPG
TRES BELLE TERRASSE DE CAFE  AVEC FUMEUR DE NARGUILE

Narguilé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un narguilé

Narguilé, narghilé, narjila de Turc: Nargile (arabe: نرجيلة), arguileh (Liban), shisha, chicha (Égypte et pays du Maghreb), houka (dans le monde Indien), Ghelyan (en persan : قلیان, Qeliān) ou encore Chilam (en Afghanistan), sont des synonymes désignant une sorte de grande pipe à eau utilisée principalement au Moyen-Orient ou en Asie pour fumer le tabac.

Le Narguilé désigne également le tuyau pneumatique flexible alimentant le scaphandrier en air.

madhia (19).JPG
madhia (20).JPG
madhia (21).JPG
madhia (22).JPG
madhia (23).JPG
madhia (24).JPG
madhia (25).JPG
madhia (26).JPG
madhia (27).JPG
madhia (28).JPG
madhia (29).JPG
madhia (30).JPG
madhia (31).JPG
madhia (32).JPG

GRAND  PORT  DE  PECHE
madhia (33).JPG
madhia (34).JPG
madhia (35).JPG
madhia (36).JPG
madhia (37).JPG
madhia (39).JPG
madhia (40).JPG
madhia (41).JPG
madhia (42).JPG
VESTIGE DES REMPARTS QUI ENCERCLAIENT LA VILLE
madhia (43).JPG


23:41 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

16.06.2009

Mahdia - jolie ville de Tunisie

Mahdia (مهدية) est une ville côtière tunisienne située à 205 kilomètres au sud de Tunis. Chef-lieu du gouvernorat du même nom, elle constitue une municipalité comptant 45 977 habitants en 2004[1].

Construite à l'origine sur une presqu'île de 1 400 mètres de longueur sur 500 mètres de largeur, elle abrite l'un des premiers ports de pêche du pays. De plus, l'activité touristique pèse de plus en plus dans l'économie locale. Enfin, c'est un centre tertiaire en développement qui a développé depuis quelques années un pôle d'enseignement supérieur (avec notamment l'établissement de l'Institut d'économie et de gestion ouvert en 1999).

Histoire

Ses noms historiques sont Jemma, Aphrodisium et Cap Africa.

Sa situation géographique stratégique et ses fortifications permettent à la ville de jouer un rôle de premier plan dans le bassin méditerranéen jusqu'au XVIe siècle. Mahdia est tout d'abord un comptoir phénicien puis romain sous le nom d'Aphrodisium[2] avant d'être officiellement fondée en 916 par le premier calife fatimide Ubayd Allah al-Mahdi[3] qui lui donne son nom actuel. La ville devient ainsi la « capitale » des Fatimides en 921[3] et le reste jusqu'en 973, date à laquelle Le Caire devient leur capitale[4]. Assiégée durant huit mois (944-945) par les kharidjites sous la conduite de leur chef Abu Yazid, la ville résiste victorieusement.

En 1057, les Zirides s'y réfugient face à la menace des Hilaliens. Le roi normand Roger II de Sicile l'occupe en 1148 et maintient son assise sur la ville jusqu'à la chute de celle-ci, dans les premiers jours de 1160, aux mains des Almohades. La ville perd alors de son importance politique au profit de Tunis mais n'en demeure pas moins un important port considérée comme la clé du pays.

La ville est la proie de plusieurs sièges. En 1390[5], devant la perte de ses positions commerciales en Tunisie en faveur de Venise, Gênes organise une expédition militaire à laquelle elle a voulu donner le caractère d'une nouvelle croisade, au prétexte de se venger de la piraterie des barbaresques contre les chrétiens. Elle obtient l'assistance d'un corps de seigneurs franco-anglais, dont Louis II de Bourbon qui en prend le commandement. La place, défendue par les Arabes de Bougie (actuelle Béjaïa), de Bône, de Constantine et d'autres pays du Maghreb, venus au secours des Tunisiens, résiste à toutes les attaques, et les alliés, que les mésintelligences ne tardent pas à diviser, sont obligés de reprendre la mer après soixante et un jours de combats infructueux[6].

Mahdia est prise au XVIe siècle par le corsaire Dragut qui en fait son repère[7]. Charles Quint s'empare de la ville en 1550. Les Espagnols y restent jusqu'en 1554 et, en repartant, font sauter les remparts que les Ottomans ne reconstruiront que partiellement[8]. Depuis, la ville a retrouvé son calme et est devenue l'un des plus grands ports de pêche de Tunisie.

La « galère de Mahdia », remontant au Ier siècle av. J.-C. et chargée d'objets d'art athéniens est retrouvée à six kilomètres au large de Mahdia. Elle fait de la ville l'un des plus riches sites de l'archéologie sous-marine en Tunisie.

800px-IMGP9256[1].jpg

Démographie

Lors de l'évacuation de la ville, les armées espagnoles prennent soin d'expulser la quasi-majorité des populations autochtones[réf. nécessaire]. Paradoxalement, on sait peu de choses des Mahdois avant l'arrivée des Ottomans. Sont-ils chiites comme pourrait le supposer le passé fatimide de la ville ? Sont-ils en majorité « orientaux », à savoir apparentés aux Syro-Libanais ? Sont-ils tout simplement arabo-berbères comme leur environnement ethnique immédiat ? Il est difficile d'y répondre mais toujours est-il que, suite à la conquête ottomane, la ville est exsangue. Toutefois, les nouveaux maîtres turcs comprennent facilement la haute valeur stratégique de Mahdia. Aussi s'empressent-ils de la repeupler. Beaucoup d'historiens tunisiens s'accordent à dire que la majorité des anciens habitants grossissent alors les rangs des villes de Monastir, Sousse ou Sfax[réf. nécessaire] tant l'avenir de Mahdia semble alors incertain.

800px-Imgp9262[1].jpg
Dune_mahdia[1].jpg
Mahdia_borjin[1].jpg

Lors de l'évacuation de la ville, les armées espagnoles prennent soin d'expulser la quasi-majorité des populations autochtones[réf. nécessaire]. Paradoxalement, on sait peu de choses des Mahdois avant l'arrivée des Ottomans. Sont-ils chiites comme pourrait le supposer le passé fatimide de la ville ? Sont-ils en majorité « orientaux », à savoir apparentés aux Syro-Libanais ? Sont-ils tout simplement arabo-berbères comme leur environnement ethnique immédiat ? Il est difficile d'y répondre mais toujours est-il que, suite à la conquête ottomane, la ville est exsangue. Toutefois, les nouveaux maîtres turcs comprennent facilement la haute valeur stratégique de Mahdia. Aussi s'empressent-ils de la repeupler. Beaucoup d'historiens tunisiens s'accordent à dire que la majorité des anciens habitants grossissent alors les rangs des villes de Monastir, Sousse ou Sfax[réf. nécessaire] tant l'avenir de Mahdia semble alors incertain.




http://fr.wikipedia.org/wiki/Madhia suite de l'article surWIKIPEDIA

 

 

23:53 Écrit par petitefleur-06 dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |