081136 petitefleur gene110160
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20.06.2014

Manavgat - Mosquée

Manavgat est une ville et un district de la province d'Antalya dans la région méditerranéenne en Turquie.

La ville possède une grande mosquée moderne à quatre minarets (2004).

Cette mosquée a été construite au milieu d'un ensemble de petits immeubles, témoins incontournable du boum immobilier que la Turquie subit depuis plus de 10 ans maintenant. Nous commençons la visite par la fontaine des ablutions qui, d'après notre guide, n'existait à l'origine de l'Islam que pour nettoyer les pieds nus des fidèles avant d'entrer faire la prière. Cette nécessité de cette époque est restée comme un rituel purificateur pour les musulmans. Cette mosquée comprend quatre hauts minarets qui sont proportionnels à sa capacité d'accueil.

Avant de pénétrer à l'intérieur, les femmes doivent mettre un voile sur la tête et tout le monde se déchausse. A l'intérieur, la lumière mêlée aux couleurs des tapis de prière et de la décoration des murs est d'une grande douceur. Comme dans toutes les mosquées, il existe des inscriptions en arabe alors que le turc ne sait plus lire l'arabe au moins depuis la révolution d'Atatürk en 1922. Un superbe trône du sultan est sur la droite et les tapis de prière sont de toute beauté. La place des femmes se trouve au balcon pour des raisons évidentes. Il n'est pas pensable de mélanger les femmes et les hommes pour prier compte tenu de la position. Certains risqueraient d'être détournés du chemin divinette mosquée a été construite au milieu d'un ensemble de petits immeubles, témoins incontournable du boum immobilier que la Turquie subit depuis plus de 10 ans maintenant. Nous commençons la visite par la fontaine des ablutions qui, d'après notre guide, n'existait à l'origine de l'Islam que pour nettoyer les pieds nus des fidèles avant d'entrer faire la prière. Cette nécessité de cette époque est restée comme un rituel purificateur pour les musulmans. Cette mosquée comprend quatre hauts minarets qui sont proportionnels à sa capacité d'accueil.
Avant de pénétrer à l'intérieur, les femmes doivent mettre un voile sur la tête et tout le monde se déchausse. A l'intérieur, la lumière mêlée aux couleurs des tapis de prière et de la décoration des murs est d'une grande douceur. Comme dans toutes les mosquées, il existe des inscriptions en arabe alors que le turc ne sait plus lire l'arabe au moins depuis la révolution d'Atatürk en 1922. Un superbe trône du sultan est sur la droite et les tapis de prière sont de toute beauté. La place des femmes se trouve au balcon pour des raisons évidentes. Il n'est pas pensable de mélanger les femmes et les hommes pour prier compte tenu de la position. Certains risqueraient d'être détournés du chemin divin...

Mosquée de Manavgat

 

14SEPT 202-1.jpg

14SEPT 202-1 (1).jpg

14SEPT 202-1 (2).jpg

14SEPT 202-1 (3).jpg

14SEPT 202-1 (4).jpg

14SEPT 202-1 (5).jpg

14SEPT 202-1 (6).jpg

14SEPT 202-1 (7).jpg

14SEPT 202-1 (8).jpg

14SEPT 202-1 (9).jpg

14SEPT 202-1 (10).jpg

14SEPT 202-1 (11).jpg

14SEPT 202-1 (13).jpg

14SEPT 202-1 (14).jpg

14SEPT 202-1 (15).jpg

14SEPT 202-1 (16).jpg

14SEPT 202-1 (17).jpg

14SEPT 202-1 (18).jpg

14SEPT 202-1 (19).jpg

14SEPT 202-1 (20).jpg

14SEPT 202-1 (21).jpg

14SEPT 202-1 (22).jpg

14SEPT 202-1 (23).jpg

 

turquie noel 2011 417.jpg

Vue de la Mosquée du bateau sur le Manavgat

 

10.02.2014

Le 14 février - La fête des amoureux - la saint Valentin-

 

Reliques des saints Valentin

Il existe plusieurs saints, donc plusieurs sites :

  • à Dublin : au xixe siècle, les reliques de saint Valentin de Terni furent léguées par le pape Grégoire XVI à l’église des Carmélites de la rue Whitefriar à Dublin, qui est alors devenue un lieu de pèlerinage pour le 14 février. En 1969, dans le souci d’épurer le calendrier catholique de tous les saints légendaires, l’Église a ôté le jour de la Saint-Valentin de son calendrier officiel.
  • à Roquemaure : depuis le 25 octobre 1868, l’église de Roquemaure dans le Gard abrite les reliques d’un saint Valentin. En 1868, elles furent achetées à Rome par un riche propriétaire viticole du pays qui les utilisa dans le but de protéger les vignobles du phylloxera8, apparu là deux ans auparavant.
  • à Saint-Pierre-du-Chemin, église Saint-Pierre depuis 1847, et authentifiées par le Vatican.

 

La Saint Valentin à Roquemaure

 

La grande fête de la St Valentin, c'est à dire avec le marché artisanal, les défilés dans les rues de la ville, stands, etc..., n'a plus lieu que tous les 2 ans. LA PROCHAINE GRANDE FÊTE AURA LIEU EN FÉVRIER 2015.

PROGRAMME 2014
En années paires, nous organisons cependant une version beaucoup plus allégée avec au programme:

*Le repas des amoureux
Le vendredi 14 février à partir de 20h à la salle des fêtes "La Cantarello"
Repas dansant animé par le Show Lorca
Sur réservation uniquement à l'Office de Tourisme de Roquemaure
25 euros/pers

 

Une Fête des Savoirs Populaires

Cette fête populaire, totalement gratuite pour les visiteurs, est  simultanément :

Une véritable Reconstitution Historique, avec près de 500 amateurs et professionnels unis pour un grand spectacle de rues XIX° siècle

Une fête des Savoirs Populaires avec la représentation de vieux métiers, véritable témoignage de la tradition rurale d?autrefois

Un rassemblement de Musiques Traditionnelles avec plus de 100 musiciens hautbois, fifres, tambours dans les rues de Roquemaure

Une fête des produits du terroir, avec son marché à l'ancienne regroupant plus d'une centaine d'artisans et de métiers d'art et ses stands des Vins des Côtes du Rhône  représentés par le Cru Lirac et les Appellations Village Chusclan et Laudun.

 

Cette fête est une des premières manifestations en terme de fréquentation pour le Gard Rhôdanien.

 

Le Festival des Manivelles de l'Amour

Les Amoureux peuvent fredonner les plus belles chansons d'Amour au son d'une quarantaine d'Orgues de Barbarie et de Limonaires dans les rues du vieux village.

Ce 12° Festival d'Orgues de Barbarie et de Limonaires regroupent des tourneurs de Manivelles français, belges, suisses et allemands.

 
 

Souvenir

ce site est dédié au Père Durieu, instigateur de cette manifestation à ses débuts, il y a près de 25 ans...

Roquemaurois de coeur, il a redécouvert l'existence des Reliques de St Valentin dans la collègiale de Roquemaure et a su initier cette Fête, avec le concours de l'Office de Tourisme et de l'Association St Valentin de Roquemaure.

Cette manifestation est désormais la principale manifestation en France pour le 14 février, en l'honneur de tous les amoureux.

 

 
 
 
 
 
 


 

15:50 Écrit par petitefleur-06 dans Blog, RELIGION, TRADITION | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

16.08.2012

La fête de la Saint Roc à Sérignan - la bénédiction des chevaux

 


FETE DU CHEVAL ET DE ST ROCH A SERIGNAN (... par madone34

FÊTE DE LA ST ROCH LE 16 AOÛT  A SERIGNAN HERAULT ...

 

 

Jeudi
16 Août
2012

Fête traditionnelle de la Saint-Roch et bénédiction des chevaux

 Façade occidentale

Historique

La construction de ce monument classé s’est échelonnée du XIIe au xve siècle. La collégiale relevait de l'abbaye de Saint-Thibéry. Subsiste un chevet roman de l'absidiole sud. Le reste de l'église est de style gothique méridional. Son clocher, imposante tour de 30 mètres de haut, évoque plus le donjon guerrier que l’édifice religieux. Un mâchicoulis protégeant un beau portail aux voussures romanesrenforce la première impression militaire dégagée par la façade. Comme souvent dans les églises, les vitraux de Notre-Dame-de-Grâce sont les éléments qui ont le plus souffert des outrages du temps. Beaucoup ont été remplacés au cours des siècles. Ouverte par 7 hautes fenêtres à meneaux, l’abside présente un ensemble de vitraux réalisés par les ateliers de Mauvernay et posés en 1879.

 

 

Fête de la Saint Roch - jeudi 16 août

Le 16 août prochain, les rues et les habitants de Sérignan se pareront de rouge et d'or pour accompagner la traditionnelle bénédiction des chevaux. Cette année l'Occitanie est donc à l'honneur pour célébrer Roch, le saint patron de la ville, et l'histoire qui le lie à elle.

Le centre ville sera coupé à la circulation.

Les temps forts de la Fête

. 10h : Célébration religieuse suivie de la procession de la statue de Saint Roch

. 11h : Défilé de cavaliers, calèches, adultes et enfants costumés dans les rues de la ville suivi de la bénédiction des chevaux par le curé de Sérignan, sur le parvis de la Collégiale Notre Dame de Grâce.

. 12h : Apéritif en fanfare dans les Jardins de l'Hôtel de Ville.

. De 9h à 13h : Animations sur la Promenade (démonstration d'un maréchal ferrant, animaux de la ferme et chevaux miniatures avec la Ferme de Raynals, stand de Equ'idée...).

. 13h : Repas animé par Calamity Mary sur la Promenade.

. 21h : Grand bal sur la Promenade avec l'orchestre Arc-k-en-ciel

 

 

Copie de IMG_2270.jpg

 Monsieur Le Maire de Sérignan et Monsieur Du plaa

Jean-Michel Du Plaa

Fonctions au Conseil général

  • conseiller général réélu le 27 mars 2011 ;
  • conseiller général élu le 28 mars 2004 ;
  • vice président délégué à la solidarité, aux personnes âgées et aux personnes handicapées ;
  • membre de la commission des finances départementales et des marchés publics - Education pour tous et administration générale - Ressources humaines ;
  • membre de la commission permanente.

Autres mandats ou fonctions

  • conseiller Municipal de Béziers ;
  • administrateur du CAUE de l'Hérault.
 

IMG_2263.jpg

 

IMG_2264.jpg

 

IMG_2265.jpg

 

IMG_2266.jpg

 

IMG_2267.jpg

 

IMG_2268.jpg

 

IMG_2269.jpg

 

IMG_2271.jpg

 

IMG_2272.jpg

 

IMG_2274.jpg

 

IMG_2275.jpg

 

IMG_2276.jpg

 

IMG_2277.jpg

 

IMG_2278.jpg

 

Saint Roch
Image illustrative de l'article Roch de Montpellier
Saint Roch tenant son bourdon et montrant sa plaie
Naissance vers 1340.
MontpellierLanguedoc,royaume de France
Décès vers 1376/1379 
Voghera, sous contrôleVisconti (Italie du Nord)
Nationalité Drapeau de France française
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 16 août

 

Saint Roch (Montpellier, vers 1340 - Voghera1379) (Sant Ròc en occitan) est honoré le 16 août. Il est le patron des pèlerins et de nombreuses confréries oucorporations : chirurgiens, apothicaires, paveurs de rues, fourreurs, pelletiers, fripiers, cardeurs, et aussi le protecteur des animaux. Son culte, très populaire, s'est répandu dans le monde entier.

 

Culte[modifier]

Vie, Légende et Miracles de Monseigneur Saint Roch, d’après Jehan Phélipot (1494)[modifier]

Pézenas (Hérault) - Saint-Roch

« Saint Roch, glorieux ami de Dieu, guérisseur des maladies de peau et de toutes sortes de pestilence, naquit en des temps fort anciens à Montpellier, autrefois Monté-Pestelario.

Ses parents étaient seigneurs terriens, véritablement nobles de la noblesse du cœur. Ils étaient fort âgés et n'avaient point d'enfants. Son père s'appelait Jehan. Sa mère, Dame France, pria le Seigneur de lui donner un fils qui soit dévoué à sa cause. L'Ange du Seigneur la visita et lui dit : « Ô France, sois certaine que tu recevras sa grâce ». L'enfant eut, à la naissance, une croix rouge empreinte sur son côté droit. Il fut baptisé du nom de Roch.

Il perdit ses parents très jeune. Il vendit alors tous ses biens, distribua l'argent aux pauvres et partit en pèlerinage pour Rome. Lorsqu'il fut en Italie, il arriva dans la ville d'Agripendante. Or celle-ci était ravagée par une épidémie de peste.

Roch se mit à soigner les malades et à les guérir par le signe de la croix. De même fit-il à Césenne qui, par lui, fut délivrée de la peste. À Rome ensuite, un cardinal fut aussi guéri par lui. De nouveau, il repartit sur les routes. Il soigna encore les malades à Plaisance, mais là, il attrapa la maladie.

Il fut alors chassé par ceux qu'il avait guéris et grande réflexion dut-il faire sur la guérison véritable qui n'est pas celle du corps, mais de l'âme et sur le fait qu'à vouloir guérir les autres, on attrape leur maladie !

Il se réfugia dans la forêt. Pour apaiser sa fièvre et laver sa blessure, l'Ange du Seigneur fit jaillir une source.

Pour apaiser sa faim terrestre, le chien du seigneur voisin volait chaque jour un pain à son maître.

Le seigneur Gothard, attiré par le manège de son chien, le suivit et découvrit Roch au fond de sa retraite. Il se convertit, vendit ses biens et prit à son tour l'habit de pèlerin.

Puis l'Ange visita de nouveau Roch et lui dit : « Retourne en ton pays, car tu seras délivré et guéri de la pestilence dont tu es oppressé ».

 

Roch reprit le chemin de Montpellier. Refusant de dire son nom à quiconque et traversant une province en guerre, il fut appréhendé et jeté en prison où il demeura cinq années.

L'Ange le réconforta au moment de sa mort et une grande clarté inonda sa cellule. On trouva dans celle-ci une inscription en lettres d'or disant que tous ceux qui prieront le glorieux Saint Roch seront guéris de la peste.

On découvrit la croix rouge sur sa poitrine. Il fut enseveli solennellement. Depuis ce temps, dans toutes les provinces de France et d'Europe, le culte de Saint Roch s'est répandu et il fut longtemps le Saint le plus populaire dans les campagnes. »

 

Reliques

Saint Roch fut enterré avec dévotion à Voghera qui, immédiatement après sa mort (avant 1391) lui consacra une fête. Sa dépouille mortelle, gardée dans l'église qui lui est aujourd'hui dédiée, fut volée, ou fit l'objet d'une transaction, en février 1485 (à l'exclusion de deux petits os du bras) et transportée à Venise, où elle est toujours, hormis quelques reliques, dont un tibia, donné au xixe siècle ausanctuaire Saint-Roch de Montpellier, qui possède également son bâton de pèlerin, et quelques os recensés en l'église de la petite commune d'Ids-Saint-Roch.


 

 

 

04.05.2012

Fort Eglise de Rudelle. dans le Lot

Rudelle est une commune française, située dans le département du Lot et larégion Midi-Pyrénées.

Lieux et monuments

  • Église Saint-Martial 2:

Église fortifiée du XIIIe siècle. Cétai à l'origine que la chapelle de l'hôpital de Rudelle se trouvant dans la bastide, ou village neuf, fondé vers 1250 par Bertrand III de Cardaillac, seigneur de Lacapelle-Marival. Elle se trouvait sur une voie de communication reliant Rocamadour et le Rouergue (voie romaine Gramat-Figeac), passage de nombreux pélerins, près d'un gué. On peut voir aux clés de voûte la patte de griffon, emblême des Cardaillac.

La première mention d'un fort-église date de 1320 quand les coutumes de Figeac sont accordées aux habitants de la bastide de Rudelle.

L'église est devenue église paroissiale à la demande des habitants en 1470. Jusque là ils devaient aller à l'église des Therminettes. En 1471, Astorg de Cardaillac, seigneur de Lacapelle-Marival, abandonne aux habitants sa tour de Rudelle afin qu'ils puissent s'y réfugier et y déposer leurs biens. Mais ils sont tenus de la garder et de la réparer.

En 1593, pendant les guerres de religion, le duc de Bouillan, vicomte de Turenne et protestant vint assièger la tour gardée par les habitants de Rudelle pour le compte du baron de Cardaillac, catholique. Pour éviter la destruction de la tour, le baron demanda aux défenseurs de se rendre.

L'aspect de l'église a changé au début du XXe siècle. :

  • ajout de chapelles,
  • nouvelle terrasse après la suppression de la toiture avec l'ajout de bretèches assez fantaisistes pour accroître l'aspect guerrier de l'église.
  • Elle présente l'aspect d'un donjon féodal couronné d'une plate-forme au parapet crénelé :

    • au rez-de-chaussée, l'ancienne chapelle de l'hôpital,
    • au premier étage, une salle voûtée de même surface ayant servi de refuge, percée d'archères. Cette salle a été construite après la chapelle qui ne présente pas de trace de fortification hormis les glacis de renforts. Elle a probablement été construite au XIVe siècle pour permettre aux habitants de Rudelle d'y trouver un refuge en cas de passage des Compagnies et de Routiers.
    • l'édifice comportait des créneaux ainsi qu'une toiture à quatre pans qui a disparu malgré le classement comme Monument historique en 1886.
    • GR6 allant de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) à Saint-Paul-sur-Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence)

580px-Fort_eglise_rudelle.jpg

Fort_eglise_rudelle_coupe.jpg

449px-Fort_eglise_rudelle_statue.jpg

 

450px-Rudelle_-_Eglise_-2.JPG

Façades, côté Est et Nord

450px-Rudelle_-_Eglise_-3.JPG

Façades, côté Sud et ouest

752px-Rudelle_-_Eglise_-5.JPG

 

Détail de la décoration du portail

 

IMG_0344.jpg

IMG_0770.jpg

IMG_0346.jpg

 

IMG_0347.jpg

 

IMG_0348.jpg

 

IMG_0349.jpg

 

IMG_0350.jpg

 

IMG_0351.jpg

 

IMG_0352.jpg

 

IMG_0353.jpg

IMG_0762.jpg

IMG_0763.jpg

IMG_0764.jpg

IMG_0765.jpg

IMG_0363.jpg

IMG_0354.jpg

 

IMG_0355.jpg

Le Village

IMG_0357.jpg

 

IMG_0360.jpg

 

IMG_0362.jpg

 

IMG_0766.jpg

 

IMG_0767.jpg

 

IMG_0768.jpg

 

IMG_0769.jpg


12:06 Écrit par petitefleur-06 dans RELIGION | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

26.01.2012

Celaledîn Rûmî Mevlâna - Turquie - les derviches tourneurs

Celaledîn Rûmî Mevlâna, en Persan : مولانا جلال الدين محمد بلخى, en turcMevlânâ Celaleddin-i Rumi) (Balkh30 septembre 1207 - Konya17 décembre 1273) est un mystique musulman Perse qui a profondément influencé le soufisme. Il existe une demi-douzaine de transcriptions du prénom Djalal-el-dine, « majesté de la religion » (de djalal, majesté, et dine, religion, mémoire, culte). Il reçut très tôt le surnom deHüdavendigar, ou Mevlânâ, qui signifie « notre maître ». Son nom est intimement lié à l'ordre des « derviches tourneurs » ou mevlevis, une des principales confréries soufies de l'islam, qu'il fonda dans la ville de Konya en Turquie1.

La plupart de ses écrits lui ont été inspirés par son meilleur ami, Shams ed Dîn Tabrîzî, dont le nom peut être traduit par « soleil de la religion ».

Il était originaire de cité de Balkh dans le nord de l'Afghanistan actuel.

Rûmî a également repris à son compte les fables d'Ésope dans son principal ouvrage le « Masnavî » (« Mathnawî », « Mesnevi »), que La Fontaine retraduira partiellement à son tour en français. Les Turcs et les Iraniens d'aujourd'hui continuent d'aimer ses poèmes. Reconnu de son vivant comme un saint, il aimait à fréquenter les chrétiens et les juifs tout autant que ses coreligionnaires.

L'UNESCO a proclamé l'année 2007 année en son honneur2 pour célébrer le huitième centenaire de sa naissance. Ainsi, le 30 septembrefurent organisées à Konya des festivités avec la participation des derviches tourneurs.

Fichier:Mevlana.jpg

 

Djalâl ad-Dîn Rûmî

 

Jeunesse

 


Vue générale du mausolée de Rumi, àKonya (Turquie)

 

Originaire de la ville de Balkh, dans l'actuel Afghanistan, Rûmî est le fils d'un théologien et maître soufi réputé : Bahâ od Dîn Walad (1148-1231), surnommé « sultan des savants » (Sultân al-'Ulama), dont le livre Ma'ârif fut longtemps le préféré de Rûmî. Par sa mère Mu'mine Khatûn, fille de Rukn al-Dîn, émir de Balkh, il appartient à la lignée d'Ali, le quatrième calife de l'islam.

 

En 1219, Rûmî fuit avec sa famille devant l'arrivée des Mongols de 1220-1222 en Asie centrale. Il accomplit le pèlerinage musulman à La Mecque, puis se rendit à Nishâpûr où il rencontra Farid od Dîn 'Attâr qui lui offre son Livre des Secrets. La famille se fixe en Arzanjân, en Arménie, puis àLâranda (actuelle Karaman) non loin de Konya, capitale des Seldjoukides du Sultanat de Roum(anciens territoires romains, c'est-à-dire byzantins, en Anatolie), d'où son surnom de Roumi(Romain, Byzantin, Anatolien). Refusant l'invitation à séjourner au palais du sultan, le père de Rûmi demanda à s'installer dans un collège, et on lui en construisit un tout exprès.

 

En 1226, à l'âge de 19 ans, Rûmî épousa Gauher Khâtûm, la fille du hodja de Samarkand qui lui donna deux fils (Sultân Walad et 'Alâ od Dîn Tchelebi). Trois ans après leur mariage, Gauher mourut en 1229. Son père vint alors s'installer à Konya peu avant de mourir en 1231, et Rûmî lui succéda à l'âge de 24 ans.

 

Rûmî épousa en seconde noces une veuve turque, Karra Khatûn (? - 1292), qui avait déjà un fils, Shams al-Dîn Yahya. Rûmî eut un autre fils et une fille avec elle : Amir Muzaffar al-Dîn Muhammad Chelebi et Malika Khatûn.

 

Husâm od Dîn Celebî

Derviches tourneurs

Ce fut Husâm od Dîn Chelebî (1225 - ) qui succéda au titre de maître des disciples. Il fut l'instigateur de la rédaction du grand traité de Rûmî : le Masnavî. Il rédigeait et récitait les vers que Rûmî lui dictait de manière inspirée. Le premier volume achevé, la rédaction fut interrompue par la mort de la femme d'Husâm, qui ne reprit le calâme que deux ans plus tard en 1265, jusqu'à la fin de la vie de Rûmî, en 1273.

Il tomba malade et comprit que son heure était venue. Il était heureux de retrouver son Créateur et partit serein le soir du dimanche 17 décembre, qui est désormais la date anniversaire de la célébration shab-i arus, qui est une cérémonie de mariage mystique. Tous les habitants deKonya, toutes confessions confondues, suivirent son enterrement.

C'est à l'intérieur de son couvent que Rûmî fut enterré, sous un dôme vert appelé Qubba-i Hadra et construit en 1274. Il repose sous un sarcophage en noyer, chef-d'œuvre de l'art seljukide, sculpté par Selimoglu Abdülvahid. Ce lieu est devenu un important centre de pèlerinage.

 

L'ordre des Mevlevis

 

L'ordre soufi des Mevlevis est particulièrement connu pour son sama', le concert spirituel où l'on voit les derviches tourneurs exécuter des danses mystiques au son du ney et du tanbur, mais aussi pour ses récitations quotidiennes duMasnavî, les Mawlawî Awrâd-e Sharîf.

 

Il a été fondé à la mort de Rûmî par Husâm od Dîn Chelebî et Sultân Valad. Il a perduré et acquis un certain respect durant le long règne desOttomans, mais a été interdit par Atatürk, puis rétabli à titre quasi folklorique.

 

Fichier:JALAL AL–DIN MUHAMMAD RUMI MATHNAVI-I MA’NAVI1.jpg


 

 

14SEPT 140.jpg

14SEPT 141.jpg

14SEPT 142.jpg

14SEPT 144.jpg

14SEPT 145.jpg

14SEPT 146.jpg

14SEPT 148.jpg

14SEPT 149.jpg

14SEPT 150.jpg

14SEPT 151.jpg

14SEPT 152.jpg

14SEPT 154.jpg

14SEPT 156.jpg

14SEPT 157.jpg

14SEPT 162.jpg

14SEPT 165.jpg

14SEPT 167.jpg

14SEPT 169.jpg

14SEPT 170.jpg

14SEPT 173.jpg

14SEPT 174.jpg

14SEPT 177.jpg

14SEPT 178.jpg

14SEPT 179.jpg

14SEPT 180.jpg

14SEPT 181.jpg

14SEPT 182.jpg

14SEPT 185.jpg

14SEPT 186.jpg

14SEPT 188.jpg

14SEPT 189.jpg

IMG_1171.jpg

IMG_1173.jpg

IMG_1175.jpg

IMG_1176.jpg

IMG_1177.jpg

IMG_1180.jpg

IMG_1181.jpg

IMG_1182.jpg

IMG_1183.jpg

IMG_1184.jpg

IMG_1185.jpg

IMG_1186.jpg

IMG_1189.jpg

IMG_1197.jpg

IMG_1198.jpg

IMG_1200.jpg

 

dernich.gif

dernich.gif

dernich.gif

11:01 Écrit par petitefleur-06 dans Blog, MUSEE, RELIGION, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |

07.01.2012

Mosquée de Soliman-le-Magnifique - Istambul

La plus grande mosquée de la ville fut érigée pour le plus grand des sultans, Soliman-le-Magnifique, sur la troisième colline du vieux Stamboul d’où elle domine majestueusement la Corne d’Or. C’est le plus grand succès de l’architecte Sinan et certainement la plus belle mosquée Istanbul.
Seulement pour assurer la stabilité des bases et pour leur construction, il n'a fallut pas moins de six ans, après quoi la construction réelle de la mosquée put débuter en 1550. La mosquée et ses dépendances (medrese, infirmeries, caravansérails, école médicale, bains, hôpitaux, cuisines et cellules), furent terminées sept ans plus tard.
La cour est pavée en marbre, et encadrée par une galerie couverte de 28 coupoles. Au centre, une fontaine rectangulaire ornementée. Dix balcons sur les minarets, indiquent que Soliman était le dixième sultan ottoman. La mosquée elle-même est presque à angle droit dans son plan, mesurant 63 x 68 m. Le dôme est de 53 m.

L’accès se fait soit par le portique central de la façade principale, soit par les portails latéraux qui mènent respectivement, à la galerie impériale et à la galerie publique. Cinq coupoles sont fixées de chaque côté du dôme principal, supportées par des petits pilastres entre les piliers principaux où repose la coupole centrale. Ainsi une zone exceptionnelle a été laissée libre pour la prière.
Très sobre, la décoration peinte est aussi discrète et les 138 fenêtres à vitraux rehaussent la simplicité de l’ensemble. La lumière du matin est préférable pour la visite du sanctuaire.
Le mihrab est décoré de faïence de Kütahya. Les matières employées pour la construction proviennent de divers sites stambouliotes et des régions de l’Empire. Ainsi, deux des piliers viennent de la région d’Istanbul, un autre d’Alexandrie en Egypte et un des ruines de Baalbek au Liban. L’acoustique est exceptionnelle.

Sur la rue côté sud, 4 anciennes écoles sont alignées : Mektep, Evvel medresi, Sani medrese, Tip medrese. Il s'agit d'écoles de niveaux différents, du primaire à l'université. A l'ouest trois autres énormes bâtiments sont également alignés. Il s'agit (du sud au nord), d'une école, des soupes populaires et d'un caravansérail. Ce dernier bâtiment, est malheureusement fermé aux visiteurs.

En continuant en direction de la Corne d'Or, la petite place à l'angle donne sur le siège du Grand Muftu (autorité religieuse) et le Jardin Botanique. Le bâtiment est du XIXe siècle, tandis que dans l'angle suivant, on découvre une adorable sébil (fontaine de donations) qui annonce le mausolée volontairement modeste de l'architecte de la mosquée, Mimar Sinan

On continuera à tourner autour de la prodigieuse mosquée en arrivant devant deux autres écoles (aussi fermées au public), puis au hammam faisant l'angle nord-ouest. En face du hammam, une porte s'ouvre sur l'école des Traditions et sur les jardins, qui offrent une belle vue sur la Corne d’OrPéraGalata et le Bosphore.

En continuant sur la rue, on rejoint le point de départ, soit les écoles en ayant passé au préalable devant le cimetière et les mausolées de Soliman-le-Magnifique et de Roxelane-la-Chipie. Une fontaine (Taksim) se trouve en début de rue. Il s'agit du réservoir de répartition des eaux du complexe.

soliman200.jpg

 

IMG_0207.jpg

 

IMG_0208.jpg

 

IMG_0209.jpg

 

IMG_0210.jpg

 

IMG_0212.jpg

 

IMG_0213.jpg

 

IMG_0214.jpg

 

IMG_2570.jpg

 

IMG_2571.jpg

 

IMG_6520.jpg

 

IMG_6524.jpg

 

IMG_6526.jpg

 

IMG_6527.jpg

IMG_6528.jpg

IMG_6529.jpg

IMG_6530.jpg

IMG_6532.jpg

IMG_6533.jpg

IMG_6534.jpg

IMG_6535.jpg

IMG_6536.jpg

IMG_6543.jpg

IMG_6544.jpg